AMOUR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Amour jouant du luth, R. Fiorentino

Amour jouant du luth, R. Fiorentino
Crédits : Rabatti - Domingie/ AKG

photographie

Putti, jardin du château de Versailles

Putti, jardin du château de Versailles
Crédits : Crobard/ Shutterstock

photographie

Putto, Église du Christ flagellé, Wies

Putto, Église du Christ flagellé, Wies
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Psyché ranimée par le baiser de l'Amour, A. Canova

Psyché ranimée par le baiser de l'Amour, A. Canova
Crédits : Leemage/ Universal Images Group/ Getty Images

photographie

Tous les médias


Du paradoxe de l'incarnation

« Sentir la vie »

Que son incarnation lui soit ou non refusée, le paradoxe de l'amour tient, avant tout, dans la résurrection de l'illusion dont il témoigne : celle d'un effacement de la distance et d'une fermeture possible du cercle. Mythe de l'Un parménidien : le Je et le Tu disparaîtraient à travers la fusion amoureuse. C'est au sein du sentiment et grâce à lui que la vie, non scindée par la réflexion, pourrait enfin se recueillir. « L'amour supprime la réflexion grâce à l'absence totale d'objet, écrit Hegel ; il enlève à l'opposé tout caractère d'être étranger ; et la vie se trouve elle-même exempte de toute carence. Dans l'amour, le séparé se maintient, mais non plus comme séparé : comme unité ; et le vivant sent le vivant. »

De là l'idée d'un caractère inéluctable de l'étreinte charnelle : « Tant que ce qui peut être séparé reste tel avant l'union complète, il embarrasse les amants. » Mais de là aussi l'indignation devant cette inéluctabilité : crainte de souiller la pureté de l'amour, terreur devant la confusion des genres, panique déclenchée par la double altérité de l'aimé et du corps à travers lequel il m'appréhende. L'acte d'amour paraît un crime qui doit être expié, si bien que les douces impressions de l'amour seraient préférables aux « âcres picotements du besoin ».

Sur la possession physique semble, en effet, planer une malédiction qui voue l'être humain à l'effrayante alternative d'un amour coupable ou d'une vertu stérilisante. Ici, un refus ; une épargne qui risque de faire passer à côté de la vie ; là, des vibrations mystérieuses et un abandon à la rage des corps qui fait surgir un doute quant à la nature du lien : cette indéniable attraction des chairs n'est-elle pas ce dans quoi l'amour s'abolit comme un sens écrasé sous l'excès de présence ? L'amour n'existerait-il que là où il n'est pas ?

L'amour objectivé par la réflexion serait la « divinité », ou encore ce que Hegel définit comme la vérité : « Quelque chose de libre que nous ne dominons pas e [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences en philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre
  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, conservateur des objets d'art des églises de la Ville de Paris

Classification


Autres références

«  AMOUR  » est également traité dans :

ACTE, philosophie

  • Écrit par 
  • Paul GILBERT
  •  • 1 282 mots

Dans le chapitre « L'acte d'être »  : […] La tradition philosophique dit cependant plus habituellement que l'énergie contamine l'entéléchie, que l'être suit l'agir. Nous avons vu comment cette articulation se présentait déjà d'une certaine manière chez Aristote, de qui Thomas l'a reçue ; elle a été retenue surtout par le néo-platonisme, qui constitue une autre de ses sources. Pour Plotin, l'être suit l'agir, car il est énergie, mouvemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acte-philosophie/#i_2001

AGAPÈ

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 1 102 mots

Le mot grec agapè signifie affection, amour, tendresse, dévouement. Son équivalent latin est caritas , que nous traduisons par « charité » (dans les textes stoïciens comme dans les textes chrétiens). Généralement, la langue profane emploie agapè pour désigner un amour de parenté ou d'amitié, distinct de l'amour-passion, distinct du désir amoureux : celu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agape/#i_2001

ALTRUISME

  • Écrit par 
  • Guy PETITDEMANGE
  •  • 3 312 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Figures de l'altérité »  : […] La problématique de l'autre n'est pas un produit de l'immédiate modernité même si celle-ci, par bien de ses traits, permet de mieux comprendre son irruption sur le devant de la scène. Hegel la met en figure de façon très adéquate. Même si, dans la Phénoménologie de l'esprit (1807), la négation se révèle être, au terme, la médiation du concept, la présence de l'esprit que tou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/altruisme/#i_2001

