AMÉRIQUE LATINEÉvolution géopolitique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En dépit de ses évidentes disparités, il n'est pas vain de continuer à considérer cette région du monde comme un ensemble où les convergences, en termes géopolitiques, l'emportent sur les différences, qu'il s'agisse de l'histoire des relations entre les deux parties du continent, des modes de développement économiques, du tournant opéré dans les années 1980 en matière économique et politique, ou des évolutions actuelles vers plus de pragmatisme et de distanciation vis-à-vis des États-Unis.

Le poids historique des États-Unis

Le 2 décembre 1823, James Monroe, cinquième président des États-Unis, fixait dans un message au Congrès les principes qui devaient guider la politique étrangère de Washington vis-à-vis de l'Europe et de l'Amérique latine : « ... we should consider any attempt on their part to extend their system to any portion of this hemisphere as dangerous to our peace and safety ». Ce message posait le principe qui a servi depuis lors de fondement à l'ensemble des relations interaméricaines : les États-Unis considéreraient leur sécurité menacée par toute atteinte européenne à l'indépendance de l'un ou l'autre des États qui composent la région. L'histoire n'a retenu de ce message que le primat donné à la sécurité des États-Unis, et la manière dont ceux-ci se sont ensuite attribué un pouvoir tutélaire sur l'ensemble du continent. Les nombreuses interventions militaires des États-Unis dans la région ont imposé l'idée de cette tutelle, provoquant en retour un fond d'antiaméricanisme que l'on retrouve dans toutes les populations.

Ambiguïtés de la doctrine

Mais ce message contenait un second volet : face à une Europe colonisatrice, les États-Unis, qui avaient conquis leur indépendance près d'un demi-siècle auparavant, saluaient les jeunes nations qui venaient de se constituer et les assuraient de leur protection face à toute tentative d'ingérence européenne. Ce ne fut pas toujours le cas au xixe siècle, puisqu'il y eut nombre d'interventions européennes (notamment anglaises, françaises et espagnoles). Mais le mythe de « l'Amérique aux Américains » s'installa profondément dans les imaginaires collectifs, avec une double acception : celle de Monroe (non à la présence de l'Europe sur le continent), et celle dont la montée en puissance des États-Unis à partir de la fin du xixe siècle va retenir sous le nom de « doctrine Monroe » : l'ensemble du continent est chasse gardée des États-Unis.

L'histoire du Mexique, de l'Amérique centrale, des Caraïbes est ainsi faite d'une longue suite d'interventions militaires des États-Unis, avec toujours le motif de sécurité mis en exergue. C'est vrai de la première intervention, un an après la déclaration de James Monroe, lorsqu'un corps expéditionnaire débarque à Porto Rico, comme de la dernière, à Panamá en décembre 1989, sans oublier le traité de Guadalupe Hidalgo, qui a clos le 2 février 1848 la guerre avec le Mexique et amputé ce dernier de près de la moitié de son territoire (Texas, Nouveau-Mexique, Arizona, Californie, Nevada, Utah, une partie du Colorado et du Wyoming). Si l'Amérique du Sud a moins connu d'interventions militaires directes que l'Amérique centrale, les interventions indirectes, pressions, menaces, rétorsions n'ont jamais manqué.

Les variantes du principe posé par Monroe ont été nombreuses. Le général Grant (1869-1877) a souligné la « communauté de destin » des deux Amériques pour revendiquer le droit d'intervention des États-Unis sur tout le continent. Derrière cette formule se faisaient jour les prétentions économiques d'une puissance naissante. L'Union panaméricaine, créée en 1910 sous couvert de reprendre les vieux mythes bolivariens d'unité continentale, n'était que le support de l'expansionnisme économique des États-Unis. Avec Théodore Roosevelt et sa « politique du gros bâton » présentée comme un « corollaire à la doctrine Monroe », cet expansionnisme est devenu l'affirmation claire de l'hégémonie des États-Unis sur l'ensemble du continent. En 1904, il déclarait en effet que l'instabilité dans les Amériques entraînerait les États-Unis, en application de la doctrine Monroe, à exerc [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Écrit par :

  • : professeur de science politique, Institut des hautes études de l'Amérique latine (I.H.E.A.L.), université de Paris III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  AMÉRIQUE LATINE  » est également traité dans :

AMÉRIQUE LATINE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Georges COUFFIGNAL
  •  • 547 mots

Le continent américain doit son nom au navigateur florentin Amérigo Vespucci qui fit pour l'Espagne et le Portugal plusieurs expéditions dans le Nouveau Monde découvert par Christophe Colomb. Il apparaît pour la première fois en France, il y a cinq siècles, dans un ouvrage publié à Saint-Dié, en 1507. L'adjectif « latine » accolé au mot Amérique est plus récent et date du milieu du […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE, économie et société

