CATHOLICISMEHistoire de l'Église catholique des origines au pontificat de Jean-Paul II

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le catholicisme à la recherche de sa mission dans le monde

Le pontificat de Léon XIII

Succédant à Pie IX (1878), Léon XIII se montre aussi intransigeant dans son refus de la solution imposée par l'Italie à la question romaine. Il critique aussi sévèrement la société moderne et dénonce à son tour les méfaits du libéralisme, du socialisme et de la franc-maçonnerie. Son pontificat marque néanmoins un certain changement d'attitude vis-à-vis du monde. L'influence catholique peut bien s'étendre sans cesse, grâce aux missions, à de nouveaux territoires, elle peut bien animer de fortes minorités là où auparavant elle était inexistante (Angleterre, Pays-Bas, États-Unis), on n'en perçoit pas moins son recul progressif ; les gouvernements sont souvent anticléricaux (Italie, France, Espagne, Portugal), l'incroyance progresse en même temps que la science, le prolétariat urbain se développe – en Europe du moins – en dehors de l'Église. Avertis des dangers qui les menacent, mais forts de la supériorité de ceux qui possèdent la vérité, les catholiques ne doivent-ils pas alors, semblables en cela aux premiers chrétiens, « entrer courageusement partout où s'ouvre un accès » (encyclique Immortale Dei, 1885) ?

Léon XIII

Photographie : Léon XIII

Portrait du pape Léon XIII, 1890. Lithographie. Pape de 1878 à 1903, Léon XIII s'illustra par son attitude offensive en faveur d'un ordre social chrétien, vigoureusement contre les gouvernements anticléricaux, la laïcisation, l'américanisme, la société moderne en général. 

Crédits : London Stereoscopic Company/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Qu'ils entrent dans la vie publique, mais au moment et selon les modalités que le pape lui-même décide ; en Italie, cela veut dire : pas au-delà des affaires communales ; en France, Albert de Mun se voit interdire la création d'un parti catholique (1885), les catholiques sont invités à se rallier sans réticence au régime républicain (1890), la démocratie chrétienne ne saurait être un parti (1901).

Attentif au mouvement des idées et aux initiatives, le Saint-Siège intervient en différents domaines pour encourager, développer, guider. La confrontation des diverses conceptions et expériences du christianisme social dans les congrès annuels de l'Union de Fribourg, à partir de 1884, permet l'élaboration d'une doctrine sur les problèmes modernes du travail que développe en 1891 l'encyclique Rerum novarum. Si le savoir catholique fait généralement pauvre figure devant les développements de la science, de la réflexion philosophique, des méthodes critiques, n'est-ce pas faute de magnanimité dans l'exploitation des trésors de vérité que détient l'Église ? Léon XIII préconise l'étude de la philosophie de saint Thomas, ouvre dès 1885 les Archives vaticanes à tous les chercheurs, encourage la fondation de l'École biblique de Jérusalem (1890), précise la nature de l'inspiration scripturaire (1893), crée à Rome la Commission biblique (1902).

Partisan, non de la séparation, mais de la coopération de l'Église avec les États dont il respecte la souveraineté en leur propre domaine (encyclique Immortale Dei, 1885), Léon XIII s'efforce effectivement de collaborer avec tous, même en l'absence de relations diplomatiques officielles, comme c'est le cas avec la Russie. La préoccupation de l'unité de l'Église est fortement exprimée en 1894 dans la lettre Praeclara gratulationis ; l'invitation très précise qu'elle comporte à l'égard de l'Église d'Orient provoque une réponse brutale du patriarche de Constantinople. En se prononçant négativement sur la nullité des ordinations anglicanes (1896), le pape à son tour semble bloquer tout espoir de réunion en corps de l'Église d'Angleterre. Il y a déjà une manière catholique de poser les problèmes de l'unité.

Tenant ferme à son autorité, mais l'appliquant à pousser clergé et laïque dans une participation plus directe aux combats de la justice comme à ceux de la foi, Léon XIII a engagé l'Église dans une nouvelle dialectique d'ouverture et de conservatisme, d'initiatives et de dirigisme, de sécularisation et de cléricalisme, de pluralisme et de centralisation, dont il est impossible de signaler en quelques lignes les multiples manifestations.

Pie X et le « modernisme »

Réflexes de défense et raideur semblent à première vue caractériser le pontificat de Pie X (1903-1914) : intransigeance avec les gouvernements, en France spécialement où, après la séparation de l'Église et de l'État (1905), tout accommodement (associations culturelles) est refusé : méfiance vis-à-vis de certaines formes d'engagement social (désaveu des syndicats mixtes d'ouvriers en Allemagne, condamnation du Sillon, 1910) ; panique devant les mises en question – autant que les erreurs – auxquelles conduit la rec [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 25 pages

Médias de l’article

Boniface VIII

Boniface VIII
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

-200 à 200 apr. J.-C. La loi romaine

-200 à 200 apr. J.-C. La loi romaine
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Pie IX

Pie IX
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Léon XIII

Léon XIII
Crédits : London Stereoscopic Company/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 10 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CATHOLICISME  » est également traité dans :

CATHOLICISME - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Régis BURNET
  •  • 1 225 mots

Avec le protestantisme, l'anglicanisme et l'orthodoxie, le catholicisme est l'une des principales formes de la religion chrétienne. Son nom officiel, « Église catholique apostolique et romaine », résume ses principales caractéristiques. « Catholique » vient du grec katholikos, qui signifie « universel » : le catholicisme affirme sa vocation à convertir tous les hommes. « Aposto […] Lire la suite

