BROME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du grec brômos, puanteur

Symbole chimique : Br

Numéro atomique : 35

Masse atomique : 79,904 g

Point de fusion : — 7,2 0C

Densité (à 20 0C) : 3,12.

Liquide rouge sombre d'odeur piquante, irrite la peau, les yeux et les voies respiratoires ; l'inhalation à l'état de vapeur est très dangereuse, voire mortelle. Ses solutions dans l'eau (eau de brome) laissent déposer par refroidissement un hydrate rouge. Il est peu répandu dans la nature, et ses composés accompagnent ceux du chlore dans un rapport d'environ 1/250 dans l'eau de mer et certaines sources thermales, ainsi que dans quelques minerais insolubles de bromure d'argent.

Le brome a été découvert par Antoine Jérôme Balard dans les eaux de la Méditerranée (1826), et on le prépare habituellement à partir des eaux mères des salines comme sous-produit, après la cristallisation des principaux sels qui y sont contenus ; un courant de chlore déplace le brome qui se trouve sous forme de bromure de magnésium et que l'on sépare par distillation. On le prépare aussi par électrolyse de la carnallite ou de la sylvinite bromée.

Le brome est un oxydant puissant donnant lieu à des réactions violentes avec le phosphore, les métaux alcalins, l'aluminium, etc. Il attaque de nombreux métaux, surtout en présence d'humidité, en donnant des bromures (ion Br). Comme le chlore, il forme des hypobromites (BrO), des bromites (BrO2) et des bromates (BrO3). Avec les autres halogènes, il donne de nombreux bromures (mono-, tri- et penta-), surtout avec le fluor.

Le brome est utilisé principalement pour la fabrication du dibromure d'éthylène, servant d'antichoc dans les essences dopées au plomb et comme stérilisateur du sol.

Le bromure de méthyle est employé comme agent fumigène et dans la synthèse de quelques matières colorantes (bromo-indigos). L'élément est un réactif habituel dans les laboratoires et il est aussi utilisé pour les synthèses organiques.

Les bromures alcalins et alcalinoterreux et de nombreux bromures organiques sont employés comme sédatifs ; plus particulièrement, le bromure d'argent constitue le composant principal des émulsions photographiques.

On connaît de nombreux isotopes stables et radioactifs du brome, parmi lesquels l'isotope radioactif de nombre atomique 80 présente le phénomène d'isomérie nucléaire, dû à deux états d'excitations différents.

—  Bertrand DREYFUS

Écrit par :

  • : licencié ès sciences, bachelor of sciences, University of Chicago

Classification


Autres références

«  BROME  » est également traité dans :

BALARD ANTOINE JÉRÔME (1802-1876)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 468 mots

Chimiste français né le 30 septembre 1802 à Montpellier et mort le 30 avril 1876 à Paris. Issu d'une modeste famille de vignerons, Balard fait ses études supérieures à l'université de sa ville natale. Il y suit les enseignements de pharmacie – il obtient son doctorat en 1826 – et parallèlement ceux de physique et de chimie. Durant ses études, il devient préparateur du titulaire de la chaire de chi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-jerome-balard/#i_3139

BROMURE D'HYDROGÈNE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 314 mots

Formule brute : HBr Masse moléculaire : 80,92 g Point de fusion : — 88,5 0 C Point d'ébullition : — 67 0 C Température critique : 89,9 0 C Gaz de forte odeur piquante formant dans l'air un nuage lourd ; âcre et corrosif, il irrite fortement la peau et les muqueuses. Par abaissement de la température, il se liquéfie en un li […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bromure-d-hydrogene/#i_3139

ÉCLAIRAGE DOMESTIQUE

  • Écrit par 
  • Georges ZISSIS
  •  • 8 119 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les lampes halogènes  »  : […] Mises au point en 1959 par Edward G. Zubler et Frederick Mosby, les lampes halogènes sont une amélioration des lampes à incandescence ordinaires. Elles fonctionnent donc selon le même principe : un filament émet de la lumière lorsqu’il est traversé par un courant électrique qui le chauffe . Contrairement à la lampe à incandescence classique, qui ne contient qu’un gaz inerte pour protéger le filame […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eclairage-domestique/#i_3139

HALOGÈNES

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER, 
  • Robert de PAPE
  •  • 6 660 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Dérivés halogénés »  : […] Les dérivés halogénés résultent du remplacement, par des halogènes F, Cl, Br, I, d'un ou de plusieurs atomes d'hydrogène des hydrocarbures. Ils se rencontrent rarement à l'état naturel : présence d'iode dans la tyroxine, présence de chlore dans l'antibiotique chloromycétine. Le brome, en revanche, existe dans un certain nombre d'organismes marins : le dibromo-6,6′-indigo extrait de certains moll […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/halogenes/#i_3139

OLIGOÉLÉMENTS

  • Écrit par 
  • Jean LAVOLLAY
  •  • 3 577 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Notion d'oligoélément »  : […] Les progrès de l'analyse chimique conduisirent à la mise en évidence de nombreux autres éléments et à leur détermination quantitative. La question s'est donc posée de savoir quels étaient ceux dont l'existence dans tous les organismes, végétaux et animaux, permettrait de les envisager comme des constituants normaux. Dès 1937, Gabriel Bertrand considérait comme démontré qu'en plus des onze élément […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oligoelements/#i_3139

OZONE ATMOSPHÉRIQUE

  • Écrit par 
  • Robert KANDEL
  •  • 8 296 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Pourquoi le trou dans la couche d'ozone ? »  : […] Comment comprendre ce changement radical de la chimie de la stratosphère ? Fallait-il y voir l'impact des CFC ? Tout le monde n'était pas prêt à l'admettre. En l'absence d'observations systématiques menées en Antarctique avant l'Année géophysique internationale (1957), on ne pouvait être sûr que le trou fût sans précédent. Pourquoi l'Antarctique d'ailleurs, alors que l'on n'observait point de trou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ozone-atmospherique/#i_3139

PHÉNOLS

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 3 377 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Halogénation »  : […] À sec, les phénols sont halogénés très facilement aux positions ortho- et para- non occupées ; le phénol lui-même est transformé par le chlore, d'abord en un mélange d'orthochlorophénol et de parachlorophénol, puis en dichlorophénol -1,2,4, puis en trichlorophénol -1,2,4,6 ; la pentachloration nécessite la présence d'un catalyseur (AlCl 3 ). Par contre, en présence d'eau, le brome se substitue t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phenols/#i_3139

Pour citer l’article

Bertrand DREYFUS, « BROME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/brome/