ARCHIMÈDE (287-212 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Archimède - Syracuse (Sicile)

Archimède - Syracuse (Sicile)
Crédits : AKG

photographie

Archimède

Archimède
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie


Le transcendant existe-t-il ?

Cependant, Archimède n'a pas abordé de front le problème du centre de gravité du demi-cercle. Si tout corps a un barycentre bien défini, une plaque demi-circulaire en a un. Nous savons – et Archimède aussi, mais il se garde bien de le dire – que ce point est sur l'axe de symétrie, à une distance de la base égale à (4/3 π) R. L'existence du barycentre implique donc celle du rapport π, celle d'une longueur rectiligne égale à une circonférence donnée, celle d'un carré équivalent à un cercle donné, bref la possibilité de la quadrature du cercle.

Affirmer brutalement l'existence du barycentre d'un demi-cercle, c'est compromettre toute l'œuvre archimédienne.

Dans la lettre à Ératosthène, Archimède remplace la recherche de ce centre par celle du volume d'un onglet hémicylindrique. « Si l'on inscrit un cylindre dans un prisme droit à base carrée, un plan passant par le centre de la base inférieure et un côté de la base supérieure du prisme sépare du cylindre un segment qui est le sixième du prisme entier. » Puis, « si, dans un cube, on inscrit deux cylindres, leur partie commune est les deux tiers du cube ».

« Ces théorèmes diffèrent de ceux trouvés précédemment, car nous avions comparé les volumes des conoïdes et des sphéroïdes et de leurs segments avec des cônes et des cylindres. Mais aucune de ces figures n'a été trouvée équivalente à un polyèdre, alors que chacune des nouvelles, bien que délimitée par des surfaces cylindriques, est équivalente à un polyèdre. »

Mais on peut aborder par bien des voies la quadrature du cercle. Dans le célèbre et court traité De la mesure du cercle, Archimède utilise le calcul et arrive à l'encadrement bien connu :

Cependant, une approche plus savante est constituée par le Traité des spirales.

« Lorsqu'une droite, dont une extrémité est fixe, tourne uniformément dans un plan et que, sur la droite en rotation, un point se meut uniformément, le point décrira une spirale dans le plan. »

Par une étude délicate, méticuleuse, mais admirable, Archimède montre que l'existence d'une tangente en tout point de la spirale équiva [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, membre correspondant de l'Académie internationale d'histoire des sciences

Classification


Autres références

«  ARCHIMÈDE (287-212 av. J.-C.)  » est également traité dans :

TRAITÉ DES CORPS FLOTTANTS (Archimède)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 119 mots
  •  • 1 média

Archimède (— 287-— 212) est sans aucun doute un des plus importants personnages de la science antique. Ses travaux sont encore mal connus et l'on a parfois du mal à distinguer les faits historiques d'éléments quasi légendaires qui les accompagnent depuis plusieurs siècles. Dans le Traité des corps flottants, il traduit en termes mathéma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-des-corps-flottants/#i_12852

ALEXANDRIE ÉCOLE MATHÉMATIQUE D'

  • Écrit par 
  • Jean ITARD
  •  • 1 764 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les générations »  : […] Il est de tradition de rattacher aux débuts de l'École le géomètre Euclide . Mais nous ne savons rien de positif sur ce savant qui est cité pour la première fois par Apollonios, vers la fin du iii e  siècle avant J.-C. Il se pourrait aussi, sans certitude, que l'astronome Aristarque ait appartenu au milieu alexandrin. En tout cas son compatriote et contemporain Conon de Samos en fut un des ornemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-mathematique-d-alexandrie/#i_12852

ALGORITHMIQUE

  • Écrit par 
  • Philippe COLLARD, 
  • Philippe FLAJOLET
  •  • 6 831 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'exemple du calcul de π »  : […] La question du calcul du nombre π = 3,141 592 6... (rapport de la circonférence au diamètre d'un cercle), étudiée dès l'Antiquité, est caractéristique des problèmes généraux rencontrés en algorithmique. Historiquement, une fois reconnue l'existence d'un rapport constant entre circonférence et diamètre d'un cercle, la première approche a consisté à déterminer le nombre π par des mesures physiques : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/algorithmique/#i_12852

