LAND ART

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au début des années 1960, une tendance de l'art américain, mais aussi européen, va mettre de plus en plus l'accent sur l'utilisation des matériaux naturels, la terre, l'eau ou l'air, qui manifestent le processus à l'œuvre et impliquent du même coup une nouvelle conception de la durée dans l'art. Corrélativement, l'attention des artistes, des sculpteurs mais aussi des peintres, se porte sur l'exploration de nouveaux espaces en dehors de ceux qui sont traditionnellement réservés à l'art, ce qui va progressivement les amener à s'interroger sur leur environnement et à s'intéresser aux sites naturels. Cette attitude, qui découle logiquement de recherches plastiques et conceptuelles, va de pair avec une contestation politique du marché de l'art et des lieux traditionnels d'exposition.

Robert Morris, en 1961, produit sa première sculpture minimaliste au Living Theatre à l'occasion d'une performance organisée par La Monte Young et destinée en partie à financer l'anthologie que ce dernier fera paraître en 1963. C'est dans cette même anthologie que Walter De Maria publiera, parmi d'autres textes programmatiques, Artyard, daté de 1960, où il propose la création d'un « chantier d'art » qu'il imagine comme un vaste trou dont l'excavation serait l'art lui-même. En fait, parallèlement aux minimalistes, dont Morris fait partie pendant un temps et dont De Maria, Oppenheim ou Robert Smithson (ce dernier participera à l'exposition Primary Structure en 1966 au Jewish Museum) semblent proches sur le plan formel, ces artistes vont s'interroger sur la capacité des musées ou des galeries à pouvoir montrer ces nouvelles formes d'art, qui de sculpture n'ont peut-être plus que le nom et qu'il faut englober dans ce que la critique d'art américaine Rosalind Krauss a appelé un « champ élargi ». Ce champ, selon cette dernière, devrait intégrer des paramètres comme le paysage et l'architecture qui, diversement combinés, permettraient de reconsidérer la notion de site et de sculpture. Citons parmi les artistes de cette combinatoire non seulement ceux que l'on connaîtra bientôt sous le nom de land artists, mais également d'autres comme Richard Serra, Alice Aycock, Mary Miss, Charles Simonds, George Trakas, Robert Irwin, Hamish Fulton.

Il est vrai que la question du site va être centrale pour ces artistes dont les objets entretiennent avec ce qui les environne des relations complexes qu'il faut prendre en compte pour en apprécier la nature. Les « sculptures » de Donald Judd, Carl André ou Robert Morris manifestaient un rapport spécifique à leurs lieux d'exposition. Si bien que, dès 1966, réfléchissant à ce rapport dans Notes on Sculpture II, Morris posait la question : « Pourquoi ne pas mettre l'œuvre à l'extérieur et modifier un peu plus les termes du rapport ? Un réel besoin se fait sentir de franchir cette nouvelle étape. » C'est ce passage qu'effectueront certains artistes américains dont les œuvres, en participant à ce que le critique Harold Rosenberg appelait la « dé-définition » de l'art, vont faire l'objet d'appellations variées comme art total, art écologique, art environnemental, etc.

Le corps mis en jeu, le processus

Au début des années 1960, on assiste à un décloisonnement des arts. Les Happenings d'Allan Kaprow et les Events de Fluxus redistribuent les lignes de partage entre spectateurs et acteurs, produisant ainsi de nouveaux espaces artistiques et sollicitant la collaboration des arts de la scène et du spectacle vivant aussi bien que de la musique ou des arts plastiques, de la poésie ou du cinéma expérimental. La séance au Black Mountain College (Caroline du Nord) en 1952 avec John Cage, Merce Cunningham, Charles Olson, Robert Rauschenberg, David Tudor est, de ce point de vue, emblématique.

