FICTION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De même que le terme « poésie » est forgé sur le grec poïein, « fabriquer », celui de « fiction » vient du latin fingere, « façonner » (et par extension « feindre », « inventer »). Tous deux renvoient à un faire, comme le mot français art, qui signifie d'abord le métier : l'artiste est un artisan, le fabricant d'une œuvre, mot dont l'origine latine (opera, le verbe operare) évoque l'acte d'« accomplir », de « réaliser ». Cette terminologie originelle renvoie toujours l'œuvre d'art à son essence d'artefact, d'artifice : en ce sens, c'est-à-dire par opposition aux œuvres de la nature, elle est nécessairement « fiction ». Cette acception très large se retrouve dans la théorie littéraire : la narratologie se donne comme une théorie générale du récit, entendu comme construction formelle. D'un tel point de vue, il n'y a pas lieu de distinguer entre récits fictifs et récits véridiques : de fait, la distinction n'opère que si l'on se pose la question du « dehors » du récit, de ce à quoi il renvoie (son référent). Or l'approche formaliste se caractérise justement par la clôture qu'elle opère, ne considérant l'œuvre que du « dedans ».

En quel sens l'activité artistique relève-t-elle du faire ? La réflexion d'Aristote sur une Poétique (env. 340 av. J.-C.) marquait bien la différence de son objet à la fois avec celui des historiens, qui produisent ce que nous venons d'appeler récit véridique (l'histoire au sens d'historia), et avec l'éloquence, la pratique du discours dans la vie réelle, objet d'une autre discipline et d'un art particulier, la rhétorique. L'art « poïétique » (celui, pour Aristote, du poète et du dramaturge) consiste à mettre en intrigue, à composer une histoire – le grec emploie cette fois le terme muthos. La supériorité de l'artiste sur l'historien (du « poète », au sens qu'a encore le mot dans le français classique et que conserve l'allemand Dichter), c'est de s'affranchir de l'obligation de véridicité, pour exprimer le « général » et non plus le « particulier » (Poétique, 1451 b). Le travail d'« imitation » (mimèsis) de la réalité, sur la scène ou dans la narration poétique, vise donc tout autre chose que la simple reproduction. Aristote le juge « plus noble et plus philosophique que l'histoire [historia] » : c'est une réhabilitation des poètes, contre l'accusation platonicienne de ne produire que de purs simulacres, des apparences inutiles et trompeuses.

Ce qu'on appelle parfois l'aristotélisme français, l'élaboration, au xviie siècle, d'une « doctrine classique » du théâtre, aboutit à des règles supposées garantir que l'œuvre soit reçue comme vraisemblable, dans cet espace propre au drame qui ne serait ni celui du vrai ni celui du faux – ainsi du respect des trois unités, de temps, de lieu et d'action. L'examen de la fameuse « querelle du Cid » (1637) montre bien que ces règles – qui ne se trouvent pas directement dans la Poétique, mais ont été élaborées par ses commentateurs modernes – ne se limitent pas à la composition : on ne reproche pas seulement à Pierre Corneille la richesse de l'intrigue, supposée trop abondante pour tenir dans la durée qu'il s'est fixée, mais aussi l'inconvenance du comportement de son héroïne, Chimène, prête à épouser le meurtrier de son père. Contre cette conception qui tend à subordonner l'œuvre d'art à la morale et à l'utilité sociale, les écrivains ultérieurs, et particulièrement les romanciers, pourront faire retour au principe de vérité, censé les affranchir d'une esthétique devenue sclérosante. Cette tendance réaliste, hostile à la fiction idéalisante, dénonce l'invraisemblable du vraisemblable. Dénonciation qui se poursuit dans la littérature engagée et son pendant la critique sociale, ou même dans le Nouveau Roman.