L'AMOUR FOU, André Breton - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 979 mots

Dans le chapitre « Scandale de l'amour »  : […] L'amour fut la grande affaire de Breton et des surréalistes : « Amour, seul amour qui soit, amour charnel, je t'adore, je n'ai jamais cessé d'adorer ton ombre vénéneuse, ton ombre mortelle. » Affaire personnelle, vécue et rapportée dans ce récit en partie autobiographique (il y est question de la rencontre de l'auteur avec sa deuxième femme, Jacqueline Lamba) ; affaire théorique aussi, ou pour mie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-amour-fou/#i_2001

ANDRÉ LE CHAPELAIN (XIIe-? XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 055 mots

Condamné, en 1277, par l'évêque de Paris, Étienne Tempier, le De amore d'André le Chapelain n'a pas fini d'alimenter les controverses sur le sens de l'ouvrage et l'identité de l'auteur. Le livre présente une facture antithétique, la première partie célébrant la femme, la courtoisie et la prééminence de l'amour, la seconde développant l'antiféminisme le plus extrême et vitupé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-le-chapelain/#i_2001

L'ART DE JOUIR, Julien Offray de La Mettrie - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 058 mots

Dans le chapitre « La vie amoureuse comme amour de la vie »  : […] L'amour fait toute la richesse. Tel est le propos que La Mettrie s'attache à prendre à la lettre, en lui ôtant un caractère abstrait propre à le ravaler au rang d'une banalité. Au vain affairement qui s'empare de la plupart des hommes, il oppose la vraie vie. L'art de jouir ne bannit pas la raison, il en rejette seulement la sèche pusillanimité, qui oppose doutes et atermoiements à la passion. L'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-art-de-jouir/#i_2001

ASAG

  • Écrit par 
  • Marie-Odile MÉTRAL-STIKER
  •  • 398 mots

Technique amoureuse de l'amour courtois, l'asag se définit par son écart avec l'union conjugale. L'apparition de l'orgasme vaginal dépendant de la durée de l'acte sexuel, c'est-à-dire du temps indispensable à la préparation du désir féminin, l'épouse, au Moyen Âge, comme à bien d'autres époques, est portée à envisager l'acte sexuel plutôt comme devoir conjugal et comme corvée nécessaire à la procr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asag/#i_2001

LE BANQUET, Platon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 994 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Éros philosophe »  : […] Sumpósion désigne non pas exactement le banquet mais un moment de son ordonnancement traditionnel (car il s'agissait d'une véritable institution à Athènes), celui qui est consacré aux joutes oratoires. Phèdre est le premier à parler : c'est lui qui introduit le sujet à débattre, le même que celui du dialogue qui porte son nom – à savoir l'amour, qu'il considère en mythologu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-banquet/#i_2001

BONHEUR

  • Écrit par 
  • André COMTE-SPONVILLE
  •  • 7 850 mots

Dans le chapitre « Félicité, béatitude et amour »  : […] Est-ce à dire qu'il n'est de bonheur que pour le sage ? Ce serait faire du bonheur – et d'ailleurs aussi de la sagesse – un absolu qui nous l'interdirait. En vérité, personne n'est sage tout entier, ni fou, et tout bonheur en cela est relatif : on est plus ou moins heureux, et c'est ce qu'on appelle être heureux. Qui voudrait l'être absolument ne le serait jamais, et c'est e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bonheur/#i_2001

CANTIQUE DES CANTIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SANDOZ
  •  • 1 828 mots

Dans le chapitre « Les origines »  : […] Il est certain que le Cantique trouve son milieu littéraire dans la poésie érotique du Proche-Orient ancien. Mais il faut remarquer qu'il est plus proche de celle de l'Égypte que de celle des sémites de Syro-Palestine ou de Mésopotamie en ce qu'il n'insiste pas sur l'aspect divin de l'amour. Les reliefs du Moyen Empire égyptien et ceux de l'époque d'Akhenaton illustrent bien des images du Cantique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cantique-des-cantiques/#i_2001

CHARITÉ

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN
  •  • 1 018 mots

Le terme français « charité », dans son usage courant, ne recouvre pas toutes les significations du concept. Il provient du latin caritas , qui désigne un amour d'affection, de tendresse, de bienveillance dans les relations sociales, et il s'oppose à amor , l'amour passion. La charité, fondée sur l'amour de Dieu, est ouverture à l'autre jusqu'à l'oubli […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charite/#i_2001

