ART & THÉOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'imitation et l'incarnation

Il est fascinant de constater combien le christianisme, qui se donne depuis longtemps comme la religion la plus visuelle qui soit, et parmi toutes la plus productrice d'images, a pu éclore et se développer à partir d'une véritable haine du visible, qu'expriment bon nombre de textes fondateurs, tant chez les Pères grecs que chez les latins. Ainsi Clément d'Alexandrie prononce-t-il un anathème qui semble définitif contre les œuvres d'art – dont le modèle serait donné par l'Aphrodite de Cnide, la célèbre sculpture de Praxitèle –, parce que leur beauté rend les hommes, dit-il, erôtikoi : happés par un désir du corps d'autant plus pervers qu'il se dirige vers une matière inerte, façonnée comme un leurre, un mensonge (Protreptique, iv, 57). Plus radicalement encore, Tertullien, à la fin du iie siècle, déclarera-t-il idolâtre tout plaisir de voir ou d'être vu – par exemple au théâtre – et ira jusqu'à faire de « toute forme, grande ou petite » (omnis forma vel formula) une œuvre du diable, c'est-à-dire une idole du paganisme (De idololatria, xxiv, 1-4).

Comment, dans ces conditions, penser la naissance d'un art « chrétien », un art qui puisse tenir compte des injonctions redoutables formulées par la « science sacrée » des premiers théologiens ? Qu'est-ce qu'un art qui prend sa source dans une haine théologique du visible ? Les historiens se sont souvent interrogés sur le contraste et l'étrange coïncidence chronologique entre la naissance effective d'une iconographie chrétienne (dans les catacombes de Rome ou le baptistère syrien de Doura-Europos) et la position rigoriste d'un apologiste tel que Tertullien. On a cru devoir invoquer, à ce propos, les lignes de partages entre un « art populaire » et une « théologie savante » ou bien entre une « attitude officielle » et une « dérogation due à l'usage » – à savoir la tradition iconographique romaine, celle-là même contre laquelle s'élevaient les Pères chrétiens, celle-là même qui donna son « style » aux premières représentations de l'Évangile. Ces lignes de partages ne sont sans doute pas dénuées d'une certaine réalité, mais elles sont douteuses méthodologiquement, et le plus souvent impossibles à évaluer concrètement.

Il sera plus fructueux, en notre contexte, de rechercher dans le discours théologique lui-même les lignes de partages capables, insciemment ou non, de laisser une chance à quelque chose comme un art visuel chrétien – lui laisser sa chance et, plus encore, le fonder. On découvre alors, dans l'éloquence profuse des premiers Pères de l'Église, comment une théologie de la haine du visible a pu se constituer comme théologie de l'exigence du visuel, ce dernier mot étant pris au sens d'une véritable mise à l'excès – nous verrons en quel sens – du visible lui-même. Non pas voir, mais voir au-delà, voir ce qui ne se donne ni comme spectacle ni comme idole, voir cela même qui atteint le visible comme la trace de l'invisible, la trace de l'invisible mystère divin : tel serait peut-être le premier fantasme théologique quant aux arts visuels de la chrétienté.

Que vise exactement le théologien lorsqu'il prononce son anathème sur la libido spectandi, la pulsion de voir liée aux œuvres d'art ? Il vise le fard, le maquillage, le mensonge sur l'être, la tromperie des apparences que le diable instille dans la beauté des statues païennes. Il vise donc la mimèsis, l'imitation – cette activité universelle posée par Aristote, au tout début de sa Poétique, comme un principe anthropologique fondamental de la création artistique. Mimèsis, pour l'apologète chrétien des premiers siècles, c'est la ressemblance qui ment, qui donne pour le Même ce qui n'est en réalité qu'un renversement subtil de la vérité, bref une perversitas (ainsi de l'Aphrodite de Cnide, dont on raconte que certains étaient tombés amoureux).

Ce que vise une telle critique de l'imitation et du simulacre, c'est au fond un certain usage des corps et de leurs plaisirs. Corps que l'on voit souvent voisiner, dans les textes théologiques, avec le mot scandalum. Corps indéniables pourtant, que les représentants de la « science divine  [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ART & THÉOLOGIE  » est également traité dans :

ANNONCIATION

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 171 mots
  •  • 1 média

Solennité des Églises chrétiennes, l’Annonciation commémore, le 25 mars, l’événement relaté par l’Évangile de Luc (chap.  i , 26-38), moment où l’archange Gabriel annonce à la Vierge Marie qu’elle concevra un fils de l’ Esprit saint et qu’elle l’appellera Jésus . Les premières mentions authentiques de la fête de l’Annonciation, si l’on ne tient pas compte du Sacramentaire gélasien et du Sacramen […] Lire la suite

ANTHROPOMORPHISME

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 7 545 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Extension de la forme humaine à des domaines non humains »  : […] En son sens usuel, l'anthropomorphisme signifie l'utilisation d'attributs humains pour représenter ou expliquer ce qui est autre que l'homme. Il est clair que le procédé n'aura pas même signification ni même valeur suivant les diverses natures possibles de cet « autre chose que l'homme ». Mais point n'est besoin de quitter l'humanité pour voir se déployer le jeu de la pensée anthropomorphique ; il […] Lire la suite

