Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ARTE POVERA

Au-delà de l'Arte povera

En 1971, on peut considérer que la phase historique de l'Arte povera en tant que groupe mené par l'énergie mobilisatrice de Germano Celant est arrivée à son terme. Historicisé, reconnu, collectionné par les plus grandes institutions internationales, l'Arte povera fonctionne. Au singulier en tant que concept et, au pluriel, en tant qu'ensemble de propositions plastiques avant-gardistes émanant d'un groupe de créateurs dont les expositions se multiplient un peu partout dans le monde.

En 1984, alors que s'impose une nouvelle génération concurrente de peintres néo-expressionnistes regroupés par Achille Bonito Oliva sous le label Transavanguardia, Celant juge nécessaire de marquer une nouvelle fois la cohérence du mouvement et programme trois expositions à Turin, Madrid et New York. En situant la production des artistes dans l'actualité de l'époque, Celant entend affirmer que l'Arte povera célèbre encore et toujours « un hymne à l'élément primaire, à l'élément banal, un hymne à la nature entendu à la façon des Atomes de Démocrite, un hymne à l'homme, fragment d'esprit et de corps ». « Ma bataille, dira-t-il encore, a été d'affirmer que l'art contemporain a le même poids que l'art du passé. »

— Maïten BOUISSET

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Jannis Kounellis - crédits : Anna Weise/ AKG-images

Jannis Kounellis

Autres références

  • ALIGHIERO E BOETTI (1940-1994)

    • Écrit par Maïten BOUISSET
    • 1 024 mots

    L'artiste italien Alighiero e Boetti a été l'un des protagonistes majeurs des manifestations liées à l'arte povera organisées par le critique Germano Celant ; ses premières réalisations peuvent être assimilées à cette praxis, qui “consiste à éliminer, supprimer, appauvrir les signes...

  • ANSELMO GIOVANNI (1934-2023)

    • Écrit par Béatrice PARENT
    • 801 mots

    Artiste italien, Giovanni Anselmo, né le 5 août 1934 à Borgofranco d’Ivrea (Piémont), a partagé sa vie entre Turin et l’île de Stromboli. Il est, avec Mario Merz, Jannis Kounellis et Gilberto Zorrio, l'une des figures marquantes de l'Arte povera (l’« Art pauvre »), mouvement...

  • ANTI-ART

    • Écrit par Alain JOUFFROY
    • 3 063 mots
    • 1 média
    ...l'œuvre originale conçue par les mains et par l'esprit de l'artiste, sont devenus les exemples d'une pensée qui s'oppose à toute espèce de définition de l' art. Il n'est donc pas étonnant qu'à la fin des années cinquante et au début des années soixante, au moment où l'art moderne a connu une crise économique...
  • ÉPHÉMÈRE, arts

    • Écrit par Véronique GOUDINOUX
    • 2 188 mots
    On souligne aussi volontiers le caractère éphémère des œuvres du land art et de l'Arte povera : là encore, à quelques exceptions près, ce caractère est totalement absent de la plupart des travaux concernés, ou bien il constitue une conséquence des matériaux et procédés mis en œuvre,...
  • Afficher les 11 références

Voir aussi