CONCUPISCENCE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 689 mots

Du latin concupiscere , désirer ardemment (même origine : cupere , désirer, convoiter, d'où est tiré le nom romain du dieu de l'Amour, Cupidon, identifié à l'Éros des Grecs). Dans la langue courante, concupiscence désigne le penchant à jouir des biens sensibles, voire l'attachement aux plaisirs sensuels. Dans la langue philosophique et théologique, l'amo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concupiscence/#i_2001

CRESCAS ḤASDAÏ BEN ABRAHAM (1340-1410)

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 520 mots

Haute figure de la pensée juive d'Espagne à la fin du Moyen Âge, Ḥasdaï Crescas fut à la fois lié à la cour du roi d'Aragon et établi dans les fonctions de grand rabbin de la communauté de Saragosse. À l'orée de ce siècle qui allait être celui de l'expulsion des juifs de la péninsule Ibérique, il composa une chronique des massacres dont furent victimes ses coreligionnaires (et parmi eux son propre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hasdai-ben-abraham-crescas/#i_2001

DIEU - L'affirmation de Dieu

  • Écrit par 
  • Claude GEFFRÉ
  •  • 7 959 mots

Dans le chapitre « Le Dieu-Père du Seigneur Jésus-Christ »  : […] Si l'on essaie de rendre compte de la compréhension nouvelle de Dieu que procure le Nouveau Testament, on dira que Dieu s'y révèle comme amour, comme Père et comme Esprit. L'Ancien Testament avait déjà pressenti que l'amour était la raison dernière du dessein salvifique de Dieu, du Dieu-Amour . En livrant son Fils bien-aimé à la mort pour le salut du monde, Dieu donne la preu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dieu-l-affirmation-de-dieu/#i_2001

LA DISPUTE, Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Anouchka VASAK
  •  • 1 050 mots

Dans le chapitre « « ...comme le premier âge du monde » »  : […] La « dispute », il faut d'abord l'entendre dans son sens commun, presque trivial, de conflit : la pièce s'ouvre en effet sur la querelle qui oppose le Prince à Hermiane. Qui, de l'homme ou de la femme, a « le premier donné l'exemple de l'inconstance et de l'infidélité en amour ? » La dispute est donc aussi une controverse philosophique, que le Prince propose de résoudre en assistant avec Hermiane […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-dispute/#i_2001

EMPÉDOCLE (env. 490-env. 430 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jean BOLLACK
  •  • 2 902 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La dialectique de l'Un et du multiple »  : […] Le poème de la nature ( Les Origines ) inscrivait le devenir du monde dans un cycle destiné à rattacher le temps des choses à la forme sphérique, intemporelle et paradigmatique de l'Être. Héritier de la dialectique de Parménide, opposant l'Être un au vivant multiple, Empédocle maintient l'antinomie, mais l'explication ne se réfère pas principalement à l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empedocle/#i_2001

ÉROS

  • Écrit par 
  • Marcel DETIENNE
  •  • 470 mots
  •  • 1 média

Divinité grecque qui porte le nom d'une fonction psychologique : Éros signifie le désir amoureux . Il tient une place importante dans la pensée religieuse, dans la vie sociale comme dans l'art et la littérature des Grecs. Dans les cosmogonies orphiques qui racontent l'émergence du monde, Éros est une puissance primordiale qui n'a ni père ni mère. Dans la cosmogonie d'inspiration orphique qu'Aristo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eros/#i_2001

FAMILLE - Évolution contemporaine

  • Écrit par 
  • Abel JEANNIÈRE, 
  • François de SINGLY
  •  • 9 788 mots

Dans le chapitre « Amour, relation conjugale et langage »  : […] L'immense éventail des structures de parenté que nous révèlent les recherches ethnologiques démontre que la sexualité ne vise pas d'emblée la rencontre interpersonnelle de l'homme et de la femme, mais le groupe et sa permanence. La prise de conscience de l'autre en tant qu'être humain trouvera sans doute un épanouissement dans l'amour réciproque de l'homme et de la femme, mais les relations inter […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/famille-evolution-contemporaine/#i_2001

FÉNELON FRANÇOIS DE SALIGNAC DE LA MOTHE- (1651-1715)

