Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ARCHAEOPTERYX

Caractères anatomiques d’Archaeopteryx

Le plumage d’Archaeopteryx est bien connu grâce à la préservation exceptionnelle de certains spécimens. Si les plumes, en particulier les rémiges (les plus grandes plumes des ailes) asymétriques, diffèrent peu de celles des oiseaux modernes, leur disposition n’est pas exactement celle que l’on connaît chez ces derniers, ce qui suggère un type de vol différent. Selon une étude fondée sur les mélanosomes (corpuscules porteurs de pigments) conservés sur la plume découverte en 1861, le plumage d’Archaeopteryx aurait été principalement noir, mais la fiabilité de la méthode a été mise en doute car elle ne permet pas de reconstituer l’ensemble des pigments. Les membres postérieurs portent encore des plumes assez longues, formant une sorte de « pantalon » le long d’une partie de la jambe, ce qui rappelle certains dinosaures à plumes et distingue Archaeopteryx de la plupart des oiseaux actuels.

Squelettes d’<em>Archaeopteryx</em> et d’un oiseau actuel (canard)

Squelettes d’Archaeopteryx et d’un oiseau actuel (canard)

Le squelette d’Archaeopteryx présente en revanche de nombreux caractères archaïques pour un oiseau, rappelant les dinosaures non aviens. La présence de dents sur les mâchoires est l’un d’entre eux, qui sépare ce genre de tous les oiseaux modernes, mais qui n’a rien d’unique si on considère les fossiles, car de très nombreux oiseaux crétacés possédaient encore des dents. La colonne vertébrale est remarquable notamment par le grand nombre de vertèbres (21 à 23) composant la queue, qui rappelle les dinosaures alors que chez les oiseaux modernes l’appendice caudal est atrophié, se composant de quelques vertèbres soudées formant ce que l’on appelle le pygostyle. La colonne vertébrale dans son ensemble était beaucoup moins rigide que celle des oiseaux plus évolués, chez lesquels s’opèrent des fusions de vertèbres, conduisant notamment à l’allongement du sacrum, que l’on ne constate pas chez l’Archaeopteryx. La ceinture pectorale se signale par l’absence de sternum ossifié, mais il est possible que cet élément ait été cartilagineux et, donc, non conservé à l’état fossile. Les membres antérieurs sont allongés, formant le support des plumes des ailes. Contrairement à ce que l’on voit chez les oiseaux actuels, les doigts de la main ne sont pas fusionnés et ils portent des griffes recourbées et acérées. Les griffes du pied sont moins recourbées que celles de la main.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

<em>Archaeopteryx</em>, spécimen conservé au Musée d’histoire naturelle de Berlin

Archaeopteryx, spécimen conservé au Musée d’histoire naturelle de Berlin

<em>Archaeopteryx </em>photographié en lumière ultraviolette

Archaeopteryx photographié en lumière ultraviolette

Squelettes d’<em>Archaeopteryx</em> et d’un oiseau actuel (canard)

Squelettes d’Archaeopteryx et d’un oiseau actuel (canard)

Autres références

  • DÉCOUVERTE DU PREMIER ARCHAEOPTERYX

    • Écrit par Eric BUFFETAUT
    • 119 mots

    En 1861, le paléontologue allemand Hermann von Meyer donne le nom d'Archaeopteryx lithographica à une plume fossile provenant des calcaires lithographiques du Jurassique de Bavière. La même année, on y découvre un squelette presque complet d'Archaeopteryx, spécimen qui possède à...

  • COMMERCE DES FOSSILES

    • Écrit par Eric BUFFETAUT
    • 2 938 mots
    • 3 médias
    ...spectaculaires ou scientifiquement significatifs des collections publiques proviennent d’un achat. C’est le cas par exemple du premier squelette découvert de l’oiseau jurassiqueArchaeopteryx, vendu 700 livres sterling en 1862 au British Museum, avec une collection d’autres fossiles, par le médecin bavarois...
  • DINOSAURES

    • Écrit par Eric BUFFETAUT
    • 7 341 mots
    • 16 médias
    Le problème de l'origine des oiseaux s'est posé avec acuité dès les débuts de la paléontologie évolutionniste, dans les années 1860. À cette époque, la première découverte d'un squelette d'Archaeopteryx, dans le Jurassique supérieur de Bavière (150 Ma), joua un rôle important car...
  • MEMBRES

    • Écrit par Claude GILLOT, Armand de RICQLÈS
    • 15 056 mots
    • 13 médias
    ...eux par les plumes, lames de kératine souples, légères et de structure complexe, et non par un patagium renforcé d'éléments squelettiques allongés. Chez Archaeopteryx, « Reptile emplumé » du Jurassique supérieur, les plumes sont déjà typiquement réalisées. Le membre antérieur n'a plus que trois doigts mais...
  • MEYER HERMANN VON (1801-1869)

    • Écrit par Eric BUFFETAUT
    • 734 mots
    • 1 média

    Paléontologue allemand, Hermann von Meyer est connu notamment pour avoir donné le nom d’Archaeopteryx(du grec archaios, « ancien », et pteryx, « aile ») à l’un des plus célèbres vertébrésfossiles, considéré par certains comme le plus ancien oiseau.

    Né à Francfort-sur-le-Main...

Voir aussi