ARCHIMÈDE (287-212 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La mécanique au secours de la géométrie

Les lois du levier étaient connues des disciples d'Aristote, et la balance était depuis des temps immémoriaux un outil de précision. Mais Archimède déduit ces lois, très rigoureusement, d'un nombre réduit de postulats.

Si Archimède est inattaquable dans l'Équilibre des plans ou des centres de gravité des plans, c'est surtout grâce à son utilisation du barycentre ou centre de gravité. Pour lui, tout corps pesant a un barycentre bien défini, en lequel tout le poids du corps peut être considéré comme concentré. Il admet même ce postulat dans les dernières propositions du premier livre des corps flottants, où il considère cependant que les verticales concourent au centre de la Terre.

Une grande partie de sa carrière sera occupée à la détermination du centre de gravité des corps homogènes géométriquement définissables. Nous arrivons d'ailleurs ici à un tournant décisif. Nous ne connaissons encore que le mécanicien, l'ingénieur. Mais voilà qu'étudiant « la section du cône droit » – c'est ainsi qu'il appelait la parabole – il voit dans l'équation ay = x(b − x) (nous utilisons bien entendu l'écriture actuelle) une pesée : le segment y, placé à la distance a, équilibre le segment b − x, à la distance x. La recherche de l'aire de la parabole équivaut donc à celle du barycentre du triangle, qu'il a déjà déterminée. C'est alors vraiment qu'il peut pousser son cri : « J'ai trouvé ! » Ce lien entre la statique et la géométrie va le conduire à une foule de découvertes. Tout d'abord, il pèse – par la pensée – tout segment de parabole « qui vaut les quatre tiers du triangle de même base et de même hauteur ».


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Archimède - Syracuse (Sicile)

Archimède - Syracuse (Sicile)
Crédits : AKG

photographie

Archimède

Archimède
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie


Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, membre correspondant de l'Académie internationale d'histoire des sciences

Classification

Autres références

«  ARCHIMÈDE (287-212 av. J.-C.)  » est également traité dans :

TRAITÉ DES CORPS FLOTTANTS (Archimède)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 119 mots
  •  • 1 média

Archimède (— 287-— 212) est sans aucun doute un des plus importants personnages de la science antique. Ses travaux sont encore mal connus et l'on a parfois du mal à distinguer les faits historiques d'éléments quasi légendaires qui les accompagnent depuis plusieurs siècles. Dans le Traité des corps flottants, il traduit en termes mathéma […] Lire la suite

ALEXANDRIE ÉCOLE MATHÉMATIQUE D'

  • Écrit par 
  • Jean ITARD
  •  • 1 764 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les générations »  : […] Il est de tradition de rattacher aux débuts de l'École le géomètre Euclide . Mais nous ne savons rien de positif sur ce savant qui est cité pour la première fois par Apollonios, vers la fin du iii e  siècle avant J.-C. Il se pourrait aussi, sans certitude, que l'astronome Aristarque ait appartenu au milieu alexandrin. En tout cas son compatriote et contemporain Conon de Samos en fut un des ornemen […] Lire la suite

ALGORITHMIQUE

  • Écrit par 
  • Philippe COLLARD, 
  • Philippe FLAJOLET
  •  • 6 831 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'exemple du calcul de π »  : […] La question du calcul du nombre π = 3,141 592 6... (rapport de la circonférence au diamètre d'un cercle), étudiée dès l'Antiquité, est caractéristique des problèmes généraux rencontrés en algorithmique. Historiquement, une fois reconnue l'existence d'un rapport constant entre circonférence et diamètre d'un cercle, la première approche a consisté à déterminer le nombre π par des mesures physiques : […] Lire la suite

ALIDADE

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 163 mots

Les Arabes désignaient ainsi le dioptre des Grecs. Cet instrument de visée, sans lentilles de verre, alors inconnues, est employé pour les mesures à distance (arpentage, astronomie). Inventé par Archimède (~ iii e  s.), le dioptre se compose d'une règle, armée de deux pinnules, qui pivote dans le plan d'un cercle gradué. Sur l'armille, l'astrolabe ou le quadrant, elle permet d'évaluer la distance […] Lire la suite

AUTOMATE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude BEAUNE, 
  • André DOYON, 
  • Lucien LIAIGRE
  •  • 6 638 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'automate dans l'Antiquité grecque et byzantine »  : […] Aux temps archaïques dont parle Homère, quand le souvenir des « accointances magiques » n'était pas totalement effacé, la pensée technique venue d'Orient avait, semble-t-il, connu un certain essor. Homère parle d'instruments animés et d'ouvrages vivants ; mais c'est chez lui davantage une ironique révérence envers des mythes déjà édulcorés que l'expression véritable de la pensée technique contempo […] Lire la suite

AXIOMATIQUE

  • Écrit par 
  • Georges GLAESER
  •  • 2 042 mots

Dans le chapitre « Origines de l'axiomatique mathématique »  : […] L'axiomatique considérée comme mode idéal de rédaction d'un traité scientifique est une conception de la mathématique grecque : les Éléments d' Euclide constituent, à cette époque ( iii e  s. av. J.-C.), la tentative la plus audacieuse de réaliser cet idéal. L'exécution de ce vaste programme laisse cependant bien à désirer. Ainsi, dès la première démonstration des Éléments , Euclide, traçant deux […] Lire la suite

CALCUL INFINITÉSIMAL - Histoire

  • Écrit par 
  • René TATON
  •  • 11 508 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le précurseur du calcul infinitésimal »  : […] Mais c'est à Archimède que l'on doit les applications les plus nombreuses, les plus originales et les plus spectaculaires de la méthode d'exhaustion à la résolution de problèmes infinitésimaux, applications relevant pour la plupart du calcul intégral et, pour un cas seulement, du calcul différentiel. Dans le domaine du calcul intégral, Archimède réalise des quadratures ou déterminations d' aires ( […] Lire la suite

ÉRATOSTHÈNE DE CYRÈNE (275-195 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 414 mots

Savant grec, premier géographe de l'Antiquité, célèbre aussi comme bibliothécaire du musée d'Alexandrie, Ératosthène était contemporain d'Archimède (~ 287-~ 212), lequel lui adressa une lettre sur La Méthode , sorte de testament scientifique où le Syracusain révèle le secret de certaines de ses découvertes. Ératosthène, qui a sans doute suivi des études encyclopédiques à Cyrène, son pays natal, et […] Lire la suite

EXPÉRIENCE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 9 791 mots

Dans le chapitre « La naissance de l’expérimentation »  : […] Pour quelles raisons les Grecs n’ont-ils pas inventé les sciences de la nature, qui ne verront le jour qu’à la Renaissance , alors qu’ils disposaient d’un arsenal conceptuel très suffisant pour forger une physique mathématique ? C’est probablement parce qu’ils considéraient que notre planète était plutôt chaotique, et que seul le ciel était mathématisable. Ils ont donc posé les bases de l’astrono […] Lire la suite

EXPONENTIELLE & LOGARITHME

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 8 701 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Historique »  : […] L'idée qui est historiquement à la base de la notion de logarithme est la comparaison de la suite des entiers et de la suite des puissances correspondantes d'un nombre a  : déjà étudiée par Archimède dans son traité de l' Arénaire  ; dans le Triparty en la science des nombres (1484) Nicolas Chuquet remarqua que, si on fait correspondre les termes de même rang, à la somme de deux nombres de la pro […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean ITARD, « ARCHIMÈDE (287-212 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/archimede/