  • Écrit par 
  • Jeanne-Lydie GORÉ-CARACCIO
  •  • 3 168 mots

Dans le chapitre « Le mystique »  : […] En un siècle marqué par l'augustinisme, la pensée de l'archevêque de Cambrai s'est orientée vers l'approfondissement de la notion d'être et s'est efforcée, en une hantise pathétique d'anéantissement, de dépasser la limite du « moi », mettant ainsi en cause le concept même d'« individu ». Relativement peu centrée sur le mystère de l'incarnation, cette spiritualité, tout en maintenant le dualisme d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fenelon-la-mothe/#i_2001

HADEWIJCH (mil. XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 773 mots

Poétesse et mystique flamande de la première moitié du xiii e  siècle, Hadewijch est l'auteur de poèmes d'inspiration courtoise, de lettres et de visions où l'amour, traité en thème privilégié, tend à se substituer à Dieu, au terme d'une expérience extatique dont l'expression passionnelle est rendue avec une particulière sensualité. Les lacunes de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hadewijch/#i_2001

HERMAPHRODITE

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 1 152 mots

L'enjeu philosophique du symbolisme de l'hermaphrodite est tout entier présent dans un aphorisme de l'alchimiste Heinrich C. Khunrath : « De l'Un grossier et impur naît un Un extrêmement pur et subtil. » L'hermaphrodite symbolise le processus de métamorphose de la conscience qui sous-tend cette naissance de l'Un véritable. Mythologiquement, l'hermaphrodite est l'enfant d'Hermès et d'Aphrodite. Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermaphrodite/#i_2001

HOMOSEXUALITÉ

  • Écrit par 
  • Frédéric MARTEL
  •  • 9 204 mots

Les liens amoureux et sexuels entre personnes de même sexe peuvent être ritualisés, condamnés, marginalisés ou tolérés, mais leur présence dans toute société, jusque dans celles qui les nient avec le plus de force, confirme en fait l'universalité de ces « pratiques ». Tout comme leur sort social, leur désignation a profondément varié selon les époques, et le terme d'homosexualité, d'origine médica […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homosexualite/#i_2001

JALOUSIE

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 258 mots

Sémantiquement et psychologiquement, la jalousie est inséparable du désir. Bossuet prête au mot le sens de « passion sans partage » lorsqu'il écrit : « Combien de Romains furent jaloux de la liberté. » C'est le « zèle extrême » qu'atteste, à l'origine, le provençal gelos , fréquent dans la poésie des troubadours, entre les années 1135 et 1150. L'influence du coq ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jalousie/#i_2001

KĀMA

  • Écrit par 
  • Charles MALAMOUD
  •  • 4 146 mots
  •  • 2 médias

Le terme sanscrit kāma couvre à peu près le même champ sémantique que le grec erôs  : s'y combinent, pour former des configurations variables suivant les textes et les contextes, les notions de «  désir » et de «  plaisir ». Le kāma sanscrit est avant tout le désir du plaisir des sens, et plus particulièrement du plaisir sexuel. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kama/#i_2001

LIBRE-ESPRIT MOUVEMENT DU

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 3 154 mots

Dans le chapitre « Les doctrines »  : […] Le mouvement du Libre-Esprit n'échappe pas à l'histoire. Il apparaît dans les cités où la bourgeoisie naissante développe la conscience de l'individu ; il disparaît quand se forme une espérance de progrès social qui désacralise les millénarismes tout en leur conservant le caractère religieux d'une communauté chiliastique. Il n'a pas sa place dans le collectivisme nationaliste, ni dans le collectiv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mouvement-du-libre-esprit/#i_2001

LYRISME

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Jean-Michel MAULPOIX, 
  • Vincent MONTEIL, 
  • René SIEFFERT
  •  • 10 721 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le temps et l'espace du lyrisme »  : […] Le sujet lyrique ne s'exprime qu'en se liant à un lieu et à une temporalité particulière. Le vallon de Lamartine, le promontoire de Victor Hugo, la « maison du berger » de Vigny, les fenêtres de Baudelaire et de Mallarmé figurent cette posture subjective dans sa relation avec le monde extérieur, qu'il soit naturel ou urbain. Volontiers, rivages et lisières dessinent géographiquement les points de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyrisme/#i_2001

MARGUERITE PORÈTE (morte en 1310)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 677 mots

Brûlée le 1 er juin 1310 à Paris, Marguerite Porète a laissé avec Le Miroir des simples âmes l'un des rares témoignages de première main sur les opinions qui caractérisent le mouvement du Libre-Esprit. Son enseignement, perpétué par Bloemardinne de Bruxelles (morte en 1335) et peut-être inspiré par Hadewijch d'Anvers (milieu du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marguerite-porete/#i_2001

