Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

AMÉRIQUE LATINE La question indienne

C'est au début des années 1980 qu'un mouvement panindien émerge en Amérique latine. Au Mexique, mais aussi au Guatemala, en Colombie, en Équateur, au Pérou et en Bolivie, des organisations dirigées par une élite souvent éduquée à la ville élaborent des revendications qui vont au-delà des demandes traditionnelles de récupération de terres et d'amélioration des conditions socio-économiques des populations rurales. Cette élite indianiste tient un discours analogue à celui de ses homologues du Canada et des États-Unis. L'autonomie (plus que l'autodétermination) en est le maître mot. En substance, les Indiens d'Amérique latine réclament une reconnaissance positive de leur identité et de leurs modes de vie. Ils demandent à maîtriser l'orientation de leur développement et à gouverner leurs territoires selon des valeurs qu'ils considèrent radicalement différentes de celles qui fondent les gouvernements des nations latino-américaines contemporaines. Ce mouvement indien prend une dimension continentale en 1992, lors de la célébration du cinq centième anniversaire de la « rencontre des deux mondes ». Des fédérations d'organisations régionales et nationales se constituent à ce moment-là, dont certaines acquièrent une visibilité internationale et jouent un rôle important dans les activités du groupe de travail de l'O.N.U. sur les populations autochtones. Cependant, le mouvement indien ressemble davantage à une nébuleuse insaisissable, dont les réussites politiques sont sans commune mesure avec les espoirs qu'il a suscités.

Les Indiens, entre minorité et majorité

L'indianité est difficile à définir. Sorte de frontière symbolique poreuse et mouvante, elle traverse l'ensemble des rapports sociaux. Le métissage avancé des sociétés latino-américaines et la mobilité croissante des individus rendent impossible, ici plus qu'ailleurs, l'adéquation entre des groupes humains bien définis et une identité culturelle indigène. En outre, chaque pays présente une situation particulière. Toutefois, quelques estimations peuvent être formulées, selon les critères linguistique et d'auto-identification pris en compte par la plupart des recensements.

Ainsi, les Indiens constituent environ 10 p. 100 de la population latino-américaine totale. Ils représentent la moitié de la population au Guatemala et en Bolivie, environ 30 p. 100 en Équateur et au Pérou, et de 10 à 13 p. 100 au Belize, au Honduras et au Mexique. Ailleurs, ils dépassent rarement les 5 p. 100, hormis au Nicaragua, au Panamá et au Chili (de 7 à 8 p. 100). L'Uruguay est le seul pays d'Amérique latine sans population indienne originaire.

Il s'agit d'une population de moins en moins rurale, bien que les Indiens soient souvent majoritaires dans les campagnes du sud du Mexique, du Guatemala et des pays andins. L'image de l'enclave indienne, encore valable dans les années 1960, est largement battue en brèche par une migration accrue vers les villes de chacun des pays concernés comme vers l'étranger. Les Indiens restent néanmoins majoritaires parmi les couches les plus pauvres des sociétés latino-américaines. Indianité reste synonyme de pauvreté.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Femmes quechua, Équateur - crédits : John Beatty/ Getty Images

Femmes quechua, Équateur

Indiens Cuna (Panamá) - crédits : Bettmann/ Getty Images

Indiens Cuna (Panamá)

Autres références

  • ALLIANCE POUR LE PROGRÈS

    • Écrit par Universalis
    • 928 mots

    Créée le 13 mars 1961 à Washington, l'Alliance pour le progrès (Alianza para el progreso) est lancée en août par la conférence de Punta del Este qui définit ses objectifs et ses organes d'exécution. L'effort entrepris s'inscrit dans la ligne politique inaugurée par les États-Unis, en 1895, lors...

  • AMAZONE, fleuve

    • Écrit par Pierre CARRIÈRE
    • 2 326 mots
    • 2 médias

    Un peu plus long que le Nil, avec les 7 025 km de son cours, l'Amazone se place au premier rang, parmi les fleuves du monde, pour l'étendue de la superficie drainée : environ 6 millions de kilomètres carrés qui se répartissent sur six États d'Amérique latine. Sa supério rité est encore plus...

  • AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géographie

    • Écrit par Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, Danièle LAVALLÉE, Catherine LEFORT
    • 18 105 mots
    • 9 médias
    Quant aux Ibériques, nombreux furent les chefs militaires, les administrateurs et les religieux qui gagnèrent les rives de l'Amérique centrale et de l'Amérique méridionale : ils furent accompagnés d'un certain nombre de paysans qui arrivèrent, eux aussi, très tôt. De pauvres cultivateurs, rudes et privés...
  • ANARCHISME

    • Écrit par Henri ARVON, Universalis, Jean MAITRON, Robert PARIS
    • 13 391 mots
    • 7 médias
    L'influence des idées anarchistes en Amérique latine, principalement en Argentine, s'est fait sentir avec la pénétration des théories bakouniniennes. Un centre de propagande ouvrière édita en 1879 un opuscule, Una idea, exposant les conceptions de Bakounine. Les journaux El Descamisado...
  • Afficher les 53 références

Voir aussi