BOURGEOISIE FRANÇAISE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'avènement politique de la bourgeoisie

À une dizaine d'exceptions près, les six cents députés du Tiers aux États généraux appartiennent à la moyenne ou petite robe ou à la bourgeoisie des négociants, propriétaires terriens et membres des professions libérales. La plupart des heurts révolutionnaires représentent l'affrontement entre la bourgeoisie d'affaires (Girondins), plus conservatrice, et celle des avocats et procureurs, plus doctrinaire, dont Robespierre, avocat d'Arras, est le porte-parole.

Le Code civil, condensé de l'idéologie bourgeoise

Les résultats positifs de la Révolution sur le plan des institutions françaises sont l'aboutissement de tendances qu'on avait pu voir évoluer durant l'Ancien Régime. La Révolution de 1789 a été définie comme l'avènement de la loi. Cette définition met l'accent sur sa conséquence la plus importante, modifiant les mœurs tant publiques que privées, et donc la vie quotidienne du pays tout entier. Le Code civil, promulgué le 21 mars 1804, par celui en qui on voit à juste titre le fils de la Révolution, Napoléon, est calqué sur la loi romaine, en particulier pour ce qui concerne la propriété, considérée désormais comme le droit d'user et d'abuser. Ce code, dont on a pu dire qu'il était « l'ensemble de la législation du capital » est muet sur la réglementation du travail et des salaires ; il consacre l'état de perpétuelle minorité auquel la femme s'était trouvée acheminée sous l'Ancien Régime, notamment depuis le xviie siècle. Il institue l'autorité absolue du père et du propriétaire et ne considère l'homme qu'en tant qu'individu, mettant d'avance obstacle à tout ce qui pouvait faire revivre un esprit d'association demeuré vivant même sous l'Ancien Régime.

Conformément à la disposition qui faisait tout dépendre de la loi émanant du pouvoir central est opérée une complète refonte de l'administration, portant à son point extrême la centralisation à laquelle on avait tendu pendant tout l'Ancien Régime. Cette organisation subsistera à travers tous [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages





Écrit par :

  • : archiviste paléographe, conservateur aux Archives nationales

Classification


Autres références

«  BOURGEOISIE FRANÇAISE  » est également traité dans :

AGUESSEAU HENRI FRANÇOIS D' (1668-1751)

  • Écrit par 
  • Jehan de MALAFOSSE
  •  • 755 mots

Une carrière particulièrement réussie ? Certes, Henri-François d'Aguesseau finit chancelier de France, mais sa carrière n'eut rien de bien remarquable. Quant à son œuvre littéraire, elle fait piètre figure au siècle des Lumières. Le chancelier n'écrit pas pour être lu. Jusqu'à la fin de sa vie, il a été « tenu par ses fonctions à une très grande discrétion ». L'importance de d'Aguesseau ne réside […] Lire la suite

ANCIEN RÉGIME

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 19 083 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La grande mue bourgeoise »  : […] Face à cette noblesse retranchée derrière ses privilèges menacés et discutés, la bourgeoisie subit la grande mue. E. Labrousse a pu dire que la Révolution était d'abord un fait urbain, qui se comprend à partir de la croissance accélérée des villes au cours du xviii e  siècle. C'est souligner l'explosion numérique de la bourgeoisie de l'époque moderne. La poussée urbaine a été, en fait, continue de […] Lire la suite

ARON JEAN-PAUL (1925-1988)

  • Écrit par 
  • Jean BORIE
  •  • 839 mots

Né avec une vocation « littéraire » dans une famille de médecins et de biologistes, Jean-Paul Aron ne réagit pas à la manière de Flaubert – que pourtant il admirait beaucoup. Au contraire, après avoir réussi à l'agrégation de philosophie en 1953, il songe immédiatement à une thèse sur la naissance de la biologie en France, à l'orée du xix e  siècle. Pour s'y préparer, il reprend des études de scie […] Lire la suite

BIEN, sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 626 mots
  •  • 1 média

La science économique a longtemps revendiqué avec succès le monopole légitime de l’analyse des biens. Dans sa version dominante, elle rend compte de la production et de l’appropriation d’un bien privé, qu’il s’agisse d’une tomate ou d’un soin dentaire, en suivant les règles d’une institution, le marché, auquel elle prête la faculté d’allouer les ressources de façon optimale grâce à la concurrence […] Lire la suite

