CARTEL, théâtre

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pitoëff

Quand Georges Pitoëff (1884-1939) débute à Paris en 1922, il a déjà une légende. Né a Tiflis, il a appris son métier d'acteur et de metteur en scène à Moscou, avant de s'installer à Genève, avec sa compatriote Ludmilla rencontrée à Paris. Leur couple est saisissant, lui, avec son visage d'apôtre obstiné, sa voix saccadée, sans souffle, elle, toute petite, avec des gestes de marionnette, un front large, lisse et blanc et des yeux noirs immenses. En scène, la foi les transfigure. Pendant trente ans, à Genève et à Paris, elle sera la pureté rayonnante, la fragilité indomptable, et lui, la générosité maladroite et bouleversante. La pauvreté est leur génie. Dans L'Échange de Claudel, on tend un mince ruban bleu à l'arrière-plan et c'est la mer. Quelques praticables gris sur lesquels jouent des projecteurs et ce sera tour à tour les créneaux du château d'Hamlet, le bûcher de Sainte Jeanne. Entourés d'une troupe souvent médiocre, mal payée et fidèle, ils transfigurent tout ce qu'ils touchent, et jusqu'à leur public. Une sorte de pacte mystique unit la salle et la scène. La poésie des mots devient la poésie de l'âme. Shakespeare, Ibsen, Tchekhov, Shaw, Maeterlinck, Strindberg, Pirandello, tous les poètes du mystère, de l'angoisse, de la tendresse trouvent, sur les divers plateaux occupés par la troupe errante, leur lieu d'expression privilégié.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : administrateur général honoraire de la Comédie-Française, ancien inspecteur général des spectacles, essayiste théâtral

Classification

Autres références

«  CARTEL, théâtre  » est également traité dans :

BATY GASTON (1885-1952)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 442 mots

Troisième homme du « Cartel », Gaston Baty fut un technicien sensible et intelligent de cette machine à jouer qu'est le théâtre. Il débute en 1919 au cirque d'Hiver en assistant Firmin Gémier dans une de ses mises en scène populaires. En 1921, il crée sans grand succès L'Annonce faite à Marie de Paul Claudel. Il fonde alors les Compagnons de la chimère, avec lesquels il erre de théâtre en théâtre […] Lire la suite

MOLIÈRE

  • Écrit par 
  • Antoine ADAM, 
  • Alfred SIMON
  •  • 8 500 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'ère du metteur en scène »  : […] Les choses se sont mises à changer à mesure que le metteur en scène prenait le pouvoir. Il lui a fallu plus de temps en France qu'ailleurs pour y parvenir et, d'autre part, les classiques, donc Molière, furent plus souvent que les modernes son cheval de bataille à cause de leur prestige, de leur richesse et... de leur docilité. Un universitaire, Gustave Lanson, et un homme de théâtre, Jacques Cop […] Lire la suite

VIEUX-COLOMBIER THÉÂTRE DU - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 810 mots

1913 En avril, à la recherche d'un lieu théâtral à Paris, Jacques Copeau découvre au 21 rue du Vieux-Colombier, au cœur du quartier Latin, une salle de 500 places baptisée Athénée Saint-Germain . Le théâtre réaménagé est ouvert le 23 octobre 1913, avec une œuvre élisabéthaine : Une femme tuée par la douceur , de Thomas Heywood. Dans les huit mois qui suivent quinze pièces seront représentées. Par […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La scène

  • Écrit par 
  • Alfred SIMON
  •  • 10 030 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La scène architecturée »  : […] Jusque-là, aucun changement radical n'est intervenu. Le décor des peintres résout le problème du décor illusionniste en niant la perspective et le volume en trompe l'œil. Il ne remet pas en question la scène frontale, et celle-ci ne doit sa liberté relative qu'aux couleurs. Quant à l'acteur, il se trouve intégré au décor, plutôt noyé dans le chatoiement des couleurs par son costume et son maquilla […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre-Aimé TOUCHARD, « CARTEL, théâtre », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 31 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cartel-theatre/