DENTS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Écaille placoïde

Écaille placoïde
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Développement d'une dent humaine

Développement d'une dent humaine
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Formation de l'émail et de la dentine

Formation de l'émail et de la dentine
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Dent rabattable d'un Merlucius

Dent rabattable d'un Merlucius
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


Situées à l'entrée du tube digestif, les dents constituent des organes très particuliers et hautement différenciés, tant par leur structure histologique très spéciale que par leurs remarquables propriétés mécaniques et physiologiques. En effet, d'un point de vue fonctionnel, on peut définir les dents comme des organes extrêmement durs, destinés à saisir, à retenir et à broyer les aliments.

Toutefois, l'étude détaillée des dents (et des tissus dentaires) révèle qu'elles ont une signification morphologique beaucoup plus générale : une définition purement fonctionnelle des dents inclurait sous ce terme des formations qui en remplissent les fonctions sans en avoir la structure et, réciproquement, une définition uniquement histologique les confondrait avec divers constituants de l'exosquelette (écailles, par exemple) des Vertébrés inférieurs. Pour parvenir à une définition satisfaisante, il est donc indispensable de faire appel à la fois aux critères histologiques et fonctionnels. Afin de comprendre la signification évolutive de ces formations, en apparence si isolées parmi les autres structures organiques, il est nécessaire également de faire appel aux ressources de l'anatomie et de l'histologie comparées, ainsi qu'à la paléontologie.

La conjonction de ces points de vue met en évidence les rapports fondamentaux et constants des tissus dentaires avec la peau et le squelette, rapports peu visibles dans une perspective limitée aux seuls points de vue classiques, notamment l'adaptation des dents au régime alimentaire chez les Mammifères.

Les tissus dentaires

Une dent de Mammifère, comme une écaille placoïde de Sélacien, se forme à partir d'une ébauche mixte, épidermo-dermique. L'ébauche épidermique (d'origine ectodermique) différencie à la périphérie du germe de la dent des cellules spécialisées (adamantoblastes) qui assurent la sécrétion de l'émail, dont les couches se superposent du dedans au dehors (croissance centrifuge).

Écaille placoïde

Écaille placoïde

diaporama

Développement de l'écaille placoïde de Sélacien (d'après Lison)… 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Développement d'une dent humaine

Développement d'une dent humaine

dessin

Développement d'une dent humaine. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Recouverte par la précédente, l'ébauche dermique (d'origine mésodermique) différencie des cellules (odontoblastes) qui prod [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages




Écrit par :

  • : professeur au Collège de France, chaire de biologie historique et évolutionnisme

Classification


Autres références

«  DENTS  » est également traité dans :

ACTINOPTÉRYGIENS

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 2 761 mots
  •  • 9 médias

une seule nageoire dorsale (secondairement subdivisée chez certains téléostéens) et un capuchon d'acrodine (un type de dentine fortement minéralisé et aussi transparent que l'émail) qui renforce l'apex des dents. Il existe de nombreux autres caractères au niveau de l'anatomie des tissus mous, mais inconnus chez les fossiles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/actinopterygiens/#i_7571

AMPHIBIENS ou BATRACIENS

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER, 
  • Jean-Claude RAGE
  •  • 6 167 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Bouche »  : […] la langue. Dans le plafond buccal antérieur s'ouvrent les choanes (narines internes). Chez les Amphibiens modernes (Lissamphibiens), les dents sont pédicellées, c'est-à-dire que chaque dent comprend deux parties ; la couronne repose sur un pédicelle fixé à l'os, la liaison entre les deux parties étant assurée par des fibres de collagène. Toutefois […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amphibiens-batraciens/#i_7571

ANIMAUX MODES D'ALIMENTATION DES

  • Écrit par 
  • René LAFONT, 
  • Martine MAÏBECHE
  •  • 4 302 mots

Dans le chapitre « La macrophagie »  : […] Vertébrés présentent un squelette crânial avec deux mâchoires (supérieure fixe et inférieure articulée) garnies de dents, organes durs et minéralisés d'origine dermo-épidermique (sauf chez les animaux pourvus d'un bec – oiseaux, tortues, ornithorhynque). Les dents des poissons, des amphibiens et des reptiles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/animal-modalites-alimentaires/#i_7571

