AMÉRIQUE LATINE, économie et société

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avec 20 418 000 kilomètres carrés, l'ensemble latino-américain couvre 15 p. 100 des terres émergées, soit une superficie équivalente à celle de l'ex-URSS ou du groupe États-Unis–Canada ; en 2016, il comptait 640 millions d'habitants, soit 8,5 p. 100 de la population mondiale et un peu plus d'un dixième de celle des pays en développement. Rappelons, en comparaison, que l'Asie (sans le Moyen-Orient) représente 59 p. 100 de la population mondiale et les deux tiers de celle des pays en développement.

Un petit nombre des habitants de ses pays ne parlent pas une langue d'origine latine, mais sont anglophones (Guyana, Trinidad, Jamaïque, Belize, entre autres) ou néerlandophones (Suriname), et certains peuples également latins de l'Amérique du Nord, comme les Québécois ou les Acadiens, n'en font pas partie ; pourtant, l'Amérique latine est habituellement considérée comme un ensemble relativement homogène, issu de la rencontre de « l'humanité indienne et de l'humanité ibérique », selon la formule de Pierre Chaunu. Le terme même apparaît en France sous le second Empire, lors de l'aventure malheureuse de Maximilien, et connaît depuis lors une utilisation universelle, malgré des propositions peut-être plus adéquates comme Indo-Amérique, Amérique indo-latine ou encore Ibéro-Amérique.

Si les niveaux de développement sont intermédiaires entre ceux du monde développé et ceux des pays d'Afrique ou d'Asie du Sud, l'Amérique latine, hormis quelques exceptions comme le Chili, n'a pas connu un dynamisme comparable à celui de la Chine et des autres pays d'Extrême-Orient. En fait, les étapes du développement économique de l'Amérique latine – cet « Extrême-Occident », pour reprendre l'expression d'Alain Rouquié – présentent un aspect contradictoire : d'un côté, un grand dynamisme à long terme illustré par les transformations majeures de pays comme le Brésil ou le Mexique depuis un siècle et leur accès au rang des principales puissances économiques et industrielles mondiales ; de l'autre, une série de handicaps structurels et institutionnels hérités de l'histoire, qui expliquent les retards du sous-continent ainsi que les blocages du développement, particulièrement nets dans le cas de la Colombie, du Venezuela, de la Bolivie, du Pérou, de l'Argentine, voire du Brésil. Toutefois, une triple évolution semble marquer favorablement la région depuis les années 1990, à l’exception du Venezuela et de Cuba : progrès de la démocratie, réorientation générale des politiques économiques et aussi nouvelles tentatives de renforcement des liens économiques régionaux de ce « continent en quête d'unité » depuis son indépendance.

Aspects généraux

Population et urbanisation

L'Amérique latine comptait 523 millions d'habitants en 2000, contre seulement 25 millions en 1800. C'est le fruit, bien sûr, d'une forte immigration, qui culmine au début du xxe siècle, mais aussi et surtout de l'accroissement naturel, qui participe de l'explosion démographique atteignant tous les pays en développement après la Seconde Guerre mondiale. Les taux de mortalité baissent alors rapidement sous l'effet des progrès médicaux (12 p. 1 000 dès 1965 contre 10 p. 1 000 dans les pays développés), tandis que les taux de natalité restent à des niveaux très élevés (40 p. 1 000 contre 20 p. 1 000 à cette même date). La dynamique est telle que la population du sous-continent, encore inférieure à celle des seuls États-Unis en 1940, en représentait à peu près le double en 2016 avec 640 millions d'habitants contre 327 millions. La part des jeunes y est importante, les moins de quinze ans représentant 28 p. 100 du total, soit le même chiffre que la moyenne mondiale (contre 18 p. 100 dans les pays développés, 26 p. 100 en Asie, 33 p. 100 dans le monde arabe et 43 p. 100 en Afrique noire), avec toutes les difficultés que cela implique : charge élevée pour les actifs, infrastructures nombreuses à mettre en place, nécessité d'une création continue de nouveaux emplois, marginalisation, etc. Cependant, l'Amérique latine est la première région du monde en développement à avoir entamé sa transition démographique. Le taux d'accroissement naturel atteint un maximum en 1960-1965 (29 p. 1 000), puis régresse (de 25 p. 1 000 dans les années 1970 à 13 p. 1 000 dans les années 2000 et 10 p. 1 000 dans les années 2010), sous l'effet de la baisse du taux de natalité (28 p. 1 000 en 1990, 22 p. 1 000 en 2000 et 17 p. 1 000 en 2017 ; pays de l'OCDE : 13, 12 et 10 p. 1 000) ; cette baisse est particulièrement nette dans le sud (Argentine, 17 p. 1 000 en 2017 ; Chili, 14 p. 1 000 ; Uruguay, 13 p. 1 000). L'évolution démographique rejoint ainsi celle des pays développés et correspond au phénomène général de baisse de la fécondité lié au développement économique et à l'élévation du statut social des femmes. La population de l'Amérique latine devrait ainsi se stabiliser au cours du xxie siècle aux environs de 800 millions et représenter, selon les projections de l'ONU, 9 p. 100 de la population mondiale en 2025, soit un pourcentage peu différent de la situation actuelle.

