AMOUR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les représentations de l'amour dans l'art occidental

Les représentations de l'Amour sont innombrables dans l'art occidental depuis la Renaissance. Elles se présentent sous des formes variées. Cupidon, réputé être le fils de Vénus, est à la fois l'agent et l'incarnation du pouvoir que la déesse exerce sur les hommes. Cette figure n'est donc pas sans ambiguïté : c'est à la fois un être déterminé, avec son origine et son histoire, et la personnification d'une notion abstraite et intemporelle. Par certains côtés, l'Amour est un dieu, et par d'autres une allégorie.

Il est arrivé aux écrivains et aux artistes, suivant la tradition de l'Antiquité, de multiplier les figures de l'Amour : le petit dieu apparaît au milieu de nombreux frères, et l'Amour finit par se confondre dans la multitude anonyme des Amours. Ces gracieuses créatures n'ont pas tardé à envahir l'art chrétien : à côté des anges et des archanges, que la tradition du Moyen Âge représente comme de jeunes hommes ailés d'une beauté surnaturelle, apparaissent des angelots, leurs jeunes frères, représentés comme de petits enfants.

L'amour profane

Il n'y a pas de mot en français pour désigner ces légères créatures, et l'on se sert de l'italien putto. Au sens propre, le putto est un enfant de quatre ou cinq ans. Dans le langage des artistes, les putti sont ces petits êtres dont les formes rondes et les mines rieuses fournissent mille ressources à l'imagination. Les enfants représentés en tant que tels sont rares avant le xviiie siècle. C'est dans les assemblées d'Amours et d'angelots que l'on voit s'exprimer l'intérêt que les peintres et les sculpteurs ont porté à l'enfance. Lorsque, avec les Lumières, l'enfant prend sa place dans la société, le putto perd son importance comme motif artistique. La première moitié du xixe siècle a vu disparaître entièrement ce thème.

Putti, jardin du château de Versailles

Putti, jardin du château de Versailles

Photographie

Motifs décoratifs courants depuis la Renaissance italienne, les putti sont très présents au château de Versailles, comme ici au bord d'un bassin du jardin. 

Crédits : Crobard/ Shutterstock

Afficher

Putto, Église du Christ flagellé, Wies

Putto, Église du Christ flagellé, Wies

Photographie

Putto ornant la chaire de l'église du Christ flagellé, Wies (Haute-Bavière). Architecture: Dominikus Zimmermann; stucs et peintures: Johann-Baptist Zimmermann. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Les traités et les manuels de mythologie font toujours de l'Amour le fils de Vénus. Sur l'identité du père, il y a des hésitations. Le [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages



Médias de l’article

Amour jouant du luth, R. Fiorentino

Amour jouant du luth, R. Fiorentino
Crédits : Rabatti - Domingie/ AKG

photographie

Putti, jardin du château de Versailles

Putti, jardin du château de Versailles
Crédits : Crobard/ Shutterstock

photographie

Putto, Église du Christ flagellé, Wies

Putto, Église du Christ flagellé, Wies
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Psyché ranimée par le baiser de l'Amour, A. Canova

Psyché ranimée par le baiser de l'Amour, A. Canova
Crédits : Leemage/ Universal Images Group/ Getty Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article





Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, conservateur des objets d'art des églises de la Ville de Paris
  • : maître de conférences en philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  AMOUR  » est également traité dans :

ACTE, philosophie

  • Écrit par 
  • Paul GILBERT
  •  • 1 282 mots

Dans le chapitre « L'acte d'être »  : […] La tradition philosophique dit cependant plus habituellement que l'énergie contamine l'entéléchie, que l'être suit l'agir. Nous avons vu comment cette articulation se présentait déjà d'une certaine manière chez Aristote, de qui Thomas l'a reçue ; elle a été retenue surtout par le néo-platonisme, qui constitue une autre de ses sources. Pour Plotin, l'être suit l'agir, car il est énergie, mouvemen […] Lire la suite

AGAPÈ

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 1 102 mots

Le mot grec agapè signifie affection, amour, tendresse, dévouement. Son équivalent latin est caritas , que nous traduisons par « charité » (dans les textes stoïciens comme dans les textes chrétiens). Généralement, la langue profane emploie agapè pour désigner un amour de parenté ou d'amitié, distinct de l'amour-passion, distinct du désir amoureux : celui-ci, en grec, est appelé érôs , en latin a […] Lire la suite

