BERNIN GIAN LORENZO BERNINI dit LE CAVALIER (1598-1680)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bernin aurait certainement décliné le qualificatif de « maître du baroque », dont on croit l'honorer. Il est en effet aux antipodes du style « baroque » – au sens étymologique du terme, c'est-à-dire irrégulier et bizarre, libéré des règles – de son contemporain et rival Borromini, qu'il considère comme un hérétique. Comme Rubens ou Le Brun, comme Jules Hardouin Mansart ou Wren dans leurs domaines, il est en fait le maître de ce qu'on peut appeler le « grand style » moderne. Formé à l'admiration des chefs-d'œuvre de la statuaire hellénistique et des maîtres de la haute Renaissance, notamment Raphaël et Michel-Ange, revenant à la discipline du dessin d'après nature selon la leçon de Caravage et des Carrache, il conçoit ses œuvres comme des tableaux et plus encore comme des mises en scène théâtrales, dont il était friand ; il joue avec virtuosité du contraste entre les chairs nues, polies, et les larges drapés qu'il anime dramatiquement pour susciter l'émotion. L'échec de son séjour à Paris en 1665 ne résulte pas d'une opposition entre baroque et classicisme, mais seulement d'une méconnaissance des usages français de construction et de distribution.

Autoportrait du Cavalier Bernin

Photographie : Autoportrait du Cavalier Bernin

BERNIN, Autoportrait, craie sur papier, 27 cm X 21 cm. Ashmolean Museum, Oxford, Royaume-Uni. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Formation et premières sculptures

Gian Lorenzo Bernini est né en 1598 à Naples où son père Pietro, sculpteur florentin de second ordre, était venu travailler, mais il se forme entièrement à Rome où sa famille s'installe en 1605 ou 1606. Gian Lorenzo reçoit ses premières leçons de sculpture de son père et se révèle enfant prodige. Bernin raconta plus tard que, lorsqu'il avait huit ans, le cardinal Barberini avait dit à son père : « Prenez garde, cet enfant vous surpassera et sera plus habile que son maître », à quoi Pietro répliqua : « Je ne m'en soucie pas. À ce jeu-là, qui perd gagne. » L'amour paternel qui transparaît dans cette réplique est certainement l'une des clés de la personnalité de Bernin, qui n'a rien d'un artiste saturnien comme Michel-Ange.

Constamment stimulé par son père, le jeune Bernini se forme en dessinant les marbres antiques du Vatican, notamment le Laocoon, l'Apollon du Belvédère et surtout l'Antinoüs (dans lequel nous reconnaissons aujourd'hui un Hermès) qu'il va « consulter comme son oracle » pour composer sa première figure, raconte-t-il en 1665 devant l'Académie de peinture et de sculpture de Paris, et dont il s'inspire encore pour sculpter les figures d'ange du pont Saint-Ange (1668-1669, deux originaux aujourd'hui à Sant'Andrea delle Fratte). Il apprend aussi à grouper harmonieusement les figures en dessinant d'après les Stanze de Raphaël et Le Jugement dernier de Michel-Ange, se montre sensible au coloris et à l'atmosphère de Titien et de Corrège, et revient également à une étude directe de la nature, cherchant à saisir dans le miroir ou par de rapides esquisses la vérité de l'expression et du mouvement. Il y est encouragé par l'exemple de Caravage, dont les œuvres, petits tableaux de chevalet ou grandes toiles d'autel, ont ouvert la voie d'un retour à la leçon de la nature en réaction contre les virtuoses déformations de la maniera, et plus encore par les compositions d'Annibal Carrache qui le premier proposa dans ses fresques de la galerie Farnèse cette nouvelle synthèse entre idéal antique et vérité d'expression, qui fit la gloire de l'école bolonaise. Ce faisant, Bernin inverse en quelque sorte la démarche des artistes de la haute Renaissance : ceux-ci avaient renouvelé la peinture en étudiant la statuaire antique ; Bernin renouvelle la sculpture en s'inspirant de leurs œuvres.

Plus précoce encore que Michel-Ange, Gian Lorenzo aurait sculpté à treize ans un groupe qui put passer pour un antique, Zeus allaité par la chèvre Amalthée (1609 ? , galerie Borghèse, Rome), et à dix-sept ans un Saint Laurent, son saint patron martyrisé sur le gril (vers 1614-1615, coll. Bonacossi, Florence), où il affirme sa maîtrise. Introduit par son père dans le cercle du pape Paul V Borghèse (1605-1621), puis auprès des cardinaux amateurs d'art, le jeune Bernin sculpte pour le cardinal Maffeo Barberini, le futur Urbain VIII, un Martyre de saint Sébastien (1615-1616 coll. Thyssen, Lugano) et pour le cardinal Montalto, neveu de Sixte V, un Neptune et Triton, destiné à une fontaine (vers 1620, Victoria and Albert Museum, Londres). Pour la villa du cardinal Scipion Borghèse, neveu de Paul V, où ils se trouvent toujours, il sculpte les groupes d'Énée, Anchise et Ascagne fuyant Troie (1619-1620), Pluton et Proserpine (1621-1622), Apollon et Daphné (1622-1625), qu'il saisit en pleine course et en pleine métamorphose. Il réalise également un David (1623-1624), pour lequel il prend le contre-pied du David serein et méditatif de Michel-Ange, en donnant à sa figure bandant sa fronde la torsion du Polyphème de Carrache à la galerie Farnèse. Comme les sculptures de Jean de Bologne, ces groupes, qui veulent rivaliser avec les groupes hellénistiques, font oublier qu'ils sont taillés dans un bloc de marbre. Bernin abandonne cependant les points de vue multiples chers aux maniéristes : faites pour être vues de face comme des tableaux, ses sculptures étaient présentées adossées aux murs de la galerie Borghèse.

