AMINES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Amine primaire

Amine primaire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Réactions 2 à 6

Réactions 2 à 6
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Vibration de la structure aminée

Vibration de la structure aminée
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Réactions 7 à 11

Réactions 7 à 11
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Structure et propriétés physiques des amines aliphatiques

La structure électronique des amines aliphatiques est assez analogue à celle des alcools et des éthers ; les liaisons σ unissant l'azote au reste de la molécule sont polarisées par suite de l'électronégativité de l'azote sp3, supérieure à celle du carbone sp3 et de l'hydrogène ; cette polarisation est toutefois inférieure à celle des dérivés oxygénés. Elle entraîne, pour les amines primaires et secondaires, l'existence d'associations intermoléculaires par liaisons hydrogène, dont les conséquences sont de même nature, mais d'intensité plus faible, que pour les alcools : élévation de la température d'ébullition par rapport à celle des alcanes de même chaîne ; solubilité dans l'eau des premiers termes. Les amines primaires et secondaires présentent des bandes d'absorption infrarouge propres aux fréquences d'élongation NH libre (3 500-3 300 cm-1) et NH associé (3 100 cm-1).

La géométrie des liaisons, autour de l'azote fonctionnel, est semblable à celle de l'ammoniac : hybridation sp3 de cet atome et structure tétraédrique, le doublet non partagé assurant la quatrième branche du tétraèdre. Comme dans le cas de l'ammoniac, cette structure n'est pas figée et le doublet non partagé vibre de part et d'autre du noyau d'azote, avec une fréquence de l'ordre de 103 à 105 s-1, ce qui exclut la possibilité d'isoler des énantiomères construits autour d'un atome d'azote asymétrique.

Vibration de la structure aminée

Vibration de la structure aminée

Dessin

Vibration de la structure aminée (énergie d'activation d'environ 25 kJ/mole). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : professeur de chimie organique à la faculté des sciences de Marseille

Classification


Autres références

«  AMINES  » est également traité dans :

ALDÉHYDES ET CÉTONES

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 7 354 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Réactions avec formation d'une liaison C−N »  : […] L' ammoniac s'additionne sur les aldéhydes, en formant un hémiaminal instable, qui se déshydrate en donnant une aldimine, généralement trimère. Le méthanal réagit d'une manière particulière avec l'ammoniac : la formaldimine, initialement formée, se condense avec deux molécules de méthanal en un composé tétracyclique, ayant une structure analogue à celle de l'adamantane, l'hexaméthylènetétramine ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aldehydes-et-cetones/#i_25289

AMIDES

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 1 924 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Propriétés chimiques »  : […] Les monoamides primaires et secondaires sont des acides très faibles dont le p K a est de l'ordre de 16. Les imides manifestent une acidité un peu plus importante. Ce sont également des bases très faibles dont l'acide conjugué présente un p K a de 0 (réaction 14 ). Obtenu par action de l'amidure de sodium, le sel de sodium d'un amide primaire s'alkyle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amides/#i_25289

AMINOACIDES ou ACIDES AMINÉS

  • Écrit par 
  • Pierre KAMOUN
  •  • 4 605 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Réactions du groupe amine »  : […] De très nombreuses réactions utilisant la réactivité de la fonction amine ont été décrites : elles sont particulièrement utilisées pour la détermination des groupements NH 2 terminaux des peptides ou protéines. La détermination des NH 2 terminaux des protéines utilise une N-arylation ou l'action de l'isothiocyanate de phényle. a ) Le dinitro-2, 4 fluorobenzène se condense […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amino-acides-acides-amines/#i_25289

ANILINE

  • Écrit par 
  • Alain TRINQUIER
  •  • 1 380 mots
  •  • 2 médias

L' aniline est un composé organique renfermant une fonction amine primaire, c'est-à-dire un atome d'azote lié à un carbone et à deux hydrogènes ; l'atome de carbone appartenant à un noyau benzénique, il s'agit d'une amine aromatique, la plus simple de toutes. Elle a pour formule : C 6 H 5 NH 2 . C'est un liquide incolore, brunissant sous l'action de l'air et de la lumière, à l'odeur très désagréa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aniline/#i_25289

