MENÉNDEZ PIDAL RAMÓN (1869-1968)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'importance de Menéndez Pidal dans la culture espagnole tient à sa longévité et au lieu de son intervention, puisque son travail — près d'un siècle d'autorité, âprement défendue — repose sur le trépied où s'établit l'imaginaire des nations : l'histoire ancienne, la langue et l'épopée (Castilla, la tradición, el idioma, 1945). Le retentissement en fut considérable dans le champ de l'idéologie nationale, et d'aucuns n'ont pas manqué de travestir Pidal en idéologue du franquisme. Nul doute que « Don Ramón » ait occupé une place prépondérante dans l'institution scientifique et culturelle de l'après-guerre civile, ni que son propos ait été largement exploité par l'imagerie nationaliste ; mais la réalité d'un homme de science est sans doute plus humble et plus complexe : les travaux de Pidal s'enracinent dans la mentalité et les thèmes de réflexion de la « génération de 98 (1898) », dont l'ensemble des représentants, à de très rares exceptions près, furent sollicités par les thèses de l'un et l'autre des camps en présence. Le désastre colonial porta ces intellectuels à s'interroger sur la place qui devrait être désormais celle de leur pays dans le monde. Pidal chercha dans la construction de l'Espagne médiévale l'identité de la civilisation hispanique et son apport à l'Occident.

Le point de départ — son legs majeur, auquel il donna très jeune une forme définitive — fut l'étude de l'épopée. Confronté aux travaux de Bédier, qui faisaient miroiter en Europe les fastes de la geste française, Pidal s'employa à défendre (en dépit du nombre extrêmement modeste des manifestations écrites) l'existence d'un trésor épique espagnol. Il fallait, pour cela, que d'autres écrits témoignent. Tel poème savant à contenu historique (le Poème de Fernand González, dans L'Épopée castillane à travers la littérature espagnole, 1910), un corpus poétique renaissant et classique (Notas para el romancero del conde Fernán González, 1899 ; El Romancero. Teorías e investigaciones, 1928), les chroniques (La Leyenda de los [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : agrégé d'espagnol, maître de conférences à l'université de Paris-XIII

Classification


Autres références

«  MENÉNDEZ PIDAL RAMÓN (1869-1968)  » est également traité dans :

CID LE

  • Écrit par 
  • Charles Vincent AUBRUN
  •  • 2 814 mots

Dans le chapitre « « El Cantar de mío Cid », chanson de geste »  : […] Vers 1142, un jongleur de Medinaceli compose à la gloire du Cid une chanson épique, en vers non isosyllabiques, selon une technique qui rappelle les plus vieilles chansons françaises. C'est un chef-d'œuvre. Son originalité ne réside pas seulement dans les qualités littéraires de l'aède, sa ferveur et la netteté de son expression ; l'ouvrage est aussi remarquablement adapté aux circonstances histo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cid-le/#i_93049

Pour citer l’article

Georges MARTIN, « MENÉNDEZ PIDAL RAMÓN - (1869-1968) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ramon-menendez-pidal/