CHANSON FRANÇAISE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au tournant du XXe siècle

On ne pouvait imaginer que l'introduction du jazz dans la chanson française des années 1930 allait régénérer l'écriture de celle-ci. On ne peut pas plus deviner que l'importation du rap américain va ramener le sens dans la chanson. En même temps qu'une loi de quotas pour les radios est votée – au Québec, elle a sauvé l'expression francophone –, le rap français impose des textes qui parlent du quotidien, qui dénoncent, qui revendiquent.

Un autre mouvement, dit « alternatif », essaie de s'éloigner du modèle américain et de se réinventer un arbre généalogique, en se réappropriant l'accordéon et la chanson populaire des années 1920. Confrontés à un show-business hostile, Les Têtes raides, apparus en 1988, mettront vingt ans à imposer leur « java-rock », tout comme leurs amis de La Tordue, formée en 1989, ou les Rita Mitsouko. Et un groupe qui semblait pourtant bien parti, dès 1987, Les Négresses vertes, connaîtra rapidement la déconfiture.

À côté de la chanson « médiatique », qui peut friser des abîmes de nullité (le boys band des 2Be3 !), une chanson de qualité résiste : Allain Leprest le maudit, Gilbert Lafaille, Michèle Bernard, Véronique Pestel... Les parcours sont cependant difficiles : même avec un réel soutien du public, l'inclassable Juliette et son bagage musical sérieux devra patienter vingt ans avant qu'une grande maison de disques la prenne sous contrat.

La nouvelle génération du xxie siècle éprouve moins de complexes à l'égard de la chanson anglo-saxonne, mais présente des problèmes d'identité. La vogue des musiques du monde a rappelé qu'on pouvait avoir du talent en espagnol, en arabe ou en wolof, pas uniquement en anglais. Et c'est une nouvelle explosion de chansons qui racontent des histoires, à la limite de la chanson de chansonnier des années 1930 : Vincent Delerm, Bénabar, Jeanne Cherhal... Les enfants des soixante-huitards détestent la rhétorique : sous l'égide de Dominique A, une nouvelle école se dessine, volontiers minimaliste, avec moins d'emphase, de la sobriété. Une Camille s'impose par son talent musical, ses textes originaux et sa présence scénique. Un nouveau tabou tombe : les enfants des émigrés ont le droit d'aborder la chanson et ne sont plus cantonnés dans les genres « exotiques » comme le rap ou le rhythm and blues (Ridan).

L'abandon programmé du CD et le téléchargement des albums remettent les chanteurs de scène en avant. Ils foisonnent : tout un chacun peut mettre son clip sur des sites Internet comme MySpace et rêve de devenir chanteur professionnel. Mais il faut compter avec les médias, leur idéologie où la notoriété prime sur le talent et le travail, cette volonté de vouloir créer des idoles à partir de rien, ce cynisme qui pousse à toujours jouer sur le conflit des générations. De même, pour des questions financières, les maisons de disques invitent les chanteurs à écrire textes et musique. Loin de la France métropolitaine suivons des trajectoires exemplaires : celle du Québécois Richard Desjardins, révélé par un album autoproduit lancé en 1987, Les Derniers Humains, qui impose son parler régional au milieu de chansons en français « international », et met entre parenthèses son statut de vedette pour réaliser des documentaires ; celle du Congolais Zao, dont le premier album, Ancien Combattant (1984), est devenu un classique ; sa chanson L'Aiguille (2006) témoigne de l'atroce guerre civile que connut son pays, et appelle à la réconciliation. Il y a encore place pour de grandes chansons.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Maurice Chevalier

Maurice Chevalier
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Mistinguett

Mistinguett
Crédits : Hulton Getty

photographie

Joséphine Baker

Joséphine Baker
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Édith Piaf et Marcel Cerdan

Édith Piaf et Marcel Cerdan
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Afficher les 8 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CHANSON FRANÇAISE  » est également traité dans :

ARRANGEURS DE LA CHANSON FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Serge ELHAÏK
  •  • 8 002 mots
  •  • 3 médias

Si une chanson est au départ une subtile union de paroles écrites par un auteur et d’un air créé par un compositeur, c’est grâce à un accompagnement musical approprié, fruit du travail d’un arrangeur, qu’elle prend toute sa valeur auprès de son interprète.Arrangeurs […] Lire la suite

HIGELIN ARTHUR dit ARTHUR H (1966- )

  • Écrit par 
  • Sabrina SILAMO
  •  • 1 146 mots
  •  • 1 média

Saltimbanque de la chanson française qui jongle avec le jazz, le rock, l’électro et la pop, le chanteur et musicien Arthur H a su s’affranchir de l’héritage de son père, Jacques Higelin, pour imposer sa voix caverneuse et ses paroles empreintes de poésie surréaliste . […] Lire la suite

