PEIRCE CHARLES SANDERS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le sémioticien

Peirce est un des fondateurs de la science des signes en tant que tels. La réflexion sur le signe occupe une place privilégiée dans son œuvre, mais inséparable de la phanéroscopie. La sémiotique analyse le signe à la lumière des trois catégories du sentiment, de l'existence et de la médiation. Il n'est pas possible de donner ici plus que quelques indications. Le signe est un representamen, quelque chose qui est mis pour quelque chose, pour quelqu'un. Il crée dans l'esprit de ce dernier un signe équivalent ou plus développé qui est l'interprétant du premier signe. Il est mis pour quelque chose qui est son objet. Mais pas à tous égards, seulement par rapport à une sorte d'idée qui est le fondement du representamen.

La sémiotique comprend trois parties : la logique critique, la rhétorique spéculative et la grammaire spéculative. La logique critique est la théorie quasi nécessaire ou formelle des signes. Elle s'occupe de ce qui est requis pour que le representamen se rapporte à un objet d'une manière vraie. La rhétorique spéculative traite des « conditions générales de la référence des symboles et autres signes aux interprétants qu'ils déterminent ». C'est un autre nom du pragmatisme qui est la théorie de la signification des signes ou plus exactement la méthode de détermination de la signification des signes. « Considérez, écrit Peirce dans un article de 1905, quels sont les effets pratiques que vous pensez pouvoir être produits par l'objet de votre conception : la conception de tous ces effets est le tout de votre conception. » Quand on lit chez un opérationnaliste comme P. W. Bridgman que la signification d'un concept « n'est autre chose qu'un ensemble d'opérations », chez un positiviste logique comme Carnap que « la signification d'une phrase est, en un certain sens, identique à la façon dont nous déterminons sa vérité ou sa fausseté », et chez Wittgenstein que « la signification est l'usage que nous faisons d'un mot », on se rend compte que c'est à l'appel de Peirce que [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite de philosophie à l'université de Perpignan, secrétaire général de l'Association internationale de sémiotique

Classification


Autres références

«  PEIRCE CHARLES SANDERS (1839-1914)  » est également traité dans :

PEIRCE CHARLES SANDERS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 249 mots

10 septembre 1839 Naissance de Charles Sanders Peirce à Cambridge (Massachusetts). Il est le fils de Benjamin Peirce, mathématicien et astronome à Harvard.1859 Diplôme à Harvard.1861 Entre au Service géodésique des États-Unis. Il y restera jusqu’en 1891. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peirce-reperes-chronologiques/

PEIRCE CHARLES SANDERS, en bref

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 180 mots

Les apports de la pensée de l’Américain Charles Sanders Peirce à la philosophie, en logique des mathématiques et en sémiotique ont longtemps été méconnus en France. Ils n’en sont pas moins considérables, même si son influence ne fut en rien directe : il publia peu ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peirce-c-s-en-bref/

ŒUVRES PHILOSOPHIQUES, Charles Sanders Peirce - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 1 015 mots

Charles Sanders Peirce (1839-1914), fondateur du pragmatisme, est au nombre des esprits les plus originaux et inventifs des deux derniers siècles. Son œuvre, qui a donné naissance à un large courant d'idées dans le contexte américain, reste aujourd'hui présente dans la discussion philosophique contem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oeuvres-philosophiques/#i_5822

ACOUSMATIQUE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • François BAYLE
  •  • 7 826 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Matériau et image »  : […] « Le matériau de la musique concrète est le son à l'état natif, tel que le fournit la nature, le fixent les machines, le transforment leurs manipulations. » Ces lignes, dues à Serge Moreux, constituaient la préface inaugurale du Premier Concert de Bruits, en mars 1950. D'emblée et d'instinct, tout y était dit, pressenti, des trois stades caractéristiques : celui du matériau-son « à l'état natif », […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-acousmatique/#i_5822

