CARTEL, théâtre

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Baty

Gaston Baty aussi était poète, mais alors que les recherches de Pitoëff frôlaient la métaphysique, celles du fondateur de la Baraque de la Chimère (1922) tendaient à favoriser l'évasion du public par la création d'atmosphères bien proches de celles du rêve. De milieu bourgeois, Gaston Baty (1885-1952) fit en Allemagne des études supérieures qui devaient orienter d'une manière décisive son activité artistique. Si sa sensibilité raffinée l'éloignait de tout engagement politique et social – et par là même l'eût amené à combattre les formules du théâtre d'après guerre – il a été en France le véritable précurseur des techniques de mise en scène de nos animateurs contemporains. Alors que Jouvet, Dullin et Pitoëff avaient subi, directement ou par l'intermédiaire de Copeau, l'influence de Stanislavski, c'est Piscator et Reinhardt qui furent à l'origine de la maîtrise de Baty dans l'éclairage, le changement de décor et le maniement des foules, et ce n'est pas un hasard si c'est Baty qui, dès 1930, introduisit Brecht en France (L'Opéra de quat'sous). Très cultivé et amoureux des grands textes autant que ses compagnons du Cartel, il n'en prit pas moins position sinon contre le théâtre littéraire, du moins contre la primauté de l'auteur. Il se voulait créateur autant que l'écrivain qu'il mettait en scène. Cette ambition l'amena à choisir des œuvres qui soient surtout des prétextes à la création d'atmosphères et l'un de ses auteurs préférés, Jean-Jacques Bernard, inventa pour lui « le théâtre du silence ». Baty était très conscient du caractère éphémère d'une œuvre dont le succès était lié exclusivement à la qualité de la mise en scène, et à la solidité d'une troupe de comédiens fidèles, en tête desquels brillait le talent troublant de Marguerite Jamois ; mais il voyait dans cette précarité la noblesse même de l'art qu'il servait avec une délicatesse parfaite et un dévouement passionné, convaincu d'avoir suffisamment rempli sa mission à l'égard de son époque, en offrant à ses contempor [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : administrateur général honoraire de la Comédie-Française, ancien inspecteur général des spectacles, essayiste théâtral

Classification


Autres références

«  CARTEL, théâtre  » est également traité dans :

BATY GASTON (1885-1952)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 442 mots

Troisième homme du « Cartel », Gaston Baty fut un technicien sensible et intelligent de cette machine à jouer qu'est le théâtre. Il débute en 1919 au cirque d'Hiver en assistant Firmin Gémier dans une de ses mises en scène populaires. En 1921, il crée sans grand succès L'Annonce faite à Marie de Paul Claudel. Il fonde alors les Compagnons de la chimère, avec lesquels il erre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaston-baty/#i_5035

MOLIÈRE

  • Écrit par 
  • Antoine ADAM, 
  • Alfred SIMON
  •  • 8 499 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'ère du metteur en scène »  : […] Les choses se sont mises à changer à mesure que le metteur en scène prenait le pouvoir. Il lui a fallu plus de temps en France qu'ailleurs pour y parvenir et, d'autre part, les classiques, donc Molière, furent plus souvent que les modernes son cheval de bataille à cause de leur prestige, de leur richesse et... de leur docilité. Un universitaire, Gustave Lanson, et un homme de théâtre, Jacques Cop […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moliere/#i_5035

VIEUX-COLOMBIER THÉÂTRE DU - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 810 mots

1913 En avril, à la recherche d'un lieu théâtral à Paris, Jacques Copeau découvre au 21 rue du Vieux-Colombier, au cœur du quartier Latin, une salle de 500 places baptisée Athénée Saint-Germain . Le théâtre réaménagé est ouvert le 23 octobre 1913, avec une œuvre élisabéthaine : Une femme tuée par la douceur , de Thomas Heywood […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vieux-colombier-reperes-chronologiques/#i_5035

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La scène

  • Écrit par 
  • Alfred SIMON
  •  • 10 027 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La scène architecturée »  : […] Jusque-là, aucun changement radical n'est intervenu. Le décor des peintres résout le problème du décor illusionniste en niant la perspective et le volume en trompe l'œil. Il ne remet pas en question la scène frontale, et celle-ci ne doit sa liberté relative qu'aux couleurs. Quant à l'acteur, il se trouve intégré au décor, plutôt noyé dans le chatoiement des couleurs par son costume et son maquilla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-la-scene/#i_5035

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre-Aimé TOUCHARD, « CARTEL, théâtre », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cartel-theatre/