MARION JEAN-LUC (1946- )

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 1 063 mots

Sans conteste l'un des plus brillants philosophes de sa génération, Jean-Luc Marion, né à Meudon le 3 juillet 1946, a suivi un parcours universitaire sans faute : l'École normale supérieure, où il étudie avec Louis Althusser et Jacques Derrida, l'agrégation, le doctorat. Il enseigne ensuite à l’université de Poitiers en 1981, puis à l’université Paris X-Nanterre avant d'occuper la chaire de philos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-luc-marion/#i_2001

MARIVAUX PIERRE CARLET DE CHAMBLAIN DE (1688-1763)

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 4 529 mots

Dans le chapitre « Le théâtre »  : […] Dès la création de son Annibal , Marivaux avait deviné que la grande tragédie en vers ne serait pas son genre. À la demande du régent Philippe d’Orléans, Luigi Riccoboni avait réuni en 1716 une troupe pour reconstituer le Théâtre-Italien à Paris. Il comprit qu’à côté de la traditionnelle commedia all […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marivaux-pierre-carlet-de-chamblain-de/#i_2001

NARCISSISME

  • Écrit par 
  • Michèle MONTRELAY
  •  • 4 743 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Narcissisme et état amoureux »  : […] Notre rapport à la réalité (à autrui, aux choses quotidiennes, aussi bien qu'à ce que nous appelons « nous-même »), rapport dénommé par Freud relation d' objet , parce qu'il pose le monde comme une collection d'objets séparés, identiques à eux-mêmes, suppose donc un refoulement, une sorte d'oubli de nos liens archaïques avec le monde. La tentative de « p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/narcissisme/#i_2001

NÉDONCELLE MAURICE (1905-1976)

  • Écrit par 
  • Lucien JERPHAGNON
  •  • 822 mots

Universitaire et prêtre français, philosophe et historien de la pensée religieuse, Nédoncelle a ouvert une voie originale entre l'idéalisme universitaire français des années vingt et un personnalisme philosophiquement fondé. Il part, en 1926, d'une « Esquisse d'un volontarisme idéaliste » (publiée en 1970 dans les Explorations personnalistes ) où se manifeste, dans l'esprit d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-nedoncelle/#i_2001

LE NOUVEAU MONDE AMOUREUX, Charles Fourier - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 221 mots

Dans le chapitre « L'homme, un être de désir et d'imagination créatrice »  : […] Fourier n'a rien d'un révolté ni d'un révolutionnaire. Il n'appelle pas à réduire en cendres une société gangrenée par la corruption. Il s'appuie sur l'usage civilisé de la prédation à des fins économiques, qui condamne les hommes à l'appauvrissement matériel et mental, pour en dégager un système d'attraction, capable d'affranchir les passions du chaos où elles se combattent et se détruisent, pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-nouveau-monde-amoureux/#i_2001

OPPOSITION CONCEPT D'

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 18 813 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Kant »  : […] Kant a introduit, à l'état de thème philosophique explicite, le concept d'opposition polaire, de couples de contraires contrastés. Cette innovation apparaît tout d'abord dans le cadre de sa réflexion critique sur les principes de la physique newtonienne ( Histoire générale de la nature et théorie du ciel , 1755). Elle s'enrichit ultérieurement par extension à d'autres champs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concept-d-opposition/#i_2001

ORPHÉE, mythe moderne

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 815 mots
  •  • 1 média

La structure même du mythe d'Orphée ne prête guère à des modifications significatives mais ne peut guère non plus se démoder. Elle repose sur deux piliers intangibles : le pouvoir de la poésie-musique sur tout ce qui existe (animaux, hommes et dieux) et la lutte contre la mort d'un amour qui triomphe grâce à l'art mais qui demeure mortellement vulnérable aux dangers d'une agression extérieure et p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orphee-mythe-moderne/#i_2001

PASSION

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 6 821 mots

On note avec étonnement la quasi-disparition du terme passion dans le vocabulaire de la psychologie contemporaine, qui utilise bien plus volontiers les concepts de tendance, d'affect ou de pulsion. La notion ne figure même pas à l'index de manuels aussi classiques que ceux de Munn et de O. Fenichel ; et, s'il se rencontre encore parfois dans la psychiatrie classique d'école française ou chez les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/passion/#i_2001

