BISMUTH

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Bismuth : isotopes naturels

Bismuth : isotopes naturels
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Bismuth : propriétés physico-chimiques

Bismuth : propriétés physico-chimiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Gallate basique

Gallate basique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Bismuth : alliages

Bismuth : alliages
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau


Emplois

Ce métal coûteux sert surtout à préparer des alliages spéciaux, mais l'utilisation en pharmacie est loin d'être négligeable.

Emplois thérapeutiques

Le bismuth, dont la toxicité rappelle celle du mercure et de l'arsenic, avec une prédominance rénale, est administré sous forme de composés insolubles dans l'eau. Ces sels insolubles constituent de remarquables pansements externes ou internes. Leur composition étant, le plus souvent, définie par leur préparation, il convient de multiplier les contrôles des produits finis pour être certain de leur innocuité. Les pharmacopées ne tolèrent que des quantités minimes de dérivés d'éléments voisins qui peuvent accompagner le bismuth servant de matière première ; en particulier, le pourcentage d'arsenic toléré est infime. Les composés insolubles sont atoxiques, car leur absorption digestive est très limitée. On s'adresse surtout aux nitrates et carbonates basiques, qui présentent, en plus de leur pouvoir couvrant, des propriétés antiacides et antiseptiques s'opposant aux fermentations. Leur division leur confère un fort pouvoir adsorbant ; dans l'intestin, les gaz soufrés sont fixés sous forme de sulfure Bi2S3 noir, colorant les fèces. Il convient de proscrire l'absorption de sels de bismuth avant une exploration radiologique du tube digestif, car ils sont opaques aux rayons X et masquent la progression des substances de contraste administrées.

Les doses habituelles par voie buccale sont de l'ordre de 10 g en cas d'affections gastriques ou intestinales (ulcère, entérite, diarrhée). En usage externe, l'utilisation comme topique isolant et cicatrisant s'effectue sous forme de pommades à base de nitrate ou de gallate basiques (dermatol).

Le pouvoir toxique envers les micro-organismes est mis à profit par voie rectale sous forme de succinate dans les angines et, surtout par voie parentérale, comme antisyphilitique. Cette utilisation connaît un regain d'intérêt dans les intercures d'antibiothérapie. On s'adresse à des dérivés généralement liposolubles, dont l'action est durable, butyl-th [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BISMUTH  » est également traité dans :

AIMANTS

  • Écrit par 
  • Roger FONTAINE
  •  • 6 368 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Aimant manganèse-bismuth »  : […] Le premier aimant fabriqué à partir de poudres a été élaboré en 1943, avant que la théorie des grains fins ne fasse son apparition. Il s'agit du composé intermétallique MnBi qui, cristallisant dans le système cubique, présente une anisotropie magnéto-cristalline très élevée. La préparation de la poudre est délicate à cause de la grande affinité du manganèse et du bismuth pour l'oxygène. La poudre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aimants/#i_14702

ARSENIC

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 4 537 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Propriétés »  : […] Au sein de la classification périodique des éléments, l'arsenic se situe au milieu de la cinquième colonne : il succède à l'azote et au phosphore typiquement non métalliques dont les degrés d'oxydation fondamentaux sont − III, + III et + V ; il précède l' antimoine et le bismuth chez lesquels le caractère métallique s'accentue avec prépondérance presque exclusive du degré d'oxydation + III. L'ars […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arsenic/#i_14702

MÉTAL ARTS DU

  • Écrit par 
  • Catherine ARMINJON
  •  • 11 119 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'étain »  : […] Pour être utilisé, le minerai d'étain, qui était exploité dès l'Antiquité dans les mines à ciel ouvert, doit être lavé et broyé puis chauffé à plusieurs reprises. Il existe trois qualités : la plus basse, d'un gris foncé et mat, comporte une forte proportion de plomb, allant jusqu'à 40 p. 100, elle est appelée en France « claire étoffe » ou « étain mort » ; la deuxième, ou « étain commun », moins […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arts-du-metal/#i_14702

POLONIUM

  • Écrit par 
  • Georges BOUISSIÈRES, 
  • Universalis
  •  • 2 967 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « État naturel et préparation »  : […] Le polonium 210 est présent dans les minerais uranifères en équilibre radioactif à la concentration de 7,6 × 10 —11  gramme par gramme d'uranium. Son abondance dans l'écorce terrestre peut donc être évaluée à environ 10 —13  p. 100. Sa période est assez longue pour que des traces puissent être extraites directement des minerais d'uranium, mais le t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/polonium/#i_14702

SULFURES ET SULFOSELS NATURELS

  • Écrit par 
  • Roland PIERROT, 
  • Guy ROGER
  •  • 6 119 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Bismuthinite »  : […] La bismuthinite Bi 2 S 3 , orthorhombique (P  bnm ), peut se trouver en cristaux allongés et finement striés parallèlement à cet allongement ; elle se présente plus souvent en agrégats lamellaires, en masses clivables, fibreuses ou grenues. Sa couleur va du blanc d'argent au gris de plomb avec des reflets jaunâtres et des irisations rosées. La bismuthinite est légèrement sect […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sulfures-et-sulfosels-naturels/#i_14702

Voir aussi

Pour citer l’article

Anne-Marie TRISTANT, « BISMUTH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bismuth/