BEUYS JOSEPH (1921-1986)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le 5 novembre 1979, le magazine Der Spiegel fit sa une avec un portrait de l'artiste allemand Joseph Beuys, se demandant si la renommée mondiale acquise par ce dernier ne récompensait pas un ... charlatan ! Étrange question, s'agissant d'un homme dont tous les musées de la planète commençaient de se disputer les œuvres. Mais Beuys avait acquis valeur de mythe, et déchaîna les passions bien au delà du cercle des amateurs d'art. Il n'était pas seulement l'auteur d'une œuvre considérable, dont on peinerait à trouver l'équivalent en Europe, mais aussi un acteur engagé du débat politique, et un homme public dont l'image, façonnée avec soin, fascinait ou dérangeait. On se souvient du costume de prédicateur itinérant qu'il arborait en toutes circonstances : son chapeau de feutre, son gilet de pêcheur orné d'un carré de fourrure de lièvre, les solides brodequins qui complétaient la tenue, le disputaient en célébrité à la perruque platinée dont son contemporain Andy Warhol s'était fait une auréole. Il est peut-être moins malaisé, désormais, d'essayer de démêler les fils d'une œuvre et d'une vie que l'artiste s'est appliqué à confondre.

Une chute inaugurale

Né le 12 mai 1921 à Krefeld (lui-même préférait indiquer la petite ville de Clèves, où il passa son enfance, comme son authentique lieu de naissance), Joseph Beuys n'émergea véritablement sur la scène artistique qu'à plus de quarante ans, au début des années 1960. Le singulier curriculum vitae qu'il a rédigé en 1964 indexe cependant les principaux faits antérieurs de son existence comme des éléments de son œuvre. On y trouve notamment la mention suivante : « Sebastopol 1942 : exposition pendant l'interception d'un JU 87 ». Il s'agit là, bien sûr, d'une manière déguisée d'évoquer l'accident d'avion dont Beuys réchappa de justesse, et qui allait avoir sur sa vie et son travail de très importantes répercussions. Redisons l'épisode en quelques mots : mobilisé à dix-neuf ans dans la Luftwaffe, Beuys était opérateur radio à bord d'un bombardier (modèle Junker 87). Au retour d'une mission sur le front de l'Est, il fut grièvement blessé lors de la chute de son appareil. Selon ses dires, seule l'intervention rapide d'une tribu nomade (des Tatars) lui aurait valu la vie sauve : soigné à l'aide de graisse et de miel, enveloppé dans d'épaisses couvertures de feutre, il se serait petit à petit rétabli, conservant cependant pour le restant de ses jours les stigmates de sa blessure à la tête, et une sensibilité au froid qui le conduirait à adopter le fameux chapeau, élément essentiel de sa panoplie d'artiste.

Ce récit de mort et de résurrection est si parfaitement adapté à la volonté de Beuys de se représenter en artiste élu du destin qu'il a parfois été mis en doute. Le critique américain Benjamin Buchloh, dans un retentissant article (« The Twilight of the Idol », publié par Artforum en 1980), le jugeait arrangé : Beuys aurait eu besoin d'une légende pour ancrer dans une tradition non allemande les thèmes qui étaient les siens de l'Eurasie fondatrice, du retour à la terre et du culte de la nature, qu'on rattache habituellement à l'idéologie du IIIe Reich. S'il est indiscutable que l'accident fonctionne dans la logique de l'artiste comme le symbole d'un sacrifice inaugural et purificateur, on sait, au terme de l'enquête – féroce et sans complaisance – menée dans les années 1990 par Frank Gieseke et Albert Markert, qu'il n'est pas fictif. Les archives de l'armée allemande datent cependant l'événement du 16 mars 1944, non de 1942. C'est sur le rôle des Tatars que les registres des hôpitaux de campagne conduisent à se montrer plus dubitatif : Beuys a été admis en soins du 17 mars au 7 avril 1944, ce qui réduirait en toute hypothèse à vingt-quatre heures la durée de la cure salvatrice de graisse et de miel...