PASTORALE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Daniela DALLA VALLE CARMAGNANI, 
  • Jacqueline DUCHEMIN, 
  • ETIEMBLE, 
  • Charlotte VAUDEVILLE
  •  • 6 897 mots

Dans le chapitre « Les jeux de l'amour »  : […] La thématique de la pastorale moderne, qui s'impose aux dépens de la thématique classique traditionnelle, est une thématique amoureuse ; à son apogée, entre la Renaissance et le baroque, la littérature pastorale est, avant tout, une littérature d'amour. La pièce du Tasse, l' Aminta , dont la première représentation eut lieu vraisemblablement en 1573, témoigne par excellence d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pastorale-genre-litteraire/#i_2001

PHÈDRE, Platon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 918 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La beauté, l'amour et l'art de parler »  : […] Comme Le Banquet , l'autre dialogue de Platon où Phèdre apparaît avec quelque importance (pour prononcer le premier éloge d'Éros), le Phèdre traite de l'amour – mais par le biais d'une critique du discours. Phèdre, en effet, rend visite à Socrate pour lui faire partager son admiration du rhéteur Lysias ; après l'avoir entraîné hors de la ville, il lui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phedre-platon/#i_2001

PLATON

  • Écrit par 
  • Monique DIXSAUT
  •  • 13 741 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Socrate et Platon »  : […] Selon Aristote, Platon aurait d'abord fréquenté Cratyle l'héraclitéen et en aurait conservé toute sa vie la conception d'une réalité sensible en perpétuel écoulement. Il aurait ensuite tenu de Socrate son intérêt pour les problèmes éthiques et les définitions. Jugeant impossible d'arriver à une connaissance ferme à partir de choses en devenir, il se serait, pour les dépasser, inspiré de la théori […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/platon/#i_2001

PLATONIQUE AMOUR

  • Écrit par 
  • Marie-Odile MÉTRAL-STIKER
  •  • 732 mots

L'expression renvoie non seulement à la continence, mais encore à la pudeur : plus précisément tout se passe comme si, avec l'amour platonique, la tendresse pouvait se passer d'une érotique. En effet, il suppose un dualisme qui autorise le développement d'une relation sentimentale aux dépens de tout geste charnel. Le plaisir du cœur y est conçu comme proportionnel à l'ascèse du corps. Une telle no […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amour-platonique/#i_2001

PLOTIN

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC
  •  • 4 962 mots

Dans le chapitre « La purification »  : […] La philosophie de Plotin peut se lire en deux sens : à partir du principe originaire et proprement indicible pour passer à la dualité du pensant et du pensé, puis à l'éparpillement psychique dans le temps et dans l'espace ; mais, à suivre ainsi l'ordre logique d'une «  procession » (qui n'est qu'en apparence histoire et genèse), on laisse échapper la méthode plotinienne comme purification et ascen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plotin/#i_2001

POLYEUCTE MARTYR, Pierre Corneille - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 341 mots

Dans le chapitre « Amour sacré, amour profane »  : […] Car Polyeucte n'est pas seulement une tragédie hagiographique. C'est aussi une tentative pour intégrer une réflexion esthétique à l'intérieur de la tragédie cornélienne, quitte à la rendre plus complexe, moins didactique, mais aussi plus « intéressante » pour les spectateurs et les lecteurs mondains. Corneille s'efforce ainsi de développer parallèlement la dynamique de l'as […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/polyeucte-martyr/#i_2001

PSYCHANALYSE & CONCEPT D'OPPOSITION

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 14 034 mots

Dans le chapitre « Les couples opposés de pulsions partielles »  : […] En fait, le terme de Gegensatzpaar est quasi exclusivement réservé par Freud à la description des couples de pulsions partielles ou perverses : le sadisme et le masochisme, le voyeurisme et l' exhibitionnisme. Une première analyse en est donnée dans les Trois Essais sur la théorie de la sexualité (1905), qui comporte d'ailleurs de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse-et-concept-d-opposition/#i_2001

PSYCHOLOGIE CLINIQUE DU COUPLE

  • Écrit par 
  • Nicolas FAVEZ
  •  • 1 692 mots

Dans le chapitre « Les dimensions psychologiques dans la relation de couple »  : […] Il y a tout d’abord deux dimensions relatives à la motivation à former un couple. Selon la théorie de l’attachement, tout individu a une motivation primaire à « rechercher une sécurité émotionnelle » dans une relation proche au sein de laquelle il puise affection et réconfort. Cette recherche est guidée par des modèles cognitifs dérivés de l’expérience relationnelle précoce avec les parents et ul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-clinique-du-couple/#i_2001