AZOÏQUES

  • Écrit par 
  • Henri WAHL
  •  • 2 200 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Autres modes de préparation »  : […] La réduction ménagée des dérivés nitrés, la condensation de dérivés nitrosés avec des amines, l'oxydation des amines dans des conditions particulières conduisent parfois à des azoïques symétriques dénués de groupes OH ou NH 2 ou possédant ces groupes en méta-. Dans la série aliphatique, l'oxydation des hydrazines conduit régulièrement aux azocarbures. La copulation oxydative, c'est-à-dire l'oxydat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/azoiques/#i_25289

COLORANTS

  • Écrit par 
  • Daniel FUES
  •  • 6 753 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La classification tinctoriale »  : […] Si la classification chimique présente un intérêt pour le fabricant de matières colorantes, le teinturier préfère le classement par domaines d'application. Ainsi, il est renseigné sur la solubilité du colorant dans le bain de teinture, son affinité pour les diverses fibres et sur la nature de la fixation. Celle-ci est de force variable selon que la liaison colorant-substrat est du type ionique, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colorants/#i_25289

HALOGÈNES

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER, 
  • Robert de PAPE
  •  • 6 660 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Réactions avec formation d'une liaison carbone-azote »  : […] L'ammoniac et les amines primaires et secondaires réagissent en formant des halogénures d'ammonium substitués qui, par action d'une base, conduisent aux amines correspondantes, ce qui constitue une de leurs méthodes de préparation. Les amines tertiaires réagissent en formant un halogénure d'ammonium quaternaire. De nombreuses synthèses de matières actives pour médicaments mettent à profit la diffé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/halogenes/#i_25289

HISTAMINE

  • Écrit par 
  • Serge BONFILS, 
  • Bernard HALPERN
  •  • 3 686 mots
  •  • 4 médias

L'histamine, tout comme l'adrénaline, l'acétylcholine, la 5-hydroxytryptamine, appartient à une série de substances pharmacologiques emmagasinées dans les cellules vivantes et dotées à la fois d'une puissante activité et d'une grande toxicité. L'histamine possède certainement dans les conditions normales, une fonction régulatrice de la vasomotricité ; mais ses effets se manifestent plus particuli […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histamine/#i_25289

NERVEUX (SYSTÈME) - Neurobiologie

  • Écrit par 
  • Jean-Marc GOAILLARD, 
  • Michel HAMON, 
  • André NIEOULLON, 
  • Henri SCHMITT
  •  • 13 735 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les systèmes fonctionnels »  : […] Ce concept concerne des réseaux à organisation anatomique très précise, où les synapses seraient très différenciées, à forte vitesse de conduction des messages nerveux et dont le rôle serait notamment de produire les réponses sensorimotrices. Ces réseaux ont été nommés réseaux exécutifs pour rendre compte de leur action centrale. Un autre type d'information neuronale circule […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nerveux-systeme-neurobiologie/#i_25289

NITRÉS DÉRIVÉS

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 1 921 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Propriétés chimiques »  : […] Tous les dérivés nitrés sont réductibles en amines primaires. Cela peut être réalisé par voie catalytique (hydrogène sur nickel) ou par voie chimique (chlorure stanneux, sulfure d'ammonium, fer en présence d'un acide minéral, etc.). En ce qui concerne les dérivés aliphatiques, on isole rarement l'hydroxylamine intermédiaire. Cette réaction est utilisée pour préparer une amine primaire exempte d'ho […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/derives-nitres/#i_25289

PIPÉRIDINE

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 173 mots

Masse moléculaire : 85,15 g Masse volumique : 0,8622 g/cm 3 . Point de fusion : — 7 0 C (solidification de — 13 à — 17  0 C) Point d'ébullition : + 106,5  0 C Liquide incolore, d'odeur caractéristique, savonneux au toucher. Miscible à l'eau, l'alcool, l'éther ; soluble dans le benzène et le chlorofo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/piperidine/#i_25289

VENINS

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe CHIPPAUX, 
  • Max GOYFFON
  •  • 6 917 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les autres composants  »  : […] Parmi les composés toxiques non protéiques des venins, les amines, simples ou polyaminiques, occupent une place particulière. Tous les venins contiennent des amines biogènes (adrénaline et noradrénaline, dopamine, histamine, sérotonine...) qui possèdent des effets physiologiques connus de longue date, mais dont le rôle dans la toxicité des venins n'est pas encore établi. On a pendant longtemps at […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/venins/#i_25289

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques METZGER, « AMINES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/amines/