CARNIVORES MAMMIFÈRES

  • Écrit par 
  • Robert MANARANCHE, 
  • Géraldine VÉRON
  •  • 7 477 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Caractéristiques générales des carnivores »  : […] abdomen, à l'exception des ours chez lesquels elles sont pectorales. Le nombre de dents varie selon les espèces, de 28 à 44, sauf pour le renard à oreilles de chauve-souris (Otocyon megalotis) qui peut en avoir jusqu'à 50. Le nombre de molaires est réduit chez les espèces prédatrices. Les incisives sont petites […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carnivores/#i_7571

CHONDRICHTHYENS

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 2 410 mots
  •  • 5 médias

ostéichthyens, les chondrichthyens actuels ne possèdent pas de grandes plaques osseuses dermiques. Les dents des élasmobranches sont attachées séparément aux éléments endosquelettiques des mâchoires par des tissus fibreux. Elles sont organisées en « familles » dentaires, qui se forment dans la lame dentaire, le long de la surface labiale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chondrichthyens/#i_7571

CHORORAPITHECUS

  • Écrit par 
  • Brigitte SENUT
  •  • 606 mots

Neuf dents isolées, dont quatre fragmentaires, découvertes entre 2005 et 2007 en Éthiopie, dans la région de Chorora (site de Beticha), ont été rapportées à un nouveau grand singe fossile, Chororapithecus abyssinicus, par une équipe nippo-éthiopienne dirigée par Yonas Beyene et Gen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chororapithecus/#i_7571

DJEBEL IRHOUD SITE ARCHÉOLOGIQUE DE

  • Écrit par 
  • Bernard VANDERMEERSCH
  •  • 1 628 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Datation des fossiles du Djebel Irhoud »  : […] Par la suite, une tentative a été entreprise pour dater directement les ossements humains à partir d’une dent et en utilisant alors deux autres méthodes : les séries de l’uranium et la résonance de spin électronique (ESR pour electron spin resonance). Un âge de 160 000 ans (± 16 000 ans) a alors été obtenu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/site-archeologique-de-djebel-irhoud/#i_7571

DOCODONTES

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HARTENBERGER
  •  • 1 505 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Des animaux longtemps représentés par des dents et des mâchoires »  : […] Le dessin des crêtes des dents des docodontes est remarquable parce qu’il est le plus ancien exemple de molaires broyeuses chez un mammifère. D’évidence, les crêtes (cuspides) et les bassins des molaires supérieures et inférieures s’engrènent (à la manière des roues d’un engrenage) et permettent d’écraser et broyer les aliments lors de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/docodontes/#i_7571

GNATHOSTOMES

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 2 143 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Structure des mâchoires »  : […] élasmobranches et la plupart des acanthodiens, ce sont de simples dents fixées dans le derme qui couvre le cartilage de Meckel et le palatocarré (fig. 1a). Chez les placodermes et les chimères modernes, ces deux éléments portent seulement des plaques broyeuses ou coupantes formées d'os ou de dentine. C'est chez les ostéichthyens que la structure […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gnathostomes/#i_7571

HOMINIDÉS

  • Écrit par 
  • Brigitte SENUT
  •  • 9 486 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Hommes de Néandertal et Hommes modernes »  : […] pas différente de la nôtre, c'est-à-dire 1 400 cm3). L'usure des dents (incisives et canines) sur certains spécimens laisse supposer que, peut-être, les Néandertaliens utilisaient leurs mâchoires comme des pinces, un peu à la manière des Inuits aujourd'hui qui tirent sur les tendons des animaux. Des travaux du milieu des années 1980 sur l'os […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hominides/#i_7571