CATHOLICISME - La crise postconciliaire

  • Écrit par 
  • Michel de CERTEAU
  •  • 5 636 mots

Le singulier du terme « Église » contraste avec des pratiques et des croyances de plus en plus diversifiées – ou contradictoires – entre catholiques. Ces différences prolifèrent à mesure que s'épuise l'activité postconciliaire, fondée sur une utopie longtemps mobilisatrice. Elles se multiplient ou, simplement, elles réapparaissent dans le paysage où s'efface lentement, soleil couchant, le mythe ré […] Lire la suite

CATHOLICISME - Le catholicisme contemporain

  • Écrit par 
  • Paul THIBAUD
  •  • 3 344 mots
  •  • 1 média

Lorsqu'on parlait du catholicisme vers le milieu du xxe siècle, la tâche n'était pas toujours facile. Au moins croyait-on savoir où le trouver : dans les institutions qui en avaient le contrôle, l'Église avec ses fidèles, sa hiérar […] Lire la suite

CATHOLICISME - L'organisation et la vie de l'Église

  • Écrit par 
  • René COSTE, 
  • Pierre LIÉGÉ
  • , Universalis
  •  • 9 167 mots

Pour comprendre les institutions actuelles de l'Église catholique, il faut partir du fait historique qui explique son origine : la conviction d'un petit groupe d'hommes et de femmes, dans les années 30 à 40 du premier siècle, que Jésus de Nazareth, récemment crucifié sur ordre de Ponce Pilate, procurateur de Judée, était ressuscité, qu'il était le fils de Dieu, Dieu lui-même, l'Homme-Dieu, seigneu […] Lire la suite

CATHOLICISME - Les nouveaux mouvements ecclésiaux

  • Écrit par 
  • Salvatore ABBRUZZESE
  •  • 2 470 mots

Les nouveaux mouvements ecclésiaux qui s'affirment au sein de l'Église catholique à partir des années 1970 signalent la reprise d'une spiritualité laïque. Ils s'expriment sous la forme de groupements communautaires à l'heure d'une société apaisée dans ses rapports avec l'Église et « désidéologisée » dans ses pratiques culturelles. L'exigence d'une foi retrouv […] Lire la suite

CATHOLICISME - Le pontificat de Benoît XVI

  • Écrit par 
  • Giancarlo ZIZOLA
  •  • 5 804 mots
  •  • 1 média

Aprèsle long règne de Jean-Paul II, les cardinaux réunis en conclave en 2005 ont sans doute ressenti la nécessité de passer d'une papauté itinérante à une « papauté de trône », plus soucieuse d'intérioriser la foi catholique que de poursuivre une politique spectaculaire d'affirmatio […] Lire la suite

ABBÉ PIERRE HENRI GROUÈS dit L' (1912-2007)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude PETIT
  •  • 1 087 mots

L'abbé Pierre, de son vrai nom Henri Grouès, voit le jour à Lyon le 5 août 1912. Il est le cinquième d'une famille de huit enfants qu'il qualifie lui-même de bourgeoise. Cette famille nombreuse lui vaudra d'avoir cent vingt-trois neveux et nièces, tous âges, tous degrés et toutes conditions confondus, qui lui demanderont de répondre à leurs questions à l'occasion du cinquantième anniversaire de s […] Lire la suite

ACTION CATHOLIQUE

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 1 454 mots

Trop multiforme et trop étendue pour constituer une véritable organisation, l'Action catholique est plutôt un ensemble de mouvements obéissant à une sorte d'idée-force ou de loi-cadre qui consiste, dans l'Église contemporaine, à faire participer les laïcs à l'apostolat dont le pape et les évêques sont les premiers responsables. Les mouvements très variés qui ont tenté de mettre en œuvre ce dessein […] Lire la suite

AMÉRICANISME, catholicisme

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 376 mots

Doctrine ou attitude condamnée en 1899 par Léon XIII dans sa lettre Testem benevolentiae . « Hérésie fantôme », diront ceux qui étaient ou se sentaient visés. Opinions nouvelles qui amalgament les vertus américaines avec de vieilles erreurs et font le jeu du protestantisme anglo-saxon, expliqueront ceux qui jugeaient cette mesure nécessaire. Simple tactique d'apostolat où l'on a voulu chercher une […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE, économie et société

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL
  •  • 13 692 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « L'Église »  : […] L'Amérique latine est avant tout un continent catholique : elle porte près de la moitié des fidèles de l'Église de Rome, un tiers de ses évêques. La population est chrétienne à 90 p. 100, et les protestants, en progression, en représentent 20 p. 100, essentiellement au sein des différentes églises évangéliques. Le Brésil est le premier pays catholique du monde avec 136 millions de fidèles, soit […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-24 avril 2005 Vatican. Mort du pape Jean-Paul II et élection de Benoît XVI

Réputé conservateur, il veut toutefois « affirmer avec force la décisive volonté de poursuivre l'engagement de la réalisation du concile Vatican II » qui fut celui de l'aggiornamento de l'Église catholique. Son élection suscite néanmoins des inquiétudes dans les milieux chrétiens progressistes. Le 24, Benoît XVI célèbre la messe d'inauguration de son pontificat sur la place Saint-Pierre devant trois cent cinquante mille fidèles. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean DANIÉLOU, André DUVAL, « CATHOLICISME - Histoire de l'Église catholique des origines au pontificat de Jean-Paul II », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/catholicisme-histoire-de-l-eglise-catholique-des-origines-au-pontificat-de-jean-paul-ii/