CATÉGORIES

  • Écrit par 
  • Fernando GIL
  •  • 6 074 mots

Dans le chapitre « Les catégories comme heuristique : Charles Sanders Peirce »  : […] La sous-détermination des catégories fait que leur fonction est, au premier chef, heuristique. Cela est manifeste dans l'œuvre de C. S. Peirce , où les catégories se révèlent être, selon les mots de Peirce lui-même, « des idées si vastes qu'elles doivent être entendues comme des états ( moods ) ou des tonalités ( tones ) de la pensée, plutôt que comme de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/categories/#i_5822

DEWEY JOHN (1859-1952)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 1 897 mots

Dans le chapitre « Le pragmatisme de John Dewey »  : […] La philosophie de John Dewey appartient au courant auquel C. S. Peirce a primitivement donné le nom de pragmatisme pour désigner une méthode, plus qu'une doctrine, attentive aux effets pratiques de nos idées et à leurs résultats observables. La première philosophie à laquelle Dewey doit une grande part de son inspiration n'est toutefois ni celle de Charles S. Peirce, ni cell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-dewey/#i_5822

EMPIRISME

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 13 313 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La croyance chez Kant et chez Hume »  : […] Or ce concept de croyance, qui permet d'anticiper pas à pas les possibilités de l'expérience, est justement ce qui va disparaître chez Kant au profit d'une anticipation globale des possibilités de l'expérience en général. Dans l'introduction à la Critique de la raison pure (2 e  éd.), Kant écrit : « Si toute connaissance débute avec l'expérience, cel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empirisme/#i_5822

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 6 285 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le pragmatisme »  : […] Le pragmatisme est le nom que Charles S. Peirce (1839-1914) a donné à sa philosophie, c'est-à-dire à ce qu'il considérait comme une méthode destinée à appliquer au traitement des problèmes philosophiques les techniques utilisées par les hommes de science dans leurs laboratoires. Cette inspiration, qu'il ne faut pas considérer comme une variété de scientisme, est à la source […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-philosophie/#i_5822

FORME

  • Écrit par 
  • Jean PETITOT
  •  • 27 547 mots

Dans le chapitre « Le vitalisme structuraliste et sémiotique »  : […] Avant d'exposer brièvement divers aspects de ces entreprises de subjectivation, il est bon de dire quelques mots sur le vitalisme du xix e  siècle. Après Kant, et en particulier en rapport avec la Naturphilosophie schellingienne, un certain nombre de penseurs en sont revenus à une position aristotélicienne-leibnizienne en te […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/forme/#i_5822

HEURISTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHRÉTIEN-GONI
  •  • 8 415 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Heuristique générale ou la logique de la découverte »  : […] Toute épistémologie est tenue de décider de deux problèmes : comment la certitude peut-elle être atteinte dans la connaissance scientifique – problème que l'on a coutume d'indexer sous le titre de « problème des fondements » –, et comment la découverte est-elle possible, découverte qui s'insère dans un mouvement spécifique résumé dans le terme de « progrès ». C'est la réponse à cette seconde inte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heuristique/#i_5822

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 532 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Linguistique et sémiologie »  : […] La linguistique n'intéresse pas seulement le philosophe en raison de son épistémologie propre, mais encore pour la puissance d'expansion et de généralisation de ses modèles de description et d'explication. Bien avant Saussure, le philosophe et logicien américain Charles Sanders Peirce , suivant en cela une suggestion de l' Essai de Locke, avait conçu l'idée d'une théorie géné […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-du-langage/#i_5822

LOGIQUE

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 12 995 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La renaissance de la logique »  : […] L'année 1847, où paraît la Mathematical Analysis of Logic de George Boole, marque le départ d'une nouvelle forme de logique, une logique qui, à la fois symbolique et mathématique , réalise enfin le double rêve de Leibniz . Se fondant sur certaines analogies entre les opérations fondamentales de la logique et des mathématiques, Bool […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/logique/#i_5822

MORRIS CHARLES WILLIAM (1901-1979)

