CID LE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Cid du théâtre et de la légende

Dès le début du xviie siècle, l'Espagne recueille sa foi, ses croyances et sa culture dans le creuset de la comedia, un nouveau genre littéraire. Le romancero du Cid fournit maints sujets aux dramaturges, sûrs à l'avance de gagner ainsi la ferveur du peuple et ses applaudissements. Lope de Vega, créateur de la nouvelle formule littéraire, dédie en 1619 Les Créneaux de la cité de Toro, où apparaît le Cid, à son ami le Valencien Guillén de Castro qui, en 1618, avait publié à Valence Les Jeunesses du Cid et qui composa une deuxième comédie à la suite, Les Exploits du Cid. Les Jeunesses organisent dramatiquement un conflit entre l'amour et l'honneur chez Rodrigue aussi bien que chez Chimène. Corneille, peu de temps après, lisait la pièce et la refaisait. Éliminant les épisodes romanesques tels que la prophétie du lépreux et l'ordalie, il donne à l'intrigue une portée éthico-morale. En effet, il se propose de fixer une seule échelle de valeurs convenant aux sentiments comme aux mœurs ; il veut démontrer que l'on n'aime vraiment qu'un objet vertueux. Aussi bien, les amants de Corneille sont français et du temps de Louis XIII. Le jeune galant de cour trop impétueux semble mandé par son roi sur quelque front de Picardie, où il efface par sa vaillance le souvenir d'un duel alors défendu. Et le public parisien arrache son pardon ; car il a « pour Rodrigue les yeux de Chimène ».

Le Cid francisé donnait l'essor de la comédie française. Le genre héritait de la comédie espagnole son intérêt humain et cette rare ambiguïté qui fait que tout spectateur retrouve sa personne et son cas dans les personnages et le thème traité. De plus, en écartant le comique et partiellement le lyrisme, Corneille fixait les règles d'un théâtre qui pendant près de deux siècles allait s'imposer à l'Europe.

Herder en Allemagne, Southey en Angleterre, Victor Hugo [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris, directeur de l'Institut d'études hispaniques de l'université de Paris

Classification


Autres références

«  CID LE  » est également traité dans :

POÈME DU CID (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 1 013 mots

Unique chanson de geste espagnole, le Poème du Cid (Cantar de mio Cid), est resté inédit jusqu'au xviiie siècle. La date de la composition originale proposée par Ramón Menéndez Pidal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poeme-du-cid/#i_9914

CASTRO GUILLÉN DE (1569-1631)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 186 mots

De famille noble, Guillén de Castro y Bellvís fit tout d'abord une carrière militaire et civile à Valence et en Italie, avant de se fixer à Madrid où il fut en relation avec les plus illustres écrivains. Après avoir fait partie du groupe des dramaturges valenciens, il subit l'influence de Lope de Vega. Le succès de sa pièce Les Enfances du Cid ( Las Mocedades del Cid ) — dont Corneille s'inspira […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillen-de-castro/#i_9914

LE CID, Pierre Corneille - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 274 mots

Dans le chapitre « De la chanson de geste à la tragédie »  : […] Le Cid Campeador (« seigneur qui gagne les batailles ») appartient à la légende espagnole. Rodrigue, chevalier du xi e  siècle (1043-1099), est l'emblème de l'histoire castillane, auréolé d'une série de romances et de chansons de geste. Corneille, qui sait l'espagnol, emprunte le canevas de sa pièce à une comedia de Guillén de Castro (1569-1631), Les Enfances du Cid (1618), qui mélange l'histoir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-cid-pierre-corneille/#i_9914

CORNEILLE PIERRE

  • Écrit par 
  • Paul BÉNICHOU
  •  • 5 555 mots

Dans le chapitre « Vie et carrière »  : […] Nous savons peu de chose de la vie de Corneille. Seuls les grands faits et les dates – parfois approximatives – des œuvres nous sont connus. Corneille naquit à Rouen en 1606, d'une famille de fonctionnaires royaux et de petits magistrats. Il fit ses études chez les jésuites de sa ville natale, fut reçu avocat en 1624. En 1628, il acquit la charge d'avocat du roi devant des juridictions locales. Ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-corneille/#i_9914

LOYAUTÉ

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 3 711 mots

Dans le chapitre « Attachements, engagements et dévouements »  : […] La loyauté à l'égard de l'entreprise met en jeu des sentiments et des attitudes qui se manifestent au-delà de l'environnement immédiat et du réseau des solidarités primaires. De même qu'elle produit des conduites en dehors du milieu où elle est requise, la loyauté résulte aussi de conditions qui débordent la vie du salarié dans son entreprise. Un salarié « satisfait », content de son travail, a d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loyaute/#i_9914

MENÉNDEZ PIDAL RAMÓN (1869-1968)

  • Écrit par 
  • Georges MARTIN
  •  • 839 mots

L'importance de Menéndez Pidal dans la culture espagnole tient à sa longévité et au lieu de son intervention, puisque son travail — près d'un siècle d'autorité, âprement défendue — repose sur le trépied où s'établit l'imaginaire des nations : l'histoire ancienne, la langue et l'épopée ( Castilla, la tradición, el idioma , 1945). Le retentissement en fut considérable dans le champ de l'idéologie na […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ramon-menendez-pidal/#i_9914

Voir aussi

Pour citer l’article

Charles Vincent AUBRUN, « CID LE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cid-le/