AZNAVOUR CHARLES (1924-2018)

  • Écrit par 
  • Alain POULANGES
  •  • 1 584 mots
  •  • 1 média

Maurice Chevalier a dit de lui : « Il a osé chanter l'amour comme on le ressent, comme on le fait, comme on le souffre. » Pourtant le chemin fut long et difficile et, avant de connaître une gloire internationale, Charles Aznavour a bien failli subir l'échec définitif magnifiquement décrit dans « Je m'voyais déjà » (1961), bouleversant portrait hyperréaliste d'un artiste aux illusions déçues. De 1 […] Lire la suite

BAKER JOSÉPHINE (1906-1975)

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 508 mots
  •  • 2 médias

Après avoir effectué ses débuts dans la comédie musicale à Broadway et à Philadelphie, Joséphine Baker participe à une tournée en France des Black Birds (1925) : c'est la Revue nègre présentée au théâtre des Champs-Élysées, et dont les décors et l'affiche sont signés par Paul Colin. Pratiquement nue (ses reins sont entourés d'une corolle de bananes), Joséphine Baker danse sur des rythmes encore […] Lire la suite

BARBARA (1930-1997)

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 2 856 mots
  •  • 2 médias

L’auteure-compositrice et interprète Barbara est de ces artistes qui ont fait de la chanson l’apanage d’une poésie populaire capable d’effleurer les émotions juste avant qu’elles ne s’évanouissent. Cette œuvre – à moins qu’il ne s’agisse des marges d’une autofiction impossible – a révélé un style unique. À travers le mascara de ses regards, ses postures et ses mains tendues, une silhouette en noir […] Lire la suite

BARCLAY EDDIE (1921-2005)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 838 mots
  •  • 1 média

Le 18 mai 2005 ont été célébrées en l'église Saint-Germain-des-Prés, à Paris, de joyeuses funérailles, animées par le swing New Orleans des Haricots rouges, formation des années 1960 ressuscitée pour l'occasion. Ainsi l'avait voulu pour lui-même le plus célèbre des producteurs français de disques, Eddie Barclay. « Que la fête continue », avait prévenu son autobiographie publiée en 1988. Édouard Ru […] Lire la suite

BAROUH PIERRE (1934-2016)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 531 mots

Pierre Barouh est né le 19 février 1934 à Levallois-Perret, au sein d’une famille juive originaire de Turquie. Tout à la fois compositeur-interprète, acteur et producteur, il fut d’abord un homme de rencontres, ouvert à de multiples styles et genres, qu’il aimait partager et faire dialoguer. Après une brève carrière de journaliste sportif à Paris- P resse dans les années qui suivent la Seconde Gu […] Lire la suite

BASHUNG ALAIN (1947-2009)

  • Écrit par 
  • Alain POULANGES
  •  • 922 mots
  •  • 1 média

La route fut longue et accidentée avant qu'Alain Bashung rencontre son public . Artiste rock aux contradictions affirmées, il réclame de l'amour mais refuse les concessions nécessaires pour l'obtenir. Il se réfère volontiers à Bob Dylan, à Boby Lapointe, à Kurt Weill ou à Phil Spector pour justifier ses errances. L'industrie de la variété ne fait pas bon ménage avec l'avant-garde et Bashung ne do […] Lire la suite

BÉART GUY (1930-2015)

  • Écrit par 
  • Hélène HAZERA
  •  • 1 083 mots
  •  • 1 média

Guy Béart est né le 16 juillet 1930 au Caire dans une famille juive égyptienne francophone. Son père, homme d’affaires, se déplace beaucoup. Le jeune Guy Béart va donc passer son enfance entre la Grèce, le Mexique et le Liban, où la famille se fixe en 1940. Il obtient son baccalauréat à Beyrouth, puis suit des études de mathématiques, avant de partir s’installer à Paris avec sa famille. Là, il se […] Lire la suite

BÉCAUD GILBERT (1927-2001)

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 823 mots

Né à Toulon en 1927, François Silly a choisi le pseudonyme Bécaud (nom du deuxième époux de sa mère) vers vingt-cinq ans, à son retour des États-Unis. Un prénom étroitement hexagonal et un nom qui en américain signifie « stupide » se devaient d'être remplacés par le second prénom du chanteur, et un nom qui évoquait à la fois une célèbre confiserie de l'époque et le mot populaire qui désigne le bai […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hélène HAZERA, « CHANSON FRANÇAISE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chanson-francaise/