ARTE POVERA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'artiste guérillero

La préface à l'exposition de septembre l967, organisée à la galerie La Bertesca à Gênes, est considérée comme l'acte de naissance officiel du mouvement. Si le discours théorique concernant l'Arte povera s'est élaboré au fil des expositions, les propos de Celant évitent tout ce qui tendrait à enfermer les artistes dans un cadre trop rigide. Le critique y fait référence au cinéma de Warhol et à celui de Pasolini, ainsi qu'au théâtre de Grotowski, auquel il emprunte l'adjectif « pauvre ». Avec Arte povera. Appunti per una guerilla, il donne une dimension politique, voire révolutionnaire aux nouvelles pratiques. « L'artiste devient un guérillero, il veut choisir le lieu du combat et pouvoir se déplacer pour surprendre et frapper. » Un an plus tard, Celant titre lors d'une manifestation à Amalfi, Arte povera + Azioni povere et démontre qu'il convient désormais de sortir de l'objet « pour débloquer toutes les expérimentations évènementielles ». Malgré des débats parfois houleux au sein de la critique, la terminologie fonctionne et le label est désormais identifié. Sur le plan international, le groupe de l'Arte povera participe à l'exposition phare du moment : Quand les attitudes deviennent formes, organisée par Harald Szeemann à Berne en 1969. Les Italiens y côtoient les artistes représentatifs des grands courants du moment, land art, art conceptuel, minimal art. Parmi ceux-ci : Carl André, Robert Kosuth, Robert Morris, Walter de Maria, Richard Long, Robert Ryman ou encore Joseph Beuys.

Ces quelques années où les manifestations et les rencontres se multiplient sont pour les artistes l'occasion d'une intense productivité créatrice. Mario Merz invente son premier igloo (L'Igloo de Giap). Pascali met en espace sa redoutable Vedova blu. Pistoletto crée La Venere degli stracci qui renvoie [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  ARTE POVERA  » est également traité dans :

ALIGHIERO E BOETTI (1940-1994)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 023 mots

L'artiste italien Alighiero e Boetti a été l'un des protagonistes majeurs des manifestations liées à l' arte povera organisées par le critique Germano Celant ; ses premières réalisations peuvent être assimilées à cette praxis, qui “consiste à éliminer, supprimer, appauvrir les signes pour les réduire à des archétypes”. Cependant, Boetti s'oriente très vite vers un tout autre type de propositions […] Lire la suite

ANSELMO GIOVANNI (1934- )

  • Écrit par 
  • Béatrice PARENT
  •  • 790 mots

Artiste italien, Giovanni Anselmo, né en 1934 à Borgofranco d’Ivrea (Piémont), partage son temps entre Turin et l’île de Stomboli. Il est, avec Mario Merz, Jannis Kounellis et Gilberto Zorrio, l'une des figures marquantes de l' Arte povera (l'Art pauvre), mouvement apparu à Turin en 1967 et dénommé ainsi par le critique italien Germano Celant. Une photographie, Mon Ombre projetée vers l'infini a […] Lire la suite

ANTI-ART

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 3 052 mots

Dans le chapitre « L'anti-art et ses avatars »  : […] Le destin de l'anti-art ne traduit pas, depuis, cette violence extrême. Au fur et à mesure que l'art d' avant-garde a été accepté, classé, valorisé financièrement par les critiques, les musées et les marchands, l'anti-art est devenu l'épiphénomène de l'art. Si Breton n'y a jamais fait appel, s'il a même contribué à perpétuer à sa manière la vocation subversive de l'art proprement dit, son ami Mar […] Lire la suite

ÉPHÉMÈRE, arts

  • Écrit par 
  • Véronique GOUDINOUX
  •  • 2 182 mots

Dans le chapitre « Les œuvres à matérialité intermittente »  : […] On aura saisi que la partition proposée par Marinetti entre art ancien, tourné vers l'affirmation de valeurs éternelles, et art moderne préoccupé d'éphémère, n'est pas valide. Si l'on considère maintenant l'art moderne, force est de constater qu'y règnent quelques confusions dues sans doute aux nouveaux modes d'apparition des œuvres d'art. Faut-il, par exemple, considérer les œuvres in situ, réal […] Lire la suite