La population totale est donc encore relativement faible par rapport à l'immensité du continent (densité : 31 hab./km2, contre 99 en Asie y compris le Moyen-Orient et 15 dans le monde entier) et très inégalement répartie. Les régions côtières – surtout sur la façade atlantique en Amérique du Sud, du Nordeste au Río de la Plata, mais aussi au nord-ouest, du Venezuela à l'Équateur – et les hautes terres du Mexique et de Colombie concentrent la majeure partie de la population. Trois pays (Brésil, Mexique, Colombie) représentent 60 p. 100 de la population totale en 2017. Les types de peuplement sont également très disparates. On oppose généralement une Amérique blanche au sud (Argentine, Chili, Uruguay, sud du Brésil) représentant 15 p. 100 de la population latino-américaine, une Amérique indienne dans les pays andins, l'Amérique centrale et le Mexique (48 p. 100) et, enfin, pour 37 p. 100, une Amérique mélangée, issue du triple peuplement indien, européen et africain, renforcé de l'apport asiatique (Brésil, Venezuela, Colombie, Paraguay, Guyanes).

L'Amérique latine est le continent le plus urbanisé du monde en développement (80 p. 100 de la population totale en 2012), équivalent à cet égard à la situation dans le monde développé, bien plus que d’autres régions en développement (Afrique et Asie, 35 p. 100 ; monde arabe, 57 p. 100). Cela s'explique par l'histoire (implantation de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 20 pages

Médias de l’article

Mexico, centre-ville

Mexico, centre-ville
Crédits : Robert Frerck/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Amérique latine : économie

Amérique latine : économie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Labourage au Mexique

Labourage au Mexique
Crédits : George Pickow/ Getty Images

photographie

Amérique latine : agriculture

Amérique latine : agriculture
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 23 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  AMÉRIQUE LATINE, économie et société  » est également traité dans :

AMÉRIQUE LATINE - Évolution géopolitique

  • Écrit par 
  • Georges COUFFIGNAL
  •  • 7 479 mots

Dans le chapitre « Ouverture des économies et accroissement de la pauvreté »  : […] Le retour de la démocratie s'est fait à un moment où les nouveaux élus avaient à gérer en même temps une mutation radicale dans le champ de l'économie. En Amérique latine, la construction de l'État au xix e  siècle a précédé celle de la nation. Dès l'origine, celui-ci a joué un rôle essentiel dans le développement. La colonisation espagnole et la colonisation portugaise avaient mis en place un sy […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - La question indienne

  • Écrit par 
  • David RECONDO
  •  • 2 811 mots
  •  • 3 médias

C'est au début des années 1980 qu'un mouvement panindien émerge en Amérique latine. Au Mexique, mais aussi au Guatemala, en Colombie, en Équateur, au Pérou et en Bolivie, des organisations dirigées par une élite souvent éduquée à la ville élaborent des revendications qui vont au-delà des demandes traditionnelles de récupération de terres et d'amélioration des conditions socio-économiques des popul […] Lire la suite

ANDIN PACTE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 327 mots

Le manque de résultats significatifs obtenus par l'Association latino-américaine de libre-échange (A.L.A.L.E.), la nécessité de renforcer le commerce extérieur et d'entreprendre un effort pour développer l'économie interne, enfin la présence d'un marché interne insuffisant pour les produits durables poussèrent la Bolivie, le Chili, la Colombie, l'Équateur et le Pérou à créer un mouvement subrégion […] Lire la suite