La conscience de ces nouveaux types d'espace va de pair avec de nouvelles pratiques corporelles : la New Dance emprunte aux arts plastiques, qui en retour donnent au corps un nouveau statut. Confronté aux éléments naturels les plus simples, la glaise en particulier, le corps y marque son empreinte, comme dans l'œuvre brutalement interrompue d'Anna Mendieta (1948-1985), ou semble y rechercher une unité première, comme pour mieux s'en arracher (Charles Simonds, dans le film Birth, 1970). Ces possibilités, explorées pour elles-mêmes, conduiront certains artistes comme Dennis Oppenheim à pratiquer le body art (Parallel Stress, 1970) qui connaîtra rapidement un développement autonome.

Si beaucoup d'artistes sont alors attentifs à la transformation des matériaux et des éléments, ce n'est pas forcément pour les mêmes raisons. Certains comme Hans Haacke (Condensations Boxes, 1963-1965 ; Fog Swamping Erosion, 1969) ou Dennis Oppenheim (Directed Seeding-Cancelled Crop, 1969) ont essayé de montrer les relations multiples qui peuvent exister entre l'œuvre et son environnement naturel, les changements physiques qui en résultent (gel, condensations, évaporations), tout en s'intéressant à ce même environnement d'un point de vue sociopolitique (par exemple, en annulant artistiquement le processus de production d'une récolte, dans le cas d'Oppenheim, ou en mettant en lumière les mécanismes de circulation et d'acquisition des œuvres, comme le fit plus tard Haacke). La part du hasard ici n'est pas négligeable, elle est même de plus en plus intégrée dans les arts depuis Marcel Duchamp mais surtout avec John Cage, imprégné de la philosophie orientale qu'il a étudiée avec Taro Suzuki dans les années 1950.

Des artistes comme Charles Ross, Peter Hutchinson ou Newton Harrison et sa femme Hélène Mayer Harrison ont créé des conditions d'expérimentation permettant de produire des formes de nature considérées comme des œuvres de l'art. Ross, en plaçant tous les jours au soleil, sous une loupe, des planches de bois, obtint ainsi un dessin en double spirale qui fit l'objet d'une exposition (Sunlight Convergence/Solar Burns, 1971-1972) et d'un livre du même titre. Hutchinson, qui avait suivi des études de génétique, s'intéressa aux développements et aux transformations des matériaux dont il montre la décomposition dans une œuvre comme Threaded Calabash (1969) – des fruits, reliés en leur centre par une corde de douze mètres et plongés dans l'eau à une profondeur de plus de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : agrégé de philosophie, docteur en philosophie, maître de conférences à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  LAND ART  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Sculpture

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 2 368 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La sculpture et ses limites »  : […] Selon une logique plus confidentielle et beaucoup moins monumentale, Ben Nicholson (1894-1982) explore quant à lui la logique du bas-relief au moyen d'un vocabulaire géométrique (Sculpture , 1936, Tate Gallery, Londres) et inscrit son travail au croisement de la peinture et de la sculpture. Ce choix le rapproche d'Eduardo Paolozzi (1924-2005) qui se fait connaître notamment à la biennale de Veni […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - Création contemporaine

  • Écrit par 
  • Paul ARDENNE
  •  • 3 567 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « « Art égale vie » »  : […] Le travail de sape des artistes conceptuels aura cette conséquence : ouvrir comme jamais encore la notion d'« œuvre », en fonder l'élasticité sans limite, permettre à chaque artiste de sceller son projet personnel dans une forme dont il définit lui-même la nature, parfois sans précédent connu. Peindre, sculpter, représenter ? L'artiste, aussi bien, peut se faire champion de la pensée et concevoir […] Lire la suite

CARTOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Guy BONNEROT, 
  • Estelle DUCOM, 
  • Fernand JOLY
  •  • 8 490 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Cartographie et art »  : […] Parce qu’elle est composée d’images et de signes, la carte jouit d’une popularité croissante dans l’art contemporain depuis les années 1960. La fin du xx e  siècle marque ainsi l’apparition d’une génération d’artistes s’emparant de la cartographie comme outil premier de représentation, avec ses possibilités et ses contraintes. Des événements comme l’exposition Mapping organisées par Robert Storr […] Lire la suite