ALIDADE

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 163 mots

Les Arabes désignaient ainsi le dioptre des Grecs. Cet instrument de visée, sans lentilles de verre, alors inconnues, est employé pour les mesures à distance (arpentage, astronomie). Inventé par Archimède (~ iii e  s.), le dioptre se compose d'une règle, armée de deux pinnules, qui pivote dans le plan d'un cercle gradué. Sur l'armille, l'astrolabe ou le quadrant, elle permet d'évaluer la distance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alidade/#i_12852

AUTOMATE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude BEAUNE, 
  • André DOYON, 
  • Lucien LIAIGRE
  •  • 6 638 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'automate dans l'Antiquité grecque et byzantine »  : […] Aux temps archaïques dont parle Homère, quand le souvenir des « accointances magiques » n'était pas totalement effacé, la pensée technique venue d'Orient avait, semble-t-il, connu un certain essor. Homère parle d'instruments animés et d'ouvrages vivants ; mais c'est chez lui davantage une ironique révérence envers des mythes déjà édulcorés que l'expression véritable de la pensée technique contempo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/automate/#i_12852

AXIOMATIQUE

  • Écrit par 
  • Georges GLAESER
  •  • 2 042 mots

Dans le chapitre « Origines de l'axiomatique mathématique »  : […] L'axiomatique considérée comme mode idéal de rédaction d'un traité scientifique est une conception de la mathématique grecque : les Éléments d' Euclide constituent, à cette époque ( iii e  s. av. J.-C.), la tentative la plus audacieuse de réaliser cet idéal. L'exécution de ce vaste programme laisse cependant bien à désirer. Ainsi, dès la première démonstration des Éléments , Euclide, traçant deux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/axiomatique/#i_12852

CALCUL INFINITÉSIMAL - Histoire

  • Écrit par 
  • René TATON
  •  • 11 508 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le précurseur du calcul infinitésimal »  : […] Mais c'est à Archimède que l'on doit les applications les plus nombreuses, les plus originales et les plus spectaculaires de la méthode d'exhaustion à la résolution de problèmes infinitésimaux, applications relevant pour la plupart du calcul intégral et, pour un cas seulement, du calcul différentiel. Dans le domaine du calcul intégral, Archimède réalise des quadratures ou déterminations d' aires ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcul-infinitesimal-histoire/#i_12852

ÉRATOSTHÈNE DE CYRÈNE (275-195 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 414 mots

Savant grec, premier géographe de l'Antiquité, célèbre aussi comme bibliothécaire du musée d'Alexandrie, Ératosthène était contemporain d'Archimède (~ 287-~ 212), lequel lui adressa une lettre sur La Méthode , sorte de testament scientifique où le Syracusain révèle le secret de certaines de ses découvertes. Ératosthène, qui a sans doute suivi des études encyclopédiques à Cyrène, son pays natal, et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eratosthene-de-cyrene/#i_12852

EXPONENTIELLE & LOGARITHME

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 6 278 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Historique »  : […] L'idée qui est historiquement à la base de la notion de logarithme est la comparaison de la suite des entiers et de la suite des puissances correspondantes d'un nombre a  : déjà étudiée par Archimède dans son traité de l' Arénaire  ; dans le Triparty en la science des nombres (1484) Nicolas Chuquet remarqua que, si on fait correspondre les termes de même rang, à la somme de deux nombres de la pro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/exponentielle-et-logarithme/#i_12852

GÉOMÉTRIE

  • Écrit par 
  • François RUSSO
  •  • 10 634 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La synthèse euclidienne »  : […] On rencontre déjà en Égypte ancienne, à côté d'une pratique géométrique, un début de science géométrique, comprenant notamment diverses propositions sur les propriétés du triangle et du cercle. Plus tard, en Grèce, principalement avec Thalès au vi e  siècle avant J.-C., Pythagore et Hippocrate de Khios au v e  siècle, Eudoxe au iv e  siècle, un nombre appréciable de résultats géométriques sont ob […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geometrie/#i_12852

