AUTOBIOGRAPHIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le « pacte autobiographique »

Difficulté d'une définition

Peut-on définir l'autobiographie ? Aucun critère purement linguistique ne semble pertinent. Rien ne distingue a priori autobiographie et roman à la première personne. Le je n'a de référence actuelle qu'à l'intérieur du discours : il renvoie à l'énonciateur, que celui-ci soit fictif ou réel (attesté par l'état civil). Le je n'est d'ailleurs nullement la marque exclusive de l'autobiographie : le tu (Autobiographie de Federico Sánchez, Jorge Semprun, 1978) aussi bien que le il (certains passages de Nous de Claude Roy, 1972 ; Frêle Bruit de Michel Leiris, 1976 ; Roland Barthes par Roland Barthes, 1975) sont des figures d'énonciation que l'autobiographe utilise pour insister, par des effets de distanciation, sur la fiction du sujet, ou pour mettre en situation le discours de l'autre dans celui du sujet (Rousseau juge de Jean-Jacques, commencé en 1772).

Recourir à une définition du type « récit rétrospectif en prose qu'une personne réelle fait de sa propre existence, lorsqu'elle met l'accent sur sa vie individuelle, en particulier sur l'histoire de sa personnalité » (P. Lejeune, Le Pacte autobiographique), serait désigner moins une entreprise qu'un genre, avec le risque de se couper des genres voisins : mémoires, biographie, journal intime, autoportrait, essai. À moins de se livrer à une perpétuelle rectification : les écrits autobiographiques de Simone de Beauvoir ne sont pas exclusivement le récit d'une vie individuelle, les Mémoires d'outre-tombe ne sont pas toujours rétrospectifs, les écrits autobiographiques de Leiris ou d'Adamov ne sont pas des récits, le montage de son journal que procure Claude Mauriac dans Le Temps immobile (1974 sqq.) n'est pas un récit mais il est rétrospectif, Une vie ordinaire de Georges Perros (1967) est une autobiographie en vers, Les Mots de Sartre ne sont pas le récit d'une existence, etc.

Il conviendrait donc de s'en tenir à la garantie formelle de l'identité de l'auteur, du narrateur et du personnage, attestée par la signature, le nom ou le pseudonyme. On appellera « pacte autobiographique » l'affirmation dans le texte, voire dans ses marges (sous-titre, préface, interviews) de cette identité, quelle que soit l'opinion que le lecteur puisse avoir sur la vérité ou la réalité des énoncés : « Le lecteur pourra chicaner sur la ressemblance, mais jamais sur l'identité » (P. Lejeune, Le Pacte autobiographique). Par l'intervention du nom propre, l'autobiographie affirmerait sa nature essentiellement référentielle et contractuelle, et imposerait un mode de lecture distinct de celui qu'impose le « pacte romanesque », ou « fantasmatique ».

Cette définition de caractère juridique présente l'avantage de permettre la constitution d'un corpus restreint. Reste qu'elle ne peut aller jusqu'à interdire au lecteur de substituer un pacte à un autre, de casser le contrat. Précédée d'un je dis que, l'énonciation vacille. Quelle sera alors son origine, son point d'ancrage ? Loin de se fonder sur l'identité auteur/narrateur/personnage, l'autobiographie ne prend-elle pas plutôt pour origine l'impossibilité même de cette identité, le fading de ces instances ? Peut-on enfin confondre la signature et le signataire ? La signature est-elle une garantie du texte si elle n'est elle-même qu'un effet du texte ?

Corpus

Selon qu'on ouvre ou qu'on ferme la définition, du « pacte autobiographique » au « champ autobiographique », le corpus sera plus ou moins restreint. Pour le corpus restreint, on renverra aux ouvrages de Philippe Lejeune et de Georges May. Dans le champ autobiographique, il conviendrait d'inscrire, en y reconnaissant des postures d'énonciations différentes, les correspondances officielles ou privées, les cartes postales de vacances, l'album familial de photographies, les objets rassemblés par le collectionneur, le curriculum vitae, le testament, les interviews médiatiques, les préfaces, la conversation mondaine ou amoureuse, et jusqu'au monologue intérieur où le sujet se raconte quotidiennement sa propre histoire. La lettre [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Jean-Jacques Rousseau

Jean-Jacques Rousseau
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Henry James

Henry James
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Vladimir Nabokov

Vladimir Nabokov
Crédits : Walter Mori/ Mondadori Portfolio/ Getty Images

photographie

Stendhal

Stendhal
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres, écrivain

Classification

Autres références

«  AUTOBIOGRAPHIE  » est également traité dans :

AUTOBIOGRAPHIE, notion d'

  • Écrit par 
  • Alain BRUNN
  •  • 1 446 mots

Auto-bio-graphie : écriture de sa propre vie, écriture par soi de sa vie. Le terme est double : au sens large, est autobiographique toute écriture intime ; au sens étroit, l'autobiographie, distincte des Mémoires, du journal intime ou de l'autoportrait, est un genre parmi d'autres de l'écriture personnell […] Lire la suite

ADAMS HENRY BROOKS (1838-1918)

  • Écrit par 
  • Robert MANE
  •  • 1 160 mots

Dans le chapitre « Son œuvre »  : […] Son œuvre est aussi riche que variée, mais on y retrouve toujours un même schéma qui est, présentée sous telle ou telle forme, l'histoire de la faillite d'un grand élan idéaliste. Quelles que soient les qualités de ses autres ouvrages, et en particulier de l' Histoire des États-Unis (remarquable tant sur le plan de la documentation que sur celui de l'interprétation psychologique), c'est surtout p […] Lire la suite