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 152 mots

Philosophe américain dont l'œuvre est un commentaire de la théorie des signes de C. S. Peirce. Dans Signs, Language, and Behaviour (1946), Morris distingue, à l'intérieur de la sémiotique (théorie générale des signes), l'étude syntactique , qui décrit les relations des signes les uns avec les autres ; la sémantique , qui décrit la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-william-morris/#i_5822

PENSÉE

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 8 282 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Critique de la conception cartésienne : Peirce, Wittgenstein et Ryle »  : […] La conception cartésienne promeut une image de la pensée que des philosophes comme Peirce, Wittgenstein et Ryle considèrent comme un mythe pur et simple. Bien que distincts, leurs arguments ont de nombreuses affinités. Tous trois insistent, à des degrés divers, sur le fait que les pensées, comme attitudes propositionnelles, ne peuvent pas être mises sur le même plan que les sensations, ni être […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pensee/#i_5822

PRAGMATIQUE

  • Écrit par 
  • Francis JACQUES
  •  • 6 532 mots

Dans le chapitre « Genèse et développement »  : […] Les termes de « pragmatisme » et de « pragmatique » n'ont pas la même portée. Le premier désigne une position philosophique d'ensemble : c'est une théorie de la rationalité en tant que liée aux intérêts humains fondamentaux. Quelque chose de l'usage kantien du terme pragmatisch survit chez C. S. Peirce : « en relation avec quelque intention, projet humain défini ». Mais l'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pragmatique/#i_5822

PRAGMATISME

  • Écrit par 
  • Gérard DELEDALLE
  •  • 4 590 mots

Dans le chapitre « Les pragmatistes »  : […] Le mouvement pragmatiste est né et s'est développé en Amérique du Nord à la fin du xix e  siècle et au début du xx e . L'idée en est venue à Charles S. Peirce (1839-1914) entre 1865 et 1872. Il l'exposa à quelques amis, parmi lesquels se trouvait James, au cours de réunions d'un « Club métaphysiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pragmatisme/#i_5822

PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 17 217 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sujet et signifiant »  : […] Rappelons cependant, en un premier temps – pour la mettre d'abord en perspective, dans la période 1953-1964, où Lacan s'emploie à doter les praticiens de la psychanalyse d'un organon à leur mesure –, la série des repères linguistiques et logiques dont le contrepoint présidera, dans les années qui suivront, à la dialectique de cette grande logique à laquelle la praxis psychana […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse/#i_5822

QUANTIFICATION, linguistique

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DESCLES
  •  • 984 mots

La quantification est une série d'opérations de détermination qui sont constitutives de la bonne formation de l'énoncé. Le terme de quantification, en tant qu'opérations, a été introduit par C. S. Peirce et par G. Frege pour analyser des particules grammaticales comme « quelques », « certains », « chaque », « tous les », « aucun »... Ils ont retenu deux quantificateurs : l'existentiel (« Il y a de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quantification-linguistique/#i_5822

SÉMIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Julia KRISTEVA
  •  • 5 451 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Peirce et le positivisme logique »  : […] L'apparition d'une nouvelle science, l'axiomatique, appelée à assurer la compatibilité logique des différentes branches de la nouvelle géométrie qui vont se développer au xix e siècle, semble avoir déterminé la formulation explicite du projet sémiotique moderne. D'abord, George Boole, en introduisant l'analyse mathématique en logique dans sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/semiologie/#i_5822

SIGNE ET SENS

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 7 769 mots

Dans le chapitre « Vers une sémiotique générale »  : […] Ces principes et ces axiomes sont d'une telle généralité qu'on a pu concevoir de les appliquer au-delà du signe linguistique. Et cela dans deux directions où se joue chaque fois le destin de la notion de sens. La première direction conduit hors du langage ; c'est la voie ouverte par C. S.  Peirce, lorsque celui-ci conçut l'existence d'une science totale des signes qu'il appelait la sémiotique et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/signe-et-sens/#i_5822

Voir aussi

Pour citer l’article

Gérard DELEDALLE, « PEIRCE CHARLES SANDERS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-sanders-peirce/