Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ARCHAEOPTERYX

<em>Archaeopteryx</em>, spécimen conservé au Musée d’histoire naturelle de Berlin

Archaeopteryx, spécimen conservé au Musée d’histoire naturelle de Berlin

Archaeopteryx (signifiant « aile antique ») est un genre d’oiseaux fossiles connu par quelques spécimens provenant des calcaires lithographiques du Jurassique supérieur (Tithonien, environ 150 millions d’années) de Bavière (Allemagne). Combinant des plumes d’aspect très moderne et un squelette qui montre encore de nombreux caractères évoquant les dinosaures non aviens (c’est-à-dire l’ensemble des dinosaures, moins les oiseaux), il joue depuis sa découverte en 1861 un rôle considérable dans les discussions au sujet de l’origine des oiseaux et est fréquemment présenté comme l'une des plus belles preuves paléontologiques en faveur de l’évolution des espèces.

Histoire des découvertes

<em>Archaeopteryx </em>photographié en lumière ultraviolette

Archaeopteryx photographié en lumière ultraviolette

C’est dans une lettre du 15 août 1861 à son collègue Heinrich Georg Bronn (1800-1862), publiée dans la revue NeuesJahrbuchfürMineralogie, Geognosie, GeologieundPetrefakten-Kunde, que le paléontologue allemand Hermann von Meyer (1801-1869) signala la découverte d’une plume fossilisée, ressemblant tout à fait à celle d’un oiseau moderne, dans les calcaires lithographiques du Jurassique supérieur de Solnhofen, dans le nord de la Bavière. Le 30 septembre de la même année, il rapporta de la même façon que le squelette d’un animal couvert de plumes, différent à plusieurs égards des oiseaux actuels, avait été trouvé dans ces mêmes calcaires, et il proposa d’appeler l’être en question Archaeopteryxlithographica. Le squelette, indiquant un animal de la taille d’un pigeon, acquis dès 1862 par le British Museum, où Richard Owen (1804-1892) le décrivit, suscita très rapidement les controverses : pour certains paléontologues, comme Owen, il représentait un oiseau primitif ; pour d’autres, un reptile spécialisé. Depuis lors, d’autres spécimens ont été découverts, toujours dans le Jurassique supérieur du nord de la Bavière (des dents isolées provenant du Jurassique supérieur du Portugal et du Crétacé inférieur de France ont été rapportées à des oiseaux proches d’Archaeopteryx, mais ces attributions demeurent très discutées). Douze spécimens ont ainsi été mis au jour, le dernier en date ayant été décrit en 2018. Tous proviennent de calcaires lithographiques de Bavière. À l’origine, ces formations étaient des vases calcaires déposées, sous un climat chaud, au fond de vastes lagunes peu profondes situées en bordure de terres émergées, sur lesquelles vivaient Archaeopteryx et d’autres animaux terrestres dont on trouve à l’occasion les restes dans les calcaires, à côté de ceux, beaucoup plus nombreux, d’organismes marins. L’enfouissement rapide des cadavres dans la vase et la finesse de grain du sédiment expliquent la conservation exceptionnelle non seulement des squelettes, mais aussi, dans beaucoup de cas, du plumage. Chacun des spécimens a apporté son lot d’informations nouvelles, et Archaeopteryx conserve une place centrale dans les recherches sur l’origine des oiseaux, tout en suscitant des interprétations parfois très divergentes. Même du point de vue de la taxonomie, il n’existe pas de consensus, certains auteurs considérant que les différences morphologiques entre les divers fossiles justifient la reconnaissance de genres distincts (Wellnhoferia, Jurapteryx), alors que d’autres, notamment à la suite de l’étude du dernier spécimen découvert, jugent que cette variabilité n’exclut pas l’appartenance à un genre unique, comportant vraisemblablement plusieurs espèces. On peut noter également qu’un spécimen conservé au musée Teyler de Haarlem (Pays-Bas), découvert au xixe siècle, mais rapporté à Archaeopteryx seulement en 1970, a été réinterprété en 2017 comme appartenant en fait à un dinosaure à plumes du groupe des Anchiornithidae, et nommé Ostromiacrassipes.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

<em>Archaeopteryx</em>, spécimen conservé au Musée d’histoire naturelle de Berlin

Archaeopteryx, spécimen conservé au Musée d’histoire naturelle de Berlin

<em>Archaeopteryx </em>photographié en lumière ultraviolette

Archaeopteryx photographié en lumière ultraviolette

Squelettes d’<em>Archaeopteryx</em> et d’un oiseau actuel (canard)

Squelettes d’Archaeopteryx et d’un oiseau actuel (canard)

Autres références

  • DÉCOUVERTE DU PREMIER ARCHAEOPTERYX

    • Écrit par Eric BUFFETAUT
    • 119 mots

    En 1861, le paléontologue allemand Hermann von Meyer donne le nom d'Archaeopteryx lithographica à une plume fossile provenant des calcaires lithographiques du Jurassique de Bavière. La même année, on y découvre un squelette presque complet d'Archaeopteryx, spécimen qui possède à...

  • COMMERCE DES FOSSILES

    • Écrit par Eric BUFFETAUT
    • 2 938 mots
    • 3 médias
    ...spectaculaires ou scientifiquement significatifs des collections publiques proviennent d’un achat. C’est le cas par exemple du premier squelette découvert de l’oiseau jurassiqueArchaeopteryx, vendu 700 livres sterling en 1862 au British Museum, avec une collection d’autres fossiles, par le médecin bavarois...
  • DINOSAURES

    • Écrit par Eric BUFFETAUT
    • 7 341 mots
    • 16 médias
    Le problème de l'origine des oiseaux s'est posé avec acuité dès les débuts de la paléontologie évolutionniste, dans les années 1860. À cette époque, la première découverte d'un squelette d'Archaeopteryx, dans le Jurassique supérieur de Bavière (150 Ma), joua un rôle important car...
  • MEMBRES

    • Écrit par Claude GILLOT, Armand de RICQLÈS
    • 15 056 mots
    • 13 médias
    ...eux par les plumes, lames de kératine souples, légères et de structure complexe, et non par un patagium renforcé d'éléments squelettiques allongés. Chez Archaeopteryx, « Reptile emplumé » du Jurassique supérieur, les plumes sont déjà typiquement réalisées. Le membre antérieur n'a plus que trois doigts mais...
  • MEYER HERMANN VON (1801-1869)

    • Écrit par Eric BUFFETAUT
    • 734 mots
    • 1 média

    Paléontologue allemand, Hermann von Meyer est connu notamment pour avoir donné le nom d’Archaeopteryx(du grec archaios, « ancien », et pteryx, « aile ») à l’un des plus célèbres vertébrésfossiles, considéré par certains comme le plus ancien oiseau.

    Né à Francfort-sur-le-Main...

Voir aussi