À DÉFAUT DE GÉNIE (F. Nourissier)

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 993 mots

Il se peut que, arrivés au soir de leur existence, la plupart des écrivains aient la tentation de devenir l'ultime et unique sujet de leur œuvre. Les uns dans le but d'ériger eux-mêmes leur tombeau, sinon leur mausolée : ce syndrome de Chateaubriand a souvent frappé la littérature française. Les autres, en refaisant le trajet de leur enfance et de leur jeunesse, dans l'espoir de conjurer la mort. […] Lire la suite

ADOLPHE, Benjamin Constant - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claude-Henry du BORD
  •  • 980 mots

Dans le chapitre « Adolphe ou l'impossibilité d'aimer »  : […] Adolphe , au même titre que Les souffrances du jeune Werther (1774) de Goethe, est un chef-d'œuvre absolument romantique. Revue et corrigée avec maîtrise, l'autobiographie s'oriente vers ce que Barrès appelle la « volupté de surveiller ironiquement son âme si fine et misérable ». Pour brouiller les pistes, Constant justifie l'existence même du roman dans un « avis » préalable où l'éditeur-auteur […] Lire la suite

AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D'

  • Écrit par 
  • Ivan CROUZEL, 
  • Dominique DARBON, 
  • Benoît DUPIN, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Philippe-Joseph SALAZAR, 
  • Jean SÉVRY, 
  • Ernst VAN HEERDEN
  •  • 29 843 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La littérature des bidonvilles, jusqu'à Sharpeville (1960) »  : […] Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la république connaît une urbanisation forcenée. Les Noirs s'entassent dans les faubourgs des centres industriels en plein essor. Dans les zones rurales, les bantoustans (enclaves indigènes) deviennent des réservoirs de main-d'œuvre bon marché. La législation de l'apartheid étend partout le filet de ses interdits. L'Africain se prolétarise. La littératur […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean DERIVE, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Michel LABAN
  •  • 16 605 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le roman africain »  : […] Le roman historique avait eu un précurseur avec Doguicimi (1938) de Paul Hazoumé, qui racontait les débuts (vers 1820-1830) du roi Guézo d'Abomey, dans l'actuel Bénin ; bien que le romancier ait eu manifestement l'intention d'opposer les cruautés païennes aux bienfaits apportés par le christianisme, la force épique de son récit donnait une image exaltante de l'Afrique ancienne. Le roman historiq […] Lire la suite

AKERMAN CHANTAL (1950-2015)

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 1 453 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De l’expérimental à l’autobiographie »  : […] Chantal Akerman séjourne en 1971 aux États-Unis et fréquente assidûment l’Anthology Film Archives de New York ; là, elle découvre le cinéma expérimental de Jonas Mekas et de Michael Snow. Ce dernier influence directement son premier long-métrage, Hôtel Monterey (1972), une description fragmentaire et sans commentaire d'un lieu pour déshérités filmé en plans fixes. Mais la cinéaste ne s'attache pa […] Lire la suite

À LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU, Marcel Proust - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre-Louis REY
  •  • 1 187 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De Swann à Marcel »  : […] À ce mode de l'autobiographie fictive fait exception un épisode de Du côté de chez Swann , « Un amour de Swann », souvent publié séparément. Esthète raffiné, épargné par le snobisme qui règne chez les mondains, Charles Swann souffre par la faute d'Odette de Crécy, une femme qui n'est même pas « son genre », les pires tourments de la jalousie. Il apparaît, dans l'ensemble de la Recherche , comme un […] Lire la suite

ALFIERI VITTORIO (1749-1803)

  • Écrit par 
  • Jacques JOLY
  •  • 2 596 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La signification de l'œuvre »  : […] Les éléments héroïques du théâtre d'Alfieri, le goût de la lutte et de la mort qui caractérise ses personnages, l'exaltation de la liberté individuelle contre les forces meurtrières de la tyrannie ont assuré aux tragédies d'Alfieri un large retentissement à l'époque romantique. Dans sa patrie même, Alfieri est alors apparu comme le pionnier de l'Italie nouvelle, qui a su réveiller les Italiens de […] Lire la suite

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 528 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « 1970-1989 : dépolitisation et souci de soi »  : […] Les années 1970 marquent le début d'une ère nouvelle, qui coïncide avec la fin des « guerres de libération » dans le monde, l'échec de Mai-68, l'arrivée au pouvoir de la coalition socio-libérale en Allemagne de l'Ouest, la montée du terrorisme et la répression qui l'accompagna, et enfin la prise de conscience écologiste. Il s'agit alors pour la jeune génération de régler ses comptes avec les écriv […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

12 août 2006 Allemagne. Révélation de Günter Grass sur son enrôlement dans la Waffen SS

Cet aveu précède de quelques semaines la publication de son autobiographie, En épluchant les oignons, dans laquelle il évoque cet épisode jusqu'alors inconnu de sa vie. Cette révélation tardive cause une vive émotion dans le pays où l'intellectuel, engagé à gauche, incarne une haute conscience morale.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Daniel OSTER, « AUTOBIOGRAPHIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/autobiographie/