VILAR JEAN (1912-1971)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Comédien, metteur en scène, cofondateur du festival d'Avignon en 1947 puis maître d'œuvre du Théâtre national populaire (T.N.P.) de 1951 à 1963, Jean Vilar est l'une des grandes figures françaises du théâtre du xxe siècle. Associant ses convictions morales, civiques et politiques à des choix esthétiques rigoureux, il impose un théâtre de qualité ouvert sur la société et l'histoire, qui se veut accessible au plus grand nombre.

La création du festival d'Avignon

Fils de petits commerçants, Jean Vilar est né à Sète (Hérault) le 25 mars 1912. Après une initiation à la littérature et à la musique et l'obtention du baccalauréat de philosophie, il « monte » à Paris en 1932. Surveillant au collège Sainte-Barbe, le jeune homme s'inscrit à la Sorbonne pour obtenir une licence de lettres. Mais l'invitation d'un ami à assister à une répétition de Richard III monté par Charles Dullin sera décisive pour son avenir. Il choisit la pratique du théâtre et s'inscrit à l'école du metteur en scène. Là, durant trois ans, il va se familiariser aux différentes disciplines scéniques, du jeu d'acteur à la régie de plateau. Après une période matériellement difficile et le début de la guerre, Jean Vilar, réformé après une grave opération, se joint en 1941 à une troupe ambulante de jeunes comédiens, La Roulotte, dirigée par André Clavé. Au sein de cette compagnie, il effectue ses véritables débuts d'acteur dans George Dandin de Molière et interprète en lever de rideau une pièce en un acte dont il est l'auteur, La Farce des filles à marier.

En 1943, Jean Vilar réalise sa première mise en scène avec La Danse de mort de Strindberg, dont il interprète le rôle du Capitaine dans une salle privée parisienne. À l'automne de cette même année, il fonde sa propre troupe : La Compagnie des Sept. Entre 1943 et 1946 il crée les « régies » – terme qu'il préférera à c [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  VILAR JEAN (1912-1971)  » est également traité dans :

CHAUMETTE FRANÇOIS (1923-1996)

  • Écrit par 
  • Raymonde TEMKINE
  •  • 656 mots

Pour le public de théâtre, François Chaumette a été un grand sociétaire de la Comédie-Française, incarnant ce qu'elle a de meilleur. Au public populaire de la télévision, il s'est rendu familier en figurant dans maints feuilletons, dont Belphégor et Le Chevalier de Maison-Rouge . Des émissions très suivies – « En votre âme et conscience », « La caméra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-chaumette/#i_4810

CRÉATION DU FESTIVAL D'AVIGNON

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 255 mots

La création de ce qui allait devenir l'un des plus grands festivals de théâtre au monde est né d'une rencontre : celle de Jean Vilar (1912-1971), comédien, metteur en scène, fondateur de la Compagnie des Sept en 1943, avec le poète René Char. Ce dernier organise, avec Christian Zervos, critique et fondateur des éditions Cahiers d'Art, une exposition de peintres modernes au palais des Papes d'Avign […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/creation-du-festival-d-avignon/#i_4810

DÉCOR DE THÉÂTRE

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 776 mots

Partie essentielle de la composition scénique, le décor est au centre de l'extraordinaire évolution de la mise en scène contemporaine. Élément fondamental de la scénographie, le décor définit un espace, soit en limitant l'action, soit en s'intégrant à elle. Longtemps témoin de la représentation de l'action, le décor tend à devenir de moins en moins décoratif, de plus en plus représentatif du lieu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decor-de-theatre/#i_4810

AVIGNON FESTIVAL D' - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 800 mots

1947 Premier festival d'Avignon, sous le nom de « Semaine d'art ». Trois spectacles sont présentés : La Tragédie du roi Richard II , de Shakespeare, La Terrasse de midi , de Maurice Clavel, et Tobie et Sara , de Claudel. 1948 La seconde manifestation prend le nom de Festival d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/avignon-reperes-chronologiques/#i_4810

FESTIVALS

  • Écrit par 
  • Jean-Michel BRÈQUE, 
  • Matthieu CHÉREAU, 
  • Jean CHOLLET, 
  • Philippe DULAC, 
  • Christian MERLIN, 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  • , Universalis
  •  • 17 238 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Le festival d'Avignon »  : […] Lorsque, du 4 au 10 septembre 1947, se déroule dans la cité des Papes « Une semaine d'Art en Avignon », nul ne peut prévoir que cette modeste manifestation sera à l'origine du plus grand festival de théâtre du monde. Metteur en scène et comédien, Jean Vilar a été invité par le poète René Char et le critique d'art Christian Zervos à s'associer à une exposition de peintres modernes au palais des P […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/festivals/#i_4810

GATTI ARMAND (1924-2017)

  • Écrit par 
  • Olivier NEVEUX
  •  • 1 563 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un théâtre des possibles »  : […] Après la guerre, il devient journaliste pour Paris-Match et Le Parisien libéré , reçoit le prix Albert-Londres en 1954 pour un reportage – « Envoyé spécial dans la cage aux fauves » –, coécrit une biographie de Churchill et voyage en Sibérie, en Algérie, au Guatemala et en Chine avec Michel Leiris, Chris Marker et Paul Ricoeur. Mais, très vite, les mots […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armand-gatti/#i_4810

