Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ANTIBIOTIQUES

De la découverte d’un antibiotique à sa mise sur le marché

C’est à l’issue d’un processus long (environ quinze ans) et réglementé qu’une molécule peut aboutir à un antibiotique mis sur le marché. De nombreuses molécules, pour ne pas dire la plupart, au départ prometteuses, ne parviennent pas au bout de ce parcours pour cause d’inefficacité ou de mauvaise tolérance.

Les premiers antibiotiques ont été découverts à la suite d’observations d’antibioses, comme dans le cas de la pénicilline. Ces découvertes se font rares et, désormais, tout part en recherche fondamentale par la définition d’une cible bactérienne sur laquelle un antibiotique « à venir » va agir. Le plus souvent, tout commence d’une chimiothèque, une base de données qui regroupe une collection de composés chimiques naturels et de synthèse. Un criblage haut débit sur ces milliers voire millions de molécules est réalisé en testant leur capacité à se fixer sur la cible et à agir (action inhibitrice ou activatrice). Ce criblage peut être expérimental ou virtuel. L’avantage du criblage virtuel est de permettre un premier tri afin de rapidement réduire le nombre de molécules à tester expérimentalement en éliminant les composés supposés inactifs. Le traitement et l’analyse de ces millions de données nécessitent l’intervention de la chémoinformatique (ou chimio-informatique). Interface entre la chimie et l’informatique, celle-ci aide à la création de la chimiothèque, à sa gestion, à la prédiction des propriétés physiques, chimiques ou biologiques des molécules qui y sont contenues, grâce à des algorithmes de calculs. Ces différentes prédictions et modélisations permettent une réduction des délais mais aussi des coûts de conception d’un médicament comme un antibiotique.

Il existe une autre approche alternative au criblage, la méthode dite des fragments (Fragment-Based Drug Design, FBDD). Le principe est de partir de fragments moléculaires d’intérêt dont les effets ou les cibles biologiques sont connus, puis de les reformuler chimiquement, de les associer entre eux, pour aboutir à une nouvelle molécule d’intérêt thérapeutique. Ce concept a déjà fait ses preuves dans le développement de molécules anticancéreuses ou anti-Alzheimer et ne devrait pas tarder à faire émerger de potentiels candidats antibiotiques. À la phase d’optimisation, les chimistes médicinaux vont modifier les caractéristiques physico-chimiques de ces molécules afin d’améliorer les propriétés d’absorption et de distribution dans l’organisme, le métabolisme, l’excrétion et de réduire la toxicité. L’activité antibactérienne de ces molécules est évaluée lors d’une phase préclinique, sur des cultures bactériennes, et dans des modèles animaux pour étudier le mécanisme d’action de la molécule, sa vitesse de diffusion dans l’organisme, sa distribution dans les tissus, la dose active qui sera ensuite adaptée à l’homme, son élimination de l’organisme et enfin sa toxicité.

L’évaluation clinique chez l’hommese divise en trois phases : sûreté (phase I), tolérance optimale (phase II), efficacité (phase III).

La phase I est effectuée sur un petit effectif d’environ 20 volontaires sains, pour déterminer la dose maximale tolérée (tolérance et toxicité) et évaluer la diffusion dans l’organisme (étude de biodisponibilité et de pharmacocinétique clinique).

La phase II définit, chez des volontaires malades, la dose minimale efficace et les effets indésirables.

Enfin, la phase III mesure l’efficacité de la molécule sur une cohorte de plusieurs milliers de volontaires en comparaison avec un placebo ou un médicament de référence d’effet indépendant.

À cela s’ajoute une quatrième phase qui intervient après l’autorisation de mise sur le marché (AMM) délivrée par une agence du médicament (ANSM pour Agence nationale de sécurité du[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : pharmacienne-biologiste spécialisée, laboratoire de bactériologie virologie hygiène, CHU de Limoges
  • : assistant hospitalo-universitaire, laboratoire de bactériologie virologie hygiène, CHU de Limoges
  • : professeure des Universités, praticienne hospitalière, laboratoire de bactériologie virologie hygiène, CHU de Limoges

Classification

Pour citer cet article

Aurélie CHABAUD, Sylvain MEYER et Marie-Cécile PLOY. ANTIBIOTIQUES [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Enveloppe des bactéries à Gram positif ou négatif - crédits : Encyclopædia Universalis France

Enveloppe des bactéries à Gram positif ou négatif

Relation structure-fonction dans la famille des bêtalactamines - crédits : Encyclopædia Universalis France

Relation structure-fonction dans la famille des bêtalactamines

Sites d’action des principaux antibiotiques - crédits : Encyclopædia Universalis France

Sites d’action des principaux antibiotiques

Autres références

  • ANTIBIORÉSISTANCE

    • Écrit par Aurélie CHABAUD, Sylvain MEYER, Marie-Cécile PLOY
    • 5 907 mots
    • 4 médias

    Les antibiotiques sont des molécules naturellement produites par des bactéries ou des champignons, et qui contribuent à l’équilibre entre populations de micro-organismes au sein d’une niche écologique. L’utilisation d’antibiotiques pour prévenir ou traiter une infection, pour accélérer la croissance...

  • ACNÉ

    • Écrit par Corinne TUTIN
    • 3 313 mots
    • 4 médias
    L’arsenal thérapeutique contre l’acné s’enrichit. Un progrès est représenté par de nouveaux antibiotiques. Parmi ceux-ci, la sarécycline a été autorisée en octobre 2018 par la Food and Drug Administration américaine ; elle atténue les lésions d’acné en raison de ses effets anti-inflammatoires...
  • ACTINOMYCÈTES

    • Écrit par Hubert A. LECHEVALIER
    • 3 450 mots
    • 4 médias
    Les Actinomycètes sont les plus prolifiques de tous les micro-organismes en tant que producteurs d'antibiotiques. On estime que les deux tiers des quelque six mille antibiotiques isolés jusqu'ici sont produits par les Actinomycètes, et c'est Selman A. Waksman qui, le premier, a démontré la richesse...
  • ALIMENTATION (Aliments) - Risques alimentaires

    • Écrit par Jean-Pierre RUASSE
    • 4 757 mots
    • 1 média
    En matière de zootechnie, un des problèmes majeurs est posé par l'utilisation sans contrôle des antibiotiques dans un double but : thérapeutique anti-infectieuse d'une part, accélération de la croissance d'autre part. Mais cette utilisation entraîne trois ordres de conséquences néfastes : augmentation...
  • ANTIBIOTHÉRAPIE

    • Écrit par Paul MAZLIAK
    • 238 mots

    Pathologiste à l'hôpital St. Mary de Londres, Alexander Fleming (1881-1955) étudiait les bactéries responsables, pensait-on, de l'épidémie de grippe espagnole qui fit vingt millions de morts en 1918. Cultivant ces bactéries pathogènes en boîtes de Pétri (plates, contenant des milieux...

  • Afficher les 39 références

Voir aussi