BOURGEOISIE FRANÇAISE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'avènement politique de la bourgeoisie

À une dizaine d'exceptions près, les six cents députés du Tiers aux États généraux appartiennent à la moyenne ou petite robe ou à la bourgeoisie des négociants, propriétaires terriens et membres des professions libérales. La plupart des heurts révolutionnaires représentent l'affrontement entre la bourgeoisie d'affaires (Girondins), plus conservatrice, et celle des avocats et procureurs, plus doctrinaire, dont Robespierre, avocat d'Arras, est le porte-parole.

Le Code civil, condensé de l'idéologie bourgeoise

Les résultats positifs de la Révolution sur le plan des institutions françaises sont l'aboutissement de tendances qu'on avait pu voir évoluer durant l'Ancien Régime. La Révolution de 1789 a été définie comme l'avènement de la loi. Cette définition met l'accent sur sa conséquence la plus importante, modifiant les mœurs tant publiques que privées, et donc la vie quotidienne du pays tout entier. Le Code civil, promulgué le 21 mars 1804, par celui en qui on voit à juste titre le fils de la Révolution, Napoléon, est calqué sur la loi romaine, en particulier pour ce qui concerne la propriété, considérée désormais comme le droit d'user et d'abuser. Ce code, dont on a pu dire qu'il était « l'ensemble de la législation du capital » est muet sur la réglementation du travail et des salaires ; il consacre l'état de perpétuelle minorité auquel la femme s'était trouvée acheminée sous l'Ancien Régime, notamment depuis le xviie siècle. Il institue l'autorité absolue du père et du propriétaire et ne considère l'homme qu'en tant qu'individu, mettant d'avance obstacle à tout ce qui pouvait faire revivre un esprit d'association demeuré vivant même sous l'Ancien Régime.

Conformément à la disposition qui faisait tout dépendre de la loi émanant du pouvoir central est opérée une complète refonte de l'administration, portant à son point extrême la centralisation à laquelle on avait tendu pendant tout l'Ancien Régime. Cette organisation subsistera à travers tous les changements de régime ; elle consacre la suprématie administrative et politique de Paris, correspondant à une centralisation financière, les capitaux et plus tard les sièges sociaux s'y trouvant concentrés.

L'oppression par la liberté

Tous les citoyens étaient égaux en droit, mais seuls pouvaient exercer ces droits ceux qui jouissaient d'une certaine fortune. La Révolution avait en effet instauré le suffrage censitaire, distinguant entre citoyens actifs, seuls électeurs et éligibles, et citoyens passifs. D'autre part, aucune disposition n'avait été prise concernant le régime du travail et des salaires, sinon cette totale liberté préconisée depuis longtemps par les physiocrates et la bourgeoisie des philosophes comme des industriels. Seules quelques personnalités – Marat entre autres – avaient jeté un cri d'alarme lorsque, en 1791, la loi d'Allarde avait supprimé les maîtrises et jurandes, et la loi Le Chapelier les compagnonnages.

Au moment même où naissait en France, d'ailleurs assez timidement, la grande industrie, on allait voir les salaires comprimés jusqu'à l'extrême, le travail de la femme et de l'enfant exploité sans la moindre limitation. Ce n'est qu'en 1841 – sur la constatation alarmante faite par le baron Charles Dupin que, sur 10 000 conscrits venant des départements industriels, 8 980 devaient être réformés – que sera promulguée, après un an de discussions, la loi interdisant de faire travailler dans les fabriques « dangereuses ou insalubres » les enfants de moins de huit ans ! La loi prévoyait une durée de travail de huit heures pour les enfants de huit à douze ans, de douze heures ensuite ; encore divers amendements vinrent-ils sur ce point en restreindre la portée. Le corps d'inspecteurs du travail créé par la loi de 1841 n'allait être effectivement mis en place qu'en 1874. À cette même date, l'âge limite pour le travail de l'enfant sera fixé à douze ans. Ce n'est qu'en 1892 qu'une loi interdira le travail de nuit pour les femmes dans les usines ; la journée de travail à cette époque sera de dix heures au moins ; et le repos hebdomadaire ne sera imposé par la loi qu'en 1906.

