AGUESSEAU HENRI FRANÇOIS D' (1668-1751)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une carrière particulièrement réussie ? Certes, Henri-François d'Aguesseau finit chancelier de France, mais sa carrière n'eut rien de bien remarquable. Quant à son œuvre littéraire, elle fait piètre figure au siècle des Lumières. Le chancelier n'écrit pas pour être lu. Jusqu'à la fin de sa vie, il a été « tenu par ses fonctions à une très grande discrétion ».

L'importance de d'Aguesseau ne réside pas dans son originalité ou en une quelconque action d'éclat, mais dans le fait qu'il a été le juriste de son temps, le juriste du siècle des Lumières.

Contrairement à ce que l'on croit souvent, il ne faut pas s'exagérer l'importance de la coupure entre l'Ancien Régime et la Révolution. Si bon nombre d'aristocrates, selon une phrase célèbre, se sont réveillés avec Voltaire en pleine fermentation révolutionnaire, il n'en a pas été de même dans la classe moyenne. Issu du milieu parlementaire, auquel il restera très attaché, d'Aguesseau est le symbole et le guide de la bourgeoisie du xviiie siècle. Antiféodal, il aide ses contemporains à prendre de l'unité nationale une conscience qui expliquera le sursaut de Valmy. Libéral, sinon tolérant, en matière de religion comme de censure, on a pu dire que la politique religieuse de la Révolution (constitution civile du clergé), en intégrant l'Église dans l'État, en la « nationalisant pour ainsi dire », était dans la droite ligne du gallicanisme du chancelier.

En dépit de la réserve à laquelle l'oblige sa position officielle, d'Aguesseau apparaît en politique comme un esprit réformateur : il traduit les aspirations de la bourgeoisie instigatrice de la Révolution.

Juriste de son temps, il tient compte de tous les progrès réalisés à son époque. Centralisateur, il est considéré comme le précurseur du Code civil par son travail d'uniformisation du droit. Humaniste, il s'adonne à toutes les disciplines et stimule l'esprit de ses contemporains ; rien de ce qui est humain ne lui est étranger. Il s'intéresse à la médecine et prendra des mesures utile [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  AGUESSEAU HENRI FRANÇOIS D' (1668-1751)  » est également traité dans :

MERCURIALE

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 298 mots

Terme qui désigna, dans l'histoire de l'ancienne France, tout d'abord l'assemblée générale des chambres d'un Parlement convoquée tous les quinze jours le mercredi (jour de Mercure). Le premier avocat général et le procureur général y faisaient à tour de rôle un discours sur les réformes et la discipline du Parlement et dénonçaient les fautes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mercuriale/#i_20951

Pour citer l’article

Jehan de MALAFOSSE, « AGUESSEAU HENRI FRANÇOIS D' - (1668-1751) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-francois-d-aguesseau/