Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BACICCIA GIOVANNI BATTISTA GAULLI dit (1639-1709)

À Gênes, Baciccia étudie les œuvres de Perino del Vaga, de Barocci et aussi celles de Rubens, de Van Dyck, avant de partir pour Rome en 1657. Attiré par Bernin, alors au faîte de sa gloire, mais désormais occupé exclusivement d'architecture, Baciccia adhère totalement à sa vision plastique. Un séjour à Parme (1661) lui fait connaître l'art de Corrège, dont il retiendra le charme lumineux ; revenu à Rome, il y sera le représentant le plus significatif du baroque dans le domaine de la peinture décorative. Après ses fresques de Santa Agnese in Agone (1668-1672), il est chargé, sur la recommandation de Bernin, de peindre à la voûte du Gesù Le Triomphe du nom de Jésus (1672-1683), qu'il construit sur un jeu oblique de lumière et d'ombre d'un effet dynamique saisissant. Sa compréhension de l'art de Bernin apparaît bien à la chapelle Altieri de San Francesco a Ripa, par la manière dont sa grande toile La Vierge à l'Enfant avec sainte Anne s'accorde au cadre architectural et à la tumultueuse sculpture de Bernin (Extase de la bienheureuse Louise Albertoni, 1674) qu'elle domine.

— Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE. BACICCIA GIOVANNI BATTISTA GAULLI dit (1639-1709) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • GESÙ ÉGLISE DU

    • Écrit par
    • 528 mots

    Le pape Paul III concède, en 1541, à la Compagnie de Jésus (approuvée en 1540) la petite église de Santa Maria della Strada, à Rome. Quelques années plus tard, on décide de construire un nouvel édifice dédié au saint nom de Jésus, l'église du Gesù, dont Giovanni di Bartolommeo Lippi dit...

  • JÉSUITE ART

    • Écrit par
    • 2 285 mots
    • 1 média
    ...l'influence réelle, qu'à partir de 1680 son exemple ne tend plus seulement à accréditer la structure passe-partout de Vignole, mais le décor peint et sculpté de Baciccia et des disciples de Bernin, et les scènes, encore provisoires, de Theatrum sacrum que monte dans le chœur, pour certaines cérémonies, le frère...