Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CHARITÉ

Le terme français « charité », dans son usage courant, ne recouvre pas toutes les significations du concept. Il provient du latin caritas, qui désigne un amour d'affection, de tendresse, de bienveillance dans les relations sociales, et il s'oppose à amor, l'amour passion. La charité, fondée sur l'amour de Dieu, est ouverture à l'autre jusqu'à l'oubli de soi.

Dans l'Antiquité classique, les stoïciens ont affirmé l'égalité des hommes, tous citoyens du monde, en tant qu'ils partagent la même raison. Ils ont fortement insisté sur la valeur sociale d'une caritas qui, en réalité, est une philanthropie : « un amour des hommes au nom de leur parenté avec nous » (Marc Aurèle, Les Pensées, II, 13). Notre devoir envers autrui est fonction des rapports qui nous unissent aux autres. Mais le sage stoïcien ne peut pas, en face de la douleur d'autrui, demeurer impassible, telle une statue : il doit observer ce qu'exigent des relations raisonnables entre les hommes. Épictète dit qu'il faut compatir, au moins en paroles, à la douleur d'autrui, voire, le cas échéant, gémir avec lui, mais pas en soi-même. Il faut se garder de toute émotion, car la compassion, précise Cicéron, peut être une source de désordre si elle n'est pas régulée par la raison qui purifie toute passion. La charité stoïcienne est donc une charité passive. Si, comme le dit Marc Aurèle, « le propre de l'homme est d'aimer même ceux qui nous offensent » (Les Pensées, VII, 22), le fondement de cet amour n'est pas un Dieu mais la raison universelle.

C'est ce même aspect social qui apparaît dans la vertu d'humanité, le rên, prônée par Confucius, dont le graphisme associe l'élément homme au nombre deux pour désigner une communauté de nature. Mais cette sympathie ne se réalise que selon le modèle de la hiérarchie sociale : on aime les autres comme des pères ou des fils, et non pas comme des frères.

La prédication du Bouddha sur « la bienveillance universelle » allait ouvrir cette charité sociale à la dimension d'une compassion active envers tous les êtres vivants. Cette compassion est une attitude fondamentale, un état d'esprit non égoïste tourné vers autrui et aspirant au bonheur de tous les êtres. Ce qui implique la perception de la souffrance des autres et le devoir de les aider. Dans la voie bouddhique, il existe un lien essentiel entre sagesse et compassion. Sans compassion, la sagesse risque de n'être qu'une vue intellectuelle, sèche et froide, qui ne peut pas conduire à la solidarité. Mais c'est le non-attachement aux réalités qui passent et ne sont qu'illusion qui garantit l'authenticité de la compassion, laquelle doit être purgée de toute passion égoïste. La sagesse bouddhique rejoint là celle des stoïciens.

Avec les religions monothéistes, la charité prend une autre dimension. Dans la Torah, l'exigence d'une fraternité humaine découle du précepte : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Lévitique, XIX, 18), étant précisé que le prochain est celui qui appartient au même peuple élu. Mais peu à peu une relation s'établit entre le commandement de l'amour de Yahvé (Deutéronome, VI, 5) et celui du prochain. Ce double commandement est repris par un juif pieux (Luc, X, 25) et par Jésus lui-même (Marc, XII, 29). Le rapport entre l'amour de Dieu et celui du prochain s'enracine dans toute la tradition biblique : la fraternité israélite n'est pas seulement une éthique définie par la règle d'or : « Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu'on te fît » (Tobit, IV, 15 ; Hillel, Shabbat, 31 ; Targum, Lévitique, XIX, 18) ; elle est également en relation étroite avec l'amour de Dieu. La piété envers Dieu et la philanthropie (amour des hommes) sont des sœurs jumelles,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite à l'université de Paris-Sorbonne, directeur de l'Institut de recherches pour l'étude des religions

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AGAPÈ

    • Écrit par Henry DUMÉRY
    • 1 102 mots

    Le mot grec agapè signifie affection, amour, tendresse, dévouement. Son équivalent latin est caritas, que nous traduisons par « charité » (dans les textes stoïciens comme dans les textes chrétiens). Généralement, la langue profane emploie agapè pour désigner un amour de parenté ou d'amitié,...

  • ALEXANDRE DE HALÈS (1185 env.-1245)

    • Écrit par Charles BALADIER
    • 938 mots

    Originaire de Hayles (Halès en français), dans le comté de Gloucester, Alexandre de Halès, premier franciscain à enseigner à l'Université de Paris, y fut d'abord un des principaux maîtres séculiers. Il était bachelier sententiaire entre 1220 et 1226. Outre ses Questiones...

  • CASUISTIQUE

    • Écrit par Louis-Gustave VEREECKE
    • 1 840 mots
    ...singularité et l'irréductibilité de chacune de nos actions, qu'aucune loi générale abstraite ne saurait régir. Le seul principe permanent de la morale est la charité, mais cette charité se réalise selon les modes les plus divers : il peut même arriver qu'elle nous demande de nous mettre en contradiction avec...
  • CHARITÉ, iconographie

    • Écrit par Martine VASSELIN
    • 1 083 mots
    • 1 média

    La Charité est une des trois vertus dites théologales. Dans sa première Épître aux Corinthiens (chap. xiii, verset 13), saint Paul a posé les bases de la conception de cette vertu sans laquelle ni le plus sublime des savoirs ni les meilleures actions ne sont rien : « Bref, la foi, l'espérance...

  • Afficher les 10 références

Voir aussi