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL
  •  • 13 692 mots
  •  • 23 médias

Avec 20 418 000 kilomètres carrés, l'ensemble latino-américain couvre 15 p. 100 des terres émergées, soit une superficie équivalente à celle de l'ex-URSS ou du groupe États-Unis–Canada ; en 2016, il comptait 640 millions d'habitants, soit 8,5 p. 100 de la population mondiale et un peu plus d'un dixième de celle des pays en développement. Rappelons, en comparaison, que l'Asie (sans le Moyen-Orient) […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - La question indienne

  • Écrit par 
  • David RECONDO
  •  • 2 811 mots
  •  • 3 médias

C'est au début des années 1980 qu'un mouvement panindien émerge en Amérique latine. Au Mexique, mais aussi au Guatemala, en Colombie, en Équateur, au Pérou et en B […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - Rapports entre Églises et États

  • Écrit par 
  • Jean Jacques KOURLIANDSKY
  •  • 6 707 mots
  •  • 2 médias

Le 12 octobre 1492, Christophe Colomb venait à peine de poser le pied sur une plage des Amériques qu'il y plantait une croix au nom des Rois catholiques. Le geste était symbolique. Il a marqué une hiérarchie de rapports entre souverains et autorités religieuses, un lien étroit entre politique et religion, qui se sont perpétués en Amérique latine pe […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - Les religions afro-américaines

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 3 190 mots
  •  • 1 média

Les Africains conduits en esclavage en Amérique ont amené avec eux leurs croyances et leurs rites. Certes, en beaucoup de pays, au contact de civilisations différentes et de sociétés répressives, ces croyances et ces rites, après un moment de résistance (par exemple, en […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - Littérature hispano-américaine

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN, 
  • Michel BERVEILLER, 
  • François DELPRAT, 
  • Jean-Marie SAINT-LU
  •  • 16 294 mots
  •  • 7 médias

Un panorama des lettres hispano-américaines peut-il être autre chose qu'une juxtaposition de vues sur les littératures propres à chacune des nations qui forment l'Amérique hispanique ? On pourrait d'abord en douter. Pourtant, quelles que soient les différences dues à la diversité des climats, des sources et des modes de peuplement, à l'inégalité de l'évolution économique et sociale, ce sont, du po […] Lire la suite

FOUCHER MICHEL (1946- )

  • Écrit par 
  • Gilles LEPESANT
  •  • 1 119 mots
  •  • 1 média

Géographe et diplomate, Michel Foucher (né le 6 août 1946) est un spécialiste de la géopolitique, et notamment de la notion de frontière . Il a explicité dans une soixantaine de publications les enjeux géopolitiques mondiaux, mettant en œuvre une méthode qui articule les échelles d’analyse et les différentes temporalités. Ses premiers séjours et travaux de recherche furent consacrés à l’Amérique […] Lire la suite

PÉTROLE - Géographie du pétrole

  • Écrit par 
  • Christophe BÉLORGEOT
  •  • 5 064 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'Amérique latine »  : […] L'Amérique latine occupait, en 2006, le deuxième rang mondial, derrière le Moyen-Orient, par le niveau de ses réserves pétrolières, évalué à 22,6 Gt ; la moitié de ces réserves sont concentrées au Venezuela (10,9 Gt). Suivaient le Mexique et le Brésil dont les réserves s'élevaient pour chacun à 1,7 Gt, après une très forte réévaluation à la baisse à la fin des années 1990, alors qu'elles avoisinai […] Lire la suite

VENEZUELA

  • Écrit par 
  • Virginie BABY-COLLIN, 
  • Véronique HÉBRARD
  • , Universalis
  •  • 16 591 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Paradoxes de la géopolitique vénézuélienne »  : […] La fin du xx e et le début du xxi e  siècle sont synonymes de nouvelles orientations en termes de géopolitique, notamment avec la tentative de diversification des partenaires économiques, dans une quête de moindre dépendance aux États-Unis, avec la création de nouvelles alliances commerciales inédites : rapprochements commerciaux et militaires avec l'Iran et la Russie – six visites officielles d […] Lire la suite

CHÁVEZ HUGO (1954-2013)

  • Écrit par 
  • Frédérique LANGUE
  •  • 1 248 mots
  •  • 1 média

Président de la République bolivarienne du Venezuela de 1999 à 2013. On ne peut évoquer le président vénézuélien Hugo Chávez sans faire référence aux « nouvelles gauches » latino-américaines et, plus encore, à l'opposition entre gauches de rejet et gauches de gouvernement, entre régimes autoritaires et gouvernements démocratiques. L'une des caractéristiques majeures du personnage est en effet la […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Georges COUFFIGNAL, « AMÉRIQUE LATINE - Évolution géopolitique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-latine-evolution-geopolitique/