INFINI, mathématiques

  • Écrit par 
  • Jean Toussaint DESANTI
  •  • 10 364 mots

Dans le chapitre « Archimède »  : […] Quant à Archimède, on peut dire que, si d'un point de vue heuristique il a utilisé des méthodes « infinitistes », d'un point de vue théorique ( i.e. chaque fois qu'il voulait produire une démonstration canonique) il s'est efforcé de les contourner. Il suffirait pour s'en convaincre de comparer, par exemple, la proposition 1 du Traité de la méthode et les propositions 14, 15, 16, 17 du Traité de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/infini-mathematiques/#i_12852

ISLAM (La civilisation islamique) - Les mathématiques et les autres sciences

  • Écrit par 
  • Georges C. ANAWATI, 
  • Roshdi RASHED
  • , Universalis
  •  • 22 470 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Déterminations infinitésimales »  : […] L'étude des comportements asymptotiques et des objets infinitésimaux représente une part substantielle de la recherche mathématique en arabe. À partir du ix e  siècle, les mathématiciens ont engagé la recherche en trois principaux domaines : le calcul des aires et des volumes infinitésimaux ; la quadrature des lunules, les aires et les volumes extrema lors de l'examen du problème isopérimétrique. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-les-mathematiques-et-les-autres-sciences/#i_12852

MACHINES SIMPLES

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 666 mots

Il est malaisé de déterminer le moment précis de l'apparition des différentes machines simples dans l'histoire de la civilisation ; le levier a sans doute été utilisé très tôt, peut-être avant la période historique, alors que la poulie et la balance, de conception plus difficile, lui sont bien postérieures. L'utilisation de la balance est attestée par les peintures égyptiennes anciennes et celle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/machines-simples/#i_12852

MÉCANIQUE - Histoire de la mécanique

  • Écrit par 
  • Pierre COSTABEL
  •  • 6 180 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « « Les Méchaniques » au début du XVIIe siècle »  : […] Le titre d'un ouvrage publié à Paris en 1634 et présenté comme la traduction d'un manuscrit de jeunesse de Galilée (1597) mérite de figurer, ici-même, à l'entrée de cette histoire, avec son orthographe significative. Les Méchaniques de Galilée , ce sont les machines simples en usage au xvi e siècle, objets de recettes diverses – et le pluriel s'impose parce qu'il n'y a encore, en ce début du xv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mecanique-histoire-de-la-mecanique/#i_12852

OPÉRATIONNELLE RECHERCHE

  • Écrit par 
  • Georges CULLMANN
  •  • 5 547 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Découverte de la recherche opérationnelle »  : […] Plutarque signale, à propos du siège de Syracuse par les Romains, que Hiéron demandait à Archimède « de révoquer un petit la géométrie de la spéculation des choses intellectives à l'action des corporelles et sensibles, et faire que la raison démonstrative fust un peu plus évidente et facile à comprendre au commun peuple, en la meslant par expérience matérielle à l'utilité de l'usage » ( Vies des h […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recherche-operationnelle/#i_12852

PREMIÈRES MACHINES DE GUERRE ET ARTILLERIE NÉVROBALISTIQUE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Patrice BRET
  •  • 300 mots

— 397 Le tyran de Syracuse Denys l'Ancien assiège Motyé, en Sicile, avec un grand appareil de machines de siège : outre une tour de six étages, il utilise notamment des catapultes contre la ville et la flotte de secours carthaginoise. — 332 Diadès et les ingénieurs d'Alexandre le Grand développent les engins de siège et l'artillerie pour assiéger Tyr, en Phénicie. Les défenseurs utilisent quant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/premieres-machines-de-guerre-et-artillerie-nevrobalistique-reperes-chronologiques/#i_12852

RÉELS NOMBRES

  • Écrit par 
  • Jean DHOMBRES
  •  • 15 297 mots

Dans le chapitre « Numérisation des raisons »  : […] Dans La mesure du cercle d' Archimède, nous avons déjà noté des approximations de raisons non rationnelles par des rapports rationnels. Ainsi a 2  +  b est-il approximé par a  + ( b /2 a ) (méthode dite de Héron, mais en fait beaucoup plus ancienne) ou par a  + ( b /(2 a  + 1)). Dans le développement de ce type d'approximations, porteur de tout un courant numéricien, la géométrie et la théorie d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nombres-reels/#i_12852

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean ITARD, « ARCHIMÈDE (287-212 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/archimede/