CHRISTO ET JEANNE-CLAUDE CHRISTO JAVACHEFF (1935-2020) et JEANNE-CLAUDE DENAT DE GUILLEBON (1935-2009), dits

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 1 662 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une monumentalité éphémère »  : […] L'emprise des créations de Christo et Jeanne-Claude dépasse le cadre de la cité et de l'histoire des hommes pour toucher, à partir du milieu des années 1970, le vaste espace du monde naturel, avec des réalisations spectaculaires comme Running Fence , de 40 kilomètres de longueur en Californie (1972-1976), Surrounded Islands (Biscayne Bay, Miami, Floride, 1980-1983), The Umbrellas , au Japon et […] Lire la suite

DE MARIA WALTER (1935-2013)

  • Écrit par 
  • Béatrice PARENT
  •  • 826 mots
  •  • 1 média

Artiste américain qui vivait à New York, Walter De Maria (né en 1935 à Albany, Californie) était un solitaire, qui produisait peu, se refusant à tout commentaire sur une œuvre qui n'est réductible à aucune classification, même si certaines de ses réalisations s'apparentent, non sans ironie et distance, aux courants marquants de la seconde moitié du xx e  siècle. Ainsi, le mouvement Fluxus n'est p […] Lire la suite

DESSIN CONTEMPORAIN

  • Écrit par 
  • Philippe PIGUET
  •  • 2 082 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les dessins monumentaux »  : […] Quant aux dessins monumentaux imaginés par les artistes du land art – un mouvement apparu aux États-Unis à la fin des années 1960 – ils se servent de la nature tant comme support que comme matériau. Alors qu'il s'agit chaque fois d'opérations relativement lourdes en termes de gestion, leurs œuvres réalisées in situ, souvent destinées à n'exister que de manière éphémère, en appellent à un vocabula […] Lire la suite

ÉPHÉMÈRE, arts

  • Écrit par 
  • Véronique GOUDINOUX
  •  • 2 182 mots

Dans le chapitre « Les œuvres à matérialité intermittente »  : […] On aura saisi que la partition proposée par Marinetti entre art ancien, tourné vers l'affirmation de valeurs éternelles, et art moderne préoccupé d'éphémère, n'est pas valide. Si l'on considère maintenant l'art moderne, force est de constater qu'y règnent quelques confusions dues sans doute aux nouveaux modes d'apparition des œuvres d'art. Faut-il, par exemple, considérer les œuvres in situ, réal […] Lire la suite

GÉOLOGIE DE SPIRAL JETTY, DE ROBERT SMITHSON - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 430 mots

— 1800000- — 950000 Pléistocène inférieur Formation du Lac Bonneville. Le Grand Lac Salé et le Lac de l'Utah actuels résultent de son assèchement à la fin de la dernière glaciation. 1824-1825 Première exploration du Grand Lac Salé par Jim Bridger. 1843 Première étude scientifique du Grand Lac Salé par John C. Fremont. Vers 1850 Une légende rapportée par les Mormons prétend qu'un tourbillon sit […] Lire la suite

HEIZER MICHAEL (1944- )

  • Écrit par 
  • Bénédicte RAMADE
  •  • 695 mots

Américain né à Berkeley en 1944, Michael Heizer a signé en 1969 une des œuvres les plus emblématiques du land art, un chef-d'œuvre installé à quelque 60 miles de Las Vegas. Secret et mystérieux, Michael Heizer a incarné jusqu'au milieu des années 1970, la dimension pionnière et masculine de ce mouvement artistique. Depuis lors, retiré dans les plaines hostiles et désertiques du Nevada, il poursui […] Lire la suite

HOLT NANCY (1938-2014)

  • Écrit par 
  • Bénédicte RAMADE
  •  • 814 mots

Indissociable de l’artiste américain Robert Smithson (1938-1973) dont elle fut l’épouse, la collaboratrice et la légataire veillant à la diffusion et à la préservation de son œuvre, Nancy Holt était aussi une artiste dont le travail, qui opère la jonction entre le land art et l’art écologique, n’a été reconnu que tardivement, lors d’une rétrospective produite en 2010 par l’université de Columbia. […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gilles A. TIBERGHIEN, « LAND ART », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/land-art/