RÉPÉTITION, philosophie et psychanalyse

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 1 086 mots

« Si Dieu lui-même n'avait pas voulu la répétition, écrivait Kierkegaard, le monde n'aurait jamais existé. » Mais vouloir la répétition, n'est-ce pas aussi vouloir la mort ? La répétition est d'abord un vécu qu'il appartient à l'analyse phénoménologique de ressaisir dans les champs qui lui sont propres et, en particulier, sur les registres cosmique, sexuel et moral. Se découvre alors une catégorie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/repetition-philosophie-et-psychanalyse/#i_2001

ROMAN SENTIMENTAL

  • Écrit par 
  • Isabelle ANTONUTTI
  •  • 2 472 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une promesse de bonheur »  : […] En littérature, un genre renvoie à un ensemble de textes définis par des thèmes et des caractéristiques formelles communs. Des éléments, trames narratives ou protagonistes sont institués comme des marques de la série. Le schéma du roman sentimental est précisément cadré : il raconte une relation amoureuse depuis la naissance du sentiment jusqu'à l’aboutissement heureux, une fin positive qui le di […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-sentimental/#i_2001

ROUGEMONT DENIS DE (1906-1985)

  • Écrit par 
  • Vital RAMBAUD
  •  • 728 mots

Écrivain suisse d'expression française en qui Saint-John Perse voyait « une figuration scientifique de l' Homo europeanus  », Denis de Rougemont fut l'un des principaux animateurs du mouvement personnaliste et demeure l'un des partisans les plus ardents du fédéralisme européen. Seule, en effet, une Europe fédérée et respectant l'autonomie des régions permettrait, selon lui, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/denis-de-rougemont/#i_2001

SCHOPENHAUER ARTHUR (1788-1860)

  • Écrit par 
  • Jean LEFRANC
  •  • 3 154 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une anthropologie pessimiste »  : […] Schopenhauer reproche avec virulence aux religions du Livre leur mépris de l' animalité, et la supériorité des religions de l'Inde sur ce point lui paraît manifeste. Mais il est vrai qu'avec le langage l'homme devient capable de se détacher de l'expérience immédiate, de penser le passé et l'avenir, de prendre conscience d'être mortel et de se poser la question du sens de son existence. Là est la s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-schopenhauer/#i_2001

SENTIMENT

  • Écrit par 
  • Olivier REBOUL
  •  • 3 550 mots

Dans le chapitre « Valeur et vérité du sentiment »  : […] Dans quelle mesure pouvons-nous nous fier à nos sentiments, discerner leur valeur positive ? À l'encontre des psychologues, qui font du sentiment le reflet passif d'ébranlements intellectuels ou corporels, « une image dans une glace », Pierre Janet a voulu donner une interprétation fonctionnelle du sentiment, qu'il définit comme une réaction utile, une conduite secondaire qui vient modifier la co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sentiment/#i_2001

SEXUALITÉ HISTOIRE DE LA

  • Écrit par 
  • Michel BOZON
  •  • 6 731 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'émergence de l'amour conjugal et de la sphère intime  »  : […] Tant que les rapports entre les sexes ont été perçus sous un angle strictement hiérarchique, l'idée d'une relation amoureuse relativement équilibrée entre hommes et femmes, voire d'un amour dans un cadre conjugal, est demeurée impensable. La première grande tentative de penser une relation amoureuse mutuelle entre homme et femme apparaît autour du xii e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-de-la-sexualite/#i_2001

SEXUALITÉ, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Claude CONTÉ, 
  • Moustapha SAFOUAN
  •  • 4 976 mots

Dans le chapitre « Des pulsions partielles au concept de castration »  : […] De fait, la théorie psychanalytique ne pouvait éviter d'interroger de plus près le rapport de difficile voisinage du sexuel et du psychique ; et c'est ce qu'aborde Freud avec la théorie des pulsions. Ce qu'il faut retenir de l'expérience sur ce point, c'est que la sexualité n'est représentée dans le psychisme, n'y a son accès et son efficacité que sous la forme de «  pulsions partielles », c'est-à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sexualite-psychanalyse/#i_2001