C'est aussi pendant la période révolutionnaire que seront mises en place les deux institutions les plus importantes et les plus caractéristiques de la bourgeoisie française au xixe siècle : la banque et l'Université.

La banque

La Banque de France est créée le 13 février 1800, c'est-à-dire trois mois après le coup d'État de Brumaire (9 nov. 1799). Des banquiers dont l'activité était déjà importante sous l'Ancien Régime : Mallet, Perrégaux, Lecouteulx de Canteleu, se trouvaient pourvus d'un instrument financier officiel dans l'État avec la création de cette Banque de France dont Lecouteulx devenait le président. À la banque étaient octroyés le monopole des billets de banque et les opérations d'escompte. L'État se contentait de nommer un gouverneur, tandis que l'administration de la banque était confiée à un conseil de régents nommés par les deux cents plus importants actionnaires. Parmi ces régents, on rencontre des noms de personnages importants dans l'activité économique du pays, comme celui des Suisses Delessert ou Hottinguer et plus tard Jacques Laffitte, successeur de Perrégaux. La Banque de France instituait dans l'État une « république de capitalistes » ; cette oligarchie financière devait manifester une permanence étonnante à travers les changements de régime : le banquier Mallet, ses petits-fils et arrière-petits-fils auront siégé au conseil de régence pendant près de 140 ans.

Le développement économique et financier au xixe siècle se fait en plusieurs temps ; une première période d'expansion industrielle a lieu sous la Restauration, entre 1822 et 1826, avec l'introduction de la machine à vapeur, notamment dans les textiles, les mines, les sucreries, l'industrie métallurgique. Un progrès décisif se manifeste dans les transports sous la monarchie de Juillet avec la loi de 1842 organisant les chemins de fer par l'intermédiaire de compagnies concessionnaires. La presse commerciale naît à la même époque (1836, La Presse d'Émile de Girardin), et peu après la première agence de publicité organisée à Paris (Duveyrier, 1845). Le second Empire verra un nouvel essor de la bourgeoisie industrielle, soutenue par le mouvement saint-simonien qui infuse une sorte de mystique du progrès, notamment dans les domaines de la finance et de l'exploitation des techniques. En 1867, la loi sur les sociétés anonymes donne au capitalisme le caractère d'anonymat et d'irresponsabilité qui lui manquait encore ; dès 1866 avait été accordée la liberté du courtage favorisant les opér [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Écrit par :

  • : archiviste paléographe, conservateur aux Archives nationales

Classification

Autres références

«  BOURGEOISIE FRANÇAISE  » est également traité dans :

AGUESSEAU HENRI FRANÇOIS D' (1668-1751)

  • Écrit par 
  • Jehan de MALAFOSSE
  •  • 755 mots

Une carrière particulièrement réussie ? Certes, Henri-François d'Aguesseau finit chancelier de France, mais sa carrière n'eut rien de bien remarquable. Quant à son œuvre littéraire, elle fait piètre figure au siècle des Lumières. Le chancelier n'écrit pas pour être lu. Jusqu'à la fin de sa vie, il a été « tenu par ses fonctions à une très grande discrétion ». L'importance de d'Aguesseau ne réside […] Lire la suite

ANCIEN RÉGIME

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 19 084 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La grande mue bourgeoise »  : […] Face à cette noblesse retranchée derrière ses privilèges menacés et discutés, la bourgeoisie subit la grande mue. E. Labrousse a pu dire que la Révolution était d'abord un fait urbain, qui se comprend à partir de la croissance accélérée des villes au cours du xviii e  siècle. C'est souligner l'explosion numérique de la bourgeoisie de l'époque moderne. La poussée urbaine a été, en fait, continue de […] Lire la suite

ARON JEAN-PAUL (1925-1988)

