Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ANTIBIOTIQUES

Du bon usage des antibiotiques

Chaque antibiotique possède un spectre d’activité qui regroupe les bactéries qui lui sont naturellement sensibles, et donc dépourvues de mécanismes de résistance vis-à-vis de cette molécule.

La sensibilité d’une bactérie vis-à-vis d’un antibiotique est définie par :

– la concentration minimale d’antibiotique (exprimée en microgrammes/millilitre), entraînant une inhibition visible de la croissance bactérienne (concentration minimale inhibitrice ou CMI) ;

– les seuils de concentration au-delà desquels les bactéries sont résistantes (concentrations critiques), définies par le comité de l’antibiogramme de la Société française de microbiologie (CA-SFM) et l’European Commitee on Antimicrobial Susceptibility Testing (EUCAST). Les concentrations critiques sont définies selon des critères épidémiologiques, cliniques et pharmacologiques.

Antibiogrammes

Détermination de l’activité de substances antibiotiques - crédits : Aurélie Chabaud, Université de Limoges

Détermination de l’activité de substances antibiotiques

La réalisation d’antibiogrammes est la clé pour définir une antibiothérapie adaptée à une situation infectieuse. L’activité d’un antibiotique sur des bactéries est testée en laboratoire, soit par diffusion de la molécule en milieu semi-solide gélosé (dans des boîtes de Pétri généralement), soit par dilution en milieu liquide, deux modes classiques de culture des bactéries. On réalise dans un premier temps une suspension saline avec des colonies bactériennes isolées sur gélose : chaque colonie est composée de clones issus de la multiplication d’une unique bactérie. Cette suspension est soit incubée en milieu de culture liquide dans un automate pour lecture automatique de la croissance bactérienne en présence ou absence de l’antibiotique (ce qui permet de définir la CMI), soit étalée sur un milieu gélosé adapté à l’espèce bactérienne étudiée. Dans le cas de la diffusion sur gélose, des disques d’antibiotique calibrés (contenant une quantité définie d’antibiotique) sont déposés juste après l’ensemencement par la suspension de bactéries ; les préparations sont ensuite incubées dans des conditions qui suivent les recommandations nationales (CA-SFM) pour chaque espèce ou famille bactérienne. En absence d’antibiotiques, les bactéries forment un voile uniforme sur la gélose. Les antibiotiques contenus dans les disques peuvent empêcher cette croissance, ce qui se traduit par des zones circulaires d’inhibition de croissance. Les diamètres d’inhibition sont ensuite mesurés et interprétés selon le référentiel établi par le CA-SFM. Cette procédure est la base de l’établissement d’un antibiogramme, en d’autres termes le répertoire de sensibilité et résistance de la bactérie à une batterie d’antibiotiques.

Antibiotique : détermination de la concentration minimale inhibitrice - crédits : Aurélie Chabaud, Université de Limoges

Antibiotique : détermination de la concentration minimale inhibitrice

On peut utiliser également des bandelettes contenant un gradient prédéfini continu de concentrations d’antibiotiques qui permettent de mesurer la CMI (μg/mL).

Les résultats permettent de classer les bactéries en trois catégories cliniques distinctes : sensible, sensible à forte posologie et résistante, ce qui oriente le choix thérapeutique des cliniciens.

Choix de l’antibiotique adapté

La résistance aux antibiotiques constitue une menace mondiale, accentuée par le mésusage de ces médicaments. Une utilisation raisonnée et raisonnable des antibiotiques est nécessaire pour limiter son apparition et sa diffusion. Pour cela, la prescription d’antibiotiques s’appuiera sur la règle de « médecine 5P » (personnalisée, préventive, prédictive, participative, selon les preuves).

En début de traitement, l’infection peut ne pas être bien documentée : l’antibiothérapie probabiliste utilise alors en première intention des molécules souvent à large spectre et tenant compte des données épidémiologiques locales. Dès que les résultats de l’antibiogramme sont disponibles, le traitement est adapté : les molécules utilisées auront alors un spectre plus étroit afin de minimiser l’impact sur la flore bactérienne du[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : pharmacienne-biologiste spécialisée, laboratoire de bactériologie virologie hygiène, CHU de Limoges
  • : assistant hospitalo-universitaire, laboratoire de bactériologie virologie hygiène, CHU de Limoges
  • : professeure des Universités, praticienne hospitalière, laboratoire de bactériologie virologie hygiène, CHU de Limoges

Classification

Pour citer cet article

Aurélie CHABAUD, Sylvain MEYER et Marie-Cécile PLOY. ANTIBIOTIQUES [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Enveloppe des bactéries à Gram positif ou négatif - crédits : Encyclopædia Universalis France

Enveloppe des bactéries à Gram positif ou négatif

Relation structure-fonction dans la famille des bêtalactamines - crédits : Encyclopædia Universalis France

Relation structure-fonction dans la famille des bêtalactamines

Sites d’action des principaux antibiotiques - crédits : Encyclopædia Universalis France

Sites d’action des principaux antibiotiques

Autres références

  • ANTIBIORÉSISTANCE

    • Écrit par Aurélie CHABAUD, Sylvain MEYER, Marie-Cécile PLOY
    • 5 907 mots
    • 4 médias

    Les antibiotiques sont des molécules naturellement produites par des bactéries ou des champignons, et qui contribuent à l’équilibre entre populations de micro-organismes au sein d’une niche écologique. L’utilisation d’antibiotiques pour prévenir ou traiter une infection, pour accélérer la croissance...

  • ACNÉ

    • Écrit par Corinne TUTIN
    • 3 313 mots
    • 4 médias
    L’arsenal thérapeutique contre l’acné s’enrichit. Un progrès est représenté par de nouveaux antibiotiques. Parmi ceux-ci, la sarécycline a été autorisée en octobre 2018 par la Food and Drug Administration américaine ; elle atténue les lésions d’acné en raison de ses effets anti-inflammatoires...
  • ACTINOMYCÈTES

    • Écrit par Hubert A. LECHEVALIER
    • 3 450 mots
    • 4 médias
    Les Actinomycètes sont les plus prolifiques de tous les micro-organismes en tant que producteurs d'antibiotiques. On estime que les deux tiers des quelque six mille antibiotiques isolés jusqu'ici sont produits par les Actinomycètes, et c'est Selman A. Waksman qui, le premier, a démontré la richesse...
  • ALIMENTATION (Aliments) - Risques alimentaires

    • Écrit par Jean-Pierre RUASSE
    • 4 757 mots
    • 1 média
    En matière de zootechnie, un des problèmes majeurs est posé par l'utilisation sans contrôle des antibiotiques dans un double but : thérapeutique anti-infectieuse d'une part, accélération de la croissance d'autre part. Mais cette utilisation entraîne trois ordres de conséquences néfastes : augmentation...
  • ANTIBIOTHÉRAPIE

    • Écrit par Paul MAZLIAK
    • 238 mots

    Pathologiste à l'hôpital St. Mary de Londres, Alexander Fleming (1881-1955) étudiait les bactéries responsables, pensait-on, de l'épidémie de grippe espagnole qui fit vingt millions de morts en 1918. Cultivant ces bactéries pathogènes en boîtes de Pétri (plates, contenant des milieux...

  • Afficher les 39 références

Voir aussi