BISMUTH

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Bismuth : isotopes naturels

Bismuth : isotopes naturels
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Bismuth : propriétés physico-chimiques

Bismuth : propriétés physico-chimiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Gallate basique

Gallate basique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Bismuth : alliages

Bismuth : alliages
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau


Métallurgie

Élaboration du métal brut

À partir de minerai de bismuth

Après broyage, on sépare la gangue par les méthodes classiques de triage et de lévigation. Les oxydes et les carbonates sont dissous en milieu chlorhydrique ; par dilution, l'oxychlorure précipite. Après un nouveau traitement acide suivi de précipitation, une fusion avec du charbon et de la chaux permet d'obtenir le métal. Les sulfures sont grillés et les oxydes formés sont réduits par chauffage en présence de charbon. On préfère utiliser une fusion réductrice de sulfure additionné d'un fondant à base de soude et de carbonate de sodium et dont la composition varie suivant celle du minerai. On opère dans des fours à réverbère et la température est réglée pour que l'arsenic et l'antimoine se volatilisent avec de petites quantités de bismuth, que l'on récupère ensuite. La matte renfermant jusqu'à 8 p. 100 de bismuth peut être recyclée.

À partir de lingots de plomb

Mis à part ceux qui proviennent essentiellement de la fusion de minerais américains (Missouri, Kansas, Oklahoma) et australiens, les autres lingots doivent être débarrassés de leur bismuth (quelques pour-cent), qui, en raison du prix élevé de cet élément, constitue un sous-produit non négligeable de la purification du plomb.

Le procédé électrolytique « Betts » utilise la méthode de l'anode soluble. Le lingot initial ne doit contenir que de petites quantités de cuivre et d'étain. Après dissolution de la majeure partie du plomb, ce qui reste de l'anode est gratté, lavé, puis fondu dans un four à réverbère, pour éliminer l'arsenic et l'antimoine. Le résidu est soumis à la coupellation sous courant d'air, ce qui fournit le « métal doré » (mélange d'or et d'argent), surmonté d'une croûte d'oxydes de bismuth, de plomb et de cuivre. On se débarrasse de ce dernier par un traitement soit par l'antimoine, soit par le soufre, et l'alliage final plomb-bismuth est prêt pour le raffinage.

Le procédé Betterton-Kroll s'applique aux lingots de plomb privés d'argent et de zinc. Le [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BISMUTH  » est également traité dans :

AIMANTS

  • Écrit par 
  • Roger FONTAINE
  •  • 6 368 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Aimant manganèse-bismuth »  : […] Le premier aimant fabriqué à partir de poudres a été élaboré en 1943, avant que la théorie des grains fins ne fasse son apparition. Il s'agit du composé intermétallique MnBi qui, cristallisant dans le système cubique, présente une anisotropie magnéto-cristalline très élevée. La préparation de la poudre est délicate à cause de la grande affinité du manganèse et du bismuth pour l'oxygène. La poudre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aimants/#i_14702

ARSENIC

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 4 537 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Propriétés »  : […] Au sein de la classification périodique des éléments, l'arsenic se situe au milieu de la cinquième colonne : il succède à l'azote et au phosphore typiquement non métalliques dont les degrés d'oxydation fondamentaux sont − III, + III et + V ; il précède l' antimoine et le bismuth chez lesquels le caractère métallique s'accentue avec prépondérance presque exclusive du degré d'oxydation + III. L'ars […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arsenic/#i_14702

MÉTAL ARTS DU

  • Écrit par 
  • Catherine ARMINJON
  •  • 11 119 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'étain »  : […] Pour être utilisé, le minerai d'étain, qui était exploité dès l'Antiquité dans les mines à ciel ouvert, doit être lavé et broyé puis chauffé à plusieurs reprises. Il existe trois qualités : la plus basse, d'un gris foncé et mat, comporte une forte proportion de plomb, allant jusqu'à 40 p. 100, elle est appelée en France « claire étoffe » ou « étain mort » ; la deuxième, ou « étain commun », moins […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arts-du-metal/#i_14702

POLONIUM

  • Écrit par 
  • Georges BOUISSIÈRES, 
  • Universalis
  •  • 2 967 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « État naturel et préparation »  : […] Le polonium 210 est présent dans les minerais uranifères en équilibre radioactif à la concentration de 7,6 × 10 —11  gramme par gramme d'uranium. Son abondance dans l'écorce terrestre peut donc être évaluée à environ 10 —13  p. 100. Sa période est assez longue pour que des traces puissent être extraites directement des minerais d'uranium, mais le t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/polonium/#i_14702

SULFURES ET SULFOSELS NATURELS

  • Écrit par 
  • Roland PIERROT, 
  • Guy ROGER
  •  • 6 119 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Bismuthinite »  : […] La bismuthinite Bi 2 S 3 , orthorhombique (P  bnm ), peut se trouver en cristaux allongés et finement striés parallèlement à cet allongement ; elle se présente plus souvent en agrégats lamellaires, en masses clivables, fibreuses ou grenues. Sa couleur va du blanc d'argent au gris de plomb avec des reflets jaunâtres et des irisations rosées. La bismuthinite est légèrement sect […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sulfures-et-sulfosels-naturels/#i_14702

Voir aussi

Pour citer l’article

Anne-Marie TRISTANT, « BISMUTH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bismuth/