INSECTIVORES

  • Écrit par 
  • Michel TRANIER
  •  • 1 063 mots

ordre de la classification. Un autre point doit être aussi préalablement explicité : la denture primitive des mammifères placentaires présente des molaires à trois pointes (cuspides) plus ou moins aiguës disposées en triangle, alors que chez les types modernes, les molaires sont plus complexes, avec des pointes et des crêtes d'émail […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/insectivores/#i_7571

MAMMIFÈRES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Robert MANARANCHE, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ, 
  • Michel TRANIER
  •  • 10 783 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Squelette »  : […] prémaxillaires, ainsi que les mandibules constituées par un os unique (le dentaire), sont pourvus en principe (sauf chez les Cétacés et les Édentés) de dents différenciées (hétérodontie). Les générations dentaires successives et différentes sont fondamentalement au nombre de deux (diphyodontie) sauf chez les Marsupiaux, les Édentés et les Cétacés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mammiferes/#i_7571

MARSUPIAUX ou MÉTATHÉRIENS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Michel TRANIER
  •  • 5 052 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La denture »  : […] La denture joue un rôle important dans la classification des Marsupiaux. L'hétérodontie – c'est-à-dire la différenciation des dents en incisives, canines, prémolaires et molaires – est comparable à celle des mammifères Euthériens, mais le nombre des dents, variable selon les espèces, est fondamentalement plus élevé chez les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marsupiaux-metatheriens/#i_7571

NARVAL

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HARTENBERGER
  •  • 1 711 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Caractéristiques du narval »  : […] de 15 à 20 minutes à 800 mètres de profondeur, voire 1 000 mètres, sous la banquise pour chasser les bancs de morues, les céphalopodes ou les poissons plats. Rappelons aussi que, hors la canine des mâles, les narvals n’ont pas d’autres dents (ni incisive, ni molaire) : ils engloutissent donc des proies sans les mâcher […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/narval/#i_7571

NÉANDERTALIENS ou NÉANDERTHALIENS ou HOMME DE NÉANDERTAL

  • Écrit par 
  • Bernard VANDERMEERSCH
  •  • 4 799 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les caractéristiques néandertaliennes »  : […] On observe une réduction progressive du système dentaire au cours de l'histoire du genre Homo et, de ce point de vue, celui des Néandertaliens se place entre ceux des Homo erectus et ceux des hommes modernes. Mais les Néandertaliens ont cependant conservé des dents antérieures, surtout les incisives, de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neandertaliens-neanderthaliens/#i_7571

ONGULÉS

  • Écrit par 
  • Robert MANARANCHE, 
  • Michel TRANIER
  •  • 2 644 mots

Dans le chapitre « Dents et régime alimentaire »  : […] Les Ongulés sont généralement caractérisés par une réduction du nombre des dents antérieures et par une « molarisation » des prémolaires, celles-ci finissant par ressembler beaucoup à des molaires […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ongules/#i_7571

PÉRISSODACTYLES

  • Écrit par 
  • Robert MANARANCHE
  •  • 3 195 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Caractères généraux »  : […] de tous les Périssodactyles marque de façon nette l'ensemble des organes digestifs. La denture comporte des incisives et des molaires à croissance prolongée. Ces dernières sont pourvues de crêtes transversales d'émail qui forment un dessin très caractéristique permettant, à lui seul, de reconnaître famille, genre, et même espèce. Les canines, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perissodactyles/#i_7571

PLACODERMES

  • Écrit par 
  • Hervé Léo LELIÈVRE
  •  • 1 797 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Plan d'organisation »  : […] C'est par la morphologie de leurs dents que les placodermes assurent aussi leur originalité. Ils ne possèdent pas de dents différenciées en forme de cône et implantées le long de mâchoires osseuses comme chez les osteichthyens ou les chondrichthyens, mais deux plaques gnathales jointives à la mâchoire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/placodermes/#i_7571

