CARTEL, théâtre

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jouvet

Louis Jouvet (1887-1951) affichait volontiers un certain cynisme intellectuel et mena sa carrière avec habileté. En fait, cet ancien élève de l'École de pharmacie avait le culte du beau et manquait d'assurance en soi. Il alla du plus facile (presque le Boulevard) au plus difficile (les classiques) par une progression constante et opiniâtre, équilibrant ce qu'il pouvait y avoir de formel dans ses conceptions littéraires par une connaissance approfondie de toutes les techniques de la scène, et, particulièrement, de la scène italienne ; il pensait que celle-ci offre, à qui sait l'utiliser, les possibilités les plus larges. D'esprit plus « moderne » que Dullin, pendant la plus grande partie de sa carrière il fit porter tous ses efforts (1923-1934 à la Comédie des Champs-Élysées, 1935-1940 à l'Athénée) à la recherche et à la formation d'auteurs contemporains dont les plus célèbres furent Jules Romains (Knock, Le Mariage de M. Le Trouhadec, Donogoo), Achard (Jean de la Lune, Domino) et surtout Jean Giraudoux (Siegfried, Amphitryon, Intermezzo, La Guerre de Troie, Électre, Ondine). Il avait réuni une troupe brillante (Valentine Tessier, Renoir, Michel Simon, Madeleine Ozeray) à qui il imposait un jeu sobre, rigoureux, où tout tendait à éclairer et à mettre en valeur les idées et les mots. Un décorateur de génie, Christian Bérard, unissait ses talents à ceux d'une équipe remarquable, galvanisée par les exigences et la ferveur du maître de jeu. Les représentations triomphales, en 1936, de L'École des femmes de Molière devaient être les premières d'une série classique (Les Fourberies de Scapin, Le Tartuffe, Don Juan).

Louis Jouvet dans Entrée des artistes, M. Allégret

Photographie : Louis Jouvet dans Entrée des artistes, M. Allégret

Photographie

Louis Jouvet (1887-1951) dans le film de Marc Allégret Entrée des artistes (1938), où l'interprétation du professeur Lambertin par le célèbre acteur et metteur en scène de théâtre français semble, par son aspect proprement documentaire, parler autant pour lui que pour son... 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Aux ailes de ce bastion d'équilibre et de vigueur que représentaient les deux disciples de Copeau, Pitoëff et Baty apportaient, l'un l'affranchissement de la pure poésie et l'autre celui du rêve.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : administrateur général honoraire de la Comédie-Française, ancien inspecteur général des spectacles, essayiste théâtral

Classification

Autres références

«  CARTEL, théâtre  » est également traité dans :

BATY GASTON (1885-1952)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 442 mots

Troisième homme du « Cartel », Gaston Baty fut un technicien sensible et intelligent de cette machine à jouer qu'est le théâtre. Il débute en 1919 au cirque d'Hiver en assistant Firmin Gémier dans une de ses mises en scène populaires. En 1921, il crée sans grand succès L'Annonce faite à Marie de Paul Claudel. Il fonde alors les Compagnons de la chimère, avec lesquels il erre de théâtre en théâtre […] Lire la suite

MOLIÈRE

  • Écrit par 
  • Antoine ADAM, 
  • Alfred SIMON
  •  • 8 500 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'ère du metteur en scène »  : […] Les choses se sont mises à changer à mesure que le metteur en scène prenait le pouvoir. Il lui a fallu plus de temps en France qu'ailleurs pour y parvenir et, d'autre part, les classiques, donc Molière, furent plus souvent que les modernes son cheval de bataille à cause de leur prestige, de leur richesse et... de leur docilité. Un universitaire, Gustave Lanson, et un homme de théâtre, Jacques Cop […] Lire la suite

VIEUX-COLOMBIER THÉÂTRE DU - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 810 mots

1913 En avril, à la recherche d'un lieu théâtral à Paris, Jacques Copeau découvre au 21 rue du Vieux-Colombier, au cœur du quartier Latin, une salle de 500 places baptisée Athénée Saint-Germain . Le théâtre réaménagé est ouvert le 23 octobre 1913, avec une œuvre élisabéthaine : Une femme tuée par la douceur , de Thomas Heywood. Dans les huit mois qui suivent quinze pièces seront représentées. Par […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La scène

  • Écrit par 
  • Alfred SIMON
  •  • 10 030 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La scène architecturée »  : […] Jusque-là, aucun changement radical n'est intervenu. Le décor des peintres résout le problème du décor illusionniste en niant la perspective et le volume en trompe l'œil. Il ne remet pas en question la scène frontale, et celle-ci ne doit sa liberté relative qu'aux couleurs. Quant à l'acteur, il se trouve intégré au décor, plutôt noyé dans le chatoiement des couleurs par son costume et son maquilla […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre-Aimé TOUCHARD, « CARTEL, théâtre », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 août 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cartel-theatre/