Énée, Anchise et Ascagne fuyant Troie, Bernin

Photographie : Énée, Anchise et Ascagne fuyant Troie, Bernin

Gian Lorenzo Bernini, dit le Cavalier Bernin, Énée, Anchise et Ascagne fuyant Troie, 1619-1620, marbre, hauteur 220 cm. Galleria Borghese, Rome. 

Crédits : AKG

Afficher

L'Enlèvement de Proserpine, Bernin

Photographie : L'Enlèvement de Proserpine, Bernin

Gian Lorenzo Bernini, dit le Cavalier Bernin, L'Enlèvement de Proserpine, 1621-1622, marbre, hauteur 255 cm. Galleria Borghese, Rome. 

Crédits : Araldo de Luca/ Corbis

Afficher

Apollon et Daphné, Bernin, 1

Photographie : Apollon et Daphné, Bernin, 1

Gian Lorenzo Bernini, dit le Cavalier Bernin, Apollon et Daphné, 1622-1625, marbre de Carrare, hauteur 243 cm. Galleria Borghese, Rome. 

Crédits : Pirozzi/ AKG

Afficher

Apollon et Daphné, Bernin

Vidéo : Apollon et Daphné, Bernin

Apollon et Daphné est une des premières sculptures de Bernin. Exécutée entre 1622 et 1625, elle clôt une série de commandes réalisées à partir de 1619 pour la villa romaine du cardinal Scipion Borghèse, neveu du pape Paul V, où elle se trouve encore aujourd'hui. Comme Énée, Anchise... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

S'intéressant aux expressions changeantes des visages sous l'effet de la souffrance (Saint Laurent, déjà cité, et L'Âme damnée, vers 1619), de la peur (Daphné) ou de la détermination (David), il taille aussi à cette époque ses premiers bustes, Paul V (vers 1618, galerie Borghèse), Monsignor Pedro de Foix Montoya (1622, couvent de Sainte-Marie de Monserrato). Il réalise également plusieurs bustes en bronze et en marbre du pape Grégoire XV Ludovisi (1621-1623), qui le nomme cavaliere dès 1621, année où il est élu principe de l'académie de Saint-Luc.

L'Âme damnée, Bernin

Photographie : L'Âme damnée, Bernin

Bernin (1598-1680), L'Âme damnée, marbre, vers 1619. Ambassade d'Espagne à Rome, Italie. 

Crédits : Joseph Martin, Bridgeman Images

Afficher

Apollon et Daphné, Bernin, 4

Photographie : Apollon et Daphné, Bernin, 4

Gian Lorenzo Bernini, dit le Cavalier Bernin, Apollon et Daphné, 1622-1625, marbre de Carrare, hauteur 243 cm. Galleria Borghese, Rome. Détail des visages d'Apollon et de Daphné, où se mêlent les expressions de sentiments divers : surprise, puis déception chez le dieu, peur, étonnement,... 

Crédits : Alinari Archives/ Corbis

Afficher

David, Bernin

Photographie : David, Bernin

Gian Lorenzo Bernini, dit le Cavalier Bernin, David, 1623-1624, marbre, hauteur 170 cm. Galleria Borghese, Rome. 

Crédits : Pirozzi/ AKG

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Autoportrait du Cavalier Bernin

Autoportrait du Cavalier Bernin
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Énée, Anchise et Ascagne fuyant Troie, Bernin

Énée, Anchise et Ascagne fuyant Troie, Bernin
Crédits : AKG

photographie

L'Enlèvement de Proserpine, Bernin

L'Enlèvement de Proserpine, Bernin
Crédits : Araldo de Luca/ Corbis

photographie

Apollon et Daphné, Bernin, 1

Apollon et Daphné, Bernin, 1
Crédits : Pirozzi/ AKG

photographie

Afficher les 14 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  BERNIN GIAN LORENZO BERNINI dit LE CAVALIER (1598-1680)  » est également traité dans :

BERNIN À ROME - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 208 mots

1619-1625 Statues pour les jardins de la Villa Borghèse.1624-1626 Façade de l'église Santa Bibiana.1624-1633 Baldaquin de la basilique Saint-Pierre ; début de l'élaboration de la décoration des quatre piliers intérieurs qui supportent le dôme (stat […] Lire la suite

