CHARITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme français « charité », dans son usage courant, ne recouvre pas toutes les significations du concept. Il provient du latin caritas, qui désigne un amour d'affection, de tendresse, de bienveillance dans les relations sociales, et il s'oppose à amor, l'amour passion. La charité, fondée sur l'amour de Dieu, est ouverture à l'autre jusqu'à l'oubli de soi.

Dans l'Antiquité classique, les stoïciens ont affirmé l'égalité des hommes, tous citoyens du monde, en tant qu'ils partagent la même raison. Ils ont fortement insisté sur la valeur sociale d'une caritas qui, en réalité, est une philanthropie : « un amour des hommes au nom de leur parenté avec nous » (Marc Aurèle, Les Pensées, II, 13). Notre devoir envers autrui est fonction des rapports qui nous unissent aux autres. Mais le sage stoïcien ne peut pas, en face de la douleur d'autrui, demeurer impassible, telle une statue : il doit observer ce qu'exigent des relations raisonnables entre les hommes. Épictète dit qu'il faut compatir, au moins en paroles, à la douleur d'autrui, voire, le cas échéant, gémir avec lui, mais pas en soi-même. Il faut se garder de toute émotion, car la compassion, précise Cicéron, peut être une source de désordre si elle n'est pas régulée par la raison qui purifie toute passion. La charité stoïcienne est donc une charité passive. Si, comme le dit Marc Aurèle, « le propre de l'homme est d'aimer même ceux qui nous offensent » (Les Pensées, VII, 22), le fondement de cet amour n'est pas un Dieu mais la raison universelle.

C'est ce même aspect social qui apparaît dans la vertu d'humanité, le rên, prônée par Confucius, dont le graphisme associe l'élément homme au nombre deux pour désigner une communauté de nature. Mais cette sympathie ne se réalise que selon le modèle de la hiérarchie sociale : on aime les autres comme des pères ou des fils, et non pas comme des frères.

La prédication du Bouddha sur [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-Sorbonne, directeur de l'Institut de recherches pour l'étude des religions

Classification


Autres références

«  CHARITÉ  » est également traité dans :

AGAPÈ

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 1 102 mots

Le mot grec agapè signifie affection, amour, tendresse, dévouement. Son équivalent latin est caritas , que nous traduisons par « charité » (dans les textes stoïciens comme dans les textes chrétiens). Généralement, la langue profane emploie agapè pour désigner un amour de parenté ou d'amitié, distinct de l'amour-passion, distinct du désir amoureux : celu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agape/#i_32016

ALEXANDRE DE HALÈS (1185 env.-1245)

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 943 mots

Originaire de Hayles (Halès en français), dans le comté de Gloucester, Alexandre de Halès, premier franciscain à enseigner à l'Université de Paris, y fut d'abord un des principaux maîtres séculiers. Il était bachelier sententiaire entre 1120 et 1126. Outre ses Questiones disputate antequam esset frater , on connaît sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-de-hales/#i_32016

CASUISTIQUE

  • Écrit par 
  • Louis-Gustave VEREECKE
  •  • 1 838 mots

Dans le chapitre « École de médiocrité ? »  : […] La casuistique ne peut atteindre l'action immédiate dans sa singularité ; ne pouvant prescrire que des solutions toutes faites, elle doit se borner à établir un état de la question, le plus complet possible, tant pour les principes généraux que pour l'analyse des circonstances de l'action. La décision morale appartient de plein droit à celui qui pose l'acte. La casuistique n'est donc autonome qu'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/casuistique/#i_32016

CHARITÉ, iconographie

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 086 mots
  •  • 1 média

La Charité est une des trois vertus dites théologales. Dans sa première Épître aux Corinthiens (chap. xiii , verset 13), saint Paul a posé les bases de la conception de cette vertu sans laquelle ni le plus sublime des savoirs ni les meilleures actions ne sont rien : « Bref, la foi, l'espérance et la charité demeurent toutes les trois, mais la plus grande, c'est la charité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charite-iconographie/#i_32016

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 20 051 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Religion grecque et christianisme »  : […] Il est permis de se demander comment cette religion populaire s'ouvrait à la prédication chrétienne, si elle y préparait d'une certaine manière ou au contraire empêchait de l'entendre, et de marquer, s'il se peut, quelques ressemblances et différences. Tout d'abord, l'Ancien n'est pas irréligieux. C'est la grande différence d'avec le monde moderne, où, tout au moins dans notre vieille Europe, la p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-la-religion-grecque/#i_32016

GRANDE GUERRE ET SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • Emmanuelle CRONIER
  •  • 3 535 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L’effort de guerre de toute une population »  : […] Guerre moderne et industrielle, la Première Guerre mondiale est aussi la première « guerre totale », nécessitant la mobilisation de l’ensemble des ressources des pays belligérants. Le départ des hommes pour le front pose ainsi la question de leur remplacement dans les secteurs essentiels pour l’effort de guerre. Dans les campagnes, toute la population rejoint les champs, alors que les récoltes d’é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grande-guerre-et-societe/#i_32016

JUSTICE SOCIALE

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 7 951 mots

Dans le chapitre « La mutation chrétienne de l'idée de justice »  : […] Les Pères latins ont hérité cette conception de la justice humaine comme essentiellement défectueuse ; mais ils lui ont fait subir une mutation radicale, dans le sens d'un recentrement sur Dieu, avec la conversion de la res publica en une communauté chrétienne. Chez Augustin, la justice est la pierre d'angle de la société civile ; et La Cité de Dieu (XIX […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/justice-sociale/#i_32016

MONACHISME

  • Écrit par 
  • André BAREAU, 
  • Guy BUGAULT, 
  • Jacques DUBOIS, 
  • Henry DUMÉRY, 
  • Louis GARDET, 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 12 548 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La communauté monastique et la religion bouddhique »  : […] Les fidèles regardent en effet la communauté des moines comme un « champ de mérites » éminemment fertile, les dons qu'on lui fait produisant automatiquement, par le jeu de la rétribution des actes, des mérites beaucoup plus importants que les mêmes dons faits à d'autres personnes. Or ces mérites fructifieront, dans cette vie ou dans une autre, sous forme de bonheur, santé, longévité, richesse, ren […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monachisme/#i_32016

PIERRE LOMBARD (1100 env.-1160)

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER, 
  • Jean RIBAILLIER
  •  • 2 510 mots

Dans le chapitre « Pierre Lombard et l'essence de la charité »  : […] Comparée à celle de son contemporain Abélard par exemple, l'œuvre de Pierre Lombard paraît peu originale. C'est le cas non seulement des commentaires qu'il nous a laissés sur les Psaumes et sur les épîtres de saint Paul ou de ses Sermons , d'ailleurs longtemps attribués à d'autres, mais aussi de ses Sentences elles-mêmes qui eurent pourtant une si grand […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-lombard/#i_32016

SAINTETÉ

  • Écrit par 
  • André BAREAU, 
  • Yves CONGAR, 
  • Louis GARDET, 
  • Françoise MALLISON
  • , Universalis
  •  • 7 167 mots

Dans le chapitre « Les vertus du saint »  : […] La sainteté bouddhique est acquise essentiellement par l'exercice de la moralité ( śīla ), de la concentration mentale ( samādhi ) et de la sagesse ( prajñā ). Comme les aptitudes à ces deux dernières vertus sont inégalement réparties selon les caractères des hommes, il s'ensuit que la Voie de la délivrance n'est pas une, mais formé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saintete/#i_32016

Pour citer l’article

Michel MESLIN, « CHARITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charite/