ALTRUISME

  • Écrit par 
  • Guy PETITDEMANGE
  •  • 3 312 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Figures de l'altérité »  : […] La problématique de l'autre n'est pas un produit de l'immédiate modernité même si celle-ci, par bien de ses traits, permet de mieux comprendre son irruption sur le devant de la scène. Hegel la met en figure de façon très adéquate. Même si, dans la Phénoménologie de l'esprit (1807), la négation se révèle être, au terme, la médiation du concept, la présence de l'esprit que tout lie, « à la fois réh […] Lire la suite

L'AMOUR FOU, André Breton - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 979 mots

Dans le chapitre « Scandale de l'amour »  : […] L'amour fut la grande affaire de Breton et des surréalistes : « Amour, seul amour qui soit, amour charnel, je t'adore, je n'ai jamais cessé d'adorer ton ombre vénéneuse, ton ombre mortelle. » Affaire personnelle, vécue et rapportée dans ce récit en partie autobiographique (il y est question de la rencontre de l'auteur avec sa deuxième femme, Jacqueline Lamba) ; affaire théorique aussi, ou pour mie […] Lire la suite

ANDRÉ LE CHAPELAIN (XIIe-? XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 055 mots

Condamné, en 1277, par l'évêque de Paris, Étienne Tempier, le De amore d'André le Chapelain n'a pas fini d'alimenter les controverses sur le sens de l'ouvrage et l'identité de l'auteur. Le livre présente une facture antithétique, la première partie célébrant la femme, la courtoisie et la prééminence de l'amour, la seconde développant l'antiféminisme le plus extrême et vitupérant l'amour, qui n'es […] Lire la suite

L'ART DE JOUIR, Julien Offray de La Mettrie - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 058 mots

Dans le chapitre « La vie amoureuse comme amour de la vie »  : […] L'amour fait toute la richesse. Tel est le propos que La Mettrie s'attache à prendre à la lettre, en lui ôtant un caractère abstrait propre à le ravaler au rang d'une banalité. Au vain affairement qui s'empare de la plupart des hommes, il oppose la vraie vie. L'art de jouir ne bannit pas la raison, il en rejette seulement la sèche pusillanimité, qui oppose doutes et atermoiements à la passion. L'a […] Lire la suite

ASAG

  • Écrit par 
  • Marie-Odile MÉTRAL-STIKER
  •  • 398 mots

Technique amoureuse de l'amour courtois, l'asag se définit par son écart avec l'union conjugale. L'apparition de l'orgasme vaginal dépendant de la durée de l'acte sexuel, c'est-à-dire du temps indispensable à la préparation du désir féminin, l'épouse, au Moyen Âge, comme à bien d'autres époques, est portée à envisager l'acte sexuel plutôt comme devoir conjugal et comme corvée nécessaire à la procr […] Lire la suite

LE BANQUET, Platon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 994 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Éros philosophe »  : […] Sumpósion désigne non pas exactement le banquet mais un moment de son ordonnancement traditionnel (car il s'agissait d'une véritable institution à Athènes), celui qui est consacré aux joutes oratoires. Phèdre est le premier à parler : c'est lui qui introduit le sujet à débattre, le même que celui du dialogue qui porte son nom – à savoir l'amour, qu'il considère en mythologue. Suivant la même pen […] Lire la suite

BONHEUR

  • Écrit par 
  • André COMTE-SPONVILLE
  •  • 7 850 mots

Dans le chapitre « Félicité, béatitude et amour »  : […] Est-ce à dire qu'il n'est de bonheur que pour le sage ? Ce serait faire du bonheur – et d'ailleurs aussi de la sagesse – un absolu qui nous l'interdirait. En vérité, personne n'est sage tout entier, ni fou, et tout bonheur en cela est relatif : on est plus ou moins heureux, et c'est ce qu'on appelle être heureux. Qui voudrait l'être absolument ne le serait jamais, et c'est en quoi le bonheur se d […] Lire la suite

CANTIQUE DES CANTIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SANDOZ
  •  • 1 828 mots

Dans le chapitre « Les origines »  : […] Il est certain que le Cantique trouve son milieu littéraire dans la poésie érotique du Proche-Orient ancien. Mais il faut remarquer qu'il est plus proche de celle de l'Égypte que de celle des sémites de Syro-Palestine ou de Mésopotamie en ce qu'il n'insiste pas sur l'aspect divin de l'amour. Les reliefs du Moyen Empire égyptien et ceux de l'époque d'Akhenaton illustrent bien des images du Cantique […] Lire la suite