BOINEBROKE JEAN DE (mort en 1285/86)

  • Écrit par 
  • Josiane COEKELBERGHS-CUYPERS
  •  • 310 mots

Illustre membre d'un lignage qui domine la draperie douaisienne à la fin du xiii e siècle, Jean de Boinebroke représente l'aristocratie marchande de cette époque, maîtresse de l'économie urbaine, méprisante à l'égard des artisans et tenant les leviers de la vie politique. Boinebroke est un gros drapier, c'est-à-dire qu'il produit ou achète la laine brute, la fait filer, carder, teindre, tisser da […] Lire la suite

BOULEVARD THÉÂTRE DE

  • Écrit par 
  • Daniel ZERKI
  •  • 5 989 mots

Il y eut les théâtres des boulevards . Tout d'abord au boulevard du Temple, puis, en une constante progression vers l'ouest, du boulevard Saint-Martin à la Madeleine, avec au sud un solide point d'ancrage au Palais-Royal et des têtes de pont lancées vers les boulevards extérieurs (où des théâtres de seconde zone, à Montmartre, à Montparnasse, aux Batignolles, à Grenelle, aux Gobelins, au faubourg […] Lire la suite

BOURGEOISIE

  • Écrit par 
  • Pierre SALY
  •  • 1 980 mots

Le terme « bourgeoisie » apparaît en français au xiii e  siècle. Il désigne alors, essentiellement dans des bourgades et des villes, ceux de leurs habitants qui sont soustraits au régime juridique régissant ordinairement les rapports entre seigneurs et paysans. Pendant les siècles suivants, le terme en vint à désigner les membres d'un ensemble de catégories sociales constitué de marchands et ar […] Lire la suite

BULLION CLAUDE DE (1580 env.-1640)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 406 mots

Surintendant des Finances et ministre d'État sous Louis XIII, Claude de Bullion passait, selon Tallemant des Réaux, pour avoir une des plus belles fortunes de son temps. Son grand-père était, en 1560, un important marchand en gros de Mâcon, seigneur de deux terres. Son père, secrétaire du roi et avocat au parlement, avait épousé Charlotte de Lamoignon, fille d'un maître des requêtes issu d'une exc […] Lire la suite

CŒUR JACQUES (1395 env.-1456)

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 946 mots

Grand bourgeois parvenu du Moyen Âge finissant, Jacques Cœur aura connu, comme Nicolas Fouquet deux siècles plus tard, une ascension éclatante et une chute exemplaire ; comme lui, il aura confondu, dans son rôle de grand argentier, les finances de la France avec les siennes propres ; comme lui, il aura profité pour s'enrichir des troubles intérieurs et de la guerre extérieure. Mais le personnage d […] Lire la suite

DIRECTOIRE

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 4 527 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La nouvelle société »  : […] Si l'on compare la société du Directoire à celle de l'Ancien Régime, un trait retient avant tout l'attention : la disparition des ordres privilégiés, clergé et noblesse. « La loi est la même pour tous, soit qu'elle protège, soit qu'elle punisse. » Celles qui frappent les prêtres réfractaires et les émigrés sont des mesures de circonstance, rigoureuses certes, mais destinées à disparaître lorsque l […] Lire la suite

LE 18-BRUMAIRE DE LOUIS BONAPARTE, Karl Marx - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Emmanuel BAROT
  •  • 1 248 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une œuvre totalisante »  : […] Articulant arguments scientifiques et politiques, Marx examine l'enchevêtrement des causalités qui amènent à la ruine cette république initialement prometteuse : les démocrates voyaient en elle la condition du règlement des problèmes éthiques et politiques de la société française, les libéraux et les différentes franges de la bourgeoisie se trouvaient enfin dans une situation institutionnelle apt […] Lire la suite

DRAME - Drame bourgeois

  • Écrit par 
  • René POMEAU
  •  • 3 504 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les valeurs bourgeoises »  : […] L'illusion de poésie procédait sans doute de la ferveur inspirée alors par les valeurs bourgeoises. Le drame célèbre les mérites d'une classe en expansion. Les Deux Amis (sous-titre : ou le Négociant de Lyon ) illustrent la probité d'un marchand, placé, le jour de l'échéance, à la suite du décès inopiné d'un notaire, dans une situation cornélienne ; sifflée à Paris, la pièce fut goûtée dans les vi […] Lire la suite