ARMÉE - Pouvoir et société

  • Écrit par 
  • Pierre DABEZIES
  •  • 16 279 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Pouvoir civil et pouvoir militaire »  : […] Aux divergences entre l'armée et la société répondent souvent des démêlés avec le pouvoir. Le premier problème est de savoir qui commande : face au pouvoir civil, en principe détenteur d'une souveraineté pleine et entière, le poids des armes et leur spécificité confèrent à l'autorité militaire, dotée de compétences partielles, un pouvoir souvent concurrent. À travers l'histoire, on retrouve const […] Lire la suite

BANQUE INTERAMÉRICAINE DE DÉVELOPPEMENT (B.I.D.)

  • Écrit par 
  • Marie-France BAUD-BABIC
  •  • 544 mots

Dès sa création, en 1959, la Banque interaméricaine de développement (B.I.D.) a été conçue comme une institution appelée à jouer un rôle catalyseur dans la mobilisation des ressources destinées au développement économique et social de l'Amérique latine. La Banque, dont le siège est à Washington, représente la principale source de financement extérieur public de la plupart des pays de la région lat […] Lire la suite

C.E.P.A.L. (Commission économique pour l'Amérique latine)

  • Écrit par 
  • Alain-Pierre RODET
  •  • 341 mots

Créée en 1948 et placée sous le contrôle du Conseil économique et social des Nations unies, dont elle constitue l'une des cinq commissions régionales, la Commission économique pour l'Amérique latine (C.E.P.A.L.) a son siège à Santiago du Chili. Elle publie l' Annuaire statistique de l'Amérique latine et des Caraïbes . La C.E.P.A.L. est à l'origine de projets globaux à long terme pour les pays du c […] Lire la suite

COMMUNAUTÉ ANDINE DES NATIONS (C.A.N.)

  • Écrit par 
  • Liliana GALVEZ
  •  • 598 mots
  •  • 1 média

Héritière du Pacte andin de 1969, la Communauté andine est une organisation internationale fondée en 1997 qui associait à l'origine la Bolivie, la Colombie, l'Équateur, le Pérou, le Venezuela dans un cadre institutionnel rénové appelé Système andin d'intégration . Depuis le départ du Venezuela en avril 2006, la Communauté andine représente une superficie de 3,7 millions de kilomètres carrés, une […] Lire la suite

CUBA

  • Écrit par 
  • Marie Laure GEOFFRAY, 
  • Janette HABEL, 
  • Oruno D. LARA, 
  • Jean Marie THÉODAT, 
  • Victoire ZALACAIN
  •  • 24 414 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Les nouvelles perspectives »  : […] Le tourisme est un phénomène ancien à Cuba, mais il a longtemps été délaissé par la révolution. Déjà dans les années 1920-1930, l'aristocratie nord-américaine prenait ses quartiers d'hiver à La Havane, réputée pour sa culture latine, la douceur de son climat, la musique, les cigares et le rhum. À partir de 1995, les recettes du tourisme dépassent celles des exportations de sucre. Le nombre de tou […] Lire la suite

DÉMOCRATIE CHRÉTIENNE

  • Écrit par 
  • Pierre LETAMENDIA
  • , Universalis
  •  • 6 252 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'Amérique latine, l'Afrique et l'Asie »  : […] L' Amérique latine comptait deux partis démocrates-chrétiens avant la guerre (Chili, Uruguay) ; démocratisation des systèmes politiques aidant, ils sont aujourd'hui plus de vingt. Pourtant, le bilan d'ensemble reste mitigé : de poids électoral secondaire au Mexique, le mouvement est faiblement représenté dans les deux autres grands pays de la zone, le Brésil et l'Argentine. La D.C. n'a pas bénéfi […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL - Histoire

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques FRIBOULET
  •  • 8 093 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les perspectives du développement »  : […] La disparité des résultats économiques est grande au sein des régions du monde en développement. Pour l'ensemble de l'Asie, et à l'exception des régions ravagées par les conflits armés, les bases du développement construites dans les 1950-1960 ont résisté aux chocs conjoncturels des années 1970-1980. La plupart des pays d'Asie ont connu, à partir des années 1990, un véritable développement et, po […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques BRASSEUL, « AMÉRIQUE LATINE, économie et société », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-latine-economie-et-societe/