PIGEON

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Oiseau de taille moyenne au corps dodu, herbivore, cosmopolite, bruyant, aux mœurs grégaires, vivant dans tous les milieux boisés. Classe : Oiseaux ; ordre : Columbiformes ; famille : Columbidés.

La différence entre les tourterelles (genre Streptopelia) et les pigeons (genre Columba) n'est qu'une question de taille, les premières étant plus petites que les seconds. Par ailleurs, le nom de colombe est donné à certaines espèces de pigeons au plumage blanc. Les quelque trois cent dix espèces, principalement arboricoles, se caractérisent par une petite tête, des pattes et un cou courts ; la base de leur bec effilé présente une partie charnue plus ou moins développée et appelée la « cire ». Ils pèsent de 30 grammes, chez la colombe à queue noire (Columbina passerina), à plus de 2 kilogrammes, chez le goura couronné (Goura cristata). Les pigeons bisets (Columba livia), communs dans les villes d'Europe, pèsent environ 350 grammes. Le plumage des pigeons est le plus souvent terne, bien que quelques espèces présentent des couleurs vives, comme les ptilopes (Ptilinopus), les colombars (Treron) ou les carpophages (Ducula) aux teintes métalliques. Il est le plus souvent identique chez le mâle et la femelle.

Les pigeons se rencontrent essentiellement dans les milieux boisés, l'Asie tropicale étant la région la plus riche en espèces, et sont absents des zones polaires. Excellents voiliers, capables de parcourir des dizaines de kilomètres par jour, ils sont aussi à l'aise dans les déplacements au sol où ils cherchent l'essentiel de leur nourriture (graines, baies, fruits...) ainsi que de petits cailloux qui, une fois dans leur gésier, leur permettront de broyer les aliments les plus durs. Tandis que la majorité des oiseaux renversent la tête en arrière pour ingérer l'eau, les pigeons immergent le bec jusqu'aux narines et aspirent.

Pigeons et tourterelles vivent en couple ou en groupes plus ou moins nombreux et sédentaires, seules les espèces nordiques migrent au sud vers les quartiers d'hivernage. Les couples, formés après une parade spécifique (cris, roucoulements, gonflements des plumes, bombements de la poitrine mettant en évidence des taches colorées...), sont fidèles et nichent sur des branches d'arbre, dans des trous de rochers ou dans des arbres creux, selon les espèces. Le nid rudimentaire, fait de brindilles et de feuilles sèches, accueille plusieurs pontes (jusqu'à trois ou quatre par an) d'un ou deux œufs de couleur blanche. Le pigeon et la pigeonne se relaient pour couver pendant quatorze à trente jours, toujours selon les espèces. Ils nourrissent les petits, nidicoles, avec une sécrétion produite par leur jabot, proche du lait des mammifères, contenant des protéines, des lipides, des sels minéraux et des vitamines. La croissance des pigeonneaux est rapide et leur envol a lieu vers l'âge de trois ou quatre semaines.

Cinq espèces nichent en France : la tourterelle turque (Streptopelia decaocto) qui, arrivée de Turquie en 1950, a colonisé toute l'Europe ; la tourterelle des bois (Streptopelia turtur), en régression, victime du braconnage ; le pigeon ramier (Columba palumbus), encore appelé palombe dans le sud-ouest de la France ; le pigeon colombin (Columba oenas) et le pigeon biset (Columba livia). Ce dernier est à l'origine de toutes les races domestiques.

Pigeon biset

Photographie : Pigeon biset

Domestiqué depuis l'Antiquité, le pigeon biset (Columba livia) est à l'origine de tous les pigeons de ville. Il s'est parfaitement adapté aux hommes, dont il dépend tant pour sa nourriture que pour son habitat. Parce qu'il est parfois porteur de maladies et qu'il endommage les monuments avec... 

