TOLÈDE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Témoin privilégié de tout un développement de l'histoire d'Espagne, Tolède se présente également comme une prodigieuse œuvre d'art, façonnée suivant le rythme de son étonnant destin. Cette réussite provient d'abord d'un exceptionnel accord entre le site et l'architecture urbaine. Le Tage, qui la cerne sur trois côtés, lui a imposé ses limites. Sur un rude rocher, scié par une gorge profonde, c'est un entassement de maisons, de couvents et d'églises, dominé par la flèche de la cathédrale et la masse de l'alcázar et qui pousse des antennes vers le fleuve suivant le mouvement des pentes. La marche du temps s'est arrêtée, pour la ville, au xvie siècle, de sorte que les mutilations, ailleurs imposées par les exigences de la vie moderne, lui ont été épargnées.

Espagne : carte administrative

Carte : Espagne : carte administrative

Carte administrative de l'Espagne. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Tout commença avec la réalisation de l'unité politique, juridique et religieuse de la péninsule Ibérique, effectuée par le roi goth Léovigilde (568-586) et son fils Reccarède (586-601). Tolède, devenue capitale du royaume wisigoth, se transforma en un foyer de culture dont l'influence rayonna sur toute l'Espagne. Les Omeyyades lui préfèrent Cordoue, mais, paradoxalement, alors que de la période wisigothique ne subsistent guère à Tolède que quelques rares fragments de décor sculpté, la première domination musulmane y a laissé au moins un monument, l'ancienne mosquée de Bîb Mardoûm, devenue après la reconquête chrétienne l'église del Cristo de la Luz (du Christ de la lumière). En dépit de remaniements postérieurs, l'édifice porte toujours la marque de l'art du califat.

Au début du xie siècle, Cordoue est saccagée et elle ne devait plus jamais retrouver sa splendeur. L'Espagne musulmane se dissout en un certain nombre de dominations provinciales, celles des reyes de taifas, les rois chefs de bandes, comme les appellent les auteurs espagnols. La dynastie de Tolède, bien que l'une des plus importantes, ne put se maintenir longtemps. En 1085, Alphonse VI de Castille s'empare de la cité et y agit en qualité d'emperador de las dos religiones, empereur des deux religions. Il entend ainsi réunir sous son autorité à la fois les musulmans et les chrétiens. En fait, Tolède va réaliser la synthèse de trois mondes : le chrétien, le mudéjar et le juif. Le facteur mudéjar se révèle décisif. La capitulation avait garanti aux musulmans leurs biens, leurs mosquées, leur statut personnel, l'usage de leur langue et leurs coutumes traditionnelles. Quant aux juifs, leur communauté nombreuse, active et influente donna naissance à une riche oligarchie. Dans une ville où de grandes bibliothèques arabes étaient demeurées intactes, on voit se développer une importante école de traducteurs juifs ou chrétiens, qui va restituer à l'Occident une partie de la science et de la philosophie grecques. Sur le plan artistique coexistent deux styles : le gothique et le mudéjar.

La cathédrale est l'imposante manifestation de l'art gothique. C'est l'œuvre de l'archevêque Rodrigo Jiménez de Rada, qui en posa la première pierre en 1226. Le mudéjar, quant à lui, présente deux aspects bien distincts. Il existe une architecture populaire, de caractère artisanal, celle des églises paroissiales et des couvents, qui cultive, sous la forme d'une tradition figée, les techniques en usage chez les musulmans à l'époque de la Reconquête. Parallèlement se manifeste un art aristocratique, qui reflète l'évolution du grand art andalou. Ses deux plus belles réalisations sont deux anciennes synagogues : Santa María la Blanca (xiiie s.), qui prit ce nom lorsqu'elle fut transformée en église, et le Tránsito, construit en 1367. L'union de la Castille et de l'Aragón dans la double monarchie des Rois Catholiques favorisa le premier de ces royaumes, stimulé par ailleurs par la conquête américaine, et elle assura l'essor de ses cités. Tolède, grande ville marchande, entendit jouer pleinement le rôle de capitale religieuse qui lui revenait de droit et celui de capitale politique, qu'elle n'avait cessé de revendiquer au Moyen Âge. De fait, le mécénat royal s'y exerce avec éclat jusqu'à Philippe II, cependant qu'une succession de puissants prélats — qu'il s'agisse du cardinal Mendoza, le grand cardinal d'Espagne, guerrier et humaniste ; de Cisneros, franciscain ascétique, poussé au premier rang dans l'État (1495-1517) ; du cardinal Alonso de Fonseca (1524-1534) et du grand bâtisseur que fut le cardinal Tavera (1534-1545) — concourt activement à son embellissement.