CHARITÉ

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN
  •  • 1 018 mots

Le terme français « charité », dans son usage courant, ne recouvre pas toutes les significations du concept. Il provient du latin caritas , qui désigne un amour d'affection, de tendresse, de bienveillance dans les relations sociales, et il s'oppose à amor , l'amour passion. La charité, fondée sur l'amour de Dieu, est ouverture à l'autre jusqu'à l'oubli de soi. Dans l'Antiquité classique, les sto […] Lire la suite

CONCUPISCENCE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 689 mots

Du latin concupiscere , désirer ardemment (même origine : cupere , désirer, convoiter, d'où est tiré le nom romain du dieu de l'Amour, Cupidon, identifié à l'Éros des Grecs). Dans la langue courante, concupiscence désigne le penchant à jouir des biens sensibles, voire l'attachement aux plaisirs sensuels. Dans la langue philosophique et théologique, l'amour de concupiscence se distingue de l'amour […] Lire la suite

CRESCAS ḤASDAÏ BEN ABRAHAM (1340-1410)

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 520 mots

Haute figure de la pensée juive d'Espagne à la fin du Moyen Âge, Ḥasdaï Crescas fut à la fois lié à la cour du roi d'Aragon et établi dans les fonctions de grand rabbin de la communauté de Saragosse. À l'orée de ce siècle qui allait être celui de l'expulsion des juifs de la péninsule Ibérique, il composa une chronique des massacres dont furent victimes ses coreligionnaires (et parmi eux son propre […] Lire la suite

DIEU - L'affirmation de Dieu

  • Écrit par 
  • Claude GEFFRÉ
  •  • 7 959 mots

Dans le chapitre « Le Dieu-Père du Seigneur Jésus-Christ »  : […] Si l'on essaie de rendre compte de la compréhension nouvelle de Dieu que procure le Nouveau Testament, on dira que Dieu s'y révèle comme amour, comme Père et comme Esprit. L'Ancien Testament avait déjà pressenti que l'amour était la raison dernière du dessein salvifique de Dieu, du Dieu-Amour . En livrant son Fils bien-aimé à la mort pour le salut du monde, Dieu donne la preuve décisive de son amo […] Lire la suite

LA DISPUTE, Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Anouchka VASAK
  •  • 1 050 mots

Dans le chapitre « « ...comme le premier âge du monde » »  : […] La « dispute », il faut d'abord l'entendre dans son sens commun, presque trivial, de conflit : la pièce s'ouvre en effet sur la querelle qui oppose le Prince à Hermiane. Qui, de l'homme ou de la femme, a « le premier donné l'exemple de l'inconstance et de l'infidélité en amour ? » La dispute est donc aussi une controverse philosophique, que le Prince propose de résoudre en assistant avec Hermiane […] Lire la suite

EMPÉDOCLE (env. 490-env. 430 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jean BOLLACK
  •  • 2 902 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La dialectique de l'Un et du multiple »  : […] Le poème de la nature ( Les Origines ) inscrivait le devenir du monde dans un cycle destiné à rattacher le temps des choses à la forme sphérique, intemporelle et paradigmatique de l'Être. Héritier de la dialectique de Parménide, opposant l'Être un au vivant multiple, Empédocle maintient l'antinomie, mais l'explication ne se réfère pas principalement à l'exclusion mutuelle des termes. L'Un se disp […] Lire la suite

ÉROS

  • Écrit par 
  • Marcel DETIENNE
  •  • 470 mots
  •  • 1 média

Divinité grecque qui porte le nom d'une fonction psychologique : Éros signifie le désir amoureux . Il tient une place importante dans la pensée religieuse, dans la vie sociale comme dans l'art et la littérature des Grecs. Dans les cosmogonies orphiques qui racontent l'émergence du monde, Éros est une puissance primordiale qui n'a ni père ni mère. Dans la cosmogonie d'inspiration orphique qu'Aristo […] Lire la suite

FAMILLE - Évolution contemporaine

  • Écrit par 
  • Abel JEANNIÈRE, 
  • François de SINGLY
  •  • 9 788 mots

Dans le chapitre « Amour, relation conjugale et langage »  : […] L'immense éventail des structures de parenté que nous révèlent les recherches ethnologiques démontre que la sexualité ne vise pas d'emblée la rencontre interpersonnelle de l'homme et de la femme, mais le groupe et sa permanence. La prise de conscience de l'autre en tant qu'être humain trouvera sans doute un épanouissement dans l'amour réciproque de l'homme et de la femme, mais les relations inter […] Lire la suite

