ALIÉNATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Analyse d'un complexe sémantique

Le mot français

Il faut tenir compte d'un fait majeur : le terme français « aliénation » est, d'une part, un mot appartenant au fonds français, d'autre part, la traduction approchée d'un groupe de mots allemands qui véhiculent une tout autre tradition de pensée. Il importe donc d'isoler d'abord la fibre de sens qui est de notre fonds et de chercher le principe de limitation propre à cette tradition.

La chose est possible, parce que le mot français aliénation a un champ sémantique assez bien délimité, du moins avant Rousseau. C'est Rousseau, en effet, qui lui octroie la première extension massive, par l'usage qu'il en fait dans Le Contrat social, et le prépare ainsi à recueillir, par voie de traduction, les significations véhiculées par ailleurs dans la philosophie allemande.

Avant Rousseau, le mot aliénation, qui est un calque de l'alienatio latine, appartient principalement à la langue juridique. Il signifie la cession, le don ou la vente de ce que l'on possède à titre de propriété. Il est utilisé en français en ce sens dès le xiiie siècle. À côté de lui chemine le sens d'aliénation d'espritalienatio mentis – qu'on rencontre au xve siècle et qui s'est conservé jusqu'à nos jours (l'aliénation mentale de Pinel)... Mais ces deux valeurs d'usage ne se mêlent pas et sont bien distinguées par les contextes. Il faut en dire de même de l'un ou l'autre des usages mineurs qui eurent une moindre influence sur le destin du mot. Ainsi, alienare, au sens de rendre étranger, hostile, alienatio, au sens de dissociation et d'hostilité, sont repris en français et se lisent chez Calvin et Montaigne. On les relève chez des auteurs du xviiie siècle (Mirabeau : « mettre l'aliénation à la place de la confiance »). Toutes ces acceptions ont gardé leur autonomie au cours d'une histoire qui semble terminée aujourd'hui (l'aliénation mentale est même morte en psychiatrie).

Quant au sens juridique de l'aliénation, à l'aliénation-vente, son développement se fait dans le sens d'une abstraction croissante de la relation par rapport aux choses échangées. C'est ce processus d'abstraction qui rend possibles les additions de sens ultérieures (à l'intérieur du droit romain lui-même, on assiste déjà au progrès de l'abstraction : à la cérémonie, pleine de réalisme, de la mancipatio où l'acquéreur saisit la chose en main et prononce la formule solennelle qui affirme son droit sur la chose, succède le symbolisme de la pesée, lequel va se réduire à un simple échange de paroles, à un contrat verbal). Mais, même sous la forme abstraite de la cession d'un titre de propriété ou d'un droit, cette signification du terme aliénation a subsisté jusqu'à nous, sans aucunement être affectée par les autres significations dont le mot s'est chargé ultérieurement.

C'est la philosophie du contrat qui inaugure la carrière philosophique du mot aliénation. On connaît le problème du contrat : est-il possible de concevoir un acte – et même un acte volontaire – qui constituerait l'origine du pouvoir politique, plus précisément l'origine du caractère de souveraineté que l'individu ressent comme une contrainte ? Si cet acte doit être autre chose que la simple démission de volonté de l'esclave entre les mains d'un maître, bref, s'il ne doit pas engendrer un pacte de sujétion, il faut que cet acte soit un acte d'association. Mais de quelle nature ? C'est ici que Hobbes introduit une expression qui, traduite, reprise et corrigée par Rousseau, deviendra l'aliénation. Dans le contrat selon Hobbes, chaque membre du Commonwealth cède son droit de se gouverner à un homme ou à une assemblée bénéficiaire du désistement de tous ; ce bénéficiaire unique est le souverain. La formule de Hobbes mérite d'être citée : « I authorize and give up my right of governing myself to this man, or this assembly of men on this condition, that you give up your right to him and authorize all his actions in like manner » [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-X, professeur à l'université de Chicago

Classification

Autres références

«  ALIÉNATION  » est également traité dans :

ALIÉNATION, sociologie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURAND
  •  • 728 mots

Pour les sociologues, le concept d'aliénation a été forgé par Karl Marx à la suite de ses lectures de Hegel. Lors du rapport salarial capitaliste, le résultat du travail de l'ouvrier ne lui appartient pas puisqu'il a échangé un temps de travail contre un salaire. À la fin de cet échange salarial capitaliste, le ré […] Lire la suite

ANARCHISME

  • Écrit par 
  • Henri ARVON, 
  • Jean MAITRON, 
  • Robert PARIS
  • , Universalis
  •  • 13 336 mots
  •  • 7 médias

L'anarchisme est un mouvement d'idées et d'action qui, en rejetant toute contrainte extérieure à l'homme, se propose de reconstruire la vie en commun sur la base de la volonté individuelle autonome . Bien que l'anarchisme militant ne se manifeste que vers la fin du xix e  siècle avec Kropotkine , Élisée Reclus et Malatesta, les lignes essentielles de la doctrine anarchiste se précisent dès la pre […] Lire la suite