Le gothique tardif s'épanouit dans la chapelle funéraire du connétable Álvaro de Luna, au chevet de la cathédrale et surtout dans l'église de San Juan de los Reyes, le chef-d'œuvre de Juan Guas. Cette chapelle du couvent franciscain où Cisneros avait été novice était destinée à l'origine à recevoir la sépulture des Rois Catholiques. C'est ce qui explique la richesse du décor qui se déploie à l'intérieur, de même que dans le cloître voisin. Dans l'hôpital de Santa Cruz, fondé par Mendoza, et dont l'architecte des Rois Catholiques, Enrique Egas, fournit les plans, la Renaissance fait son apparition. Elle prend bien vite à Tolède une tonalité particulière, tout imprégnée d'influences mudéjares, à laquelle on a proposé d'attacher le nom de Cisneros. Le monument le mieux conservé en est la salle capitulaire de la cathédrale, œuvre de l'architecte du cardinal Pedro Gumiel, qui fut ornée de peintures murales par Juan de Borgoña entre 1508 et 1511. Un autre hôpital, celui de Saint-Jean-Baptiste ou de Afuera, « de l'extérieur », dû à la munificence de Tavera, et œuvre de l'architecte jésuite Bartolomé Bustamante, relève d'un art plus sévère. Cette renaissance classique marque davantage encore les constructions militaires, les portes de l'enceinte fortifiée refaites à cette époque, et surtout l'alcázar, forteresse et palais, reconstruit à partir de 1537 sur l'ordre même de Charles Quint. Ce monument représente la manifestation la plus achevée de l'art d'Alonso de Covarrubias, qui travaillait à Tolède depuis 1531 comme maestro mayor de la cathédrale (chapelle des Reyes Nuevos).

Deux phénomènes aux conséquences catastrophiques entraînèrent la ruine de Tolède : l'installation de la cour à Madrid, qui lui retira son rôle politique, et l'expulsion des Morisques en 1609, qui la priva de ses artisans. L'inévitable déchéance fut cependant retardée par les dernières manifestations du mécénat ecclésiastique et surtout par la présence du [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur émérite d'histoire de l'art à l'université de Toulouse-Le-Mirail

Classification

Autres références

«  TOLÈDE  » est également traité dans :

BORGOÑA JUAN DE (actif de 1494 à 1536)

  • Écrit par 
  • Claudie RESSORT
  •  • 369 mots
  •  • 1 média

Peintre espagnol actif à Tolède dans le premier tiers du xvi e siècle. Aucun document ne permet de préciser son origine et sa formation. Son nom laisse supposer une ascendance nordique sans pour autant autoriser à fixer sa naissance en Bourgogne, mais l'analyse de son style permet d'affirmer que Borgoña étudia en Italie et principalement à Florence. Il apparaît pour la première fois en Espagne en […] Lire la suite

CASTILLE

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  • , Universalis
  •  • 10 288 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le style plateresque »  : […] C'est dans le domaine de l'architecture que l'originalité de la Castille fut la plus grande. Jusqu'à l'ouverture du chantier de l'Escorial, le génie local y fit preuve d'une étonnante vigueur. Alors que, dans la construction religieuse, le style gothique allait se maintenir, durant une bonne partie du xvi e  siècle, sur des chantiers aussi importants que ceux des cathédrales de Salamanque et de Sé […] Lire la suite

CASTILLE-LA MANCHE

  • Écrit par 
  • Olivier BALABANIAN
  •  • 442 mots
  •  • 1 média

Située au cœur de l'Espagne, la communauté autonome de Castille-La Manche (1 951 388 hab. en 2007) est constituée essentiellement de hautes plaines (mesetas) entourées de montagnes (cordillères Centrale et Ibérique ; sierra Morena). Ce sont ces hautes plaines, d'allure steppique, au peuplement faible et aux villes clairsemées, qui confèrent à cette région ses caractères les plus originaux. On dist […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Michel DRAIN
  •  • 9 612 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Nouvelle-Castille-La Manche »  : […] Au début du xx e  siècle, les forêts de la Manche furent défrichées pour que la province devienne un terroir de vins de table avec ses centres vinicoles comme Daimiel, Valdepeñas, Manzanares. La présence de la plus importante nappe aquifère de toute la péninsule a donné lieu, dans les années 1970, à une multiplication des forages, qui a provoqué l'abaissement de la nappe phréatique et engendré des […] Lire la suite

