AFRO-AMÉRICAIN CINÉMA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Within our Gates, O.Micheaux

Within our Gates, O.Micheaux
Crédits : Micheaux Book & Film Company/ BBQ_DFY/ Aurimage

photographie

Hallelujah, K. Vidor

Hallelujah, K. Vidor
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Hallelujah, K. Vidor

Hallelujah, K. Vidor
Crédits : John D. Kisch/ Separate Cinema Archive/ Getty Images

photographie

Watermelon Man, M. Van Peebles

Watermelon Man, M. Van Peebles
Crédits : Mary Evans/ Aurimages

photographie


Les années Obama : l’improbable consensus ?

L’élection de Barack Obama à la présidence des États-Unis en 2008 a joué un rôle symbolique fort pour les Noirs américains. Elle a accompagné les changements des mentalités qui l’ont porté au pouvoir, sans toutefois parvenir à résoudre les problèmes liés à la pauvreté et au racisme ; les crimes anti-Noirs se multiplient après 2012 et provoquent la création du mouvement Black Lives Matter (« Les vies noires comptent ») en 2013.

Trois grandes catégories de films marquent cette période : ceux qui traitent de l’histoire ancienne (l’esclavage) ou récente (centrée sur des problèmes propres à la période de la lutte pour les droits civiques), d’autres qui abordent de front les questions de sexualité et d’homosexualité, sujets demeurés quasi tabous durant les décennies précédentes, et les films qui évoquent la situation actuelle des Afro-Américains, notamment en résonance avec les violences policières. Les films hésitent entre la tentation du consensus (Le Majordome, The Butler, de Lee Daniels, 2013) et la prise de conscience et l’inquiétude devant le peu d’évolution du sort des Afro-Américains (Fruitvale Station, de Ryan Coogler, 2013).

Si le thème de l’esclavage est traité dès les années 1960 avec notamment Esclaves (Slaves, 1969) de Herbert J. Biberman) et surtout Sankofa (1993)de Hailé Gerima, deux films vont modifier les enjeux en termes d’authenticité et de popularité publique, Twelve Years a Slave, de l’Afro-Britannique Steve McQueen, (2013) et Naissance d’une nation (The Birth of a Nation), de Nate Parker (2016), œuvres à gros budgets relatant le vrai destin d’Afro-Américains au xixe siècle. Naissance d’une nation est une réponse indirecte, un siècle plus tard, au film éponyme de Griffith, qui remonte le temps pour évoquer la révolte sanglante de Nat Turner en 1831. Quant au film de McQueen, il se fonde sur l’autobiographie de Solomon Northup, Douze ans d’esclavage (1853), qui raconte comment, né libre à [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  AFRO-AMÉRICAIN CINÉMA  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Le théâtre et le cinéma

  • Écrit par 
  • Geneviève FABRE, 
  • Liliane KERJAN, 
  • Joël MAGNY
  •  • 9 417 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Un cinéma indépendant contre Hollywood ? »  : […] Dans les années 1960, l'espoir mis dans les expériences marginales de l'underground (les frères Mekas, Andy Warhol, Paul Morissey, Kenneth Anger, Stan Brakhage), comme dans le documentaire inspiré du cinéma-vérité (Richard Leacock, Frederic Wiseman) ou militant (Emile De Antonio, Barbara Kopple), ne s'est pas vraiment concrétisé, sinon par l'émergence d'un cinéma noir dont Spike Lee est le repré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-le-theatre-et-le-cinema/#i_2900

LEE HELTON JACKSON dit SPIKE (1957- )

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 3 291 mots

Spike Lee a sorti, dans les années 1980, le cinéma des Noirs américains du ghetto, tout en s'octroyant une place de choix dans l'industrie hollywoodienne. Il est le premier, et probablement le seul, metteur en scène afro-américain à gérer et concevoir une œuvre personnelle de grande audience, sans faire de concessions majeures au système des studios, grâce à sa maison de production, Forty Acres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lee-helton-jackson-dit-spike/#i_2900

MICHEAUX OSCAR (1884-1951)

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 1 051 mots
  •  • 1 média

Oscar Micheaux est le seul cinéaste indépendant afro-américain à avoir pu développer une œuvre sur trente ans. Entre 1919 et 1948, il tourne et produit quarante films dont vingt-sept muets. Self-made-man et admirateur du penseur réformiste noir Booker T. Washington qui prône l'émancipation de son peuple par le travail et l'accès au savoir, Micheaux sera une des figures cardinales du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oscar-micheaux/#i_2900

Voir aussi

Pour citer l’article

Raphaël BASSAN, « AFRO-AMÉRICAIN CINÉMA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-afro-americain/