L'ART RELIGIEUX DE LA FIN DU MOYEN ÂGE EN FRANCE. ÉTUDE SUR L'ICONOGRAPHIE DU MOYEN ÂGE ET SUR SES SOURCES D'INSPIRATION (É. Mâle) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Daniel RUSSO
  •  • 1 046 mots

Dans le chapitre « La redécouverte du monument »  : […] Comme il l'avait fait pour l'art du xiii e  siècle, Émile Mâle met en valeur le rôle complexe de l'Église à la fin du Moyen Âge et redéfinit, à partir du discours des théologiens ou des clercs, l'espace vécu de l'église comme lieu de culte et de relation à Dieu. Tout en élucidant la signification des monuments et de leurs décors sculptés, il introduit son lecteur à l'intérieur des dévotions relig […] Lire la suite

BYZANCE - Les arts

  • Écrit par 
  • Catherine JOLIVET-LÉVY, 
  • Jean-Pierre SODINI
  •  • 13 618 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les Paléologues (1261-1453) »  : […] Restauré autour de sa capitale, Constantinople, reconquise en 1261, l'empire des Paléologues est un État réduit, affaibli et appauvri. Pourtant, la peinture ne connaît aucun déclin et elle rayonne même sur un territoire plus vaste que jamais. Mosaïstes et peintres déploient à nouveau une activité intense dans les deux villes les plus importantes de l'empire : Constantinople (Fethiye Camii, vers 1 […] Lire la suite

ENLUMINURE

  • Écrit par 
  • Danielle GABORIT-CHOPIN, 
  • Eric PALAZZO
  •  • 11 851 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Enluminure et liturgie »  : […] La présence d'images dans les livres liturgiques apparaît en Occident au vii e  siècle, au moment de la codification des différents textes. Selon le genre de livre, ces illustrations évoquent la vie du Christ, représentent des figures de saints, des portraits des évangélistes ou bien encore des scènes liturgiques. Ces images ont plusieurs fonctions ; en particulier elles répondent au souci de rend […] Lire la suite

ENSEIGNER LE CHRISTIANISME, Augustin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Daniel RUSSO
  •  • 1 193 mots

Après le iii e  siècle et la définition de la vision intellectuelle de l'image par Plotin, le christianisme triomphant reprend le concept pour penser l'art de son temps. Surtout, il en reformule le contenu en des termes chrétiens : l'image visuelle et l'œuvre d'art se voient attribuer la mission d'élever le croyant de la Cité terrestre vers la Cité céleste. Père et docteur de l'Église latine, évêq […] Lire la suite

ICONOCLASME. VIE ET MORT DE L'IMAGE MÉDIÉVALE (expositions)

  • Écrit par 
  • Daniel RUSSO
  •  • 964 mots

Dans le cadre plus large des manifestations organisées en 2001 par les musées du Rhin supérieur autour de l'année 1500, envisagée comme tournant de siècle, le musée d'Histoire de la ville de Berne (2 novembre 2000-16 avril 2001) puis le musée de l'Œuvre Notre-Dame à Strasbourg (12 mai-26 août 2001), ont consacré une exposition importante à l' Iconoclasme. Vie et mort de l'image médiévale . Préparé […] Lire la suite

HUMANISME

  • Écrit par 
  • André GODIN, 
  • Jean-Claude MARGOLIN
  •  • 11 428 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un art chrétien au service de la morale »  : […] À cause de sa valeur expressive particulière, l'image peinte ou sculptée, « qui parle parfois mieux aux sentiments de l'homme que ne le ferait le discours de l'orateur le plus éloquent » ( Sur la concorde de l'Église , 1533), est un puissant moyen d'éducation morale et religieuse. Le théologien Érasme se situe dans le droit fil de l'enseignement traditionnel (cf. Thomas d'Aquin, Commentaire sur l […] Lire la suite

JÉSUS ou JÉSUS-CHRIST

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ, 
  • Pierre GEOLTRAIN, 
  • Jean-Claude MARCADÉ
  •  • 21 235 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre «  Les représentations du Christ dans l'art »  : […] Le Christ est devenu au cours des siècles de christianisme la pierre angulaire de la représentation du divin ou de réalités spirituelles, voire métaphysiques . Dans les trois derniers siècles du I er  millénaire, la crise violente de l'iconoclasme a conduit les Églises à élaborer une théologie de l'image qui justifie la figuration du Dieu-Homme. La tradition iconographique, s'appuyant sur un conse […] Lire la suite

LES VOIES DE LA CRÉATION EN ICONOGRAPHIE CHRÉTIENNE. ANTIQUITÉ ET MOYEN ÂGE, André Grabar - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Daniel RUSSO
  •  • 985 mots

Dans le chapitre « L'enquête typologique »  : […] Dès lors, André Grabar circonscrit le champ d'exercice de l'iconographie, distinct de celui de l'histoire de l'art, en lui assignant des buts et des méthodes appropriés, qui consistent à rechercher l'expression figurée des idées théologiques et politiques, celle des doctrines et de la piété, celle enfin des mœurs et des usages sociaux. Par exemple, s'interrogeant, le premier, sur le contenu de l' […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Georges DIDI-HUBERMAN, « ART & THÉOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/art-et-theologie/