ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société)Aménagement des sites

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les cryptes archéologiques

Depuis les années 1980, archéologues, urbanistes, élus et responsables administratifs s'interrogent sur les problèmes de la sauvegarde du patrimoine, en particulier en milieu urbain. L'aménageur doit tenir compte des impératifs souvent contraignants des archéologues ; en contrepartie, un site archéologique bien mis en valeur bénéficie d'un flux de touristes, parfois important. Des expériences, toutes novatrices en leur genre, ont été réalisées depuis la Seconde Guerre mondiale. Parmi les plus significatives figurent les cryptes archéologiques de la cour Carrée du Louvre, de la cathédrale de Genève, de l'église Saint-Laurent de Grenoble et du Yorvik Center (York). Les unes sont intéressantes par la qualité de leurs volumes architecturaux (cour Carrée), les autres par l'importance et la complexité des recherches archéologiques liées à un effort pédagogique de présentation (cathédrale de Genève et église Saint-Laurent de Grenoble) ; le Yorvik Center innove surtout dans le domaine de la mise en valeur d'un site.

La crypte de la cour Carrée du Louvre

La crypte archéologique de la cour Carrée répond à un double besoin : assurer des cheminements souterrains dans le cadre de l'aménagement du Grand Louvre et mettre en valeur des structures intimement liées à l'histoire du vieux Paris. Le Louvre est en effet le reflet le plus parlant de l'évolution des quartiers de la rive droite de la Seine, depuis l'énorme forteresse construite par Philippe-Auguste jusqu'au palais de Charles V. Les structures médiévales, détruites de François Ier à Louis XIV, avaient déjà été repérées en plan en 1866 ; une fouille plus exhaustive dirigée par Michel Fleury a permis de mettre au jour et de fouiller les soubassements de l'énorme donjon de Philippe-Auguste (15 mètres de diamètre) et son fossé (7 mètres de profondeur), bordé par un mur de contrescarpe bien appareillé, ainsi que les murailles nord et est de la forteresse.

Quelques vestiges des reprises du xive siècle ont été dégagés le long de la contrescarpe du donjon, par exemple le socle prismatique de la « Grande Vis » édifiée par Raymond du Temple pour desservir les étages du palais de Charles V.

Le visiteur a donc accès à ces vestiges ; l'architecte responsable de l'aménagement (G. Duval, architecte en chef des Monuments historiques) a choisi une présentation aussi discrète que possible, laissant au visiteur le plaisir de découvrir des espaces riches d'histoire et impressionnants par la qualité esthétique de leurs volumes. L'espace est couvert d'une dalle de béton reposant non sur les structures médiévales, mais sur des micropieux (technique utilisée dans les travaux publics : des pieux en béton, d'un diamètre d'une dizaine de centimètres et pouvant descendre à plusieurs dizaines de mètres dans le sol, sont capables de supporter de grosses charges ; ces pieux intéressent les archéologues car ils sont peu destructeurs) ; les maçonneries ont été très peu retouchées, si l'on excepte quelques injections de chaux et quelques remontages indispensables.

Le matériel pédagogique est réduit à l'essentiel et le visiteur comprend assez facilement qu'il se trouve dans les fossés en contrebas du sol médiéval. Il peut donc déambuler dans les fossés nord (crypte Charles V), longer les tours jumelles de la porte orientale et le massif qui recevait le pont-levis ; il peut également contourner le donjon, dont la base prismatique est impressionnante par son volume et par la régularité de ses parements de pierre. Le visiteur est ainsi transporté aux origines du Paris médiéval, grâce à une ambiance que l'on a su rendre lumineuse et dépouillée.

La crypte de la cathédrale de Genève

La crypte archéologique de la cathédrale de Genève est très différente, non par l'étendue, mais par la complexité de la fouille qui s'étend sur la presque totalité du groupe cathédral primitif, non par la qualité des volumes architecturaux anciens (la hauteur du plafond ne dépasse jamais 3 mètres), mais par le remarquable effort pédagogique qui sous-tend sa présentation.

Si, à Cologne et à Florence, les cryptes s'étendent sous la cathédrale gothique ou romane, à Genève la fouille (dir. Charles Bonnet) a porté sur les églises sud et nord, encadrant l'atrium et le baptistère, ainsi que sur l'église construite dans le prolo [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Versailles, Chapelle royale

Versailles, Chapelle royale
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Vaison-la-Romaine

Vaison-la-Romaine
Crédits : C. Sappa/ DeAgostini/ Getty Images

photographie

Menhirs de Carnac

Menhirs de Carnac
Crédits : Index/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : conservateur général du patrimoine, directeur de la rénovation du musée de l'Homme
  • : professeur d'histoire de l'art du Moyen Âge, à l'université de Lyon-II-Lumière

Classification

Autres références

«  ARCHÉOLOGIE  » est également traité dans :

ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE

  • Écrit par 
  • Luc BOURGEOIS
  •  • 4 882 mots
  •  • 5 médias

L’archéologie médiévale rassemble un large spectre de méthodes permettant d’étudier les témoignages matériels des cultures qui se sont succédé entre le ve et le xve siècle. Elle s’intéresse aussi bien aux structures enfouies ou en élévation qu’au mobilier et aux in […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 924 mots
  •  • 1 média

