KU KLUX KLAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Société secrète fondée dans le sud des États-Unis, au lendemain de la guerre de Sécession, en 1866. Le Ku Klux Klan s'est immédiatement assigné comme objectif la lutte contre les Noirs, que venait d'émanciper (en 1865) le XIIIe amendement à la Constitution, et leurs alliés du Nord (carpet-baggers, membres du gouvernement fédéral en poste dans les anciens États sécessionnistes). D'une certaine manière, il correspond à un mouvement de désespoir de la part des vaincus qui n'ont pas compris la signification de leur défaite et ne parviennent pas à accepter l'abolition de l'esclavage ou l'occupation militaire de leur région par les troupes de l'Union. Ses moyens d'action consistent dans l'emploi de la violence, le recours aux déguisements pour effrayer les Noirs et la mise sur pied d'une hiérarchie très structurée. Des lois ont immédiatement combattu le Klan, que ses propres excès discréditaient auprès de la plupart des Sudistes ; il fut officiellement dissous en 1869.

Le Ku Klux Klan

Le Ku Klux Klan

Photographie

Membres du Ku Klux Klan, mouvement raciste prônant la suprématie blanche, lors d'un congrès en Caroline du Sud, en 1965. 

Crédits : Harry Benson/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Dès 1915, et plus encore au lendemain de la Première Guerre mondiale, il renaît de ses cendres. Cette fois-ci, ce n'est plus simplement l'expression du malaise du Sud : il s'étend à l'Ouest et au Middle West avec un succès considérable qui lui permet en 1925 de revendiquer plus de cinq millions d'adhérents. Les méthodes n'ont pas changé : longues robes blanches, croix enflammées devant les maisons des « ennemis », lynchages et brutalités, hiérarchie complexe et correspondant à des dénominations ésotériques, voilà qui fait ressembler le deuxième Klan au premier. Les thèmes, en revanche, se sont modifiés. Aux « nègres » qu'il convient de « remettre à leur place » s'ajoutent dès lors les juifs, les catholiques, les immigrants qui n'appartiennent pas au monde anglo-saxon, les « rouges ». Antimarxiste, xénophobe, réactionnaire, le nouveau Klan exprime l'inquiétude de la vieille Amérique face à des changements brutaux qu'elle refuse et aux grandes villes qui lui font peur ; il se fait le champion d'un « américanisme à c [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages






Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'Amérique du Nord à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  KU KLUX KLAN  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN, 
  • Annick FOUCRIER, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 33 175 mots
  •  • 55 médias

Dans le chapitre « La prospérité »  : […] «  Business as usual  », «  return to normalcy  », tels sont les slogans qui assurent aux républicains (1920-1932), une nouvelle période de prépondérance, jusqu'à la crise de 1929. Neuf années de vie matérielle facile, d'illusions, au cours desquelles le visage des États-Unis a changé. Les Américains ont découvert l'automobile, qui transforme leur genre de vie : ils désertent les villes pour aller […] Lire la suite

Les derniers événements

12-18 août 2017 • États-Unis • Controverse sur la réaction du président Donald Trump au drame de Charlottesville.

, les suprémacistes blancs, le Ku Klux Klan, les néonazis et tous les groupes extrémistes », tandis que le conseiller à la Sécurité nationale de la Maison-Blanche reconnaît le caractère terroriste de l’acte commis à Charlottesville. Le 14, Donald Trump affirme dans une déclaration que « le racisme, c’est [...] Lire la suite

13-23 juin 2005 • États-Unis • Condamnation pour meurtres d'un ancien membre du Ku Klux Klan.

) condamne Edgar Ray Killen, ancien membre du Ku Klux Klan et pasteur baptiste, à trois fois vingt ans de prison pour avoir organisé l'assassinat de trois jeunes militants des droits civiques, en juin 1964, dans cette même ville. Edgar Ray Killen avait été mis hors de cause lors d'un premier jugement en 1967.  [...] Lire la suite

10-19 mars 1992 • États-Unis • Victoire de George Bush et Bill Clinton aux primaires du « Super Tuesday ».

Buchanan. David Duke, ancien chef du Ku Klux Klan, est totalement marginalisé. Chez les démocrates, le gouverneur de l'Arkansas, Bill Clinton, l'emporte sur l'autre candidat « centriste », l'ancien sénateur du Massachusetts Paul Tsongas, et sur le « libéral » (gauche) Jerry Brown, ancien gouverneur de Californie. Le 19, après avoir été précédé par Bill Clinton lors d'autres primaires, Paul Tsongas annonce son retrait de la course à la présidence.  [...] Lire la suite

Pour citer l’article

André KASPI, « KU KLUX KLAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ku-klux-klan/