ANTIPSYCHIATRIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tenter de situer l'antipsychiatrie par rapport à la psychiatrie, c'est courir le risque majeur d'accepter un couple antinomique où le second terme recouvrirait une doctrine impliquant une démarche objectivante, celle même que récuse l'antipsychiatrie. « L'antipsychiatrie, écrit Danielle Sivadon, se veut silence sur le vacarme des théories [...] on imagine mieux du noir sur une toile, un écran silencieux, une feuille de papier blanc » (L'Avenir d'une utopie).

Origine du mouvement

Comme tout phénomène humain, le mouvement a une histoire. Il débute à Londres dans les années 1960 et groupe des psychiatres anglais et américains ; certains sont psychanalystes. Freud avait déjà apporté « la peste » dans la psychiatrie en abordant le problème des psychoses psychanalytiquement. Elles n'étaient plus constitutionnelles ou organiques mais s'engendraient d'un manque radical, manque non symbolisé faisant la place à un cataclysme imaginaire (Lacan), substance même d'une tentative de reconstruction qui constitue la psychose elle-même. C'était reprendre par la psychogenèse la folie au compte de la psychologie en ouvrant en même temps le champ clos de celle-ci, ainsi que l'exprime Michel Foucault : « Jamais la psychologie ne pourra dire la vérité sur la folie puisque c'est la folie qui détient la vérité de la psychologie. » Ce mode d'approche permettait l'écoute décisive du discours de la folie, mais l'effet tournait court au niveau de la pratique psychiatrique pour deux raisons : d'une part la persistance du milieu psychiatrique institutionnel ; d'autre part, le désir de guérir. La tentative qui avait été faite par Freud se trouvait stérilisée par la répression sociale.

C'est contre cette violence de la psychiatrie comme outil de la répression sociale de la folie que naît et se développe l'antipsychiatrie, et c'est ce point de départ qui motive la référence à une philosophie exis [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ANTIPSYCHIATRIE  » est également traité dans :

BASAGLIA FRANCO (1924-1980)

  • Écrit par 
  • Franck CHAUMON, 
  • Bernard CHOURAQUI
  •  • 1 152 mots

Psychiatre et militant marxiste, Franco Basaglia s'est engagé en de multiples domaines et a suscité des controverses variées. Né à Venise, il se tourna vers la psychiatrie en 1958, après des études de médecine puis une spécialisation en neurologie, qu'il avait achevée en 1952. C'est en 1961 que débuta l'expérience de Gorizia, l'hôpital psychiatrique proche de Trieste auquel il a attaché son nom. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franco-basaglia/#i_46080

CASTEL ROBERT (1933-2013)

  • Écrit par 
  • Gérard MAUGER
  •  • 1 415 mots

Dans le chapitre « Trajectoire détournée »  : […] Le destin probable de Robert Castel, né à Brest en 1933, fils d'un petit employé des Ponts et Chaussées, issu des classes populaires « respectables », laïques et républicaines, était de devenir ouvrier du port à l'Arsenal. La tragédie le brise : sa mère meurt d'un cancer en 1943 et son père se suicide deux ans plus tard. Recueilli par sa demi-sœur, il obtient un C.A.P. d'ajusteur-mécanicien, puis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-castel/#i_46080

COOPER DAVID (1931-1986)

  • Écrit par 
  • Marie-Odile SUPLIGEAU
  •  • 1 171 mots

Décédé à Paris, David Cooper, dont le nom restera associé aux mouvements antipsychiatrique puis alternatif, naquit au Cap (Afrique du Sud), où il grandit avec son frère, dans une « famille ordinaire ». Après avoir entrepris d'étudier au conservatoire le piano et le hautbois (dans un ouvrage, resté inachevé, il ébauchait une approche structurelle de la musique et de plusieurs autres arts ou discip […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-cooper/#i_46080

ENFANCE (Les connaissances) - Enfant et psychanalyse

  • Écrit par 
  • Colette MISRAHI
  •  • 5 207 mots

Dans le chapitre «  Les mythes de l'enfant dans notre société »  : […] De ces structures générales de l'enfant, on peut tirer un certain nombre de conséquences. Tout d'abord quant à la nature de l'enfant. En réalité, celui-ci n'est plus à considérer comme une « nature », comme un être organique qui se développerait ou non selon des stades bien délimités et autonomes. L'enfant est un sujet parlant , un sujet du désir qui che […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enfance-les-connaissances-enfant-et-psychanalyse/#i_46080

LAING RONALD DAVID (1927-1989)

  • Écrit par 
  • Pamela TYTELL
  •  • 1 278 mots

Né à Glasgow, Ronald D. Laing, pionnier de l'« antipsychiatrie », obtient son doctorat en médecine à l'université de cette ville en 1951 et sert comme psychiatre dans l'armée britannique de 1951 à 1953. Très rapidement, il rompt avec l'approche psychiatrique classique pour se situer dans le courant de la psychologie existentielle inspirée de Martin Heidegger, Ludwig Binswanger et Jean-Paul Sartre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ronald-david-laing/#i_46080

PSYCHIATRIE

  • Écrit par 
  • Jean AYME, 
  • François CAROLI, 
  • Georges LANTERI-LAURA, 
  • Jean-Michel THURIN
  •  • 17 779 mots

Dans le chapitre « Rôle social du psychiatre »  : […] Le psychiatre ne peut qu'entretenir des relations ambiguës avec le corps social puisqu'il est tour à tour, par-delà ses fonctions soignantes, chargé d'expertiser, de témoigner, de protéger. La fonction d'expert recouvre des situations diverses : en tant que scientifique, celui-ci se voit confier le rôle d'expliquer le fonctionnement psychique, d'indiquer ce qui relève d'un trouble repérable cliniq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychiatrie/#i_46080

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert LEFORT, « ANTIPSYCHIATRIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/antipsychiatrie/