Ce faisant, elle rejoint la stratégie opposée : souligner une artificialité de l'écriture – et revendiquer le statut de fiction. Bien avant le goût romantique pour l'invraisemblable, l'excès, l'irrationnel, le fantastique, les poètes se sont complu dans les mondes irréels de la fable (la mythologie antique) et de la pastorale. L'imaginaire classique peut être lu comme « art de l'éloignement » (Thomas Pavel), la tragédie elle-même comme exercice de distance, transport dans le [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FICTION  » est également traité dans :

CHARYN JEROME (1937- )

  • Écrit par 
  • Yves-Charles GRANDJEAT
  •  • 1 155 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Masques et travestissements »  : […] De ce « vide » originel, Charyn a fait un plein tumultueux. Il s’est, depuis son premier roman Il était une fois un droshk y ( Once upon a Droshky , 1964), essayé à de nombreux genres. Outre ses romans policiers – même s’il ne se reconnaît pas vraiment dans cette étiquette –, il a publié des ouvrages autobiographiques, un livre sur Hemingway et un autre sur Emily Dickinson. Il est également l’au […] Lire la suite

CULTURE NUMÉRIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Yves MOLLIER
  •  • 4 525 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Quel livre pour demain? »  : […] Puisque le numérique ne porte pas atteinte au principe de la lecture, qu'il conduit même, dans certains cas, des fractions de public peu portées vers l'imprimé à se remettre à lire, on peut se demander si les digital natives ne seront pas, finalement, les plus grands dévoreurs d'informations et de connaissances, partant de bribes ou d'éléments du savoir, de l'histoire de l'humanité. L'exemple des […] Lire la suite

FABLE, notion de

  • Écrit par 
  • Christophe TRIAU
  •  • 1 096 mots

« Fable », issu du latin fabula , est le terme que le théâtre utilise traditionnellement pour désigner l'histoire racontée – là où le grec, et la Poétique (env. 340 av. J.-C.) d'Aristote tout particulièrement, emploie le terme muthos . Selon Aristote, la fable est le plus important des constituants, « le principe, l'âme pour ainsi dire », de la tragédie comme de l'épopée. En effet, la représentat […] Lire la suite

AUTOBIOGRAPHIE, notion d'

  • Écrit par 
  • Alain BRUNN
  •  • 1 446 mots

Auto-bio-graphie : écriture de sa propre vie, écriture par soi de sa vie. Le terme est double : au sens large, est autobiographique toute écriture intime ; au sens étroit, l'autobiographie, distincte des Mémoires, du journal intime ou de l'autoportrait, est un genre parmi d'autres de l'écriture personnelle. Mais ce dernier a connu un succès immense, qui l'a conduit à annexer toute expression supp […] Lire la suite

GENRES LITTÉRAIRES

  • Écrit par 
  • Jean-Marie SCHAEFFER
  •  • 3 083 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un acte de communication »  : […] De tout ce qui précède, il ressort que les catégories génériques relèvent pour l'essentiel de la dimension pragmatique de la littérature, c'est-à-dire de la dynamique communicationnelle des œuvres. Une œuvre littéraire n'est jamais uniquement une réalité textuelle (qu'elle soit écrite ou orale), mais aussi un acte, une interaction verbale socialement réglée entre un auteur et un public. Quel que […] Lire la suite

ILLUSION THÉÂTRALE

  • Écrit par 
  • Elsa MARPEAU
  •  • 943 mots

L'illusion désigne généralement une fiction que l'on tient pour vraie. Elle possède un sens optique, moral et métaphysique – trois sens d'ailleurs conjoints dès Platon. Celui-ci distingue en effet le monde des apparences sensibles et celui des Idées, c'est-à-dire le réel perceptible par l'esprit seul. L'art, imitation d'une imitation, se trouve donc éloigné du réel de trois degrés. C'est au nom de […] Lire la suite

LITTÉRATURE ÉPISTOLAIRE, notion de

  • Écrit par 
  • Alain BRUNN
  •  • 1 064 mots

L'expression littérature épistolaire désigne tout texte qui relève de la situation pragmatique de la correspondance et peut être lu hors de cette situation ; elle paraît ainsi contradictoire : les régimes de vérité de la littérature et de la lettre semblent mal s'accorder. Le premier se trouve du côté d'une fabrication visant à plaire à un public, du côté d'une certaine fiction, quand le second s […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XIXe s.