FABRO LUCIANO (1936-2007)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 864 mots

Mort à Milan en juin 2007, Luciano Fabro est l'un des protagonistes majeurs de l' arte povera , qui regroupe, à la fin des années 1960, un cercle de créateurs italiens parmi les plus novateurs de l'époque. Si l'artiste participe à l'ensemble des manifestations du groupe, il n'en mène pas moins une démarche personnelle souvent déroutante. Faisant du corps de l'artiste et de la participation du spec […] Lire la suite

KOUNELLIS JANNIS (1936-2017)

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 859 mots
  •  • 1 média

Créateur pictural plutôt que peintre, Jannis Kounellis utilise les moyens artistiques pour dire quelque chose qui le transgresse et nie en tout cas le caractère gratuit, superficiel, non historique et non idéologique de l'art : chacune de ses œuvres tente de mettre au jour une problématique de sens. Grec d'origine, il est né le 23 mars 1936 au Pirée, et s'étant installé en 1956 à Rome, il y a d'a […] Lire la suite

MERZ MARIO (1925-2003)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET, 
  • Universalis
  •  • 1 129 mots
  •  • 1 média

Le peintre et sculpteur italien Mario Merz est l'une des grandes figures de ce vaste champ de convergences intellectuelles et artistiques que fut, à partir de la seconde moitié des années 1960 en Italie, l'Arte povera. Selon l'historien de l'art Germano Celant, l'expression « signifie disponibilité et anti-iconographie, introduction d'éléments incomposables et d'images perdues, venues du quotidie […] Lire la suite

PENONE GIUSEPPE (1947- )

  • Écrit par 
  • Thierry DUFRÊNE
  •  • 1 081 mots

Né à Garessio (Piémont) en 1947, l'artiste italien Giuseppe Penone vit et travaille à Turin. Il utilise dans son œuvre les éléments de la nature, qu'il connaît profondément depuis son enfance, pour effacer l'élément cultivé de la sculpture : « Créer une sculpture, c'est un geste végétal. » C'est en 1969 qu'il a réalisé son premier « arbre » en enlevant des anneaux de croissance d'une poutre de bo […] Lire la suite

PISTOLETTO MICHELANGELO (1933- )

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 035 mots

Michelangelo Pistoletto est apparu sur la scène artistique italienne, dans le tout début des années 1960, avant que Germano Celant ne formule de manière critique la notion d'« arte povera ». S'il a participé à la plupart des manifestations du groupe, il reste un artiste qui résiste aux catégories existantes par le nombre d'expériences qu'il ne cesse de mettre en chantier. Peintre, sculpteur, photo […] Lire la suite

POMMEREULLE DANIEL (1937-2003)

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 953 mots

Ayant décidé de se consacrer à la peinture, Daniel Pommereulle (né en 1937 à Sceaux-Robinson) fut interrompu dans cette activité par la guerre d'Algérie, où il a été envoyé en 1957 ; il en revint révolté. Dès le début des années 1960, il fut l'un des rares artistes qui aient alors rompu en France avec l'héritage cézannien des esthétismes de l'époque. Après avoir peint quelques tableaux ironiques à […] Lire la suite

SCULPTURE CONTEMPORAINE

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 8 066 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un art du temps »  : […] La singularité la plus marquante de la sculpture contemporaine demeure peut-être cachée : c’est son rapport spécifique au temps, qui se révèle en fait un véritable matériau que travaillent les sculpteurs, voire l’objet même de leur quête esthétique. Anne et Patrick Poirier ont fait de ce sujet le fil rouge de leur invention plastique, commencée avec Ostia Antic a (1971-1972) et qui s’est ensuite […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Maïten BOUISSET, « ARTE POVERA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/arte-povera/