PLACE SAINT-PIERRE, BERNIN (Rome)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 191 mots
  •  • 1 média

La colonnade colossale de la place Saint-Pierre, à Rome, couronne plus de quarante ans d'activités de Bernin au service de la papauté. Sous le long pontificat d'Urbain VIII Barberini (1623-1644), il est le « grand ordonnateur des arts » dès l'élection du nouveau pape. L'essentiel de son travail est consacré à l'intérieur de la basilique et du […] Lire la suite

ALGARDE ALESSANDRO ALGARDI dit (1595-1654)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 411 mots
  •  • 2 médias

Alessandro Algardi reçut sa formation dans l'académie fondée par les Carrache, et qu'animait alors le seul Ludovic. Il s'établit à Rome en 1625, sous la protection du cardinal Ludovisi, fréquentant familièrement le Dominiquin, son compatriote. Occupé d'abord à des travaux secondaires, comme la restauration des statues antiques de la collection Borghèse, il acquit lentement de la réputation. C'est […] Lire la suite

AMOUR

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 10 166 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'amour sacré »  : […] L'Amour, n'ayant comme personnage qu'un caractère faiblement marqué, a été très tôt sujet à des dédoublements. Sur ce terrain, les artistes de la Renaissance et de l'époque classique n'avaient qu'à suivre les modèles et les traditions de l'Antiquité. En 1518-1519, Titien peignit pour Alphonse d'Este un tableau, La Fête de Vénus , aujourd'hui au Prado : une effigie de la déesse se dresse à droite […] Lire la suite

BACICCIA GIOVANNI BATTISTA GAULLI dit (1639-1709)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 199 mots

À Gênes, Baciccia étudie les œuvres de Perino del Vaga, de Barocci et aussi celles de Rubens, de Van Dyck, avant de partir pour Rome en 1657. Attiré par Bernin, alors au faîte de sa gloire, mais désormais occupé exclusivement d'architecture, Baciccia adhère totalement à sa vision plastique. Un séjour à Parme (1661) lui fait connaître l'art de Corrège, dont il retiendra le charme lumineux ; revenu […] Lire la suite

BAROQUE

  • Écrit par 
  • Claude-Gilbert DUBOIS, 
  • Pierre-Paul LACAS, 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 20 841 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Le Bernin et Borromini »  : […] Architecte, peintre et sculpteur , tel est le Bernin (1598-1680), qu'en son temps on célèbre comme le nouveau Michel-Ange, et dont la réputation, diffusée par le dessin et la gravure, s'étend à toute l'Europe, rejetant un peu injustement au second plan son rival et contemporain Borromini (1599-1667), plus subtil encore, dont le Français Blondel dénoncera ce qu'il appelle les « bizarreries », tout […] Lire la suite

BORROMINI (1599-1667)

  • Écrit par 
  • Claude MIGNOT
  •  • 3 546 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un Lombard à Rome »  : […] François Castelli, dit Borromino ou Borromini (d'après le second nom de son père Brumino), est né le 27 septembre 1599 dans le village de Bissone (Suisse), au bord du lac de Lugano, dans l'ancien diocèse de Côme, pays « tout de maçons », qui émigrent à Vienne, Prague, Palerme ou Rome. Sa mère, Anastasia Garovo, et son père Giovanni Domenico Castelli Brumino, qui devient architecte au service des V […] Lire la suite

CLASSIQUE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Claude MIGNOT
  •  • 4 856 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Du bon usage d'un mot : langage classique et grand style »  : […] Pour sortir de cet imbroglio sémantique, il convient sans doute d'exclure les appellations trop vagues où les deux termes sont en concurrence et se chevauchent sans contenu précis (âge classique, âge baroque, France classique, France baroque). On peut sans doute au contraire continuer d'utiliser le terme de classique au sens large, qui correspond à un phénomène culturel précis : « est classique un […] Lire la suite

FONTAINE MONUMENTALE

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 644 mots
  •  • 1 média

La fontaine est un lieu aménagé et orné où la nature dit sa puissance de fécondité, d'où la très ancienne habitude de faire jaillir l'eau de protomés ou d'orifices imités de pertuis organiques. Mais la valorisation de l'eau ne suit pas des cheminements uniques ; le signalent, ainsi, les fantasmes attachés au projet médiéval de la fontaine de Jouvence ou la théâtralisation jacobine de la fontaine d […] Lire la suite

FONTANA CARLO (1634-1714)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 395 mots
  •  • 1 média

Dans la Rome de la fin du xvii e et du début du xviii e  siècle, Carlo Fontana occupe une place qui n'est pas sans rappeler celle d'un Jules Hardouin-Mansart en France ; c'est l'autorité suprême en matière de monuments, le chef d'un atelier important, celui entre les mains de qui toutes les affaires passent. Né, comme son homonyme Domenico dans le Nord, près de Côme, il s'établit lui aussi à Rome […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude MIGNOT, « BERNIN GIAN LORENZO BERNINI dit LE CAVALIER (1598-1680) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bernin-le-cavalier/