Crédits : steffstarr/ Fotosearch LBRF/ Age Fotostock

Afficher

Dès l'Antiquité, le pigeon a été élevé tant pour sa chair que pour servir de messager ou d'oiseau d'ornement. Depuis lors, plus de trois cents races ont vu le jour, dont les plus spectaculaires ont les pattes emplumées, une crinière, une queue en éventail ou encore des caroncules très développées. Le sens d'orientation remarquable du pigeon a été largement exploité pour transmettre des messages, notamment lors de la Première Guerre mondiale. Élevé et sélectionné sévèrement pour devenir « messager », le pigeon dit voyageur est caractérisé par les qualités de son plumage, sa force, sa résistance et sa rapidité. Il ne faut pas le confondre avec le pigeon migrateur (Ectopistes migratorius), encore appelé tourte. Ce dernier, qui s'est éteint au début des années 1900 en raison d'une chasse intensive, était l'un des oiseaux les plus abondants sur terre, vivant dans les régions tempérés du centre et de l'est de l'Amérique du Nord et se déplaçant en groupes de plusieurs dizaines de milliers d'individus.

Si l'abondance de nombreuses races et d'espèces a banalisé le pigeon, symbole de la paix (colombe), i [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : chargée de la valorisation scientifique du département des jardins botaniques et zoologiques du Muséum national d'histoire naturelle

Classification

Autres références

«  PIGEON  » est également traité dans :

DODO

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 2 038 mots
  •  • 1 média

Le dodo ( Raphus cucullatus ), ou dronte, est un oiseau qui a vécu à l'île Maurice jusqu’à sa disparition vers 1680. On a longtemps cru à l’existence d’une autre espèce de dodo sur l'île de la Réunion, mais ce n'est qu'un mythe. Le solitaire ( Pezophaps solitaria ) de l'île Rodrigues, également éteint, est apparenté au dodo et placé avec lui dans un groupe (famille des Raphidae , ou tribu des R […] Lire la suite

OISEAUX

  • Écrit par 
  • Michel CUISIN
  •  • 8 674 mots
  •  • 31 médias

On connaît plus de 9 800 espèces d'oiseaux vivants. Les spécialistes ne sont pas d'accord sur la classification des oiseaux les plus évolués, les passereaux. En effet, en raison du très petit nombre de fossiles et des grandes ressemblances entre espèces, on n'est pas encore parvenu à établir un arrangement qui fasse l'unanimité. On trouvera ici le système adopté par Peters et revu par Fisher (cf.  […] Lire la suite

ORIENTATION ANIMALE

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 6 612 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Théorie du compas solaire »  : […] L'utilisation du soleil comme moyen de navigation repose sur l'idée que l'astre est un repère à partir duquel des informations en latitude et en longitude peuvent être obtenues grâce à des processus d'extrapolation couplant les azimuts et l'estimation biologique du temps. Ces processus exigent, quel que soit le paramètre principal, l'équivalent d'un « calcul » dont la précision est trop poussée po […] Lire la suite

ORIGINE ET ÉVOLUTION DES OISEAUX

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 4 776 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les extinctions dans l’histoire évolutive des Oiseaux »  : […] Comme chez tous les groupes d’êtres vivants, les phénomènes d’extinction ont joué un rôle très important dans l’histoire évolutive des Oiseaux. Comme on l’a vu, la crise biologique ayant eu lieu à la limite des ères mésozoïque et cénozoïque a provoqué un tournant dans leur évolution, conduisant à la disparition des groupes archaïques et favorisant l’essor des Néornithes. Au cours du Cénozoïque, o […] Lire la suite

PSYCHOLOGIE ANIMALE ou ZOOPSYCHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques VAUCLAIR
  •  • 4 739 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Imagerie »  : […] Un phénomène cognitif particulièrement bien connu chez l'homme concerne la rotation mentale, étudiée par R. N. Shepard et J. Metzler en 1971. Le test de rotation implique que le participant identifie une forme visuelle après qu'elle a subi un changement d'orientation. Le temps de décision pour identifier la forme représentée après ce changement est d'autant plus long que la rotation qu'elle a sub […] Lire la suite

VOL ANIMAL

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 8 256 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le vol des Oiseaux »  : […] Les mécanismes aérodynamiques du vol des Oiseaux, longtemps incompris, ont été élucidés à la fois par l'observation directe des comportements sur le terrain, par l'emploi de la cinématographie rapide et de la stroboscopie, ainsi que par une multitude d'expérimentations où intervient, entre autres, l'étude des problèmes de mécanique (résistance des matériaux), d'aérodynamique et d'énergétique. Il […] Lire la suite

Pour citer l’article

Emmanuelle GOIX, « PIGEON », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pigeon/