  • Écrit par 
  • Jean BORIE
  •  • 839 mots

Né avec une vocation « littéraire » dans une famille de médecins et de biologistes, Jean-Paul Aron ne réagit pas à la manière de Flaubert – que pourtant il admirait beaucoup. Au contraire, après avoir réussi à l'agrégation de philosophie en 1953, il songe immédiatement à une thèse sur la naissance de la biologie en France, à l'orée du xix e  siècle. Pour s'y préparer, il reprend des études de scie […] Lire la suite

BIEN, sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 627 mots
  •  • 1 média

La science économique a longtemps revendiqué avec succès le monopole légitime de l’analyse des biens. Dans sa version dominante, elle rend compte de la production et de l’appropriation d’un bien privé, qu’il s’agisse d’une tomate ou d’un soin dentaire, en suivant les règles d’une institution, le marché, auquel elle prête la faculté d’allouer les ressources de façon optimale grâce à la concurrence […] Lire la suite

BOINEBROKE JEAN DE (mort en 1285/86)

  • Écrit par 
  • Josiane COEKELBERGHS-CUYPERS
  •  • 310 mots

Illustre membre d'un lignage qui domine la draperie douaisienne à la fin du xiii e siècle, Jean de Boinebroke représente l'aristocratie marchande de cette époque, maîtresse de l'économie urbaine, méprisante à l'égard des artisans et tenant les leviers de la vie politique. Boinebroke est un gros drapier, c'est-à-dire qu'il produit ou achète la laine brute, la fait filer, carder, teindre, tisser da […] Lire la suite

BOULEVARD THÉÂTRE DE

  • Écrit par 
  • Daniel ZERKI
  •  • 5 989 mots

Il y eut les théâtres des boulevards . Tout d'abord au boulevard du Temple, puis, en une constante progression vers l'ouest, du boulevard Saint-Martin à la Madeleine, avec au sud un solide point d'ancrage au Palais-Royal et des têtes de pont lancées vers les boulevards extérieurs (où des théâtres de seconde zone, à Montmartre, à Montparnasse, aux Batignolles, à Grenelle, aux Gobelins, au faubourg […] Lire la suite

BOURGEOISIE

  • Écrit par 
  • Pierre SALY
  •  • 1 980 mots

Le terme « bourgeoisie » apparaît en français au xiii e  siècle. Il désigne alors, essentiellement dans des bourgades et des villes, ceux de leurs habitants qui sont soustraits au régime juridique régissant ordinairement les rapports entre seigneurs et paysans. Pendant les siècles suivants, le terme en vint à désigner les membres d'un ensemble de catégories sociales constitué de marchands et ar […] Lire la suite

BULLION CLAUDE DE (1580 env.-1640)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 406 mots

Surintendant des Finances et ministre d'État sous Louis XIII, Claude de Bullion passait, selon Tallemant des Réaux, pour avoir une des plus belles fortunes de son temps. Son grand-père était, en 1560, un important marchand en gros de Mâcon, seigneur de deux terres. Son père, secrétaire du roi et avocat au parlement, avait épousé Charlotte de Lamoignon, fille d'un maître des requêtes issu d'une exc […] Lire la suite

CŒUR JACQUES (1395 env.-1456)

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 946 mots

Grand bourgeois parvenu du Moyen Âge finissant, Jacques Cœur aura connu, comme Nicolas Fouquet deux siècles plus tard, une ascension éclatante et une chute exemplaire ; comme lui, il aura confondu, dans son rôle de grand argentier, les finances de la France avec les siennes propres ; comme lui, il aura profité pour s'enrichir des troubles intérieurs et de la guerre extérieure. Mais le personnage d […] Lire la suite

DIRECTOIRE

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 4 528 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La nouvelle société »  : […] Si l'on compare la société du Directoire à celle de l'Ancien Régime, un trait retient avant tout l'attention : la disparition des ordres privilégiés, clergé et noblesse. « La loi est la même pour tous, soit qu'elle protège, soit qu'elle punisse. » Celles qui frappent les prêtres réfractaires et les émigrés sont des mesures de circonstance, rigoureuses certes, mais destinées à disparaître lorsque l […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Régine PERNOUD, « BOURGEOISIE FRANÇAISE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bourgeoisie-francaise/