VITEZ ANTOINE (1930-1990)

Né en 1930, autodidacte, formé à travers des expériences personnelles mais surtout par son propre appétit de culture, Antoine Vitez est issu d'une famille très « IIIe République » : sa mère est institutrice et son père photographe, animé de sympathies anarchistes. Vitez ne fait pas d'études universitaires, mais commence tôt à apprendre le russe – il traduit Cholokhov, Maïakovski, Boulgakov – et à travailler auprès d'Aragon dont il sera le secrétaire de 1960 à 1962 pour L'Histoire parallèle de l'U.R.S.S. et des États-Unis. Il suit, par ailleurs, les cours de théâtre de Tania Balachova. Assez vite, il commence à enseigner avec passion, et s'impose rapidement en tant que pédagogue, d'abord à l'école Jacques-Lecocq, ensuite, pendant plus de dix ans (1968-1981), au Conservatoire national, où il développe une approche personnelle qui rompt avec les habitudes anciennes. Il développe surtout le principe des exercices et des variations de jeu à partir des textes. En même temps, il s'applique à restaurer la diction de l'alexandrin dans sa dimension formelle, où la musique prend une place importante. Liberté et ordre extrême seront de fait les deux pôles de sa pédagogie. En même temps, Vitez assure pour les jeunes interprètes un passage facile de la salle de l'école à la scène du théâtre professionnel. Il s'agit d'une mise à l'épreuve, d'un défi à affronter pour l'élève comédien.

Un metteur en scène-pédagogue

Il y a, certes, de l'orgueil dans cette pratique, car le metteur en scène entend chaque fois se placer à l'origine d'une carrière, et non pas hériter d'interprètes déjà auréolés. Jusqu'à son arrivée à la Comédie-Française en 1988, Vitez aura le souci de toujours privilégier, dans le choix d'un rôle, la révélation aux dépens parfois de la justesse, et le comédien inconnu, jeune, aux dépens du comédien connu, peut-être davantage expert, mais forcément plus réservé et aussi davantage prisonnier du métier. Or, chez Vitez, l'imaginaire du corps ne peut s'accomplir que grâce à une distribution libre de toute réticence, toujours ouverte aux propo [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : professeur d'études théâtrales à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  VITEZ ANTOINE (1930-1990)  » est également traité dans :

DESCHAMPS JÉRÔME (1947-    )

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 1 175 mots

notamment, en 1975, dans Partage de midi sous la direction d’Antoine Vitez. Ce même Vitez, dont il a été l’élève, l’engage pour la première fois dans Mère Courage de Brecht en 1973, avant d’accueillir ses premières créations au Théâtre des Quartiers d’Ivry : Baboulifiche et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jerome-deschamps/#i_80784

DRAME - Les écritures contemporaines

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SARRAZAC
  •  • 6 548 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  De la scène au texte, et retour »  : […] La déferlante du théâtre-récit, depuis les années 1970, est un symptôme manifeste de cette tendance. Ce qui n'était encore, dans le propos d'Antoine Vitez – selon lequel on pouvait « faire théâtre de tout » et, en particulier, d'un texte « à la troisième personne » – qu'une simple éventualité, une licence qui trouva forme avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/drame-les-ecritures-contemporaines/#i_80784

MARION MADELEINE (1929-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 291 mots

Violaine, Partage de midi et Le Pain dur. Mais c'est avec Antoine Vitez – avec qui elle avait joué dans Partage de midi – que sa carrière va connaître un tournant décisif. Sous la direction de celui-ci , elle se produit dans Bérénice en 1980 puis, lorsque le metteur en scène […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/madeleine-marion/#i_80784

MOLIÈRE

  • Écrit par 
  • Antoine ADAM, 
  • Alfred SIMON
  •  • 8 500 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La nouvelle vague »  : […] En 1978, alors que sortait sur les écrans le superbe film d'Ariane Mnouchkine consacré à Molière, Antoine Vitez offrait au public la plus grande entreprise moliéresque de ces dernières années : les quatre grandes pièces de Molière (L'École des femmes, Tartuffe, Dom Juan, Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moliere/#i_80784

SCÉNOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 6 523 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La contestation de la salle à l'italienne »  : […] se développe auprès de Jacques Lassalle, puis se concrétise, à partir de 1969, au côté d'Antoine Vitez dans un échange artistique fécond. Elle bannit l'image descriptive et l'énumération symbolique, dans un style dépouillé qui élimine le superflu et l'artifice, et exalte la présence de l'acteur. S'inspirant des techniques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scenographie/#i_80784

LE SOULIER DE SATIN, Paul Claudel - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 1 118 mots

Dans le chapitre « Le flot débordant du verbe »  : […] La véritable intégrale de la pièce (à la seule exception de la scène I de la deuxième journée) est due en 1987 à Antoine Vitez, au festival d'Avignon puis à Chaillot, avec Didier Sandre et Ludmila Mikaël dans les rôles de Rodrigue et Prouhèze. Vitez et son décorateur Yannis Kokkos semblent ici avoir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-soulier-de-satin-paul-claudel/#i_80784

LE SOULIER DE SATIN (mise en scène O. Py)

  • Écrit par 
  • Monique LE ROUX
  •  • 950 mots

du monde capables d'accepter la notion de « mal nécessaire », indissociable de la confiance en la Providence. En 1987, Antoine Vitez, fasciné par l'écriture claudélienne et la transmutation de l'histoire autobiographique, avait éludé la première scène de la deuxième Journée et sa bonne conscience colonialiste. Mais, à cette exception près, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-soulier-de-satin/#i_80784

THÉÂTRE NATIONAL DE CHAILLOT

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 997 mots

Nommé par Jacques Duhamel, ministre de la Culture, Jack Lang arrive à Chaillot en 1973 avec un projet fondé sur « la création d'une dramaturgie nouvelle dans un grand théâtre de recherche populaire », et qui associe Antoine Vitez et Christian Dupavillon à sa codirection […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-national-de-chaillot/#i_80784

THÉÂTRE OCCIDENTAL - L'interprétation des classiques

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 7 281 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une nouvelle idée du classicisme »  : […] Ce fut donc entre 1971 et 1981, sous l'impulsion d'Antoine Vitez, et à la suite de la querelle universitaire qui opposa les tenants de la Nouvelle Critique (Barthes en particulier) aux tenants de l'érudition (Raymond Picard), que les mises en scène du théâtre racinien renouvelèrent à la fois l'idée qu'on pouvait se faire du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-l-interpretation-des-classiques/#i_80784

Voir aussi

Pour citer l’article

Georges BANU, « VITEZ ANTOINE - (1930-1990) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-vitez/