MOLIÈRE

  • Écrit par 
  • Antoine ADAM, 
  • Alfred SIMON
  •  • 8 499 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'ère du metteur en scène »  : […] Les choses se sont mises à changer à mesure que le metteur en scène prenait le pouvoir. Il lui a fallu plus de temps en France qu'ailleurs pour y parvenir et, d'autre part, les classiques, donc Molière, furent plus souvent que les modernes son cheval de bataille à cause de leur prestige, de leur richesse et... de leur docilité. Un universitaire, Gustave Lanson, et un homme de théâtre, Jacques Cop […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moliere/#i_4810

NÉGRONI JEAN (1920-2005)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 203 mots

Comédien français. Après un cursus à la faculté des lettres d'Alger, Jean Négroni est amené au théâtre par Albert Camus, qui, à la fin des années 1930, lui donne un rôle dans Le Retour de l'enfant prodigue , d'André Gide. En 1944, il rencontre à Paris Jean Vilar, qui l'engage dans sa Compagnie des 7, comme acteur et assistant metteur en scène. C'est ainsi qu'il participe à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-negroni/#i_4810

PHILIPE GÉRARD (1922-1959)

  • Écrit par 
  • Micheline SERVIN
  •  • 790 mots
  •  • 1 média

Dix-sept ans de carrière. Trente rôles au cinéma, dix-neuf au théâtre. Une vie bannissant le scandale. Un métier exercé avec rigueur. La volonté d'être à la fois un homme et un comédien et de ne jamais céder à la facilité. Pour digne de respect que soit une telle éthique, elle ne suffit pas à expliquer l'audience que connut Gérard Philipe de son vivant, et qu'il connaît encore. Son physique et sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerard-philipe/#i_4810

PUAUX PAUL (1920-1998)

  • Écrit par 
  • Raymonde TEMKINE
  •  • 609 mots

Jean Vilar l'appelait affectueusement « mon évêque ». Car Paul Puaux était bien le fidèle entre les fidèles. Protestant des Cévennes – né le 25 août 1920 à La Voulte-sur-Rhône (Ardèche) –, instituteur communiste, résistant membre des F.F.I., devenu dans la foulée militant du théâtre populaire, il apporte son concours, en prenant en charge le rassemblement d'un public neuf, à la Semaine d'art lan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-puaux/#i_4810

SCÉNOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 6 522 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Vers un nouveau langage scénique »  : […] Parallèlement, un autre courant esthétique s'est développé en France avec l'arrivée en 1909 des Ballets russes de Serge de Diaghilev. Dans leur désir de créer une synthèse des arts au service de la danse, les chorégraphes vont faire appel à des artistes peintres parmi les plus novateurs (Ernst, Miró, Braque, Léger, Picasso, Mondrian...). Le décor, qui parfois se réduit à un tableau agrandi en fon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scenographie/#i_4810

THÉÂTRE NATIONAL DE CHAILLOT

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 997 mots

Sur l'emplacement de l'ancien palais du Trocadéro (1878-1935), le palais de Chaillot fut inauguré en 1937 à l'occasion de l'Exposition internationale. Construit par les architectes Jacques Carlu, Louis Boileau et Léon Azema, il abritait une salle-auditorium (aménagée par les frères Niermans) totalement enterrée de 2 700 places, avec un parterre à gradins et un balcon en porte à faux. Durant plus d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-national-de-chaillot/#i_4810

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La scène

  • Écrit par 
  • Alfred SIMON
  •  • 10 027 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Notre temps »  : […] L'âge d'or de la mise en scène touche à sa fin au début des années 1950. Par une sorte de paradoxe, il s'achève avec l'explosion de trois actions révolutionnaires qui vont retentir sur toute cette décennie : le théâtre épique (dramaturgie et scénographie) de Brecht, le Bayreuth de Wieland et Wolfgang Wagner, la mise en scène vilarienne à Avignon et à Chaillot. Trois événements considérables et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-la-scene/#i_4810

THÉÂTRE OCCIDENTAL - L'interprétation des classiques

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 7 281 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Corneille, enjeu majeur »  : […] C'est autour de la figure de Corneille que se sont concentrés les enjeux majeurs en matière de répertoire classique, avant même d'entraîner les auteurs baroques, puis Racine, dans son sillage. Depuis les premiers festivals d'Avignon, et grâce à Vilar, les comédies de Corneille sont régulièrement revisitées alors que, parallèlement, la critique littéraire des années 1960-1970 insiste sur la premièr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-l-interpretation-des-classiques/#i_4810

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Théâtre et politique culturelle

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED
  •  • 5 113 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Premières esquisses »  : […] C'est le gouvernement du Front populaire, de 1936 à 1938, qui a sans doute jeté les bases d'une politique de la culture, en s'intéressant aux pratiques artistiques des amateurs, en se souciant de l'éducation populaire et en mettant en place quelques aides indirectes à des metteurs en scène, sans oublier l'attention qu'il a portée à la décentralisation de l'art dramatique, qu'il croyait nécessaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-theatre-et-politique-culturelle/#i_4810

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean CHOLLET, « VILAR JEAN - (1912-1971) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-vilar/