L'archéologie est née à la Renaissance dans le contexte de la redécouverte du passé gréco-romain par les élites cultivées. Celles-ci ont accumulé en leurs palais, dans des « cabinets de curiosités » qui devinrent les premiers musées, les objets d'art, sculptures, poteries ou mosaïques que mettaient à jour les travaux de construction. D'emblée, l'archéologie ne fut donc pas qu'une démarche de conna […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) - La prospection archéologique

  • Écrit par 
  • Alain TABBAGH
  •  • 3 195 mots
  •  • 3 médias

La prospection peut être définie comme une méthode globale d'appréhension de l'ensemble des traces des aménagements apportés par les sociétés humaines à leur environnement physique et vivant. Elle constitue une démarche en amont de la fouille, puisqu'elle permet de répondre à la question : « où est-il pertinent de fouiller » ? Les outils de la prospection so […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) - L'archéologie aérienne

  • Écrit par 
  • Roger AGACHE
  •  • 5 985 mots
  •  • 1 média

Longtemps, archéologues et historiens se sont contentés de demander à la photographie aérienne une image globale, plus complète, plus précise, des monuments ou des sites archéologiques, qui les replace dans leur environnement naturel et humain. Depuis quelques années, le recours à la photo aérienne est devenu systématique aussi bien lors des fouilles que lors des survols périodiques qui permettent […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) - L'archéologue et le terrain

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGUERON, 
  • Michel TERRASSE
  •  • 4 226 mots

La relation entre l'archéologie et le terrain étudié s'est longtemps identifiée à l'action de fouiller, considérée comme une manière d'aventure. Si cette activité est aujourd'hui devenue banale au point que chacun soit tenté d'y recourir sans en connaître parfois les méthodes et les risques, sa place dans l'archéologie ne manque pas de provoquer maintes remises en question parmi les spécialistes : […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE SOUS-MARINE

  • Écrit par 
  • Patrice POMEY, 
  • André TCHERNIA
  •  • 8 375 mots
  •  • 5 médias

L'archéologie sous-marine est une branche de l'archéologie générale : les buts et les principes des fouilles sous-marines ne sont pas différents de ceux des fouilles terrestres. Mais les conditions de travail en milieu subaquatique amènent à définir des techniques propres à l'archéologie sous-marine, de même que la nature des sites découverts conduit les archéologues à approfondir l'étude de domai […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) - L'archéologie urbaine

  • Écrit par 
  • Henri GALINIÉ
  •  • 3 190 mots
  •  • 2 médias

Il y a une quarantaine d'années, la rénovation du centre historique des villes, l'élargissement de la notion de patrimoine et l'amélioration des techniques de terrain, ont permis de reconsidérer l'archéologie des villes. Entendue comme une archéologie de l'urbain, et non plus de choses urbaines, l'archéologie urbaine prenait son essor en Europe. Partie du […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) - L'archéologie environnementale

  • Écrit par 
  • Stéphanie THIÉBAULT
  •  • 4 211 mots

Depuis une trentaine d'années, l'archéologie s'attache à étudier l'environnement, le paysage dans lesquels ont évolué les sociétés du passé. En plus de sa contribution à la connaissance des milieux dans lesquels l'homme et les sociétés se sont développés s'ajoute la résonance toute particulière de l'archéologie environnementale dans l'évaluation, la prospective et la prise de décision touchant l'a […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Traitement et interprétation) - L'archéométrie

  • Écrit par 
  • Loïc BERTRAND, 
  • Jean-Paul DEMOULE, 
  • Loïc LANGOUET, 
  • Martine REGERT
  •  • 4 375 mots
  •  • 3 médias

L'archéométrie désigne, d'une manière générale, toutes les recherches visant à appliquer à l’archéologie des techniques empruntées aux sciences expérimentales physico-chimiques ou biochimiques. De telles applications ont pour but de fournir des données quantitatives et objectives aptes à déterminer la localisation et l'étendue des gisements, à faciliter la datation des occupations, la provenance e […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Traitement et interprétation) - La photogrammétrie architecturale

  • Écrit par 
  • Jean-Paul SAINT AUBIN
  •  • 5 210 mots
  •  • 1 média

La photogrammétrie repose sur les principes et l'usage de la vue perspective, renouvelés par l'invention, au milieu du xixe siècle, de la photographie. La combinaison de plusieurs clichés photographiques permet en effet d'obtenir une vision dite « stéréoscopiqu […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Traitement et interprétation) - Les modèles interprétatifs

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 2 420 mots

L'archéologie ne saurait se résumer à la simple collecte d'objets contenus dans le sol. Elle ne saurait non plus se cantonner, comme elle l'a longtemps été, au rôle d'une « auxiliaire de l'histoire », incapable par elle-même d'interpréter ses propres documents. Toute science dispose à la fois de faits – construits par ses techniques et méthodes d'observation – et de théories qui permettent d'inter […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre MOHEN, Jean-François REYNAUD, « ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) - Aménagement des sites », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/archeologie-archeologie-et-societe-amenagement-des-sites/