AMÉRICANISME, catholicisme

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Doctrine ou attitude condamnée en 1899 par Léon XIII dans sa lettre Testem benevolentiae. « Hérésie fantôme », diront ceux qui étaient ou se sentaient visés. Opinions nouvelles qui amalgament les vertus américaines avec de vieilles erreurs et font le jeu du protestantisme anglo-saxon, expliqueront ceux qui jugeaient cette mesure nécessaire. Simple tactique d'apostolat où l'on a voulu chercher une théologie particulière, estimera un philosophe catholique, G. Fonsegrive, favorable à cette ouverture.

Ce qu'on a appelé, dans la polémique, l'« américanisme » est en réalité le produit de plusieurs faits : la figure particulière prise par le catholicisme dans le contexte culturel propre aux États-Unis ; la découverte enthousiaste de ce catholicisme (ou, plus exactement, de certains de ses aspects) par des catholiques français qui y virent une réponse à leurs insatisfactions et un exemple dont s'inspirera la résistance, en France et à Rome, des milieux les plus traditionnels ; la mise en œuvre d'une procédure théologique qui consiste à faire la théorie d'une pratique à partir des textes où cette pratique s'exprime sur elle-même ; le refus des catholiques américains de se reconnaître dans cette construction.

Simple « pays de mission » au début du xixe siècle, les États-Unis (où le premier évêché catholique datait de la Révolution française) étaient, à l'orée du xxe siècle, le symbole d'une éclatante réussite du catholicisme, qu'ils devaient pour une bonne part à l'immigration européenne et à l'initiative du clergé. Libre (dans un régime de séparation), organisée (avec des paroisses vivantes et des œuvres multiples), dynamique (avec quelques évêques prestigieux), l'Église qui s'y était développée pouvait faire envie et passer pour un modèle : adaptée à son siècle et à son pays, elle faisait preuve d'un loyalisme constitutionnel et démocratique qui contrastait fort avec les débats qui agitaient alors les Églises de la vieille Europe.

Avec le recul, la controverse apparut vite comme une escarmouche avant la grande bataille du modernisme.

—  Émile POULAT

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  AMÉRICANISME, catholicisme  » est également traité dans :

LÉON XIII (1810-1903) pape (1878-1903)

  • Écrit par 
  • Roger AUBERT
  •  • 2 398 mots

Dans le chapitre « Les orientations nouvelles »  : […] Cependant, plus que par cet aspect de continuité, le pontificat de Léon XIII se caractérisa par un esprit nouveau, dont l'originalité fut vivement ressentie par les contemporains. Dans ses relations avec les gouvernements, Léon XIII, dont les secrétaires d'État – même Rampolla – ne sont que des instruments dociles, préférait les méthodes diplomatiques aux protestations enflammées. Visant avant tou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-xiii/#i_3701

Pour citer l’article

Émile POULAT, « AMÉRICANISME, catholicisme », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/americanisme-catholicisme/