Mais la mémoire des traumatismes est complexe, et on peut accorder à Beuys le bénéfice d'une perception et d'une présentation subjectives des circonstances qui ont suivi son accident. Si sa blessure ne constitue pas l'origine, ni bien entendu la cause, de son œuvre, il a su en faire, et ses admirateurs avec lui, la marque d'un statut d'exception, l'emblème des chutes et renaissances qui jalonneront sa vie (de graves crises mélancoliques notamment, entre 1956 et 1960), et le socle de sa vision de l'art comme mission rédemptrice. Rescapé du désastre, il allait se fixer pour tâche de panser les plaies de la société, d'en exorciser les démons, et de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris

Classification

Autres références

«  BEUYS JOSEPH (1921-1986)  » est également traité dans :

COYOTE : J'AIME L'AMÉRIQUE ET L'AMÉRIQUE M'AIME (J. Beuys)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 352 mots

Soucieux de clarifier la portée politique subtile de son art, l'artiste allemand Joseph Beuys (1921-1986), élabora très soigneusement la première performance qu'il réalisa aux États-Unis en mai 1974. Celle-ci débuta dans l'avion qui le conduisait à New York, et a bord duquel l'artiste, les yeux bandés, refusa […] Lire la suite

JOSEPH BEUYS EN QUÊTE D'UNE SCULPTURE SOCIALE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 485 mots

1940 Joseph Beuys s'engage dans la Luftwaffe, où il est formé comme opérateur radio avant d'être envoyé sur le front russe en juin 1940. Développant plus tard sa propre mythologie, l'artiste expliquera l'utilisation omniprésente du feutre et de la graisse dans son œuvre en la reliant aux moyens par lesquels des nomades tartares […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - Création contemporaine

  • Écrit par 
  • Paul ARDENNE
  •  • 3 567 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « « Art égale vie » »  : […] Le travail de sape des artistes conceptuels aura cette conséquence : ouvrir comme jamais encore la notion d'« œuvre », en fonder l'élasticité sans limite, permettre à chaque artiste de sceller son projet personnel dans une forme dont il définit lui-même la nature, parfois sans précédent connu. Peindre, sculpter, représenter ? L'artiste, aussi bien, peut se faire champion de la pensée et concevoir […] Lire la suite

BODY ART

  • Écrit par 
  • Anne TRONCHE
  •  • 4 585 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Corps public et corps social »  : […] C'est dans la Vienne de l'après-guerre que se met en place un art fortement ritualisé désignant le corps comme mesure de toute chose : du langage, de l'espace, des structures sociales. Faisant suite au projet d'une forme d'art total qu'il avait esquissé en 1957 avec son Théâtre des orgies et des mystères , l'artiste Hermann Nitsch entreprend des « actions » avec les peintres Otto Muehl et Gün […] Lire la suite

HAPPENING

  • Écrit par 
  • François PLUCHART
  •  • 4 070 mots

Dans le chapitre « De la peinture à la mise en scène »  : […] Le happening est né d'une volonté d'échapper à la peinture, mais il est né de la peinture. Autour de 1955, et à peu près simultanément aux États-Unis et au Japon, des peintres ont éprouvé le besoin de transformer le tableau en un système dynamique et évolutif, notamment l' assemblage d'objets auquel, le premier sans doute, Allan Kaprow a donné le nom d'environnement. Ces œuvres composites sont l […] Lire la suite

LAMARCHE-VADEL BERNARD (1949-2000)

  • Écrit par 
  • Christian GATTINONI
  •  • 773 mots

Bernard Lamarche-Vadel, collectionneur français d'art contemporain, châtelain d'Ille-et-Vilaine, fils de vétérinaire, né en 1949, est également critique et écrivain. Fait peu banal, il a toujours gardé le nom de la femme qu'il a rencontrée à dix-neuf ans, Gaëtane Vadel. Sa vie tout entière est organisée, maîtrisée, planifiée, réorientée pour faire œuvre littéraire des passions du critique et du co […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Didier SEMIN, « BEUYS JOSEPH - (1921-1986) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-beuys/