CEDH (Cour européenne des droits de l'homme)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), qui a son siège à Strasbourg, est un organe juridictionnel chargé de contrôler le respect de la « Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales », plus souvent appelée « Convention européenne des droits de l’homme ». Cette juridiction internationale a eu une influence très importante sur la protection juridique des droits de l’homme, notamment en France. Ses décisions sont accessibles sur le site HUDOC.

Cour européenne des droits de l'homme, Strasbourg, R. Rogers

Photographie : Cour européenne des droits de l'homme, Strasbourg, R. Rogers

Richard Rogers, Cour européenne des droits de l'homme, Strasbourg, 1991-1994. Le bâtiment accueille les salles d'audience de la Cour et de la Commission, la salle de délibération de la Cour, des salles de réunion et des bureaux. 

Crédits : Philipp von Ditfurth/ picture alliance/ Getty Images

Afficher

Création et évolutions de la CEDH

Le texte véritablement fondateur du droit international des droits de l’homme est sans doute la Déclaration universelle des droits de l’homme, adoptée en 1948 à Paris par l’Assemblée générale des Nations unies. Si elle revêt une certaine force symbolique, cette déclaration n’est néanmoins pas accompagnée d’un organe qui en contrôle le respect. En 1948, il ne paraissait pas plus réaliste qu’aujourd’hui de créer une Cour mondiale des droits de l’homme. Cette entreprise fut en revanche poursuivie dans un cadre plus régional, et d’abord en Europe. L’initiative en revint à une organisation intergouvernementale créée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le Conseil de l’Europe, qui vise, selon ses statuts, à « réaliser une union plus étroite de ses membres afin de sauvegarder et de promouvoir les idéaux et principes qui sont leur patrimoine commun ». Les membres de cette organisation, créée en 1949, ont immédiatement préparé et adopté la Convention européenne des droits de l’homme, signée à Rome, le 4 novembre 1950. Au contraire du texte « universel » qui l’a précédée et fortement inspirée, la Convention européenne institue une cour chargée d’examiner les recours qui invoquent une violation des droits qu’elle garantit.

À l’origine, le Conseil de l’Europe ne comptait que dix membres, et tous n’avaient pas ratifié la Convention européenne des droits de l’homme. La France, qui avait pourtant joué un rôle important dans la création de cette organisation, ne ratifia le texte qu’en 1974, pendant l’intérim exercé par le président du Sénat, Alain Poher, à la suite du décès du président de la République, Georges Pompidou. Les adhésions au Conseil de l’Europe se sont multipliées dans les années 1990 avec la fin de la guerre froide. Aujourd’hui, le Conseil de l’Europe est composé de quarante-six membres (il en comptait un de plus avant l’éviction de la Russie en 2022, à la suite de l’invasion de l’Ukraine) qui ont tous ratifié la Convention. La Cour européenne des droits de l’homme examine donc des requêtes qui concernent tant la France que Monaco, l’Islande que la Turquie. Cette Cour, il faut peut-être le souligner, n’a rien à voir avec l’Union européenne. Elle ne doit pas être confondue avec la Cour de justice de l’Union européenne, qui siège à Luxembourg et est chargée de l’interprétation et de l’application du droit de l’Union européenne.

Le système de protection de la Convention européenne des droits de l’homme a connu des évolutions importantes depuis sa création. Son succès phénoménal a sans doute dépassé de loin les attentes de ses créateurs. Des réformes fondamentales ont dû intervenir pour maintenir sa viabilité.

Le mécanisme conçu au départ prévoyait l’intervention de plusieurs organes. Le rôle principal était joué par une Commission européenne des droits de l’homme, qui examinait la recevabilité des requêtes et, le cas échéant, établissait un rapport qui indiquait son avis sur l’existence ou non d’une violation de la Convention. Ces rapports ont joué un rôle important dans le développement du contrôle du respect de la Convention et sont encore parfois cités aujourd’hui. La Commission ou l’État concerné pouvaient ensuite saisir la Cour. Si tel n’était pas le cas, le rapport était transmis au Comité des ministres, organe constitué de représentants des gouvernements des États, qui statuait sur le respect de la Convention. Le rôle initialement joué par la Cour européenne des droits de l’homme était donc très subsidiaire.

Ce système a été modifié de fond en comble avec le « Protocole no 11 », texte de modification de la Convention, adopté en 1994 et entré en vigueur le 1er novembre 1998, après que l’ensemble des États parties l’eurent ratifié. Ce texte supprime la Commission et [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

25 avril 2022 Turquie. Condamnation à la prison à vie de l'opposant Osman Kavala.

En février, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a lancé une procédure d’infraction contre la Turquie pour ne s’être pas conformée à un arrêt de décembre 2019 qui reconnaissait la violation par Ankara de la Convention européenne des droits de l’homme, à laquelle la Turquie est partie, et qui lui ordonnait la libération immédiate d’Osman Kavala. […] Lire la suite

18-25 octobre 2021 Turquie. Menace d'expulsion de dix ambassadeurs étrangers.

Arrêté en octobre 2017 et accusé d’avoir tenté de renverser le gouvernement, ce mécène et homme d’affaires a été acquitté en février 2020, avant d’être de nouveau arrêté pour sa participation présumée à la tentative de coup d’État de juillet 2016. En décembre 2019, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) avait déjà réclamé sa « libération immédiate ». […] Lire la suite

21 septembre 2021 Russie. Accusation de la Russie par la CEDH dans l'affaire Litvinenko.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) accuse la Russie d’être « responsable » de l’empoisonnement au polonium-210, une substance radioactive, du transfuge du FSB Alexandre Litvinenko à Londres, en novembre 2006. Elle confirme ainsi les conclusions de l’enquête publique britannique publiée en janvier 2016.  […] Lire la suite

9-15 avril 2021 France – Russie. Expulsions controversées de ressortissants tchétchènes.

Le 15, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) rend une décision imposant à la France d’apprécier de façon « complète et précise » les risques encourus dans leur pays par les personnes qu’elle expulse. Elle avait été saisie par un Tchétchène réfugié en France, qui a purgé une peine de prison pour association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un acte de terrorisme, et qui est désormais menacé d’expulsion. […] Lire la suite

13-14 avril 2021 Turquie. Remise en liberté du journaliste Ahmet Altan.

Le 13, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) condamne Ankara, dans le dossier de l’arrestation du journaliste Ahmet Altan, pour atteinte au droit à la liberté et à la sûreté, au droit à la liberté d’expression et au droit « de faire statuer à bref délai par un tribunal sur la légalité de la détention ». Soupçonné d’être impliqué dans la tentative de coup d’État de juillet 2016, Ahmet Altan est incarcéré depuis septembre 2016. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Thomas HOCHMANN, « CEDH (Cour européenne des droits de l'homme) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cedh-cour-europeenne-des-droits-de-l-homme/