STENDHAL

  • Écrit par 
  • Michel CROUZET
  •  • 4 996 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le voyage, la passion, l'esthétique »  : […] Le voyage, la passion, l'esthétique dominent l'expérience et l'œuvre de Stendhal et constituent comme une ligne brisée, qui le conduit au roman, lequel tend à devenir son mode d'expression préféré. Ces trois notions sont à la fois vécues et écrites plus que pensées, tant il est vrai que, pour la phénoménologie spontanée du romantique, l'expression de l'art prolonge sans perte ni rupture la dimensi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stendhal/#i_2001

SUBLIMATION, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 5 962 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Économique du dépouillement »  : […] Comment ne pas reconnaître ici la description laïcisée de ce que Maître Eckhart dans ses Sermons désignait comme la vertu la plus haute, à savoir le « détachement », c'est-à-dire le refus de toute consolation, de toute récompense, de toute « prime » ? Mais ce détachement ne peut être que le fruit de la « grâce », et l'amour apparaît seul capable de tuer réellement la vie de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sublimation-psychanalyse/#i_2001

SURRÉALISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ, 
  • Pierre DUBRUNQUEZ
  •  • 11 402 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La beauté et l'amour »  : […] Les textes surréalistes concernant la beauté pourraient sembler contradictoires. Tantôt la beauté et l'art y semblent méprisés, tantôt ils sont donnés comme valeurs suprêmes. Mais cette contradiction n'est qu'apparente. Ce que le surréalisme condamne, c'est la beauté spectacle, séparée de la vie, la beauté qui ne nous transforme pas. Ce qu'il recherche, c'est la beauté bouleversante, et, comme le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrealisme-histoire/#i_2001

THÉRÈSE D'ÁVILA (1515-1582)

  • Écrit par 
  • Pierre SÉROUET
  •  • 2 240 mots

Dans le chapitre « Les œuvres et la doctrine spirituelle »  : […] La fondation de dix-sept monastères de carmélites et sa participation à l'extension de la branche masculine n'épuisent pas toute l'activité de cette femme étonnante. Thérèse d'Ávila a aussi laissé une œuvre écrite qui lui assure une place de choix non seulement dans la spiritualité, mais dans la littérature universelle. Elle n'avait préparé pour l'impression que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/therese-d-avila/#i_2001

TRISTAN ET ISEULT (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 1 101 mots

Dans le chapitre « Le mythe de l'amour impossible »  : […] Tristan et Iseult est d'abord un creuset qui mêle différentes traditions littéraires. Lorsque Tristan tue le géant Morholt ou lorsqu'il terrasse le dragon en Irlande, son personnage se situe dans la continuité des héros de chansons de geste, qui accomplissent des exploits relatés sur un mode épique. De même, les motifs de la forêt épaisse et mystérieuse ou du philtre magique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tristan-et-iseult/#i_2001

TRISTAN ET YSEUT

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 2 011 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un scénario complexe »  : […] Tristan est sans doute à l'origine un héros picte, Drystan ou Trystan. Mais les différents peuples celtiques ont contribué à mettre en forme une histoire d'abord fondée sur un scénario mythique très répandu : un héros est chargé par un roi qui le craint d'une mission impossible – tuer un monstre, par exemple. Sa récompense est le plus souvent la jeune fille qu'il a délivrée. Or, Tristan devient b […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tristan-et-yseut/#i_2001

WAGNER RICHARD

  • Écrit par 
  • Pierre FLINOIS
  •  • 4 193 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Dresde et les premiers opéras majeurs »  : […] La chance tourne enfin quand le Königlich Sächsisches Hoftheater de Dresde accepte Rienzi , qui, après sa création triomphale le 20 octobre 1842, devient une des attractions culturelles de la capitale de la Saxe. L’opéra narre sur plus de quatre heures trente minutes l’ascension et la chute de Cola di Rienzo dans la Rome du xiv e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-wagner/#i_2001

WILLEM CORNELISZ (mort en 1253 env.)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 318 mots

Vers 1240, à Anvers, Willem Cornelisz, un clerc proche des milieux défavorisés, propage avec succès une doctrine où les idées de Libre-Esprit se mêlent aux recommandations plus traditionnelles de la pauvreté volontaire. Willem (ou Guillaume) Cornelisz semble avoir tiré parti d'une opposition populaire aux évêques de Cambrai, dont dépendait Anvers, pour radicaliser une conception de la pauvreté vol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/willem-cornelisz/#i_2001

Voir aussi

Pour citer l’article

Baldine SAINT GIRONS, Georges BRUNEL, « AMOUR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/amour/