GRENOBLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Entrer dans Grenoble, c'est entrer dans les Alpes. À 212 mètres d'altitude, sous des cimes culminant entre 2 000 et 3 000 mètres, les 504 734 habitants de l'agglomération grenobloise (2012) occupent le site réputé le plus plat de France, bien qu'exceptionnel pour ce qu'il donne à voir. Car, au bout de chaque rue, la perspective rappelle qu'ici, depuis près de deux millénaires, la ville a pour cadre et matrice la montagne. C'est pour des raisons purement géostratégiques que les Romains y ont fondé une place de contrôle du sillon alpin et des routes transalpines, close d'un premier rempart à la fin du iiie siècle. Pendant longtemps, il faudra défendre cette place des eaux de l'Isère, du Drac et de leurs torrentueux affluents, l'Arc et la Romanche.

Auvergne-Rhône-Alpes : carte administrative

Carte : Auvergne-Rhône-Alpes : carte administrative

Carte administrative de la région Auvergne-Rhône-Alpes. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Bourgade médiévale insignifiante avec ses 9 hectares, son unique pont, ses deux mille habitants tout au plus, sa dizaine de rues, Grenoble entre vraiment dans l'histoire en supplantant Vienne comme capitale du Dauphiné, une fois ce comté rattaché au royaume de France (1349), dont elle devient la troisième ville de Parlement. Mais il faut encore attendre la fin des guerres de Religion et la conquête de la place par le connétable Lesdiguières, lieutenant général d'Henri IV, pour que s'ouvre une première phase de croissance. La ville double sa superficie et s'enferme dans un puissant système de défense, confirmant ainsi sa vocation première. Ce second rempart, aujourd'hui disparu, marque toujours la limite des quartiers anciens. Si Grenoble s'enorgueillit d'être la ville provinciale la plus embellie sous Louis XIII, c'est manière de reconnaître la grande faiblesse de l'âge classique qui suit. Ville de garnison, face à la Savoie, aux fonctions essentiellement administratives et religieuses, elle ne compte encore que 25 000 habitants à la veille de la Révolution française qui y commence par la fronde du Parlement. Doté d'un passé modeste, pour ne pas dire médiocre, Grenoble n'est que la vingt-huitième ville de France en 1851. Elle s'engage alors dans la modernité, mutation qui se jouera en quatre actes.

Le premier, qui triomphe avec le second Empire, est celui de la ganterie, qui prend son origine pré-industrielle dans le système des marchands fabricants du xviiie siècle, et s'organise en petites manufactures avec l'arrivée du chemin de fer (1858). La ville gantière, celle qui projette Grenoble pour la première fois sur les marchés mondiaux, se développe au sud (Préfecture) et à l'ouest (cours Berriat), dans la nouvelle enceinte Haxo (1835) qui double à nouveau la superficie urbaine (44 000 habitants en 1880).

Le deuxième acte, de la Belle Époque à la Libération, est celui de la houille blanche (grâce à l'aménagement de la première haute chute hydroélectrique par le papetier Aristide Bergès en 1869 à Lancey, près de Grenoble) et de l'industrialisation lourde qu'elle entraîne. Grenoble équipe ses montagnes et devient en même temps une ville ouvrière, d'immigration surtout italienne, entrepreneuriale (Bouchayer & Viallet, Neyret & Picard, Merlin & Gerin) et technicienne. L'université renaît, tout près de l'entreprise nouvelle. Grenoble vit une haussmannisation tardive sur l'emprise libérée de la vieille enceinte, grâce au maire Édouard Rey, à la fin du xixe siècle. Au-delà de l'enceinte Haxo, la ville commence à former une agglomération avec les villages urbanisés de Fontaine, La Tronche, Saint-Martin-d'Hères. Après la Grande Guerre, il revient au socialiste Paul Mistral de commencer à affronter les problèmes posés par une croissance accélérée, en particulier face à l'armée qui étouffe toujours le site. Le plan Jaussely (1923) trace les premières grandes orientations de la croissance vers le sud, qui démarre dans les années 1940 (100 000 habitants).

Le troisième acte, qui fait littéralement exploser Grenoble, est celui de la recherche nucléaire et de l'électronique. L'implantation du Commissariat à l'énergie atomique (1956), l'action des élites universitaires et industrielles et le passage de la maîtrise industrielle de la haute tension à celle des courants faibles projettent Grenoble dans une autre époque et font d'elle la ville française à la plus forte croissance entre 1954 et 1962. L'arrivée d'une municipalité novatrice (Hubert Dubedout, 1965), les jeux Olympiques d'hiver (1968), le lancement de la Z.I.R.S.T. (Zone pour l'innovation et les réalisations scientif [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GRENOBLE  » est également traité dans :

ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) - Aménagement des sites

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOHEN, 
  • Jean-François REYNAUD
  •  • 5 939 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La crypte de Saint-Laurent de Grenoble »  : […] La crypte de Saint-Laurent de Grenoble est analogue à celle de Genève par la complexité des étapes de construction, mais elle s'en éloigne par la conception de la mise en valeur du monument. La basilique funéraire extra-muros dédiée à saint Laurent a été fouillée par R. Girard, architecte des bâtiments de France qui en a presque entièrement dégagé le sous-sol. La fouille a été reprise en 1978 par […] Lire la suite

DAUPHINÉ

  • Écrit par 
  • Bernard BLIGNY
  •  • 982 mots

Comme la plupart des autres provinces de l'ancienne France, le Dauphiné doit sa personnalité non pas tant à sa nature physique, malgré les apparences, qu'à la volonté des hommes : cette nature est si hétérogène que l'on pourrait imaginer de tout autres contours, partant un autre passé, à l'entité politique que le Moyen Âge légua à l'âge moderne et qui, simple ressort administratif désormais, dispa […] Lire la suite