GRECO (1541-1614)

  • Écrit par 
  • Véronique GERARD-POWELL
  •  • 2 520 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Rome (1570-1577) : le cercle érudit du palais Farnèse »  : […] Le désir de connaître l'antique, les œuvres de Raphaël ou de Michel-Ange peut expliquer son départ pour Rome : grâce au miniaturiste Giulio Clovio, il reçut dès novembre 1570 la protection du cardinal Alexandre Farnèse et s'intégra au groupe d'érudits du palais Farnèse, dominé par la personnalité du bibliothécaire Fulvio Orsini. L'Enfant allumant une chandelle (Capodimonte, Naples), ekphrasis (d […] Lire la suite

HERRERA JUAN DE (1530-1597)

  • Écrit par 
  • Catherine WILKINSON-ZERNER
  •  • 4 879 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Travaux publics et urbanisme »  : […] Le style abstrait de Herrera avait des affinités avec l'architecture des ingénieurs civils et militaires, à laquelle d'ailleurs il se consacra. Ici, on peut parler d'un vrai projet de réforme de l'architecture, conçu par le roi et effectué par son architecte. Cela commence avec les jardins d' Aranjuez où Philippe II lui-même avait imaginé une vaste urbanisation du paysage dans les années 1550. He […] Lire la suite

JUDAÏSME - L'art juif

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 6 858 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le Moyen Âge : les manuscrits à peinture »  : […] Le livre manuscrit avait un rôle fondamental dans la survie et l'épanouissement de la tradition juive . Assurant la sauvegarde de la langue sacrée, véhicule unique de tout l'héritage religieux, scientifique et littéraire, le livre fabriqué à la main, libre des contraintes sociales qui souvent entravèrent le développement des arts majeurs, devint aussi le support privilégié des aspirations esthétiq […] Lire la suite

MAÎTRE MARTIN (XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 150 mots

Deux documents attestent que l'architecte qui dirigeait le chantier de la cathédrale de Tolède, au début du xiii e  siècle, était un certain Martin. On sait qu'il était marié et qu'en 1227, le doyen du chapitre lui fit un don. Il est vraisemblable que Maître Martin est l'auteur de la partie de la cathédrale commencée en 1222, mais dont la première pierre n'a été posée qu'en 1227. Le plan s'inspire […] Lire la suite

MOZARABE ART

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 908 mots

Bien qu'apparemment précis, le terme de mozarabe apparaît à l'analyse plein d'ambiguïté. Il s'applique aux populations chrétiennes passées sous le joug musulman après la conquête de la péninsule Ibérique par les disciples de Mahomet par opposition au terme de mudéjar, qui désigne les musulmans soumis par la suite aux chrétiens et contraints de travailler à leur service. Pour connaître l'art mozara […] Lire la suite

SYNAGOGUE

  • Écrit par 
  • Dominique JARRASSÉ, 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 8 521 mots

Dans le chapitre « La péninsule Ibérique. XIIe-XVe siècle »  : […] Bien que construites après la Reconquête, les synagogues d'Espagne conservent le style emprunté à l'architecture musulmane. Deux exemples particulièrement réussis de cette symbiose durable sont conservés à Tolède : le monument connu comme Santa María La Blanca, qui fut construit vers 1203 pour servir le culte juif avant d'être transformé en église en 1411, et la salle de prière d'Ibn Shushan, dit […] Lire la suite

Les derniers événements

1er-3 avril 2004 Espagne. Élimination de terroristes responsables des attentats de mars

Le 2, un engin explosif du même type que ceux qui avaient été utilisés lors des attentats de Madrid est découvert près de Tolède, sur la voie ferrée à grande vitesse reliant la capitale à Séville. Le 3, plusieurs individus présumés appartenir au commando qui a perpétré les attentats de mars, encerclés par la police à Leganès, dans la banlieue de la capitale, se suicident en activant une forte charge du même explosif que celui qui a servi à Madrid. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marcel DURLIAT, « TOLÈDE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tolede/