EMPIRE (PREMIER)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 7 976 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'œuvre napoléonienne »  : […] L'œuvre de Napoléon a été l'objet de jugements toujours passionnés, rarement objectifs. Certes, la France a finalement perdu ses frontières naturelles et se retrouve plus petite qu'avant la Révolution, mais on ne peut parler de « saignée démographique » due aux guerres de l'Empire. La population est passée entre 1800 et 1817 de 25 à 27 millions d'habitants. Ce phénomène s'explique par une augmenta […] Lire la suite

EMPIRE SECOND (1852-1870)

  • Écrit par 
  • Marc BASCOU, 
  • Adrien DANSETTE, 
  • Universalis
  •  • 21 002 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Un art pour la bourgeoisie »  : […] Le rôle des souverains et de leur entourage n'apparaît que très secondaire et épisodique. L'empereur, lui-même, ne s'intéresse guère aux beaux-arts ou à l'art industriel. L'impératrice, par son goût « tapissier » et son culte pour la reine Marie-Antoinette, suit bien plus qu'elle ne les crée les idées en vogue. On attribue souvent à la princesse Mathilde, plus indépendante d'esprit, une influence […] Lire la suite

FERMIERS GÉNÉRAUX

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 2 567 mots

Dans le chapitre « La période de transition (1680-1726) »  : […] L'examen des actes de société passés devant notaires révèle l'étonnante imbrication des intérêts de la bourgeoisie financière parisienne avec ceux des milieux d'affaires provinciaux. Les diverses sociétés « affer mantes », organisées comme de véritables sociétés par actions, ce dès la fin du xvii e  siècle, sont dirigées par un petit nombre d'hommes, souvent issus des milieux des « miseurs » munic […] Lire la suite

FOUQUET NICOLAS (1615-1680)

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 1 037 mots

Marquis de Belle-Isle, vicomte de Melun, vice-roi d'Amérique, procureur du roi au parlement de Paris et surintendant des Finances, Nicolas Fouquet, mécène fastueux qui a construit Vaux-le-Vicomte, le premier Versailles du Grand Siècle, pensionné La Fontaine, découvert et fait travailler Molière, Lebrun, Le Nôtre, est le type accompli du grand seigneur en ce premier xvii e siècle, le « siècle de L […] Lire la suite

IMPÔT - Histoire de l'impôt

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MAITROT
  • , Universalis
  •  • 13 947 mots

Dans le chapitre « La fiscalité révolutionnaire et libérale »  : […] Le mauvais état des finances de l'Ancien Régime fut une des causes de la Révolution, qui détruisit tout l'édifice fiscal de cette époque. Les révolutionnaires posèrent trois grands principes : le principe d' égalité devant l'impôt, directement lié à l'égalité civile proclamée solennellement dans la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen ; le principe de liberté, en réaction contre l'arbit […] Lire la suite

IMPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU
  •  • 9 461 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Situation de l'impressionnisme dans l'histoire de l'art moderne »  : […] Que l'impressionnisme ait été suivi d'autres révolutions de sens contraire ne fait que témoigner de l'énergie de la création artistique dans cette période qui va du milieu du xix e  siècle au milieu du xx e et, par conséquent, souligne, dans cette suite de géniales contradictions, l'importance de l'impressionnisme. Celui-ci occupe donc une place des plus considérables dans l'histoire de l'esprit […] Lire la suite

JUILLET MONARCHIE DE

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 8 485 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'installation du nouveau souverain »  : […] Le 30 juillet au matin, au moment où les troupes de Charles X se sont définitivement retirées de Paris, est affichée, sur les murs de la capitale, une proclamation rédigée par Thiers, alors rédacteur du journal libéral Le National , qui propose de nommer roi le duc d'Orléans, « prince dévoué à la cause de la Révolution » ; c'était offrir une solution aux députés de l'opposition libérale sous Charl […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Régine PERNOUD, « BOURGEOISIE FRANÇAISE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bourgeoisie-francaise/