POLICE SCIENTIFIQUE

  • Écrit par 
  • Robert GAURENNE, 
  • Bertrand LUDES, 
  • Hélène PFITZINGER
  • , Universalis
  •  • 10 062 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Schémas dentaires »  : […] aux personnes déclarées disparues ? La carbonisation, capable de détruire tout élément morphologique identifiable, épargne souvent les dents. Outre leur insensibilité à l'action microbienne, elles résistent aux chocs et aux températures élevées ; les couronnes, simplement fissurées vers 230 0C, n'éclatent qu'aux alentours de 400 0C […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/police-scientifique/#i_7571

PRIMATES

  • Écrit par 
  • Bertrand L. DEPUTTE
  •  • 23 055 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Dentition »  : […] L'éruption des dents peut commencer dès avant la naissance (Hill, 1966), mais ne s'achève qu'au cours des premiers mois, vers trois mois chez les cercopithèques (Cercopithecus aethiops), vers quatre mois et demi chez les macaques, entre trois mois et demi et six mois chez le saimiri (Cébidé), entre six mois […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/primates/#i_7571

PRIMATES FOSSILES

  • Écrit par 
  • Denis GERAADS
  •  • 6 330 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Hominidae »  : […] que celle du Miocène supérieur du Pakistan était déjà de même taille que le Gorille. Sa dentition est très particulière. Les dents jugales (prémolaires et molaires) sont grandes et robustes, mais les incisives et canines, très petites, sont comprimées les unes contre les autres. La première prémolaire inférieure a perdu sa fonction sectoriale, et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/primates-fossiles/#i_7571

PROBOSCIDIENS

  • Écrit par 
  • Robert MANARANCHE, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ, 
  • Pascal TASSY
  •  • 2 960 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Anatomie »  : […] La dentition répond à la formule générale (par demi-mâchoire) : I 1/0, C 0/0, DM 3/3, M 3/3. Elle possède deux caractères spécifiques : la croissance continue des deux incisives (I) supérieures, qui constituent les défenses, et le mode de remplacement des dents jugales. Les défenses, dépourvues d'émail chez l'adulte, sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proboscidiens/#i_7571

REPTILES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT
  •  • 3 968 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Cavité buccale »  : […] que si l'animal possède un appareil inoculateur ; celui-ci est formé d'une paire de dents très développées (les crochets) par laquelle s'écoule le venin dans la morsure. Chez les Serpents Opisthoglyphes, telle la Couleuvre de Montpellier du midi de la France, les crochets sont très postérieurs : l'animal ne peut injecter son venin que s'il a déjà […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reptiles/#i_7571

RONGEURS ET LAGOMORPHES

  • Écrit par 
  • Robert MANARANCHE, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 2 884 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Caractères généraux »  : […] La denture chez les Lagomorphes et les Rongeurs possède trois caractères communs très nets […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rongeurs-et-lagomorphes/#i_7571

RUMINANTS

  • Écrit par 
  • Robert MANARANCHE
  •  • 2 939 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Caractères généraux »  : […] La denture ne comporte jamais d'incisives supérieures, sauf chez les Camelidae ; les canines sont le plus souvent incisiformes mais peuvent, chez certains Cervidae notamment, être développées en défenses ; les dents machelières sont de type sélénodonte et ont une croissance continue ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ruminants/#i_7571

STÉGOCÉPHALES

  • Écrit par 
  • Jean-Sébastien STEYER
  •  • 1 668 mots
  •  • 4 médias

La plupart des stégocéphales (lépospondyles exceptés, voir plus loin) présentent également des dents particulières dont la structure interne, composée de lamelles de dentine très plissées, est dite de type « labyrinthodonte » (en référence à la complexité des parois d'un labyrinthe ; cf. fig. 1a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stegocephales/#i_7571

Voir aussi

AGNATHES    ANATOMIE ANIMALE    ANATOMIE COMPARÉE    RÈGNE ANIMAL    ANODONTIE    CÉMENT    DENTINE    ÉMAIL DENTAIRE

Pour citer l’article

Armand de RICQLÈS, « DENTS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dents/