CARTEL, théâtre

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mot « cartel », ressuscité en 1924 par le Cartel des gauches, ne s'utilisait plus qu'en économie et en politique, quand les quatre principaux animateurs de théâtre du Paris de cette époque décidèrent, le 6 juillet 1927, de fonder une association pour la défense de leurs intérêts professionnels, en particulier devant la critique. Ils l'appelèrent eux aussi le Cartel, sans se douter que ce nom deviendrait aux yeux du public le symbole d'une formule esthétique.

Pour un théâtre d'avant-garde

À première vue, Dullin, Jouvet, Baty et Pitoëff éprouvaient surtout, dans leur activité quotidienne, le sentiment de leurs divergences. Si Dullin et Jouvet avaient été, l'un et l'autre, disciples de Copeau, Dullin défendait un théâtre où le sens de l'action dramatique l'emportait sur le respect de la forme littéraire, alors que Jouvet – et il le prouva surtout après sa rencontre avec Giraudoux (1928) – subissait davantage le charme des idées et des mots. De son côté, Baty, lyonnais comme Dullin, lançait précisément ses anathèmes à « Sire le Mot » et s'efforçait surtout de recréer des atmosphères. Quant à Pitoëff, venu assez tard de Russie, via Genève, il s'était fait avant tout l'initiateur de Paris au théâtre international.

Cependant le public ne se trompait pas quand il groupait ces quatre hommes sous une même étiquette. Chacun d'eux représentait en effet, à sa façon mais avec fermeté, ce qu'on appelait alors le théâtre d'avant-garde, c'est-à-dire un effort de recherche et de création libéré des préoccupations trop exclusivement commerciales de leurs confrères. Et, en dépit de leurs tempéraments différents, leurs convictions esthétiques profondes étaient les mêmes. Peut-être s'en rend-on compte encore mieux de nos jours, à une époque où la jeune génération théâtrale renie dans son ensemble l'héritage de ces aînés.

Antoine avait été le précurseur, en ouvrant le théâtre aux grands thèmes de la pensée contemporaine, quels qu'ils fussent, pourvu qu'ils expriment les inquiétudes, les refus, les espoirs et les volontés de son époque. Copeau a [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : administrateur général honoraire de la Comédie-Française, ancien inspecteur général des spectacles, essayiste théâtral

Classification


Autres références

«  CARTEL, théâtre  » est également traité dans :

BATY GASTON (1885-1952)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 442 mots

Troisième homme du « Cartel », Gaston Baty fut un technicien sensible et intelligent de cette machine à jouer qu'est le théâtre. Il débute en 1919 au cirque d'Hiver en assistant Firmin Gémier dans une de ses mises en scène populaires. En 1921, il crée sans grand succès L'Annonce faite à Marie de Paul Claudel. Il fonde alors les Compagnons de la chimère, avec lesquels il erre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaston-baty/#i_5035

MOLIÈRE

  • Écrit par 
  • Antoine ADAM, 
  • Alfred SIMON
  •  • 8 499 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'ère du metteur en scène »  : […] Les choses se sont mises à changer à mesure que le metteur en scène prenait le pouvoir. Il lui a fallu plus de temps en France qu'ailleurs pour y parvenir et, d'autre part, les classiques, donc Molière, furent plus souvent que les modernes son cheval de bataille à cause de leur prestige, de leur richesse et... de leur docilité. Un universitaire, Gustave Lanson, et un homme de théâtre, Jacques Cop […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moliere/#i_5035

VIEUX-COLOMBIER THÉÂTRE DU - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 810 mots

1913 En avril, à la recherche d'un lieu théâtral à Paris, Jacques Copeau découvre au 21 rue du Vieux-Colombier, au cœur du quartier Latin, une salle de 500 places baptisée Athénée Saint-Germain . Le théâtre réaménagé est ouvert le 23 octobre 1913, avec une œuvre élisabéthaine : Une femme tuée par la douceur , de Thomas Heywood […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vieux-colombier-reperes-chronologiques/#i_5035

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La scène

  • Écrit par 
  • Alfred SIMON
  •  • 10 027 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La scène architecturée »  : […] Jusque-là, aucun changement radical n'est intervenu. Le décor des peintres résout le problème du décor illusionniste en niant la perspective et le volume en trompe l'œil. Il ne remet pas en question la scène frontale, et celle-ci ne doit sa liberté relative qu'aux couleurs. Quant à l'acteur, il se trouve intégré au décor, plutôt noyé dans le chatoiement des couleurs par son costume et son maquilla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-la-scene/#i_5035

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre-Aimé TOUCHARD, « CARTEL, théâtre », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cartel-theatre/