GRENOBLE MUSÉE DAUPHINOIS DE

  • Écrit par 
  • Jack LIGOT
  •  • 1 082 mots

Créé en 1906 par un érudit grenoblois, Hippolyte Müller (1865-1933), le Musée dauphinois s'inscrit dans la première lignée des musées d'arts et de traditions populaires ancrés dans une culture régionale. C'est à partir d'une accumulation d'objets-souvenirs – silex taillés, outils, meubles rustiques – que les collections s'organisent peu à peu. S'y distinguent aujourd'hui, avec l'argenterie locale, […] Lire la suite

GRENOBLE MUSÉE DE

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 1 273 mots

Musée d'intérêt national, le musée de Grenoble dépend de la municipalité. Ouvert au public depuis 1798, il compte aujourd'hui parmi les plus dynamiques et les plus novateurs des grands musées de région en France. La qualité des collections permanentes et les deux grandes expositions qui y sont organisées chaque année en font un pôle important de la vie artistique française. Les enrichissements opé […] Lire la suite

ISÈRE

  • Écrit par 
  • Jean de BEAUREGARD
  •  • 596 mots

Si l'on excepte l'Arve et le Fier, l'Isère, née au pied de l'Iseran, draine toutes les Alpes françaises du Nord. Elle doit le développement de son réseau à l'absence de l'obstacle jurassien qui a facilité le creusement de son lit et à la présence de marnes tendres, autour de massifs centraux cristallins, qui ont favorisé des captures longitudinales et le soutirage des eaux de la Maurienne et de la […] Lire la suite

RHÔNE-ALPES

  • Écrit par 
  • Franck SCHERRER
  •  • 4 434 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Le réseau urbain, armature régionale »  : […] L'influence lyonnaise a été, on l'a dit, déterminante dans la construction économique de la région. Mais, contrairement à Paris ou à Toulouse, cette prééminence n'a pas étiolé l'ensemble de l'armature urbaine de Rhône-Alpes. Au contraire, le réseau urbain est particulièrement complet et étoffé à tous les niveaux. Si l'on raisonne en termes d'aire urbaine (les villes centres et leur aire d'influen […] Lire la suite

SILLON ALPIN

  • Écrit par 
  • Bernard DEBARBIEUX
  •  • 1 114 mots

Le Sillon alpin constitue un objet géographique intéressant à double titre : d'une part, l'expression désigne aujourd'hui un agencement original de villes moyennes dynamiques et assez proches les unes des autres (principalement Grenoble, Chambéry, Aix-les-Bains, Annecy, l'agglomération genevoise) et d'espaces péri-urbains, ruraux et montagnards ; d'autre part, le Sillon alpin constitue un cas d'éc […] Lire la suite

Les derniers événements

16 mai - 21 juin 2022 France. Autorisation controversée du burkini à Grenoble.

Le 21 juin, le Conseil d’État saisi en référé confirme la suspension, décidée par le tribunal administratif, de l’autorisation du port du vêtement controversé à la piscine, votée par le conseil municipal de Grenoble. […] Lire la suite

19-28 septembre 2021 France. Désignation de Yannick Jadot comme candidat d'EE-LV à l'élection présidentielle.

La députée et ancienne ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie Delphine Batho obtient 22,32 % des suffrages, le maire de Grenoble Éric Piolle 22,29 % et le conseiller municipal de Nice Jean-Marc Governatori 2,35 %. Quelque cent six mille votants se prononcent, sur près de cent vingt-deux mille sept cents inscrits. Le 28, Yannick Jadot remporte le second tour de la primaire avec 51,03 % des suffrages, soit un peu plus de deux mille voix d’avance sur Sandrine Rousseau. […] Lire la suite

9 septembre 2021 France. Relaxe des participants à une marche contre l'extrême droite anti-migrants.

La cour d’appel de Grenoble (Isère) relaxe les sept personnes condamnées en décembre 2018 à des peines de prison – pour la plupart avec sursis – pour « aide à l’entrée de personnes en situation irrégulière sur le territoire national ». Celles-ci avaient participé, en avril 2018, à une marche transfrontalière entre l’Italie et la France pour dénoncer une opération anti-migrants effectuée la veille dans les Hautes-Alpes par le groupe d’extrême droite Génération identitaire. […] Lire la suite

1er juillet 2021 France. Condamnation de l'État pour l'insuffisance de sa politique de lutte contre le réchauffement climatique.

Les ONG environnementales initiatrices de la pétition « L’Affaire du siècle », ainsi que les villes de Paris et de Grenoble s’y étaient associées. En novembre 2020, le Conseil avait rendu une première décision qui donnait trois mois au gouvernement pour « justifier que la trajectoire de réduction à l’horizon 2030 pourra être respectée ». Estimant insuffisantes les réponses apportées par la loi Climat et résilience, en cours de discussion devant le Parlement, le Conseil juge que l’objectif affiché de réduction de 12 % des émissions de GES au cours de la période 2024-2028 « n’apparaît pas atteignable si de nouvelles mesures ne sont pas adoptées rapidement ». […] Lire la suite

4-19 décembre 2020 France. Annonce d'un référendum sur la modification de la Constitution

Il rejette notamment la demande de moratoire sur le déploiement de la 5G, qui est soutenue par les maires de Lille, Lyon ou Grenoble. Le 19, le Haut Conseil pour le climat publie son rapport sur la 5G qui, selon lui, entraînera une augmentation de la consommation d’électricité et alourdira significativement l’empreinte carbone du secteur du numérique. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Martin VANIER, « GRENOBLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/grenoble/