ANTIPSYCHIATRIE

  • Écrit par 
  • Robert LEFORT
  •  • 2 415 mots

Dans le chapitre « Le discours de la folie et la société »  : […] La pratique de l'antipsychiatrie, qui se veut au plus haut point incluse dans la cité – posant comme un de ses buts essentiels la tolérance et l'acceptation de la folie, voire sa lecture, à la manière dont on décrypte un rêve ou un symptôme –, ne pouvait que se centrer sur l'articulation de la folie et de la société. Elle a d'abord contesté l'obligation des soins qui fait du psychiatre un auxiliai […] Lire la suite

LE CAPITAL, Karl Marx - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Annie SORIOT
  •  • 1 124 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Aliénation et déterminisme historique »  : […] L'apport scientifique de Marx réside dans le refus des lois classiques et la mise en évidence de lois conditionnelles à certaines phases de l'évolution du système capitaliste, « mode de production » historique qui succède aux modes de production « antique » et « féodal ». Telle est bien l'ambition première du Capital  : montrer que le système capitaliste engendre des processus de transformation qu […] Lire la suite

DISCOURS DE LA SERVITUDE VOLONTAIRE, Étienne de La Boétie - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 260 mots

Dans le chapitre « Le pouvoir, ennemi de l'homme »  : […] La Boétie est sans doute le premier à aventurer l'idée que les relations sociales ne doivent, en aucune façon, entraver l'indépendance des individus, qui en sont les protagonistes. S'il annonce le célèbre propos de Rousseau, « L'homme est né libre et partout il est dans les fers », il outrepasse le constat désabusé auquel s'arrêtera le philosophe des Lumières. S'interrogeant sur cette aberration q […] Lire la suite

DOMINATION

  • Écrit par 
  • Claude RIVIÈRE
  •  • 1 304 mots

Dans le chapitre « Théories de la domination »  : […] Depuis la critique de l'absolutisme et du despotisme par les philosophes des Lumières, puis, au siècle suivant, le développement des mouvements anarchistes, le thème de la domination n'a pas manqué de théoriciens philosophes, sociologues ou politologues. On connaît les thèses de Marx sur la suppression souhaitée de toute aliénation et exploitation par une dictature, celle du prolétariat. La cla […] Lire la suite

L'ESSENCE DU CHRISTIANISME, Ludwig Feuerbach - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 754 mots

Dans le chapitre « L'essence de la religion »  : […] « La conscience de Dieu est la conscience de soi de l'homme, la connaissance de Dieu est la connaissance de soi de l'homme. À partir de son Dieu tu connais l'homme, et inversement à partir de l'homme, son Dieu : les deux ne font qu'un. » Telle est « l'essence de la religion en général ». Ce postulat va guider les recherches de Feuerbach qui radicalise dans un sens humaniste les thèses de Hegel au […] Lire la suite

FEUERBACH LUDWIG (1804-1872)

  • Écrit par 
  • Henri ARVON, 
  • Universalis
  •  • 2 258 mots

Dans le chapitre « L'aliénation »  : […] La critique religieuse de Feuerbach est inspirée et orientée par la notion de l'aliénation. Celle-ci constitue l'élément moteur de la philosophie hégélienne. Mais, au lieu de s'inscrire dans le cadre de ce drame spéculatif qu'est la conquête de l'esprit, comme le divorce qui s'est établi entre l'esprit et la réalité, entre le sujet spirituel et l'objet matériel dont il s'est aliéné et qu'il veut r […] Lire la suite

FREUDO-MARXISME

  • Écrit par 
  • Jacquy CHEMOUNI
  •  • 1 740 mots
  •  • 3 médias

Par l'expression « freudo-marxisme », on désigne les diverses tentatives de concilier les découvertes psychanalytiques et le marxisme. À la psychanalyse, qui proposait une théorie de l'âme, une méthode et une technique de soin dans le but de soustraire l'homme à son aliénation, conséquence des « ratés » de son histoire personnelle, le marxisme apportait une analyse des processus d'aliénation soc […] Lire la suite

HEGEL GEORG WILHELM FRIEDRICH

  • Écrit par 
  • Jacques d' HONDT, 
  • Yves SUAUDEAU
  •  • 11 820 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une pensée en mouvement »  : […] La vue plus ou moins précise de la dialectique que Hegel avait acquise dans sa jeunesse s'est peu à peu assurée, grâce aux enseignements qu'il tirait de son expérience de la vie sociale, religieuse et politique. Il a éprouvé, semble-t-il, un grand étonnement devant une réalité d'abord globalement incompréhensible, et une vive indignation devant cette incompréhension elle-même. Au Stift de Tübingen […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

21 juin 1982 États-Unis. L'agresseur du président Ronald Reagan déclaré non coupable

Le jury d'un tribunal de Washington juge John Hinckley, auteur de l'attentat du 30 mars 1981 contre le président Reagan, « non coupable » pour raison d'« aliénation mentale ». Après cinquante jours passés dans un hôpital psychiatrique, il peut être libéré s'il ne présente pas de danger « pour lui-même ou pour d'autres personnes ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul RICŒUR, « ALIÉNATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alienation/