FÉNELON FRANÇOIS DE SALIGNAC DE LA MOTHE- (1651-1715)

  • Écrit par 
  • Jeanne-Lydie GORÉ-CARACCIO
  •  • 3 168 mots

Dans le chapitre « Le mystique »  : […] En un siècle marqué par l'augustinisme, la pensée de l'archevêque de Cambrai s'est orientée vers l'approfondissement de la notion d'être et s'est efforcée, en une hantise pathétique d'anéantissement, de dépasser la limite du « moi », mettant ainsi en cause le concept même d'« individu ». Relativement peu centrée sur le mystère de l'incarnation, cette spiritualité, tout en maintenant le dualisme d […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

8 avril 2016 • Publication de l’exhortation apostolique sur la famille.

L’exhortation apostolique sur la famille intitulée Amoris Leatitia (« La Joie de l’amour »), qui est publiée au terme des travaux de deux synodes, traduit une relative ouverture de l’Église catholique envers les couples divorcés remariés, les couples non mariés religieusement [...] Lire la suite

2 décembre 2015 • Égypte • Fin des élections législatives favorables au pouvoir.

, issu des Frères musulmans, et Al-Nour (salafiste), celle-ci avait été dissoute par la Haute Cour constitutionnelle en juin 2012. La coalition Pour l’amour de l’Égypte, qui soutient le président Abdel Fattah al-Sissi, remporte les 120 sièges, sur 596, pourvus au scrutin de liste. Les trois quarts [...] Lire la suite

13-15 janvier 2008 • France - Moyen-Orient • Visite du président Nicolas Sarkozy en Arabie Saoudite et au Qatar.

». Évoquant « Dieu qui n'asservit pas l'homme mais qui le libère, Dieu qui est le rempart contre l'orgueil démesuré et la folie des hommes, Dieu qui par-delà toutes les différences ne cesse de délivrer à tous les hommes un message d'humilité et d'amour, un message de paix et de fraternité, un message [...] Lire la suite

11-21 mars 2007 • France • Annonce du départ du président Jacques Chirac.

Le 11, Jacques Chirac annonce dans une allocution télévisée qu'il ne se représentera pas à l'élection présidentielle d'avril-mai. Proclamant son « amour et [sa] fierté de la France » et exprimant le souhait de pouvoir « servir autrement » les Français à l'avenir, le chef de l'État adresse à [...] Lire la suite

30 janvier 2006 • France • Institution d'une journée commémorative de l'abolition de l'esclavage.

de confier à un autre écrivain de l'identité antillaise, Édouard Glissant, la présidence d'une « mission de préfiguration d'un Centre national consacré à la traite, à l'esclavage et à leurs abolitions ». La mémoire, dit-il, met en jeu « l'unité et la cohésion nationale, l'amour de son pays et la confiance dans ce que l'on est ».  [...] Lire la suite

13-27 novembre 2005 • Chine • Pollution chimique du fleuve Soungari.

Internet et alors que la nappe toxique traverse leur ville. Le 27, la distribution d'eau courante est rétablie à Harbin. La nappe toxique se dirige vers Khabarovsk, en Russie, par le fleuve Amour, dont le Soungari est l'un des affluents.  [...] Lire la suite

15-19 mai 1991 • Chine - U.R.S.S. • Visite officielle du secrétaire général du P.C.C. à Moscou.

pas les divergences doctrinales entre les deux régimes communistes. Le 16, les deux pays signent un accord sur le tracé de la partie orientale de leur frontière commune qui suit le cours imprécis des fleuves Amour et Oussouri. Le 19, le communiqué final commun relève qu'il « n'existe aucun modèle universel pour promouvoir des réformes [...] nécessaires pour épanouir le potentiel du socialisme ».  [...] Lire la suite

28 juillet 1986 • U.R.S.S. - Asie • Offensive de charme de Moscou en direction de ses voisins asiatiques

de l'U.R.S.S. de « créer un climat de bon voisinage » : il envisage « une baisse proportionnée du niveau des forces terrestres » sur la frontière commune, ainsi que le règlement du litige frontalier sur le cours du fleuve Amour, et annonce que la « question du retrait d'une grande partie des troupes [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges BRUNEL, Baldine SAINT GIRONS, « AMOUR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/amour/