MAQUILLAGE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Longtemps rejeté aux marges de l'art, de la technique ou de la philosophie, le maquillage a, dans les dernières années du xxe siècle, acquis un statut autonome et indépendant, débarrassé des préjugés qui ont longtemps entaché sa pratique. Alors que le masque a toujours bénéficié d'une axiologie positive et fait l'objet de nombreuses études tant philosophiques qu'anthropologiques, le maquillage s'est trouvé, dès sa déritualisation, rejeté loin de la réflexion. Ce rejet est dû à plusieurs raisons : l'absence de conservation des fards anciens dans l'iconographie et la statuaire, la dispersion et la fantaisie des sources d'information, la « moralisation » du maquillage en raison de sa puissance d'illusion et d'artifice. En outre, sa distance avec le vrai alors même qu'il le mime ainsi que les effets pathologiques des produits utilisés ont maintenu cette pratique sous le boisseau. Discréditée déjà dans la Bible, la transmission de l'art des parures aux femmes par l'ange Azazel, chef des anges rebelles, place les fards du côté des ténèbres. Pourtant, la peinture corporelle et faciale est un geste universel, qui prend sens en référence à une théogonie, à des pratiques rituelles, sécularisées ou non, lesquelles témoignent de la Weltanschauung d'une civilisation. Certains affirment qu'il n'y pas d'identité, ni même de continuité entre le maquillage et les peintures rituelles. Le maquillage ne daterait que du xxe siècle, celui des mass media. C'est oublier l'histoire des pratiques éphémères des métamorphoses. Même si la référence ontologique ou religieuse s'est peu à peu évanouie comme un ancien rituel oublié que les femmes mimeraient sans se souvenir de son origine, le maquillage crée et ordonne un nouveau corps métamorphique et artistique qui se définit toujours comme une coupure avec l'Être, avec la Nature, et s'ancre dans la dialectique du caché-montré, de la séduction-répulsion en même temps qu'il est inextricablement lié aux inventions techniques, aux phénomènes politiques et sociaux et au développement économique d'une société.

Histoire

De la peinture rituelle au fard profane

À l'origine, un geste dont on peut dire qu'il serait contemporain des funérailles et qui a valeur de parabole : l'application d'une matière fluide d'origine minérale, végétale, animale ou humaine sur la peau selon une composition signifiante, marquant une coupure avec l'inorganique. Pour J. T. Maertens, il s'agit d'une coupure avec le corps-mère, avec l'Autre ou le Réel, c'est-à-dire avec tout ce qui est de l'ordre de l'objet et du vivant. Cette cérémonie du recouvrement marque la douleur et mime, grâce à la cendre ou au barbouillage, l'analogie de l'ensevelissement du défunt, mais aussi son altérité par rapport au cadavre. En soulignant la différence entre le sujet et l'objet, le barbouillage dénote également la différence avec la divinité, même si les peintures utilisées sont les mêmes que celles qui servent à peindre les statues des dieux.

Dès les civilisations de la Mésopotamie, on trouve trace de matières premières existant à l'état naturel et qui seront employées pendant des siècles : le blanc de céruse ou de craie, le rouge végétal ou minéral, le noir de fumée ou de galène qui, en Égypte, « rend les yeux parlants ». Les peintures ont un sens rituel, mais aussi une fonction expressive et esthétique, le rajeunissement ou le camouflage des rides étant déjà une préoccupation.

Durant l'Antiquité, on peut néanmoins distinguer deux époques : la première où le fard est lié à une théogonie comme en Égypte ; la seconde où il devient une pratique séculière, mondaine et perd tout ancrage avec le religieux comme en Grèce ou à Rome.

Dès le IIIe millénaire avant J.-C., l'utilisation des peintures est l'apanage de la classe sacerdotale égyptienne, qui se livre à l'étude des matières premières venant du « mystérieux pays de Pount », en fait des mélanges et les utilise rituellement lors des cérémonies, chaque acte comportant un sens symbolique et une fonction médicale. Le canon s'établit avec de très légères variations : corps peint de couleur différente selon le sexe, yeux allongés en forme de poisson et soulignés à l'antimoine, bouche et joues carminées. Les paupières se déclinent, suivant les périodes, en vert malachite, turquoise, terracotta, oxyde noir de cuivre, carbone.

En Grèce puis à Rome, les pra [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Marie-Adelaïde de France, dite Madame Adelaïde, J.-M. Nattier

Marie-Adelaïde de France, dite Madame Adelaïde, J.-M. Nattier
Crédits : AKG

photographie

Maquillage, opéra chinois

Maquillage, opéra chinois
Crédits : Blue jean images/ Getty

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MAQUILLAGE  » est également traité dans :

LA POUDRE ET LE FARD. UNE HISTOIRE DES COSMÉTIQUES, DE LA RENAISSANCE AUX LUMIÈRES (C. Lanoë)

  • Écrit par 
  • Dominique PAQUET
  •  • 1 104 mots

Si le corps est devenu depuis la fin du siècle dernier un objet d'étude, il manquait à celle des techniques, visant à le modifier et à l'embellir, une analyse précise des produits et des modes de composition, de production et de consommation des cosmétiques. Dans une langue dynamique, fluide et rigoureuse, La Poudre et le fard. Une histoire des cosmétiques, de la Renaissance aux Lum […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

18 septembre 2019 Canada. Polémique après la publication de photos de Justin Trudeau grimé en blackface.

Le Premier ministre Justin Trudeau présente des excuses à la suite de la publication par le magazine Time de photos le montrant avec le visage couvert d’un maquillage brun lors d’une soirée déguisée organisée en 2001 dans l’école privée de Vancouver où il enseignait alors. Le lendemain, une vidéo datant des années 1990, dans laquelle il arbore un déguisement de blackface au cours d’une fête d’étudiant, est à son tour diffusée. […] Lire la suite

3-25 avril 1997 France. Mise en cause de François Mitterrand dans l'affaire des écoutes de l'Élysée

Il décrit le maquillage dont faisaient l'objet les demandes adressées à leur sujet au G.I.C. Le 25, de nouveau entendu par le juge Valat, Gilles Ménage met en cause personnellement François Mitterrand dans la décision de placer sur écoute Edwy Plenel, tout en affirmant que « c'est l'ensemble de l'appareil d'État qui était au courant et [que] la cellule n'a pas travaillé dans son coin en secret ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Dominique PAQUET, « MAQUILLAGE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/maquillage/