  • Écrit par 
  • Marie-Ève THÉRENTY
  •  • 7 788 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le roman de la démocratie »  : […] Albert Thibaudet a écrit que le roman était « le genre triomphateur du xix e  siècle ». Peu légitime à l’orée du siècle parce qu’il touchait principalement un public de lectrices séduites par le rocambolesque et le sentimental, il connaît plus de succès qu’aucun autre genre auprès du public qui se constitue durant le siècle. En 1858, pour la première fois, un romancier, Jules Sandeau, entre à l’Ac […] Lire la suite

UTOPIE (arts et architecture)

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 1 694 mots

Dans le chapitre « Art et utopie au siècle de l'industrie »  : […] Les liens entre l'utopie et la production artistique commencent à se renforcer avec la première révolution industrielle. À cette époque, l'utopie change de nature, rompant avec les caractéristiques que lui avait imprimées Thomas More. Elle se présentait sous la forme d'une fiction littéraire, décrivant un pays situé littéralement nulle part – le terme d'utopie avait été en effet forgé par More à […] Lire la suite

SÉRIES TÉLÉVISÉES

  • Écrit par 
  • Benjamin CAMPION
  •  • 6 504 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une forme hétéroclite et évolutive »  : […] De façon générique, une série télévisée est une œuvre de fiction composée d’épisodes reliés entre eux par une forme narrative ou formelle, des personnages et des thèmes, abordant un ou plusieurs genres (le policier, le thriller, le western, la science-fiction, la comédie romantique, etc.). D’un épisode à l’autre, ces traits communs doivent être identifiables et prompts à nous replonger dans un mo […] Lire la suite

Les derniers événements

29 septembre 2021 France. Condamnation de Valeurs actuelles dans l'affaire Danièle Obono.

En août 2020, l’hebdomadaire avait publié un article de politique fiction qui mettait en scène la députée de Paris franco-gabonaise Danièle Obono (LFI), la représentant en esclave.  […] Lire la suite

27 août - 2 septembre 2020 France. Mise en scène contestée de la députée Danièle Obono dans Valeurs actuelles.

Le 27, l’hebdomadaire de droite Valeurs actuelles publie un article de politique fiction sur la responsabilité des Africains dans la pratique de l’esclavage au xviiie siècle, qui met en scène la députée de Paris franco-gabonaise Danièle Obono (La France insoumise), la représentant en esclave, collier de fer autour du cou. L’article est vivement dénoncé par l’ensemble de la classe politique. […] Lire la suite

12 avril 2018 France. Jugement dans l'affaire du « groupe de Tarnac ».

La présidente de la chambre déclare que « l’audience a permis de comprendre que le “groupe de Tarnac” était une fiction ». […] Lire la suite

13 décembre 2006 Belgique. Émotion à la suite de la diffusion d'une émission de politique fiction

La chaîne publique de la Radio-Télévision belge francophone (R.T.B.F.) interrompt son programme pour diffuser une émission spéciale d'information annonçant la fin de l'État belge à la suite de la déclaration unilatérale de l'indépendance de la Flandre par le Parlement régional flamand. Animée par de vrais journalistes politiques et comportant des entretiens avec de vrais hommes politiques ainsi que des reportages mis en scène, l'émission – dont le caractère fictionnel n'est que très brièvement mentionné – provoque une vive émotion parmi les téléspectateurs. […] Lire la suite

2-7 septembre 1995 Libye. Expulsion de milliers de travailleurs arabes

et qui dénonce la « fiction » de l'autonomie palestinienne, « encourage » les quelque 30 000 travailleurs palestiniens qui vivent en Libye à « rentrer chez eux ». Le 6, des affrontements entre islamistes et forces de l'ordre, à Benghazi, font une trentaine de morts. En juin, déjà, des incidents similaires, dans la même ville, avaient conduit à l'expulsion, en juillet et août, de milliers de travailleurs égyptiens et soudanais accusés d'être des « extrémistes [musulmans] infiltrés » – on compte en effet quelque 850 000 Égyptiens et quelque 300 000 Soudanais en Libye. […] Lire la suite

Pour citer l’article

François TRÉMOLIÈRES, « FICTION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fiction/